Maria

C’est pour elle que je voulais faire ce voyage à Porto. Quand je l’avais eue au téléphone en janvier pour les voeux, elle m’avait dit : « je suis vieille, ma fille, il faut que tu viennes, je voudrais tant te voir ». Et l’année d’avant, elle m’avait dit mot pour mot la même chose. Et l’année d’avant aussi. J’avais dit : « oui, Maria, j’aimerais bien, promis, je viendrais un jour ».

On ne trouvait pas le temps ou alors on n’avait pas l’argent au bon moment, on se disait « oui, oui, un jour » en sachant qu’on irait sûrement pas… mais depuis quelques années, ça me travaillait. Si bien que j’en parlais souvent à MMM. « Tu sais, j’irais bien voir Maria quand même. J’aimerais vraiment la revoir et qu’elle vous rencontre ».

En juillet, alors que je caressais une fois de plus le projet en discutant avec Tatania, la nouvelle amoureuse de TontonXav qui connaît bien le Portugal, tout a cliqué. MMM a découvert qu’il y a avait des vols Lorient-Porto, Tatania nous a donné ses bons tuyaux pour voyager là-bas et bim. En moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, on avait réservé nos billets d’avion, notre voiture et notre airbnb.

C’était acté, pour les vacances de la Toussaint, nous irions tous les 5 voir Maria, ma nounou d’enfance.

Nous avons roulé 2 heures dans les sublimes couleurs d’automne de la vallée du Douro et nous sommes arrivés à sa porte. J’ai reconnu sa voix avant de voir son visage et elle est apparue. Changée mais tellement semblable. On s’est serrées fort dans les bras, entre le rires et les larmes, on a échangé des baisers salés et des regards complices. Après plus de 18 ans, nous étions toujours aussi proches.

Elle a ensuite découvert les enfants avec émotions. Fleur de Sel, ma copie conforme au même âge et Kouign Amann qui ressemble à mon frère petit lui ont offert un voyage dans le temps express… Elle a assis les enfants à la table du déjeuner et leur a sorti un gâteau au chocolat alors qu’il était 11 heures, « juste au cas où ils aient faim » m’a-t-elle dit. Et puis elle m’a demandé en riant si je voulais « un oeuf à la coque avec des miettes » parce que quand j’étais petite, je voulais toujours manger un oeuf à la coque avec des mouillettes. Les oeufs à la coque… j’avais oublié et c’est revenu d’un coup. Les poules de Maria dont elle me réservait les oeufs les plus frais.

Et puis tout le reste en cascade. La texture de sa peau. Son odeur. Sa voix grave avec son accent. Sa tresse noire remontée en chignon épais. Son chien Tarzan. Son vélo vert et moi assise sur le porte-bagage, les jambes écartées sur les sacoches à grignoter la crêpe beurre-confiture qu’elle m’avait préparée. Nos mensonges à ma mère parce que je ne voulais pas rester à la cantine où je ne mangeais rien. Maria venait alors me chercher entre deux ménages chez d’autres patrons et m’emmenait déjeuner chez elle clandestinement (vous imaginez le truc impossible à l’heure actuelle !). Ses débuts de soirée allongée sur la moquette de ma chambre pour que je m’endorme quand mes parents n’étaient pas là. Le bol de café que lui préparait mon père quand elle était à la maison. Son émotion quand elle me croisait dans la rue par hasard quand j’étais plus grande.

Nous avons parlé sans nous interrompre durant de longues heures. MMM et les enfants profitaient du soleil d’automne et ramassaient des clémentines, nous laissant dans notre bulle en plein milieu des années 80.

Nous avons parlé des années partagées, de celles qui ont suivi. Et puis elle m’a raconté de son histoire à elle, de sa vie pas facile, de ses périodes de vaches maigres… toutes ces choses que je ne pouvais pas deviner petite fille mais qu’elle voulait partager avec l’adulte que j’étais devenue.

Nous sommes tous sortis faire une jolie promenade, elle, accrochée à mon bras comme si je risquais de m’évader. Moi, trop heureuse de sentir sa chaleur et de suivre son pas si agile pour ses 81ans. Nous nous sommes shootées à l’affection que l’on a l’une pour l’autre. Un truc qui ne s’explique pas raisonnablement et qui avait traversé les décennies sans prendre une ride. Un cadeau du ciel, si vous soulez mon avis.

Juste avant de partir, nous avons pris un dernier thé à la menthe ensemble et Fleur de Sel a grimpé sur ses genoux, l’air de rien. J’ai vu Maria se pencher et humer sa chevelure tout en me souriant. C’était comme si une vision du passé s’invitait pour nos adieux.

En partant, j’ai vu son visage inondé de larmes. J’ai ravalé les miennes, je l’ai serré fort contre mon coeur et je lui ai offert mon plus beau sourire accompagné d’un : « Je vous aime Maria, merci pour tout. Pour tout ».

Rendez-vous sur Hellocoton !

69 réflexions au sujet de « Maria »

  1. 51
    Luna says:

    Les larmes coulent malgré moi (et mon mascara aussi 🙂
    Que d’émotions, de joies et de mélancolie.
    C’est magnifique.
    Merci pour tes mots et ce partage.
    Des bisous très doux.

  2. 52
    Marilune says:

    Bon ben voilà, je pelure devant mon écran, c’est pas sérieux.
    Mais que c’est beau! Je suis heureuse pour vous que vous ayez pu faire ce voyage (y compris temporel), c’est merveilleux.

  3. 53
    lexou says:

    Tu m’as retourné le coeur en ces quelques lignes, je ne vois même plus ce que j’écris tellement mes larmes coulent.
    C’est très émouvant, très beau, une très belle histoire …
    Tu lui as fait un beau cadeau d’aller la voir

  4. 54
    Rozenn says:

    C est tellement émouvant et beau que j en ai les larmes aux yeux.
    Merci pour ce partage

  5. 55

    T’as quand même été bien entourée, toi, avec des fées à la pelle. Je n’aurais personne à revoir comme ça. Ni mes enfants d’ailleurs. Est-ce qu’on ne sait pas tisser ce genre de liens ? C’est beau en tout cas.

    • Effectivement, j’ai la chance d’être bien entourée. Et j’ai surtout eu la chance que ma mère garde le lien et l’adresse au Portugal de Maria parce que durant des années, je n’ai pas échangé avec elle. C’est pour ça que je tiens autant à mes envois de cartes de voeux chaque année, ça garde un lien, même ténu avec ceux que l’on aime.

  6. 56
    Séréna says:

    Tellement émouvant… J’en ai les larmes aux yeux. Bravo pour ce très joli texte et merci pour ce partage.

  7. 57
    Diane says:

    Quel jolie histoire, je suis vraiment contente que tu ais pu la revoir, c’est tellement émouvant. Ton article m’a vraiment émue!
    bisous à toi

  8. 58
    Laurence says:

    Quel beau cadeau tu lui a fait, et pour toi aussi. J’imagine très bien ces retrouvailles je suis très attachée aux personnes de mon enfance, enfin celles qui restent pour les autres les bons souvenirs les anecdotes partagées font mon bonheur. Petite j’adorais déjà écouter les histoires d’enfance de mes parents et grands mères, une autre époque si proche mais si lointaine. Je ne suis pas nostalgique du temps qui passe mais je ne veux rien oublier. Tes oeufs mouillette sont ta madeleine de Proust . Je n’ai jamais retrouvé le goût du pain perdu de ma grand mère fait sur une cuisinière à bois .

  9. 59
    enillopa says:

    Comment dire, je suis moi aussi toute chamboulée ! merci pour cette belle histoire !

  10. 60
    Chauba says:

    La larme à l’oeil ❤❤

  11. 61
    Marion says:

    Oh mais ça va devenir une habitude de mes faire pleurer…. c’est tellement beau!!!

  12. 62

    […] …être émue aux larmes par ce billet de Marjolaine  […]

  13. 63
    Lilie says:

    Waow ça me rappelle ma Nounou que j’ai la chance de revoir de temps en temps quand je remonte dans mon village natal.
    Nounou c’est juste la meilleure nourrice du monde. Je lui faisais un cadeau à la fête des mères. Je me rappelle que ma mère l’emmenait au marché le samedi matin avec nous et que j’achetais toujours 2 avocats : 1 pour mes parents et 1 pour Nounou et Francis (son mari).
    Lorsque je me suis mariée l’année dernière, elle était là, elle connait mon fils.
    Mon seul regret : être trop loin pour qu’elle me garde mon asticot parce que c’était juste ma meilleure nounou.

  14. 64
    Alicia says:

    Chaque article de vie de votre blog me font monter les larmes.
    C’est vraiment bien d’avoir pu revoir votre nounou. Comme elle a dû être touchée par votre voyage pour la retrouver….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *