Anecdotes de grossesse

IMG_6507 * Ce billet a été publié pour la première fois sur le blog d’une marque pour laquelle je travaillais. La marque ayant disparu, je l’ai un peu repris et même si le style n’est pas complètement « Marjoliemaman » et j’ai eu envie de garder une trace de de billet ici.

Avec trois grossesses au compteur, j’ai passé 25 mois enceinte (9 + 7 + 9)… 25 mois remplis de joies, de bonheurs, de rebondissements, d’angoisses parfois et de beaucoup de rires aussi. Entre petits bobos et émotions en tous genres, je jette avec vous un œil amusé sur quelques moments qui ont jalonné joyeusement ces trois aventures incroyables.

Trois grossesses, trois anecdotes ! Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

120 astuces pour une grossesse sereine (cadeau !)

grossesse_sereineBonjour, je m’appelle Marjolaine Solaro et j’écris des guides pratiques. J’ai du mal à le réaliser mais au bout de 3 livres (dont un traduit en italien), j’ose enfin me présenter comme auteur quand on me demande ce que je fais dans la vie et je peux désormais dire à mes enfants « j’écris des trucs, j’écris livres » quand ils m’interrogent sur ce que je fais de mes journées (sous-entendu : quand tu restes toute seule sans nous à la maison parce qu’on est sûrs que tu regardes la Reine des Neiges en mangeant du chocolat). Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le chêne magique de Petite Gavotte

photo-228J’aime croire aux signes. J’aime confier mes rêves à l’avenir en y croyant très fort, c’est leur offrir un terreau fertile pour qu’ils poussent.

Mes enfants sont trois de mes rêves réalisés.

J’ai voulu mes trois enfants du fond du coeur et je peux parler aussi pour MMM qui les a également désiré ardemment. Chacun de mes trois enfants a sa propre histoire qui a débuté avant même que les spermatozoïde de MMM ne rencontrent mes ovules (je vous fais un cours de science nat ou ça ira ?).

Pour Kouign Amann, il s’agit du menhir magique. Pour Fleur de Sel du kukurizaru.

Pour Petite Gavotte, il s’agit d’un…

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pourquoi je ne ferai pas de projet de naissance

photo-1.JPG

Lorsque j’ai écrit le livre, je savais que je devais impérativement faire un paragraphe important sur les projets de naissance. Pourtant après deux grossesses diamétralement différentes et deux accouchements rapprochés, j’étais plutôt « agacée » par cette idée de faire un projet de naissance, nouvelle mode chez les futures mamans. En fait, j’avais du mal à comprendre pourquoi on voulait faire un projet de naissance. J’ai donc effectué quelques petites recherches, lu des témoignages, posé quelques questions pour comprendre ce qu’il y avait derrière cette démarche. J’ai alors compris qu’il y avait à la base beaucoup de peurs et d’incompréhension face au milieu médical et une envie de se réapproprier son accouchement. J’ai donc cherché les meilleurs moyens pour que ce projet de naissance soit le lien entre les parents et le personnel médical et non pas un mur entre-eux, épaulée dans cette mission par la sage-femme Marie-Christine Bourg et le Docteur Lafarge-Bart et je suis très heureuse de ce petit chapitre dans le livre (que je vous invite à lire, évidemment, huhuhu).

Maintenant, je vais allumer la lanterne rouge qui dit  » ceci est un témoignage qui ne concerne que moi et que je ne projette sur personne. Je ne juge pas ceux ou celles qui souhaitent faire de manière différente ». Mais voilà, le projet de naissance ne me concerne pas. Je pars du principe que je fais confiance au milieu médical pour faire ce qui est le mieux pour moi et mon bébé. Je pense que j’ai assez confiance en moi pour dire ce que je veux et ne veux pas sans avoir besoin de le formuler sur papier. Et je sais que c’est pareil pour MMM. Je pars également du principe que je me suis assez renseignée avant, que j’ai été préparée comme il le fallait (et ce depuis ma première grossesse) pour savoir ce qui se fait et ne se fait pas en matière d’accouchement. Je pense notamment au très intéressant billet de Petit Bourgeon qui m’a à nouveau fait réfléchir sur le sujet. En toute lucidité, il y a encore des maternités où les accouchements sentent la poussière et les bonnes « vieilles méthodes’ médicales mais les choses avancent et évoluent. Tant mieux. Je sais aussi qu’après deux très beaux accouchements, mon prochain accouchement peut être très différent et moins idylique (on s’entend, idyllique quand on y repense après en ce qui concerne le premier !), il n’y a pas de règle.

Mon projet de naissance à moi n’est pas sur papier. Il se résume à des échanges avant la naissance que ce soit avec les sages-femmes, mon obstétricien à qui je pose TOUTES mes questions et à quelques paroles glissées auprès de la sage-femme le jour de mon accouchement :

– je ne veux pas d’épisiotomie (d’ailleurs, je n’en ai jamais eu) mais si vous avez besoin d’en faire une je le comprends, simplement, pouvez-vous me prévenir avant ?

– pouvez-vous me tenir au courant au fur et à mesure de l’avancée des événements ? Pour Kouign Amann par exemple, la sage-femme m’a prévenue plusieurs fois que le risque de césarienne planait et j’ai ainsi pu me préparer à cette idée sans que cela soit la panique. Finalement, il n’en a pas été question.

– est-ce que je peux boire de l’eau à toutes petites gorgées de temps en temps ?

– si vous le voulez bien, je veux accoucher dans telle position que je connais et que j’ai travaillée, si cela ne marche pas, je me mettrais dans la position que vous souhaitez.

L’idée est d’insister sur les quelques points qui me tiennent à coeur pour ne pas assommer la sage-femme de demandes et de recommandations qui peuvent être vexantes.

Pour ce qui est du reste, j’ai choisi d’accoucher dans un hôpital et pas à la maison, je sais que l’on va me poser un cathéter, une sonde urinaire et tout le tintouin, je l’accepte et je suis consciente que si ça n’est pas nécessaire dans 90% des cas (chiffre au pif, hein), cela peut me sauver la vie ou celle de mon bébé. Sincèrement avoir un cathé dans le bras ne m’a pas empêché de marcher pour accélérer le travail (pour Kouign Amann) ou d’avoir les plus beaux accouchements du monde (notamment en rappelant l’anesthésiste pour qu’il baisse la dose de la péri pour Fleur de Sel car je voulais sentir et être active). Ce sont mes choix, ils ont été respectés et je remercie pour cela le personnel de l’Hôpital des Clefs.

Si je dois donner un conseil (OK, personne ne me le demande mais bon vous pouvez arrêter la lecture ici) aux mamans (et aux papas) qui préparent un projet de naissance c’est de ne pas idéaliser l’accouchement et de ne pas arriver avec un projet de 4 pages à faire lire à l’équipe. Tout ne sera pas comme vous le souhaitez, vous aurez peut-être des forceps, une césarienne, la baignoire ne sera peut-être pas libre pendant votre prétravail alors que vous en rêviez, on aspirera peut-être votre bébé parce que cela sera nécessaire, vous garderez peut-être un monitoring désagréable pendant 2 heures parce que l’équipe sera occupée sur un accouchement à côté et que vous ne serez pas prioritaire, mais voilà, ce sont les aléas du système hospitalier et les conditions d’un accouchement ne peuvent pas se prévoir. Notre système est loin d’être parfait, j’en suis bien consciente et s’il est l’un des meilleurs du monde, il y a encore beaucoup d’améliorations à faire mais quand on échange de manière intelligente avec le personnel médical, l’accouchement est déjà à moitié réussi…

PS : 35 SA aujourd’hui ! Hier : monitoring + écho + consult (en raison de ma grossesse précédente), résultat Mamzelle Pyrrhus nous a fait une grosse poussée de croissance : 2,4 kilos ! Elle est prévue à terme à 3,2 – 3,4kilos, un bébé dans le style de Kouign Amann, long et fin, m’a dit le docteur… Et sinon, aujourd’hui, je commence à préparer ma valise

PS : en photos les bodys de Kouign Amann et de Fleur de Sel. Taille naissance pour l’un, taille préma pour l’autre…

Rendez-vous sur Hellocoton !

La combinaison de grossesse

Dans la série « c’est bien ou pas ? », j’ai testé pour vous hier la combinaison de grossesse. Jamais je n’aurais imaginé porter une combinaison mais bon, c’est un don alors je me suis dit qu’il fallait vivre dangereusement et tenter l’expérience.

Présentation : il s’agit d’un combinaison noire en viscose et élastane de la marque Kiabi Maman, taille 1. Collecion 2007. En gros, ça ressemble à un justaucorps académique avec des manches courtes. Pas super sexy en fait mais portée avec un gilet, ça moule bien le bidon et c’est finalement pas si mal.

J’ai donc enfilé ma combinaison hier matin et comme il faisait froid, j’ai mis un gilet. Comme une heure après j’avais toujours froid, j’ai ajouté un gros sweat à capuche et une bonne paire de chaussettes tricotées… Autant le dire tout de suite, je ne ressemblais plus à rien et je suis bien contente que le facteur ne soit pas venu me livrer un recommandé.

Très vite, j’ai compris que la combinaison de grossesse avait été inventée par un homme ou bien une femme qui n’avait jamais eu d’enfant ou encore une ex-femme enceinte victime d’Alzheimer. Cette combinaison est tout simplement débile car vous savez quelle est l’activité préférée d’une femme enceinte ? Aller faire pipi. Enfin, c’est pas franchement son activité préférée mais c’est son activité récurrente. Genre aller 5 fois aux toilettes en 6 heures. Et quand on va 5 fois aux toilettes en combinaison, il faut enlever son sweat à capuche, son gilet et les bretelles de la fameuse combi. Et se retrouver en soutif, dans le froid de son appart banlieusard mal isolé où traînent partout de fringues qui essayent de sécher, assise sur ses toilettes la combi roulée autour des chevilles.
Et encore, là, j’étais chez moi, imaginons la même scène dans les toilettes crassouilles d’un restaurant parisien avec la combi qui menace de toucher le sol plein de pipi ?

Je vous le dis dans les yeux et sans doute possible, la combi de grossesse, c’est franchement pas bien !

PS : bienvenue à Abby et Dario, nés hier chez Sandrine et Amandine et félicitations à leurs deux familles.

Rendez-vous sur Hellocoton !