Anecdotes de grossesse

IMG_6507 * Ce billet a été publié pour la première fois sur le blog d’une marque pour laquelle je travaillais. La marque ayant disparu, je l’ai un peu repris et même si le style n’est pas complètement « Marjoliemaman » et j’ai eu envie de garder une trace de de billet ici.

Avec trois grossesses au compteur, j’ai passé 25 mois enceinte (9 + 7 + 9)… 25 mois remplis de joies, de bonheurs, de rebondissements, d’angoisses parfois et de beaucoup de rires aussi. Entre petits bobos et émotions en tous genres, je jette avec vous un œil amusé sur quelques moments qui ont jalonné joyeusement ces trois aventures incroyables.

Trois grossesses, trois anecdotes !

Chut…

Pour chaque grossesse, MMM et moi avons attendu les trois mois règlementaires pour l’annoncer à tout le monde. Cela nous a valu de sacrées séances d’acting…

« Je ne bois plus d’alcool car je veux perdre du poids pour le mariage » était mon mensonge le plus fréquent pour ma première grossesse (ce qui est très drôle sachant que j’étais déjà bien ronde de 4 mois le jour J). « Non, je n’ai pas pris de poitrine, j’ai mis un push-up ».

Mais l’un de mes souvenirs préférés est celui d’une soirée chez mon oncle. Nous voulions attendre encore un peu avant d’annoncer ma deuxième grossesse. J’avais un verre de vin devant moi que je ne cessais de vider le plus discrètement possible dans celui de mon mari. Mon oncle, voyant que je passais vraiment une bonne soirée continuait sans cesse à remplir mon verre… Je vous parle de l’état de MMM à la fin de cette soirée ? Sans commentaire. (Attention, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, hein ?).

Fille ou garçon ?

Pour ma troisième grossesse, nous voulions garder le suspense du sexe. Nous avions déjà un garçon et une fille et surtout aucune préférence. Pourtant, j’étais tellement certaine que c’était un garçon que j’ai demandé à MMM à ce que l’on demande le sexe lors de l’échographie, histoire de ne pas tomber de surprise de la table d’accouchement.

Le jour J, MMM est en déplacement, je demande donc à mon médecin de me donner l’information sur un papier dans une enveloppe. Il me tend un Post-it tout plié que je glisse fébrilement dans mon porte-monnaie. J’ai passé les 24 heures suivantes les yeux rivés sur ce porte-monnaie avec l’envie de savoir ce qui y était noté. Pourtant, j’ai résisté car l’envie de partager ce moment avec le futur papa était plus forte que ma curiosité.

Lors du retour de mon mari, nous nous sommes installés tranquillement pour l’ouvrir… Sur ce Post-it jaune tout plié était dessiné ce symbole :

Nous avons éclaté de rire… Ma certitude de petit garçon était en fait une petite fille…

 

La couvade

La couvade, c’est le truc dont on entend parler en pensant : « c’est une légende urbaine ». Eh bien non, lors de ma première grossesse, j’ai constaté que MMM vivait lui aussi cette grossesse dans son corps… Tout a commencé au premier trimestre quand il se plaignait d’avoir mal au cœur. « J’ai comme des nausées, tu vois ». Oui, je vois très bien mon chéri, je passe la journée le cœur au bord des lèvres parce que je suis enceinte, moi.

Au fur et à mesure que je m’arrondissais, mon mari lui aussi s’est mis à grossir car il avait arrêté de fumer. Grossir oui, mais du ventre comme par hasard. Un matin, alors que je souffrais du dos depuis quelques jours à cause du poids de mon ventre, il se lève, se cambre en arrière, ventre projeté vers l’avant. Il avait clairement la silhouette d’une femme enceinte. Si vous saviez comme j’ai ri ce jour-là. L’ostéopathe qu’il a vu quelques jours plus tard n’en revenait pas : « Monsieur, vous avez le dos d’une femme enceinte », véridique.

Pour finir, le jour de l’accouchement, alors que je subissais les assauts des premières contractions violentes dans mes reins, je l’entends me dire : « je sais pas ce que j’ai, j’ai mal aux reins ». Aussi mignon que cela pouvait paraître, j’ai exigé sur le champ qu’il oublie ses petites douleurs parce que le bébé, c’était bel et bien moi qui allais le faire sortir de mon corps et promis, on s’occuperait de ses petits maux plus tard. Et devinez quoi ? Il n’a plus jamais eu mal aux reins…

La couvade en fratrie

Je ne résiste pas à vous confier une dernière anecdote. Quelques mois avant d’accoucher de ma dernière petite fille, mes deux grands (4 ans et 2 ans et demi) viennent me voir en pyjama, le haut relevé en me montrant leurs nombrils et en gonflant leurs ventres. « Maman, nous aussi on attend des bébés, on va être plein de frères et sœurs dans la maison » me dit mon fils aîné, hilare… Mon cœur de maman s’est liquéfié de bonheur, évidemment.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce contenu a été publié dans Grossesse par Marjoliemaman, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.
Ce billet a été vu 10 199 fois.

A propos Marjoliemaman

Marjolaine, 39 ans, maman de Kouign Amann (2008), Fleur de Sel (2009 - prématurée) et Petite Gavotte (2012), mariée à MMM. Auteur de guides pratiques, rédactrice, réalisatrice, ex-journaliste et ancienne sportive de haut-niveau. En revanche, je chante très mal et je danse encore pire. Chez nous, c'est Santa Barbara, les brushings en moins, l'humour en plus. Un blog entre tranches de vie et conseils en vrac, un blog pour rire et pour pleurer de temps en temps mais juste parce que l'on aime bien.

17 réflexions au sujet de « Anecdotes de grossesse »

  1. 1
    LudiM says:

    Je me souviens tellement bien de ce post-it et de ton attente! Tu as avait quand même été super forte, je crois que je n’aurais pas tenu 😉

  2. 2
    Lilirose says:

    Gniiii… Ce genre de billet me rend totalement guimauve.
    Je ferai bien le petit 4ème…..
    Tout bien réfléchi heu….non
    Mais quelles aventures merveilleuses à chaque fois!

  3. 3
    anyo says:

    Ah les couvades des petits!!! Adorable! C’est bien de conserver cet article car ce sont de jolis souvenirs à partager!

  4. 4
    LMO says:

    C’est mignon!!
    C’est drôle, je suis persuadée d’attendre un garçon! J’étais persuadée d’attendre les filles les trois premières fois et je ne me suis jamais trompée. Peut-être aurai-je moins « d’intuition » cette fois!! 😀

  5. 5

    Cet article est juste trop mignon <3
    Je suis fan 🙂

  6. 6
    Sophie says:

    Gai à lire !
    Moi aussi, je « sentais » que c’était une fille, absolument certaine de mon coup… Et bim, un petit gars ! 😉

  7. 7
    MlleOr says:

    Ce sont de beaux souvenirs aussi tendres que droles !
    Merci de les partager <3

  8. 8
    Nell says:

    Doux moment de lecture pour commencer une journée qui risque de l’être beaucoup moins! Merci, ça me rappelle bien des souvenirs 🙂

  9. 9
    Pimpiche says:

    Très joli billet…. Qui me fait fondre…

  10. 10
    Marilune says:

    Pour notre deuxième, mon mari a « accouché  » des cailloux de sa colique néphrétique trois jours avant moi….Et pendant des mois, il avait une sonde, quand on partait en voiture on mettait des plombes pour faire quelques kilomètres : un coup j’avais envie de faire pipi, un coup lui….

  11. 11

    C’est simple et beau, voilà <3

  12. 12
    Mélodie says:

    oooh c’est trop mignon toutes ces petites histoires! ! 🙂

  13. 13

    C’est trop mimi la couvade en fratrie 🙂 De belles anecdotes en effet, tu as eu raison de le reprendre ce billet … Superbe article

  14. 14

    C’est l’occasion pour moi de te remercier. Lorsque j’attendais mon fils, mon mari était en déplacement la semaine et ne pouvait assister aux échographies.
    Tu m’as donné l’idée de demander au médecin de noter le sexe du bébé sur un petit papier. Nous avons ainsi pu partager ce grand moment tous les deux.
    Et c’est grâce à toi!

  15. 15

    La couvade je connaissais mais je me disais mais non c’est du délire. Jusqu’au jour où le principal intéréssé soit mon homme j’ai vite compris que tout ceci était bien réel.

  16. 16
    Sandrine says:

    Ton récit est émouvant et plein de joies. J’attends également mon futur enfant et peut importe si cela sera une fille ou un garçon, les deux me conviennent 🙂

  17. 17

    Ahhh la grossesse et tous ces petits moments! 🙂

    On en devient nostalgique de temps en temps! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *