Infos en vrac du 2 juillet

J’AI SURVÉCU À CETTE FIN DE SEMAINE DE DINGUE !!!

– Oui, je dis bien « survécu » car je commence ce lundi dans un pâté international après une énième nuit pourrave (la pleine lune semble vraiment me travailler) et une soirée bien festive samedi.

– Vendredi, l’installation de la salle de gym a été épique car nous n’étions pas nombreux. j’ai terminé avec les bras tétanisés d’avoir tant porté de choses. Heureusement, on se marre bien ! Tout s’est enchainé très vite ensuite avec le gala de l’atelier du mouvement de ma Petite Gavotte auquel je n’ai pas assisté. Je suis partie avec les deux grands à la répétition du gala de gym puis à une remise des prix à laquelle Kouign Amann était invité pour ses belles performances de l’année. Un petit apéro et hop, on a tous filé au dodo ! Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je vais enfiler mon armure

Hier, alors que les Pin’s répétait tour à tour leur danse pour la kermesse dans la cuisine, je me suis mise à pleurer comme une madeleine. Une madeleine discrète parce que je n’avais pas envie d’expliquer là, tout de suite, à mes enfants, pourquoi ces larmes coulaient.

Elles coulaient parce que je me suis vue (vous savez, comme quand l’esprit sort du corps et que l’on se voit de l’extérieur ? Note pour moi-même : calmez un peu l’auto-hypnose) en train d’admirer ce trio à la kermesse. Je me suis vue complètement ravagée par les larmes, à moucher à gros bouillons dans ma manche (sachant qu’il fait 30 et que je serai sûrement bras nus).

Les larmes coulaient parce que, les kermesses, ça me file la chiale (les cross aussi d’ailleurs) et que celle-ci, je la sais par avance riche en émotions. Je chialais par anticipation donc (je me fatigue).

Parce que ça sera la dernière fois que mon grand tout petit présente un spectacle dans la cour de l’école qui l’a vu si bien s’épanouir. Parce qu’il va quitter tous ses copains pour un collège où tout sera à construire, lui qui se sent si bien dans sa classe.

Parce qu’à chaque fois que je vois ma fine et forte (comme la moutarde) Fleur de Sel qui danse avec concentration, je frémis un peu en savourant notre chance qu’elle soit là. Oui, 8 ans après et même si j’ai réglé le stress post-traumatique d’avoir vue ma fille sans vie pendant de trop longues minutes, je suis reconnaissante chaque jour de sa présence.

Parce que ma Petite Gavotte quitte la maternelle pour passer au CP et que mon bébé n’est vraiment plus un bébé mais bien une super chouette petite fille hypersensible qui trace sa route avec détermination.

Parce que tous les trois, ils font appels à des sentiments tellement différents en moi que parfois, ça me submerge.

Parce que c’est leur dernière kermesse tous ensemble dans la même école et qu’ils ne seront plus jamais tous les trois dans la même école. La fin d’une ère, mais je radote.

Je pleure aussi tout simplement parce que je suis une grosse pleureuse, c’est dans mon ADN, je tiens ça de Mamie Elise.

Mais bon, quand je pleure, je rougis, je marbre, je gonfle, je morve et mes yeux deviennent tout petits. Alors je crois que je n’avais pas super envie de pleurer samedi et que cette répétition dans la cuisine, c’était ma répétition à moi, histoire de voir quelle taille d’armure j’allais devoir porter le jour J.

Je vous le dis, c’est une armure XXL que je vais enfiler mais je ne suis pas trop inquiète parce que toutes mes larmes de bonheur, de nostalgie et de soulagement sont sorties sans retenue dans l’intimité de ma cuisine.

PS : et je crois aussi que je ne me sentais pas de pleurer dignement sur Despacito.

Rendez-vous sur Hellocoton !