Quelqu’un à qui parler

Je parle assez facilement du fait que dans la famille, on consulte un psychologue quand le besoin se fait ressentir. Je constate que parfois, certaines personnes trouvent ça un peu honteux. Il y a encore l’idée confuse qui circule qu’aller voir un psy, c’est parce qu’on est vraiment à la dérive ou que l’on a un sérieux problème dans sa tête. Et quand on parle des enfants qui vont chez la psy, ça signifie pour certains que l’on est des parents défaillants ou que les enfants sont vraiment mal élevés ou dérangés.

Pourtant, je trouve que c’est une décision sacrément sage de faire appel à quelqu’un quand on est face à une situation dont on ne se sort pas tout seul.

J’ai fréquenté ma première psychologue l’année de mon bac. Sur les conseils de mon généraliste, j’ai pris rendez-vous à la consultation gratuite du coin. Je n’y allais pas forcément de bon coeur mais j’en suis ressortie grandie avec des nombreuses clés pour comprendre qui j’étais.

En tant que famille, notre premier contact avec une psychologue s’est fait à l’entrée en crèche de Kouign Amann, juste après la mort de Madame Perle. Je me souviens qu’elle nous a notamment conseillé d’utiliser les vrais mots quand on parlait à notre fils. « Dites-lui que Madame Perle est morte, pas qu’elle est partie. Parce que le jour où vous lui dites que vous partez faire des courses, vous imaginez ce qu’il pense, lui ? ». Elle nous avait ensuite alertés sur la précocité éventuelle du jeune homme, elle avait épaulé notre fils quand j’étais à l’hôpital et quand sa soeur était au plus mal. La présence des psychologues dans les crèches sont un vrai plus, il ne faut pas hésiter à demander leur aide si nécessaire. Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !