Les Malheurs de Sophie

Je n’avais pas prévu d’en parler ici mais j’ai reçu tellement de réactions et de commentaires sur Instagram que je me suis dit qu’il y avait là un vrai sujet. Limite, un sujet qui pourrait faire partie d’une étude sociologique tant les réactions passionnées que j’ai reçu montre l’impact incroyable d’un livre sur plusieurs générations d’enfants.

C’est en retrouvant l’édition de mon enfance chez ma Mamily (avoir ma mère en face > médiathèque) que j’ai eu envie de faire lire Les Malheurs de Sophie à mon KA. Après lecture, il m »a dit : « Heu, Sophie, elle est pas bien dans sa tête quand même. C’est horrible ce livre » avec autant d’horreur que de délectation.

Alors oui, je me rappelais de trucs un peu glauques mais bon, rien de si terrible. Les filles m’ont demandé de le lire alors on s’y est mises, vite rejointes par KA qui n’était pas contre une deuxième lecture.

Donc, depuis quelques semaines, nous lisons chaque soir un chapitre des Malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur. Bien installés dans mon lit, un Pin’s à chacun de mes côtés et le dernier à mes pieds, nous explorons ce livre parsemé d’anecdotes affreuses…

Non mais sérieusement, je me souvenais d’une Sophie gaffeuse et désobéissante mais ce bouquin, c’est une vraie boucherie ! Il s’agit d’une sorte d’inventaire de toutes les bêtises faites par Sophie (comme dirait Petite Gavotte, c’est pas des Malheurs qu’elle a, c’est elle qui les provoque) avec un nombre de victimes effarant (une pensée pour les poissons, l’écureuil, le bouvreuil, le chat, l’abeille, la tortue…). Il y a aussi évidemment la gourmandise et l’envie de Sophie qui la conduisent à une ribambelle de conneries (désolée, il n’y a ps d’autres mots) qui se soldent en général par une crise de foie ou une punition, le tout, sous le regard affolé de son gentil cousin Paul.

Chaque soir, Petite Gavotte nous lit le titre et la première phrase (on est en CP les amis, on bosse dur) et puis on enchaîne sur le chapitre que l’on ponctue de nombreux « Oh mais non », « Ah mais quelle horreur », « Non, fais pas ça Sophie, c’est une super mauvaise idée ! », « punaise, elle va recommencer », « mais enlevez-lui ce couteau une bonne fois pour toute ! « …

Pourquoi s’inflige-t-on cette lecture alors ? Parce que c’est une sorte d’exutoire, une manière d’exorciser (quoi, je ne sais pas, notre violence intérieure latente peut-être ?). La cruauté aveugle de Sophie (qui ne se rend pas compte de ce qu’elle fait au moment où elle le fait et qui n’apprend pas très vite de ses erreurs mais elle n’a que 4 ans, la pauvrine comme aurait pu dire ma Mamie Elise), son absence de conscience du bien et du mal à certains moments, c’est finalement une étape de l’enfance qui parle à tout le monde. On est en même temps horrifiés par ce qu’elle fait mais aussi un peu fascinés par son application méthodique à le faire à fond. Et puis l’accumulation en devient drôle. Quand on ouvre un chapitre, on se demande qui va réussir à survivre jusqu’au bout des ses quelques pages. Et quand la bêtise arrive, on se regarde en disant : « bah voilà, encore une ». On aurait envie de lui parler à cette petite Sophie, de la prendre sur les genoux, de lui faire un bon goûter et de lui expliquer tranquillement pourquoi c’est finalement à elle qu’elle fait le plus de mal.

Et puis, c’est bien écrit. Y’a pas à dire, la Comtesse, elle maîtrisait. Le langage policé, les tournures de phrases anciennes, les mots qui sentent la naphtaline, ça leur plaît. KA m’a d’ailleurs demandé l’autre soir ce que voulait dire « verge »… Heu, là, dans le texte, ça veut dire « bâton » mon chéri mais ça peut aussi désigner le sexe des hommes. Voilà, voilà, on se couchera tous moins idiots ce soir.

J’ai demandé leur avis aux enfants et ils sont tous d’accord : ils aiment lire ce livre parce qu’ils savent que Sophie va faire des bêtises et parce que c’est tellement gros que ça en devient drôle. Concernant les punitions, ils ont aussi compris que c’était une autre époque (le livre est sorti en 1858 mais il s’inspire largement de l’enfance de la Comtesse de Ségur) et que les coups de fouet et les humiliations étaient la norme à l’époque.

C’est une lecture incroyablement riche qui génère beaucoup de discussions et de sentiments partagés. Je me dis que c’est une lecture qu’il est bon de faire ensemble pour voir la réaction de l’enfant et pour pouvoir échanger tout de suite avec lui. Mon fils est par exemple super marqué par une phrase qui décrit la mort d’un écureuil alors que les filles n’ont même pas sourcillé en l’entendant. Chacun sa sensibilité et pour ce livre en particulier, je comprends que certains aient besoin d’être épaulés.

Je dois avoir les Petites Filles Modèles quelque part chez Mamily histoire d’enchaîner une fois que Sophie aura terminé ses bêtises. Et puis il y a les Vacances aussi… Le Bon Petit  Diable… Il paraît qu’il y a eu un film aussi avec Muriel Robin, ça serait peut-être une de nos films de Noël. Que d’aventures en perspective !

Il y a déjà eu beaucoup de réactions sur Instagram mais n’hésitez pas à partager ici aussi votre sentiment sur ce livre, les réactions de vos enfants ou vos souvenirs d’enfance à vous !

Pour continuer votre lecture, je vous propose un vieux billet : Joe la connerie. C’est à propos je trouve ^__^

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce contenu a été publié dans Marjo lit par Marjoliemaman, et marqué avec , . Mettez-le en favori avec son permalien.
Ce billet a été vu 3 753 fois.

A propos Marjoliemaman

Marjolaine, 39 ans, maman de Kouign Amann (2008), Fleur de Sel (2009 - prématurée) et Petite Gavotte (2012), mariée à MMM. Auteur de guides pratiques, rédactrice, réalisatrice, ex-journaliste et ancienne sportive de haut-niveau. En revanche, je chante très mal et je danse encore pire. Chez nous, c'est Santa Barbara, les brushings en moins, l'humour en plus. Un blog entre tranches de vie et conseils en vrac, un blog pour rire et pour pleurer de temps en temps mais juste parce que l'on aime bien.

77 réflexions au sujet de « Les Malheurs de Sophie »

  1. 1
    Marie says:

    Merci pour cet article ! J’ai du lire ce livre des dizaines de fois enfant mais j’en avais oublié la cruauté je crois 😉 J’ai hâte de le relire avec mes filles quand elles seront plus grande ! Et quelle jolie idée de lire un chapitre tous ensemble chaque soir….

  2. 2

    Les malheurs de Sophie est l’un des premiers livres que j’ai lu en entier lorsque j’avais 7 ou 8 ans et quelle surprise de découvrir que l’auteure vivait, il y a fort longtemps dans la même commune que moi : Pluneret.
    Je me souviens que c’est devenu une fascination pour moi et quelques copines. On allait souvent se promener près de son « château » .
    Evidemment ce livre reste l’un de mes classiques que j’ai hâte de faire découvrir à mon grand (en Cp aussi).

  3. 3
    MARION says:

    Je relis souvent avec plaisir ainsi que les 2 suites. Et les dessins animés sont tops (oui on reste jeune …)

  4. 4
    cyann says:

    Le bon petit diable, que de souvenirs ! (Je me rappelle en particulier un passage où le héros se colle un masque de diable sur les fesses, ça m’avait beaucoup marqué !)
    Un truc que je trouve trés amusant depuis que j’ai des enfants, c’est de les voir réagir aux lectures. (en particulier lorsqu’ils sont hyper tendus dans les moments critiques ! Ma fille a les yeux écarquillés, c’est à mourir de rire, mais je me contiens!)
    Je suis aussi d’accord avec toi sur un point : ils sont trés sensibles à la musicalité des phrases. Mon fils est tout minus (2 ans), mais il aime déjà certaines histoires où le vocabulaire est un peu plus relevé que la moyenne, et je pense que c’est à cause des sonorités (ex : la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête).
    J’ai hâte de les voir dévorer les livres qui m’ont passionée enfant, c’est une des plus belles transmissions à mon avis … (Bon, on aura remarqué que j’imagine que mes enfants seront des lecteurs passionnés, mais bon on verra bien hein !)

    • Il y a beaucoup de transmission dans l’amour de la lecture c’est vrai mais il y a la personnalité et l’envie de l’enfant. Fleur de Sel aime moins lire seule par exemple alors qu’elle adore quand je raconte.

  5. 5
    Isabelle says:

    J’ai aussi beaucoup aimé enfant…mais maintenant, je trouve surtout que c’est l’histoire d’une enfant de 4 ans (4ans!) dont personne ne s’occupe veritablement et très mal surveillée. Après faut pas s’étonner qu’elle fasse des bêtises… C’est plus les adultes finalement qui sont à blâmer dans cette histoire…

    • Ah oui, c’était une toute autre époque, la comtesse de Ségur était une enfant il y a plus de 200 ans (elle est née en 1799 !). On n’envisageait pas du tout l’enfant de la même manière qu’aujourd’hui !

  6. 6
  7. 7
    sof says:

    J’adorais ce livre ! Sans doute parce que l’héroïne porte le même prénom que moi.
    Je m’étais posé la question de le lire à mes enfants mais j’ai peur que ça leur donne des idées (et qu’ils soient trop petits aussi, ils ont 4 et 6 ans, mais si tu le lis à Petite Gavotte, ça devrait le faire, au moins pour le grand)

  8. 8
    Irbo says:

    Hasard du calendrier, ici aussi on a replongé tout récemment dans les malheurs de cette pauvrette… en réalité on y avait déjà regoûté avec notre aînée il y a qq années (elle a 12 ans) j’avais alors été marquée par le jeune âge de Sophie (toutes ses « betises«  restaient associées dans ma mémoire à une enfant plus grande, plutôt 7-8 ans… elle dépote quand même pour une enfant de 4 ans!!!)
    Notre dernière est en CP aussi (Même tradition « tu lis le début et on prend la suite ma chérie », sauf qu’elle ne veut pas lâcher le bouquin et que ça devient loooooong et que ça manque un poil de fluidité pour captiver l’auditoire …)
    Bref tout récemment je lui ai proposé ce livre…. et quel choc après le premier chapitre, ma demoiselle était en larmes « mais c’est horrible cette histoire!! Pourquoi tu veux qu’on lise ce livre????» on a laissé passer un peu le temps… la grande sœur (=la personne au monde qui sait le mieux rassurer retourner calmer apaiser la demoiselle) étonnée du traumatisme a repris les rênes en expliquant plein de choses… et ça passe mieux, maintenant. Mais on alterne avec d’autres histoires, histoire de digérer chaque catastrophe et de pleurer chaque animal… On a aussi emprunté une version audio à la médiathèque assez réussie avec des voix d’enfants qui rendent le récit vivant.

    Quant au film avec Muriel Robin, nous l’avons vu avec les grands à l’époque. Et ce fut une vraie jolie surprise! Les enfants sont très naturels (pas tjs le cas au cinéma) et on comprend aussi à quel point la pauvre Sophie est délaissée par son père et fait tout pour attirer l’attention de sa maman (un peu déprimée elle aussi par la distance de son époux). Le film traite aussi le deuxième tome (les petites filles modèles), dans lequel la pauvre Sophie n’est pas épargnée par son horrible « belle-mère » suite au décès de ses parents…. elle a vraiment la vie dure la pauvre, même si on a en tête la petite fille qui vit dans un château etc, en réalité elle manque beaucoup d’amour…
    Voilà! Je ne pensais jamais écrire un si long commentaire, pardon si c’est décalé, mais cet article faisait tellement écho à notre actualité familiale littéraire que je ne pouvais rester muette!
    Merci pour cette jolie fenêtre sur votre univers, toujours un plaisir de venir y flâner!

    • Oh non, ça n’est pas du tout décalé, au contraire c’est complètement à propos, merci d’avoir pris le temps de raconter ton expérience, c’est aussi ça l’intérêt des commentaires du blog (et ça reste pour les gens qui vont lire ce billet dans quelques années).
      Effectivement, la pauvre Sophie est bien esseulée mais ça se sent moins dans celui-là. J’espère que ça a pu être une bonne thérapie pour la Comtesse de Ségur !

  9. 9
    Lily says:

    Oh c’est très intéressant comme retour 🙂
    Je me demandais si j’allais proposer les livres de la Comtesse de Ségur à mes enfants (qui sont encore trop petits de toute façon, l’aîné a 4 ans… Comme Sophie !).
    J’ai adoré ces romans quand j’étais petite, mais « Les Malheurs de Sophie » m’a toujours rendu très mal à l’aise. Je ne trouvais pas ça drôle, c’était si triste, si frustrant à lire ! En revanche j’ai lu plusieurs fois les Petites filles modèles et les vacances (et au moins une fois tous les autres), mais je passais très vite sur les passages où apparaissait Sophie, toujours source de vif malaise (et la condescendance des autres « Oh pauvre Sophie qui fait toujours des bêtises… », je détestais !!!)
    Bref, c’est une vraie interrogation que j’avais, ne trouvant pas cette lecture très bienveillante, mais en même temps comme tu le dis, si riche d’enseignements et de notions à explorer 🙂 La lecture collective doit beaucoup apporter en effet, c’est une bonne idée !
    Nous lisons des contes le soir depuis quelques temps, et j’ai beaucoup hésité au début mais les enfants adorent, même les plus durs qui doivent sans doute parler à leurs angoisses intérieures (et gros succès pour Hansel et Gretel)… Je mets ça un peu dans la même démarche.
    Et après tout si on n’initie pas les enfants à des ouvrages classiques, avec leur regard d’autrefois sur la vie et les relations humaines, comment pourront-ils s’ouvrir dans quelques années à Flaubert ou Victor Hugo ? 🙂
    Bref merci !

    • Effectivement, c’est très triste finalement mais j’aime la possibilité de le lire sur plusieurs niveaux. Tout comme pour moi Madame Bovary est un livre super drôle (il faudra que je développe ça ici un jour ! ). Les contes sont super importants justement dans le développement de l’enfant. Le peur du loup, la peur d’être abandonnée, je ne connais pas le terme exact mais c’est carthartique je crois ! Si un psy passe dans le coin, je veux bien son aide 😉

  10. 10
    Anne-Laure says:

    Il y a aussi François Le Bossu (qui finit par partir en cure à Pau) avec un personnage drôle et attendrissant, beaucoup de méchants très méchants et de gentils très gentils, d’énormes bêtises et de prénoms truculents…. Enfin au charme suranné, quoi…. Bref, en tant que maman d’une Madeleine modèle (mais dont le 3eme prénom est Sophie) et d’un Paul, on peut dire que j’ai été un peu influencée par mes lecture d’enfance .

  11. 11
    Sandra F says:

    C’est drôle j’ai le même souvenir qu’Isabelle (commentaire 5) d’une Sophie plus âgée ; mais aussi, et surtout d’une Sophie livrée à elle-même ! Je me souvenais de « bêtises » sans précisions aucune, et pas forcément cruelles, plus une histoire d’eau

  12. 12
    MARIE says:

    Bonjour, je vous recommande de lire aussi les Petites Filles Modèles où on parle également de Sophie mais avec un autre regard : Camille et Madeleine sont élevées dans un environnement plein d’amour et de bons sentiments (parfois un peu trop pour notre époque …) ; après quelques affrontements, elles vont faire preuve de pitié et de compréhension vis-à-vis de Sophie, qui finira par être adoptée par cette famille. Le manque d’amour et la cruauté des punitions infligées à Sophie me choque beaucoup, même s’il s’agit d’un autre temps. J’ai trouvé que la lecture des Petites Filles Modèles permettait de rééquilibrer l’histoire. Et toujours, le style suranné de la Comtesse de Ségur avec l’annonce du roman d’aventures que sont Les Vacances.
    Personnellement, ma série préférée, c’est l’Auberge de l’ange gardien et le Général Dourakine.
    Bonne lecture ! Marie

  13. 13
    Elsouille34 says:

    J’ai adoré lire la Comtesse de Ségur mais les malheurs de Sophie provoquaient chez moi un malaise. Elle a quelque chose de dérangeant cette Sophie qui découpe les poissons et malmène les poupées. J’ai vu le film avec Muriel Robin et j’ai trouvé qu’il faisait bien transparaître celà.

  14. 14
    morgane says:

    Merci pour cet article, j’ai de vagues souvenirs de ce bouquin… Ca me donne envie de le relire avec les nains du coup !! Ce sera notre prochaine lecture du soir, pour l’instant nous lisons Hermès.

  15. 15
    Laetitia says:

    HAHAHA, avant hier ma fille m’a sorti « Maman, en fait Marie c’était une verge » donc j’ai dû avoir plus ou moins la même explication !

  16. 16
    Stephanie says:

    Lu à mes enfants aussi, avec un grand succès! Même le plus petit (de 4 ans) à écouter, et il posait plein de questions apèrs.
    J’adore la comtesse de Ségur qui a marqué mon enfance, et j’ai été contente de voir que malgré un vocabulaire plus soutenu, et le vouvoiement, mes enfants ont accroché.
    Les bêtises de Sophie ont passionné tout le monde, le vouvoiement a intrigué, l’histoire des petits poissons découpés ont entrainé plein de quesiton sur la sensibilité des animaux aquatiques..
    Bref uen réussite
    Mi je trouve justement que la comtesse de ségur est plutôt moderne dans son approche, il y a une vraie prise en comtpe de l’animal, en tant qu’e^tre souffrant( même les piossons, et puor l’époque c’est pas courant), y’a une vraie modernité dans son approche (comme elle exempte parfois Sophie de punition estimant que la conséquence est suffisante.
    bref j’ai relu ça avec autatn de plaisir que jeune, et elle reste une valeur sure cette chère Sophie!

  17. 17
    Bobine says:

    J’avais ressorti mes livres de la Comtesse pour ma fille vers 8 ans mais elle n’a pas trop accroché, un peu jeune je pense. Il faudrait que je les relises avec elle en fait!
    Là son maître (elle est en CM2 maintenant) demande aux parents de venir parler du livre qui les a marqué enfant et j’ai été rechercher mon édition illustré de Robinson Crusoé que mon papa me lisait le soir. Et quel choc en le relisant, j’avais mis de côté des tas de détails qui n’en sont pas tant que ça en fait (l’esclavagisme, la religion, etc…) et j’en viens à me demander si c’est vraiment bien d’aller en parler à la classe!

  18. 18
    martins says:

    Merci pour cet article. Que de souvenirs! Bon et moins bon car à l’école, les enfants ne sont pas tendre (Je m’appelle Sophie).
    Malgré tout J’ai adoré lire la comtesse de Ségur et voir en dessins animées les aventures de Sophie. Son courage face à son malheur… L’amitié, la moral
    Ma fille porte le doux prénom de Camille…
    Mes enfants ont vu qlq épisodes et ont réagi également sur la tristesse de l’histoire de Sophie livrée à elle même très jeune et finalement sauvée.
    Dans le même Style, il y a princesse Sarah….

  19. 19
    Anne says:

    J ai lu aussi les malheurs de Sophie a mes filles. Ma grande a enchaîné les petites filles modèles, les grandes vacances,mémoires d’un ane….elle a fini les 4 filles du Dr march et elle a beaucoup aimé.

  20. 20
    anne says:

    quelle nostalgie !!!! j’ai du lire toute la Comtesse de Ségur quand j’avais une dizaine d’années (c’était hier bien sur) et ton article me donne envie de relire les seuls qui me restent, à savoir « les malheurs…. », « les grandes vacances » et le dernier dont le titre m’échappe (c’est pas beau de vieillir 🙂 ). Merci Marjo pour cet article et bonne lecture avec les Pin’s

  21. 21
    LouiseB says:

    Hola les malheurs de Sophie, toute mon enfance ! Je n’ai jamais eu la chance de lire le livre… Mais il y a un dessin animé aussi !
    Et le film, je l’ai vu à sa sortie au cinéma, je vous le conseille, meme si un peu sombre…

  22. 22
    Sheily says:

    Les Malheurs de Sophie ! Si tu savais comme j’ai hâte de lire et faire lire ce livre à mon fils (il est au CP aussi, mais ne manifeste pas autant de bonne volonté pour les histoires de filles). Jadis, je m’imaginais que si cette enfant était si méchante, c’est qu’elle n’était pas assez aimée… Et j’en ai toujours l’intime conviction ! Surtout quand on la compare à Camille et Madeleine de Fleureville 😉 ! Les Petites Filles Modèles et Les Bons enfants étaient mes ouvrages préférés.
    Comme je te le disais sur Instagram, j’ai lu l’intégrale de la Comtesse de Ségur. C’est elle qui m’adonnée le goût de la lecture et de l’écriture (avec Marcel Pagnol). Et puis il faut dire que ses personnages d’enfants faisaient rêver… Par contre, j’ai vu le film Les Malheurs de Sophie sorti en 2016 et j’ai été très déçue…
    Dans un autre registre, je me demande même si le personnage de Mortelle Adèle (l’héroïne de BD qui fait fureur dans les écoles primaires), n’est pas un peu inspirée de Sophie.

  23. 23
    Lisbei says:

    Ah, il va falloir lire avec eux les Petites Filles Modèles pour qu’ils découvrent que tous les parents n’étaient pas comme ça à l’époque … et puis, c’était clairement le but de la comtesse : montrer la différence entre l’éducation « de loin » et un grand soin porté au développement des enfants …
    Ceci dit, j’ai lu et relu absolument tous les Comtesse de Ségur dans ma jeunesse, et clairement, Les Malheurs de Sophie n’était pas mon préféré … Les Vacances, L’Auberge de l’Ange Gardien, la Fortune de Gaspard, Jean qui grogne et Jean qui rit, les Nouveaux Contes de Fée … mais ne leur lit pas Les Mémoires d’un âne, c’est trop triste … j’ai d’ailleurs lu l’an dernier l’équivalent dans la littérature anglo-saxon, Black Beauty, et ça m’a fait le même effet …
    Merci pour ce petit voyage dans le temps … avec mes gremlins, nous relisons depuis un an beaucoup de classiques de ma jeunesse, et ils ont adoré Le Petit Lord Fauntleroy, Sara la petite Princesse … Djinn la malice …
    Bises et bonne journée !

  24. 24
    Lilyvia says:

    Mon livre favoris depuis mon plus jeune âge, je l’ai lu je ne sais combien de fois… Et je l’ai retrouvé avec plaisir il y quelques années avec un regard d’adulte, et là quelle surprise Sophie est une future psychopathe 😉 mais j’aime toujours cette petite fille.
    J’adore ta façon de lire ce livre avec tes enfants, dans quelques années je ferai peut être pareil avec ma petite fille.

  25. 25
    charlotte says:

    Je me souviens pas avoir lu ce livre même si je le connais. Ca donne envie de le découvrir avec mes enfants en âge.

  26. 26
    Ysaline says:

    Bonjour Marjolaine,

    Je me souviens d’avoir reçu ce livre en cadeau de Noël, en fin d’après-midi et de l’avoir lu d’une traite. J’adorais lire mais les livres étaient rares à la maison car mes parents avaient des moyens modestes.
    Je n’ai pas été marquée par les coups reçus par Sophie, puisque mes parents ne se gênaient pas pour utiliser ce mode d’éducation…
    Les bêtises de Sophie m’ont, pour la plupart, beaucoup fait rire.

    Merci beaucoup pour votre compte-rendu qui, lui aussi, m’a énormément fait rire, ainsi que ma fille (en 3e et qui a lu le livre, il y a quelques années).

    Belle journée.

  27. 27
    Soa says:

    En général, je trouve que beaucoup d’histoires (livres, dessins animés) sont très difficiles à entendre de nos jours. Je m’apprête justement à reprendre un vieil article d’un de mes anciens blogs sur comment expliquer à nos enfants les grands classiques d’hier qui avaient une approche tellement différente de la nôtre aujourd’hui.

    • Je ne trouve pas ça difficile, en expliquant que c’est le reflet d’une époque, les enfants comprennent et ce sont les réactions de malaise ou d’incompréhension qui engendrent des discussions intéressantes.

  28. 28
    anne says:

    Tu me donnes envie de les relire 🙂
    Je me souviens avoir trouvé les livres de la Comtesse de Ségur déjà très caricaturaux à l’époque mais ça m’avait beaucoup plu. Concernant Sophie, elle est un personnage rassurant finalement, elle permet à nos enfants d’avoir des repères tout en gardant son sens de l’humour !
    Tu viens de me donner une idée, je n’aurais pas pensé à les faire lire à Martin mais je vais y songer !

  29. 29

    Je parlais justement des Malheurs de Sophie avec ma tante l’autre jour. Je me souviens surtout du dessin animé que j’ai vu et revu quand j’étais petite et qui était triste à pleurer. J’ai aussi lu le livre, qui était chez ma mamie et j’avoue que j’avais moins accroché, certainement parce que je trouvais certains passages un peu dérangeants … Il faudra que je le retrouve à Noël pour en lire quelques passages ! Merci pour ce retour en enfance !

  30. 30
    Bénédicte says:

    Petite, j’ai du dévorer tous les livres de la comtesse de Ségur, j’adorais ça.
    Mais bizarrement, je ne pousse pas mes filles à en lire, justement parce que je me rappelle de certains personnages ou passages très peu gais (genre jean qui grogne et jean qui rit qui partent tous seuls sur les routes à 10 ans à pied pour rejoindre leur frère à Paris parce que la maman est trop pauvre) …. J’ai commencé par leur proposer les malheurs de Sophie justement, elles ont pas accroché pour l’instant et je n’ai pas insisté. Pourtant j’ai encore toute le collection chez mes parents, on y reviendra surement plus tard 🙂

    • La littérature, c’est aussi se baigner dans des univers pas forcément gais ou positifs, c’est le force de la fiction mais effectivement, ce sont des lectures qui peuvent être dérangeantes si faites seules ou sans décodage.

  31. 31
    Anne says:

    Fan inconditionnelle de La Comtesse de Ségur, mes préférés sont: après la pluie, le beau temps et La fortune de Gaspard. Bonne lecture 😉

  32. 32
    Lucky Sophie says:

    Tu penses bien qu’avec mon prénom j’ai eu droit à de si nombreuses blagues au sujet de ce livre que je n’ai pas du tout envie de le relire. Et j’avais été traumatisée par la violence des punitions… Mais c’est sympa de lire votre expérience en famille !

  33. 33
    Angélique says:

    Bonjour,vous pourriez aussi leur faire découvrir Zénaïde Fleuriot née à Saint Brieuc…Elle a écrit 83 romans destinés à la jeunesse…En son temps, Zénaïde Fleuriot fut largement aussi célèbre que la Comtesse de Ségur.
    Bonne journée

  34. 34
    Koalisa says:

    J’ai le souvenir d’une Sophie qui se faisait beaucoup taper par sa belle-mère (mais c’est peut-être dans Les Petites Filles Modèles, je ne sais plus). Il va falloir que je relise tout ça !

  35. 35

    l’anti vegan par excellence d ela litterature française 🙂

  36. 36
    bibi says:

    Oh j’avais pas vu ce billet! mon aînée a dévoré pas mal de comtesse de Ségur vers 7-8 ans (bon petit diable, petites filles modèles, diloy le cheminot..) qui sont aussi de vraies madeleines perso+++. Et on a vu le film quand il est sorti au ciné, plutôt bien aimé même si c’est difficile de mettre des images sur un univers imaginaire qui nous accompagne depuis l’enfance!!!je pense que tes 3 enfants ont l’âge effectivement.
    C’est vrai que la pauvre Sophie prend cher à chaque fois, mais c’est riche de débat sur avant/maintenant, l’éducation, tout ça!! Lisez vite les petites filles modèles pour retrouver Sophie !

  37. 37
    faydeflo says:

    Et encore un billet qui fait écho un de mes tontons qui travaille pour une imprimerie m’a légué toute la série de Mme la Comtesse! En plus d’être beaux les livres se dévorent l’un après l’autre. Et quelle joie de voir ma petite Camille (qui a du s’appeler Sophie dans une autre vie…) s’écrier après la lecture des petites filles modèles: J’a suis la plus sage! C’est moi Camille! … Des supers moments de lecture. Bonne continuation littéraire! Biz

  38. 38
    Geraldine De bortoli says:

    J ai également de très bons souvenirs de lectures de jeunesse de la Comtesse de Ségur : j’avais gagné en Cm1 (avec la prévention routière) « l auberge de l ange gardien » et je l ai lu et relu des dizaines de fois ! Les petites filles modèles et les vacances aussi bien sûr ! Puis J ai enchaîné avec « sans famille » de Hector Malot Et la J ai versé des torrents de larmes….. jamais eu le courage de le relire (la souffrance des enfants me transforme en Madeleine)

  39. 39
    issabill says:

    Oh mais il faut que je les relise ! Je ne me souviens que du poisson rouge, et de la coupe des cils ! ahaha !
    Et pourtant, qu’est-ce que j’ai pu lire ce livre, avec les petites filles modèles, les vacances, et les bons enfants (dans lequel je crois qu’il y a aussi une Sophie terrible. Mais ce n’est pas étonnant : les prénoms des petits héros étant inspirés par les prénoms des enfants de l’entourage de la Comtesse, à qui elle prêtait leurs caractères. Sophie étant le prénom de… la Comtesse elle-même! J’aimerais bien savoir quelle est la part d’autobiographie dans les malheurs! Et je crois que j’aurais bien aimé rencontrer cette Comtesse….)

  40. 40
    Sabrina says:

    Les malheurs de Sophie
    Mais j’ai dû lire au moins 50 fois les vacances. Je voyageais avec Paul. Et puis c’est là de mémoire qu’on sait ce qu’ils deviennent adultes? Marguerite se marie avec Paul, non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *