Cours, bébé, cours !

Le cross inter-école, les enfants en parlent chaque année de la rentrée jusqu’aux vacances de Toussaint. Ils le préparent assidument, ils s’entraînent dur avec leurs enseignants et ils me donnent leur classement chaque semaine, heureux de progresser. Et puis ils affrontent 4 autres écoles, ça les stimule et engendre une grande cohésion entre les classes de l’école.

Cette année, Kouign Amann investissait beaucoup dans ce cross parce que c’était le dernier de primaire pour lui : « maman, je suis dans les deux premiers de ma classe. Avec T, on va faire la course ensemble pour se soutenir et battre les autres écoles ». Mini-drame, il est tombé dans la cours trois jours avant et avait super mal à la hanche. Une journée en béquille et un glaçage bi-quotidien et hop : il était sur pied le vendredi matin.

Fleur de Sel, elle, revenait des entraînements avec des classements aléatoires mais toujours contente d’avoir couru.

J’avais décliné le rôle de parent accompagnateur parce que j’avais trop de boulot et que j’accompagne déjà pas mal d’événements. Et puis la veille du cross, j’ai réalisé que je n’avais rien d’urgent au planning, mon boulot pouvait attendre lundi. Statut freelance, bénis sois-tu. Alors j’ai dit à mes deux grands que je serai là pour les voir, ils étaient ravis !

Je les ai retrouvés au stade avec leur classe. Tout sourire et tout excités. Fleur de Sel balisait un peu parce qu’elle ne connaissait pas le parcours (l’histoire de sa vie ces dernières années) mais un bisou a suffi à la calmer. Kouign Amann était tellement à fond qu’il avait oublié son short dans le bus. Il l’avais sorti pour mettre les bouteilles de ses copains dans son sac, comment voulez-vous que je l’enguirlande sérieusement ?

Une fois ces détails réglés, je suis allée prendre mon poste de « parent panneau de signalisation », à l’entrée du stade où ils faisaient les 200 derniers mètres avant l’arrivée.

La course des CE2 est partie en premier : un grand tour puis un tour de stade soit 1 km, chacun à son rythme… Après avoir encouragé tous les enfants que je connaissais individuellement par leur prénom en me cassant la voix dans les aigus (j’adore les encourager, les voir accélérer quand ils entendent leur prénom, comme si ça les boostait d’un coup), les premiers sont arrivés. Des garçons bien sûr et puis quelques filles. Et… dans les 10 premiers, ma Fleur de Sel !

« Allez Fleur de Sel, tu ne lâches pas, tu respires, il te reste un tour de stade, allez ma biiiiiiiiiche ». J’aurais pu en chialer de la voir toute fine à flotter dans son legging gérer sa course comme une patronne. Je l’ai vue couper la ligne et foncer sur sa maîtresse qui récupérait les dossards avec un sourire immense. Mon tout petit minuscule bébé de 2 kg était dans les 10 premiers, c’était fou cette histoire.

« Maman, ma maîtresse m’a dit que j’étais 3ème des filles ! » m’a lancée ma Marie-Josée Perrec toute incrédule… Il y avait du monde, beaucoup de monde alors j’ai ravalé mes larmes pour lui faire un gros câlin. Mais bon sang, c’était un peu dingo cette émotion. Son frère est venue la féliciter, elle a fait comme si de rien n’était mais elle était contente d’avoir les félicitations fraternelles.

La course des CM1 est ensuite partie et j’ai continué à encourager les enfants de l’école, ceux qui étaient en classe avec Kouign Amann jusqu’en grande section, avant qu’il ne saute sa classe. J’encourageais aussi les enfants des autres école à la peine : « courage mon grand, il te reste un tour, respire bien ! ». En fait, je crois que j’adore les mômes. Si j’avais la patience, j’aurais pu être maîtresse. Mais non en fait ^__^

Et puis c’était au tour des CM2. 3 tours puis un tour de stade : 2,5 km. Mon Kouign Amann était rayonnant (et tout petit) au milieu de ses copains. Il avait l’oeil du tigre mais semblait super détendu.

Il a passé les deux premiers tours à la 3e place. Je le voyais qui s’accrochait comme un fou pour ne pas lâcher les 2 premiers. C’était dur, vraiment dur mais il tenait, il avaitle trou avec ses poursuivants. Le podium lui tendait les bras. Et puis à la fin du troisième tour, juste à l’entrée du stade, à 200m de l’arrivée, toujours en 3ème position, il s’est arrêté et a fait demi-tour. J’ai foncé vers lui pour lui proposer de l’accompagner pour terminer même en marchant s’il n’en pouvait plus.

Il s’est retourné vers moi et je l’ai vu tout blanc et de la morve jusqu’au menton. Même pas le temps de me parler qu’il vomissait ses carottes du midi tout en retenant ses larmes. Mon coeur de maman a explosé en mile morceaux. Mon grand, mon petit, mon combattif qui investissait tant dans cette course…Je lui ai essuyé le nez, donné une gorgée d’eau et je l’ai fait marcher. Mon minipouce avait TOUT donné, il avait couru à s’en faire vriller les tripes… Je lui ai dit à quel point j’étais fière de lui car tout ce qui importait, c’était de faire son maximum et que là, il était allé au-delà de ses limites. Il a pleuré et j’aurais bien pleuré avec lui, en hoquetant bruyamment, mais je n’avais plus de mouchoir alors j’ai reniflé très fort. Je lui ai répété que j’étais super fière et que pour moi, il méritait cette troisième place et que même s’il n’avais pas pu finir, il pouvait être fier de lui. Ses copains sont venus le voir, le réconforter. Son copain qui a décroché la troisième place est venu le féliciter et réciproquement.Tous ces gosses de 10 ans ont eu un comportement exemplaire, c’était beau à voir. J’étais honorée d’être leur accompagnatrice, vraiment.

Et puis il y a eu la remise des prix avec ma Fleur de Sel toute timide de recevoir le troisième prix. Mon Kouign Amann qui serrait les dents, me regardant de temps en temps de son regard de poète romantique maudit. Et les enfants qui s’applaudissaient…

J’étais fière de mes deux grands Pin’s, si vous saviez comme j’étais fière. J’aurais été fière d’eux même s’ils avaient terminé derniers parce qu’ils ont fait du mieux qu’ils pouvaient. C’est vrai, on s’en fiche du résultat, l’essentiel, c’est l’envie et la volonté que l’on y met.

Ce week-end, on a longuement refait le match. Fleur de Sel comprenait à peine que l’on raconte à tout le monde sa troisième place (genre : « calmez-vous les parents, c’est juste un cross scolaire » – je crois qu’elle a raison d’ailleurs !), Kouign Amann racontant avec le sourire que son vomi ressemblait à du sang parce qu’il avait mangé des betteraves (bon appétit à vous). MMM parlant des JO de Yohann Diniz et de son premier titre mondial cette année…

Bref, vendredi dernier, c’était le cross scolaire des primaires et demain, c’est au tour de Petite Gavotte d’entrer en lice avec la course des maternelles ! Cours, bébé, cours !

Rendez-vous sur Hellocoton !

46 réflexions au sujet de « Cours, bébé, cours ! »

  1. 1
    séréna says:

    Bravo à tes loulous ! Tu as raison l’essentiel c’est de se donner, le résultat on s’en fiche. C’est fou comme on peut vibrer avec nos enfants, ma cp c’est mercredi et elle attend ça avec grande impatience…

  2. 2
    Marion says:

    Oh j’ai versé ma petite larme en te lisant….. Bravo à cs deux champions !!!

  3. 3
    Anne-Laure says:

    Oh… ici, je ne me retiens pas, je pleure à chaque fois. Mais juste parce que je compatis tellement de ce calvaire qu’on inflige aux enfants. Surtout le petit grassouillet en nage, à la dernière position, ceux dont la souffrance se lit sur les visages, ceux qui voudraient rentrer sous terre et que tout s’arrête mais il y a des parents partout et tout le monde qui les regarde… Heureusement, ils ont arrêté cette torture au collège cette année, et dans mon lycée, on n’en fait plus non plus depuis 6 ans!
    A l’école, ils ont carrément supprimé le classement et cette année, le moment qui m’a un peu réconciliée avec ce cauchemar, c’est de voir courir (hum hum… ) mon fils main dans la main avec sa meilleure amie, l’attendre et la réconforter quand elle faisait des pauses…. avant qu’il ne la laisse galamment passer la ligne d’arrivée avant lui (et pour une fois, il était loin d’être dernier, ouf, pas d’égo à rapiécer le soir à la maison….)

    • Je vois les choses un peu autrement. Même les derniers ont leurs encouragements et ça leur apprend la ténacité, le fait d’aller jusqu’au bout même si c’est dur. ça cultive le goût de l’effort, enfin, je vois ça par rapport à l’organisation de cette course-là qui est très bon enfant.
      Tout le monde est valorisé. Après, le classement n’est pas forcément utile, je suis d’accord avec toi.
      Bel exemple donné par ton fils !

    • estamine says:

      Oui, moi aussi je vois les choses différemment. Je ne vois pas de souffrance sur les visages, mais le dépassement de soi et le goût de l’effort. Il est nécessaire de faire faire du sport aux enfants (et encore plus aux « grassouillets » comme tu dis) : les capacités cardiaques des enfants ont bien mal évolué ces dernières dizaines d’années, ils passent de moins en moins de temps à faire de l’exercice. C’est aux parents et aux éducateurs de faire leur travail afin de ne pas stigmatiser les derniers, encourager l’effort, quel que soit le résultat.

  4. 4
    Charlotte says:

    Punaise j’ai pleuré en lisant ton récit ! Pauvre kouign amann…

  5. 5
    sophie says:

    comment pas avoir le coeur serré en te lisant le récit de la course de tes 2 grands. bisous à KA et FS

  6. 6

    Sérieusement j’ai ma petite larme….
    bravo et vive le sport!
    Bisous
    Marion

  7. 7
    Sophie says:

    J’adore ce post !!
    En fait ça me fait réaliser un truc du haut de mes 23 ans, c’est que les enfants peuvent aimer courir… Pour moi la torture du cross date du collège et je n’ai jamais compris pourquoi on nous infligeait de courir… Mais en lisant ton post, j’ai eu une révélation : en fait c’est super comme expérience ! Ca apprend plein de choses et c’est aux profs et aux parents d’accompagner les enfants pour qu’ils en tirent qch de positif. Bref, j’espère que mes enfants seront comme les tiens et pas comme moi qui haïssait le sport… Merci <3 (ça parait banal mais tu viens de me réconcilier avec ce qui s'apparentait à une sorte de traumatisme d'adolescence)

  8. 8
    odile says:

    bravo à tes poussins le principal c’est de se donner à fond peu importe le résultat tu peux être fière bisous

  9. 9
    mamiedo says:

    Bravo à tes 2 grands ! Kouing Aman a peut-être « payé » sa classe sautée car du coup il courrait avec des bien plus grands et à cet âge c’est énorme. Il a tout donné !!!

  10. 10

    Ok j’ai pleuré!! ahahhaa on est graves jte jure! Bravo à tes deux chéris:-) (tu aurais fait une instit parfaite)

  11. 11
    DANIEL says:

    Je lis ta si jolie histoire…et j’ai le coeur serré en pensant qu’en ce moment c’est mon petit garçon de 6 ans qui court …heureusement son papa est accompagnant et pourra tout me raconter.
    C’est toujours un vrai bonheur de te lire.
    Belle semaine à toi.
    Nathalie

  12. 12
    Dorothée says:

    Je suis en mode guimauve ces derniers temps (enfants malades, nuits pourries, tout ça tout ça…)
    Du coup, je l’ai vécu ce cross en te lisant Marjoliemaman, j’ai été limite été essoufflée comme ci je l’avais couru et j’ai eu envie de chialer…
    J’ai ravalé mes larmes…plusieurs fois…
    Ça m’apprendra à lire tes articles du travail 😉
    Félicitations à Fleur de sel et j’espère que Kouin Amman n’est pas trop déçu…

  13. 13
    Princesse Strudel says:

    Bravo à tes enfants!
    D’un point de vue purement « technique », tu pourras dire à ton Kougin Aman qu’il n’est pas le seul à vomir… ca m’est arrivé après des sprints mémorables pour finir un 10 km et un semi. Ah, et à la fin de mon premier 5 km « officiel », également. L’estomac se serre sous l’effort. Il devrait pouvoir éviter ces déconvenues en déjeunant (ou petit-déjeunant) très légèrement avant son effort (et bien à l’avance). Un repas trop lourd (ah, le repas de pâtes trois heures avant le départ… ) chez certains sportifs, c’est juste « fatal ». Et trois heureus entre le repas et l’effort ne suffisent pas forcément.

    Encore bravo à lui pour son bel effort, à ta Fleu de Sel pour son superbe podium.

  14. 14
    marjitj says:

    Non mais j’ai vibré avec toi en lisant ton récit!!!
    Pauvre KA, c’est dur à qq m de l’arrivée, mais l’expérience… ça vaut tout! et bravo à FdS!
    Ici pas de cross à l’école primaire, c’est dommage, je trouve ça chouette, de notre temps, on en faisait, d’ailleurs trônent dans le jardin de mes parents 2 cèdres que nous avions gagné avec ma soeur, et qui sont devenus immense!!

  15. 15
    Bénédicte says:

    Bravo à KA et FDS !

    Ici les 2 miennes aussi font le cross des écoles, mais j’ai jamais pu aller les voir courir. En plus la course c’est pas du tout leur kiff, elles font leurs 5 tours de praticable à la gym pendant l’échauffement parce qu’il le faut, mais moins elles en font et mieux ça leur va 🙂

  16. 16
    Marie Meyer says:

    Que d’émotion ! Bravo à tous ❤

  17. 17
    Sofinet says:

    Mes 2 louloutes courent vendredi et j’ai trop hâte d’aller les encourager… Que de souvenirs, de larmes d’émotion, de cris d’encouragement… les cross scolaires…
    Entre ma grande qui était tombée sur la ligne de départ et s’était fait piétiner il y a 2 ans. Ma petite qui a gagné sa course l’an dernier. Je sais que l’émotion va être forte !
    Il y a 3 ans c’est moi qui m’était lourdement vautrée sur une souche, en l’encourageant l’œil dans l’objectif de l’appareil photo (même pas mal… enfin si !)…
    Et l’an dernier j’étais absente car en voyage de noces et c’est mon papa, venu de loin, qui les avait entraînées. Elle était tellement fière du haut de ses 6 ans sur la plus haute marche, que je me suis presque consolée d’être absente ce jour là et d’offrir ce souvenir à mon papa, ancien coureur de haut niveau… !
    Reste plus qu’à trouver les épingles à nourrices !!

  18. 18
    Sandrine says:

    Qu’est ce que c’est bête et niais mais j’ai les larmes aux yeux pq c’est tellement ça m’a fille a fait le cross du collège elle était rouge et avait fini je ne sais pas combien mais c’est fou cette fierté de voir ces petits êtres sortis de nous faire de si belles choses !

  19. 19
    Estelle says:

    Quel récit émouvant ! Félicitations aux enfants

  20. 20
    jessica says:

    Bravo à tes deux Loulous! C’est vrai, on s’en fiche du resultat quelque part, c’est le fait d’avoir participé et d’avoir essayé qui est le plus important! Mon fils a fait sa 1 ère il y a quelques semaines, la pression l’a fait s’arrêter 10 metres de l’arrivé, il était 1er! Nous avons été très déçu mais je lui ai dis que j’étais fière de lui, qu’il avait essayé 6ans c’est si petit encore….il a fait au mieux de ces capacités, la prochaine il l’a finira, qu’importe la place 😉 Bises

  21. 21
    nanou29 says:

    ne pouvant plus bien lire les commentaires, je me prive avec tristesse d’une partie du plaisir de vous lire, pourriez-vous mettre plus de contraste, l’esthétique, je pense, n’en sera pas trop affectée (un noir à 95% pour éviter un thon sur thon… imprenable avec l’hameçon de ma rétine)
    bien affectueusement

  22. 22

    Quel beau récit ! On sent tellement ta fierté… ce qui est beau c’est que l’on te sent presque plus fier pour ton loulou d’avoir été au bout de ses forces que de ta fille d’avoir fait une super performance ! Bravo à tes 2 loulous !

    Virginie

  23. 23
    Banane says:

    Je pleure alors que je n’y étais pas et ce ne sont même pas les miens…. note pour plus tard : ne jamais accompagner un événement sportif du genre, sous peine de « leur mettre la honte puissance 1000 ». 🙂
    L’an dernier les CM1 ont fait la course contre la faim. Ils devaient trouver des parrains qui donnaient quelques euros par tour de stade réalisé et ils couraient pendant 1h. Notre mini pouce de 20kg tout mouillé a couru 7km. L’idée de les mobiliser sur un effort physique en sachant qu’ils le font pour que des gens qui ont faim reçoivent des dons, je trouve ça trop génial (les maîtresses de CM1 sont extras, chez nous)
    Bref, bravo aux champions et cours Petite Gavotte!

  24. 24
    Mamine says:

    Sympa ce cross inter école ! Et bravo à tes enfants qui se sont dépassés chacun a leur façon 😉

  25. 25
    Fleur de Lupin says:

    « Mon tout petit minuscule bébé de 2 kg « …ta fille t’a démontré que ça c’est du passé 😉

  26. 26
    Bricole says:

    Je compatis à la déception de Kouign Amann. Même mésaventure au cross du collège (par contre je n’ironisais pas sur la betterave, mais sur les élastiques de mon appareil dentaire. Amis de la poésie…). C’est dur !

  27. 27
    julie_freckles says:

    Non mais, je chiale comme une madeleine, c’est malin 😉

  28. 28
    Laurianne says:

    J’ai l’impression de nous revoir samedi matin mon mari et moi excités comme deux puces partant (en surprise) supporter neveu et nièce au cross annuel. (Bah oui il reste qu’eux maintenant parce que l’ado a bientôt 17ans ….)
    Bref les enfants m’impressionneront toujours et ils en ont des choses à nous apprendre!!
    Bravo à tous les 2. !!
    Et bravo à toi d’avoir eu le courage de retenir tes larmes j’en aurai été incapable puisque je n’ai déjà pas réussi à le faire derrière mon écran!!

  29. 29
    doublerose says:

    Chez nous, c’était ce matin. Je n’ai aucune idée des classements vu que je suis au travail…et que je m’en fiche en fait. J’ai un gros problème avec le sport qui classe. Mais notre commune ne fait pas de classement individuels.
    Le cross des écoles classe les écoles : chaque classe a un nombre de minutes à courir, A la fin, le nombre de tours fait pas les enfants sont comptabilisés. L’école où les enfants ont fait le plus de tours est gagnante.

    Ce matin j’ai dit à Fleur : « tu as 7 minutes à courir, tu donnes tout ce que tu peux, tu cours 7 minutes en essayant de ne pas t’arrêter. » Elle m’a répondu « c’est quelle école qui a gagné l’an passé? »
    j’ai répondu « je ne sais pas. On s’en fiche. Tu aura gagné si tu finis la course en te disant que tu as fait le meilleur que tu pouvais faire. »

  30. 30
    virginieG says:

    Bravo à eux, nous le cross c’était au collège, j’ai également vomi comme ton kouign amann mais l’après-midi sur ma table de classe n’ayant pas pu me lever à temps. On m’a appelé pizza hut pendant une bonne partie de l’année.
    Virginie

  31. 31
    Lisbei says:

    Bravo à tes petits coureurs, et un gros bisous à ton grand de ma part !

  32. 32
    anne says:

    J’ai toujours eu une sainte horreur du cross scolaire!!
    Mais en te lisant, tu m’as réconcilié et j’ai presque envie et hate de voir Ma Maé trainer ses guettres autour des stades!!!
    J’étais en pause pour un petit quart entre deux entretiens et j’ai pleuré… au travail… j’ai pleuré!!
    Tu m’as émue, touché et l’image de ces loulous se donnant ensemble m’a boulversée!
    Merci… mais j’arrête la lecture au boulot, mon mascara ne s’en remet pas ! 😛

  33. 33
    bibi says:

    La relève ^^
    Dis donc de sacrés compétiteurs ceux-là! ça promet! Pauvre Kouign! (ça me fait penser à mon mien qui a sauté son CP cette année aussi qui sera toujours décalé dans sa tranche d’âge… mais pas de cross par chez nous!! dommage! )

  34. 34
    Laurence says:

    Moi aussi j’ai toujours encouragé le sport. Et ils sont si fiers félicitations à tes enfants, ton fils en reparlera certainement pendant de longues années vraiment dommage pour lui mais au moins il n’a rien à regretter il a tout donné.

  35. 35
    chevry says:

    Quelle émotion en lisant ce post!!! Merci merci et bravo aux champions!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *