Une journée d’appendicite

photo-319Les faits que vous lirez sont tous vrais, rééls, avérés, je-vous-le-jure-monsieur-le-juge. Parfois les faits n’ont pas besoin d’être enjolivés, parfois la vraie vie avec ses petits rebondissements suffit… Comme mardi de la semaine dernière par exemple.

Lundi 10 juin au soir, je récupère Kouign Amann à la « gardoche » comme il dit. Il fait beau, les enfants jouent dans l’aire de jeu à côté de l’école. Il est assis sous le toboggan, palot, calme, muet. Il me dit qu’il a fait trop de tourniquet mais ma voisine qui est également responsable de la garderie et de la cantine (elle est multifonctions) me confirme qu’il n’était déjà pas au mieux de sa forme au goûter. On rentre, pas de fièvre mais il est épuisé et a mal au ventre, je le mets dans mon lit avec un chocolat au lait. MMM n’est pas là, je suis bonne pour jouer la garde malade. Je pense gastro mais un bouton rouge clignote en moi « appendicite »—- « appendicite »— « appendicite »—. Oh, ça va le bouton rouge, arrête de me stresser. J’appelle Mamyvonne pour lui dire que « si jamais, au cas où, on ne sait pas trop… tu laisses ton portable allumé sur ta table de nuit ». Je lui dis même que j’ai peur que cela soit une appendicite, parce que si je le dis, c’est sûr que ça n’arrivera pas, hein.

Kouign Amann se réveillera ensuite toutes les heures pour me dire qu’il a mal au ventre. A minuit, il a 38,2°C…

Mardi 11 juin 2013

6h26 – je suis réveillée par un Kouign Amann qui vomit sur le lit. Ma première pensée va vers notre nouveau matelas sur lequel je n’ai pas mis encore d’alèse. Ouf, il vise bien et ne vomit que sur la couette. Je le passe sous la douche, change son pyj, change les draps de mon lit, descends lancer la machine à laver… J’entends Petite Gavotte qui babille dans son lit, c’est son heure de bib.

6h36 – le bruit de l’escalier a réveillé Fleur de Sel qui hurle comme un putois. Un jour, je brûlerai cette escalier marche par marche. En attendant, j’en ai encore besoin.

6h42 – je recouche Kouign Amann dans son lit et donne le biberon aux demoiselles qui sont en pleine forme. Cela fait 16 minutes que je suis réveillée, j’ai déjà envie d’aller me recoucher après la nuit d’enfer que je viens de passer. D’ailleurs, une fois les filles à l’école et chez la nounou, c’est décidé une fois n’est pas coutume, je me recouche avec Kouign Amann.

7h03 – Kouign Amann couine. je lui apporte un Doliprane et petit verre d’eau sucré. Il a beau avoir vomi, je ne pense pas que ça soit une gastro. Je dis tout haut « ça doit être une gastro ». Si je le répète assez souvent, ça devrait marcher. « ça doit être une gastro ».

7h08 – Les filles sont au taquet, elles causent et s’amusent toutes les deux. J’hésite à sauter dans la douche… J’opte pour la toilette de chat et je m’habille, je me doucherai en rentrant de l’école. Arrêtons-nous ici quelques secondes pour constater que JE N’APPRENDS RIEN DE MES ERREURS PASSEES, BON SANG. La preuve dans ce billet à 9h15 et dans celui-ci à 14h40.

7h20 – j’habille les filles qui ont décidément la pêche des grands jours. elles feront moins les malines quand elles auront choppé la gastro de leur frère. Je ris intérieurement de mon rire maléfique avant de me visualiser avec trois enfants atteints de gastro. Parce que pour la gastro, j’ai également déjà donné, souvenez-vous c’était ICI. Je retiens mes larmes et me dis que finalement, l’option appendicite me convient mieux vu qu’elle n’est pas contagieuse. D’un coup de Tipp-ex mental, je raye les pensées diaboliques qui m’habitent et je mets ça sur le compte du manque de sommeil.

7h45 – j’appelle Azzurra la nounou de Petite Gavotte. Normalement, on se retrouve sur le parking de l’école, je lui confie le colis et je dépose les grands. Là, impossible de faire marcher mon Kouign Amann. Azzurra passera chercher les filles à la maison. Une nounou comme ça, c’est précieux, je vous le dis…

8h00 – les filles continuent leur salsa du démon dans la cuisine où Fleur de Sel fait du râpé de céréales pour décorer le carrelage. Petite Gavotte balance tout ce que je lui donne par terre. Mon carrelage > Beyrouth dans les années 80.

8h02 – je reçois un texto de Mamyvonne qui me demande comment s’est passé la nuit et qui me dit qu’elle ira avec Popope chez le docteur Geek à 8h30. Ok, on se retrouve dans la salle d’attente, je ne vois pas comment je peux laisser Kouign Amann avoir aussi mal.

8h20 – ponctuelle as usual, Azzurra sonne à la porte, j’essuie d’un revers de la main le dentifrice mélangé à la poudre de céréales dégoulinant autour de la bouche de Fleur de Sel, j’enfile son manteau à une Petite Gavotte qui se tortille et je lui refile les deux colis parlants. Au revoir les fiiiiiiiiiilles…

8h22 – je jette un oeil au frigo. Non, je mangerai en rentrant, j’ai l’estomac trop noué et puis faut que je me grouille sinon la salle d’attente de docteur Geek va être pleine. Le signal d’avertissement « ERROR 404 no food » clignote dans ma tête mais il est pollué par le bouton rouge qui clignote plus fort « appendicite »—- « appendicite »— « appendicite »—

8h28 – Je mets un sweat à capuche et son ciré jaune à Kouign Amann, je remplis un sac avec son carnet de santé, sa gourde d’eau et mon chéquier, j’enfile un sweat à capuche de MMM parce que dans ces cas-là, ça me donne l’impression qu’il est un peu avec moi et je file chez le docteur Geek. Je dois porter le petit malade qui ne peut plus faire un pas. J’envoie un message mental à mon dos « bon, désolée, je sais que t’es pas en forme mais tu m’en parleras la semaine prochaine, OK ? ». Chouette, il pleut.

8h35 – nous arrivons sous la pluie, pour faire sourire mon petit machin moribond, je lui montre un escargot toutes cornes dehors dans les escaliers devant le cabinet. Dans la salle d’attente, 4 personnes devant nous dont Mamyvonne et Popope avec qui nous faisons un brin de causette. « Ben, il nous embrasse pas lui » dit Popope en montrant Kouign Amann. Mais non que je lui réponds, il a une gastro. Je dis ça tout en me traitant intérieurement de fieffée menteuse; TU LE SAIS QUE CE N’EST PAS LA GASTRO MARJO. YOU KNOW IT. Oui, mais tant que personne ne le dit aussi, ça n’est pas une appendicite. Un peu comme le truc du chat de Shrödinger mais à l’envers en fait… Voilà, je suis bonne pour l’asile. Kouign Amann est crevé, pâlichon et muet. Et surtout, immobile.

9h04 – Mamyvonne et Popope sont passés, on leur donnera des nouvelles à la sortie pour confirmer la GASTRO, hein. Je touche le fond niveau mauvaise foi.

9h30 – c’est enfin à nous… Le docteur Geek prend le temps d’écouter tout ce que je lui raconte, Kouign Amann reste muet. Quand il lui pose une question, il me regarde avec ses grands yeux bleus comme si je devais y lire la réponse. ça tombe bien, je parle couramment cette langue depuis 2008. A la palpation, il présente clairement une douleur du bas ventre droit. Si on ajoute la température et l’état général du machin, c’est assez évident. « Bon, on va l’envoyer faire une échographie d’urgence pour écarter le diagnostic de crise d’appendicite ». Le bouton rouge s’enflamme : « APPENDICITE !!! —- APPENDICITE !!!—« . Je lâche un fougueux « j’en était sûre ! », soulagée de ne pas être complètement parano… Et puis j’imagine mon tout petit à l’hôpital et je… Je me reprends vite, j’écoute le docteur Geek téléphoner au centre de radiologie pour prendre le rendez-vous en urgence, il m’explique comment y aller. Sa dernière recommandation « ne lui faites plus rien manger » termine de me convaincre. Il passera sur la table d’opération aujourd’hui « APPENDICITE !!! —- APPENDICITE !!!—« . J’ai un peu chaud tout à coup, mon dernier repas remonte à la veille au soir, j’ai envie d’un Mars.

9h45 – je sors mon sac sur l’épaule, mon Kouign Amann dans les bras. On regarde à nouveau l’escargot sous la pluie. Je réussis à l’arnacher à son réhausseur et roule ma poule.

10h03 – je me gare devant le centre de radiologie. Je suis super fière car je ne me suis pas perdue en chemin et ça relève de l’exploit. Pourquoi ai-je laissé mon GPS dans la boite à gants de la Micra, pourquoi ? Pour me rajouter une petite couche de stress, je dois aimer ça en fait. J’extirpe mon mini-boy de la voiture, je le porte à nouveau, ses 14 kilos n’ont jamais été aussi lourds à porter. A 2 mètres de l’entrée, une mamie me double et me referme la double porte sur le nez vu que je ne peux pas la tenir car j’ai un enfant dans les bras. Je retiens un juron et ouvre la porte d’un coup de pied. La mamie, bien contente de nous avoir doublés, prend tout son temps pour sortir son dossier médical, ses ordonnances et commenter la pluie avec les secrétaires. C’est pas comme si j’avais un enfant quasi-inanimé dans les bras. Mon amour des petits vieux, pourtant très grand, prend un sacré coup dans l’aile. Elle me laisse assez de temps pour rêver à une canicule, mon fils recroquevillé comme il peut dans mes bras.

10h08 – c’est à nous. Je sors d’une main le carnet de santé et l’ordonnance en commentant « je viens de la part du docteur Geek pour une échographie en urgence ». « Bah non » qu’elle me répond la secrétaire. « Ben si, il a appelé devant moi ». La deuxième secrétaire me dit : « il n’a pas appelé aujourd’hui, le docteur Geek, je n’ai pas bougé du standard ». « Mais si , je vous assure, il vous a appelée, j’étais avec lui… ». « C’était pas nous. Il a dû appeler le Centre Beta, je vais vérifier ». Elle appelle et le Centre Beta confirme. Je suis très fatiguée tout à coup et mon idée de me recoucher avec Kouign Amann, pourquoi y ai-je renoncé ? Mon fils dans les bras, j’ose un « et vous ne pourriez pas le prendre en urgence, il est très douloureux ». « Non ». Elle ne développe pas. Je mets une croix mentalement sur cet endroit et je jure de ne jamais y remettre les pieds. Même avec une fracture du fémur, je me trainerais ailleurs en marchant et ils ne verront jamais la couleur de ma carte vitale (que je n’ai toujours pas faite refaire depuis novembre d’ailleurs) et qui est verte.

10h11 – je recharge mon grand Pin’s épuisé dans la voiture, direction le Centre Beta. Sachant que pour y aller, je repasse quasiment devant le cabinet du médecin puis juste devant ma maison. J’hésite à m’arrêter à la Nourserie pour prendre un truc à manger mais nous sommes attendus au Centre Beta alors ça sera pour plus tard…

To be continued…

Rendez-vous sur Hellocoton !

43 réflexions au sujet de « Une journée d’appendicite »

  1. 1
    Elooooooooooooooo says:

    Waouh, chuis super sur les dents, quel stress…
    Et dis donc, SuperWoman tu es…
    Foutu bouton rouge. :o)
    bisous bisous

  2. 2

    Même si j’ai suivi en live les aventures de Kouign Amann, je crois que je ne voulais pas prendre la mesure du stress qu’implique un bout de chou dans cet état… Mais comme une maman prévenue en vaut 2 (ou peut-être 3) je ne perdrai pas une miette de la suite des événements. Encore une fois, tu assures Marjo 🙂

  3. 3

    Depuis toute petite, j’ai des suspiscions d’appendicite. J’en ai passé des jours aux urgences avec le voyant « appendicite » (en fait, c’était le rein). N’empêche que du coup, dès que les enfants ont mal au ventre, j’entends le warning dans ma tête. C’est mon flippe l’appendicite. T’as géré comme une chef et KA aussi.

  4. 4
    Liveanneso says:

    J’ai hâte de lire la suite, c’est prenant comme série. Mais surtout, je sais que ça finit bien!

  5. 5
    fannou says:

    j’aime tjs autant tes aventures….
    et je croise les doigts pr la canicule …. :p

  6. 6
    mamandoudouce says:

    Quel début de périple! En tout cas, tu gères comme une chef et KA aussi! J’ai hâte de lire la suite ^^

  7. 7
    Elisa says:

    Il n’est que 10h11 et je suis déjà épuisée pour toi!
    Note: TOUJOURS avoir un Mars au fond de son sac et les renouveler régulièrement parce que si comme moi le sac est un fourre tout, le Mars devient vite de la purée de Mars!

  8. 8

    Ma pauvre, tu cumules vraiment… Mais tu es une wondermaman, il y aura un happy end à cette histoire ! Ce récit me fait penser aux deux billets que je viens d’écrire sur ma chute avec plumeau dans les bras, seule chez moi avec une jambe cassée…. moi, c’était un jeudi, jeudi de la loose…

  9. 9
    Esther says:

    Purée j’ai l’impression d’être dans une saison de « 24 »…mais sans Jack Bauer.
    La suiiiiiiiiite !!!!!

  10. 10
    Koalisa says:

    Tu devrais écrire des scénarios pour les films d’action américains… Je te jure, Terminator à côté c’est de la gnognotte, j’ai le palpitant au maximum ! Je crois que je vais prendre un Valium… (just kidding). Bises!

  11. 11
    laetibidule says:

    coucou,
    Je suis épuisée rien qu’à te lire !!!
    On dira un gros merci à la c****** de petite vieille et au centre de radiologie qui ne doit pas avoir la définition du mot « urgence » !!!

  12. 12
    Sempéa says:

    Même avec des évènements pas sympa tu arrives à nous faire rire. Le coup de la canicule, oui des fois avec des petits vieux pas sympas j’y pense. Je compatis, mais oui je confirme toujours prendre 5 mn pour la douche et jeter un paquet de biscuits super nourrissants (genre épeautre sésame) dans son sac, et une bouteille d’eau. J’ai failli pleurer parfois d’avoir zappé ce « détail ». Parce qu’on sait quand on part de chez soi mais pas quand on revient dans ces cas là x-(

  13. 13

    Ils t’ont dit  » NON »? je rêve! bonjour l’humanité!

  14. 14

    La moutarde me monte au nez.
    NON ! Non, ils n’ont pas voulu te prendre en urgence ? Je n’ai pas les mots. Les [censuré]… ploucs !

  15. 15
    Maman vitaminée says:

    Tu me laisse en stress complet….la suite!Pauvre petit bout de chou, heureusement que nous savons que maintenant il va bien!!Malgré cette boule au ventre quand on est à fond dans ton récit tu me fais vraiment rire aussi….on semble se reconnaître parfois…
    A bientôt!

  16. 16
    Béatrice says:

    Heureusement qu’on sait que ça finit bien, nous ….
    Bises !

  17. 17
    charlotte says:

    T’aimes bien les épisodes en plusieurs parties, hein ?!
    Encore une fois, tu peux te qualifier d’iron man de la famille 🙂

  18. 18

    Trop bien écrit !!! On a hâte de connaître la suite. Les secrétaires au cabinet de radiologie me font penser au sketch des Sophie et Sophie (grand journal de Canal Plus).

  19. 19
    delphine says:

    Je ne comprendrais jamais comment les sécretaires médicales peuvent dire non face à un enfant malade !
    Mon petit fait le même poids, j’ai la même boule dans le ventre en te lisant que si c’était le mien…

  20. 20
    Laeti says:

    Heureusement que l’histoire finie bien ! Etant moi même secrétaire médicale en imagerie je ne comprendrai jamais les centres où ils refusent de prendre un enfant pour suspicion d’appendicite ! Malheureusement, nombreuses sont les fois ou nous récupérons de pauvres petits bouts qui s’étaient fait « refoulés » ailleurs ! L’appendicite est une « vraie urgence » et même avec une moyenne de 110 patients/jour je ne refuse jamais les enfants qui sont mals ! Enfin tout est bien qui fini bien !

  21. 21
    Môa says:

    Pareil, le non des secrétaires me met hors de moi. On parle d’un pauvre petit père qui n’arrive même pas à marcher. Mon Homme à moi était également fou pour toi, il m’a même dit qu’il les auraient menacer en leur disant que si il y avait des complications il leur collait un procès au c… 😉
    J’ai également eu l’appendicite à 5 ans et je m’en rappelle très très bien. Contente que ton petit père aille bien et hâte de lire la suite (pareil pour la mamie je pense que la canicule ça peut être pas mal!)

  22. 22
    Anne-Laure says:

    Oh, voilà exactement le genre de choses que je connais… (du petit bout de 4 ans 1/2 qui fait 14kg tout mouillé jusqu’à la sensation désespérée de s’être plantée de chemin alors que c’était une urgence…) Et le coup de ne pas avoir mangé avant de partir aussi (en étant diabétique en prime, il vaut mieux prévoir le coup et avoir sa barre mars au fond du sac! mon coup de bol: un bébé hospitalisé dans le service endocrino et du coup, des infirmières compatissantes qui me font réchauffer un repas au micro onde à 2h du mat! -oui, chez nous, les urgences, c’est by night en général…)
    Sinon, j’ai bien évidemment pensé à toi hier quand Madeleine s’est effondrée en se plaignant du coté droit… Mais c’est passé tout seul. (gros soupir de soulagement de la maman qui se voyait mal partir 3 semaines pour le boulot en abandonnant une petite fille fraîchement recousue…)

  23. 23
    pimpiche says:

    Terrible ton article ! Qu’est-ce que j’ai pu rire!! Jaune en fait car j’ai moi aussi 3 enfants à qui il leur arrive toujours des catastrophes quand mon cher et tendre n’est pas là. Dernièrement,la mononucléose avec une fiègre à 40,6 qui ne baisse pas malgré le doliprane chez ma fille de 20 mois, une luxation des 2 incisives (je ne savais même pas que ça pouvait exister… ) avec direction en urgence chez mon pédodentiste et j’en passe et des meilleures… Bises et bon courage 😉 Dis toi que ça fait une appendicite de moins…;)))

  24. 24
    LudiM says:

    Qu’on se le dise : saloperie de petite vieille et connasse de secrétaire!!! (ça défoule). Tu veux balancer le nom du cabinet pour éviter qu’on y aille? 😀
    Et je vois que ton fils, comme les miens, vont à la « gardoche ». Du patois breton, sans doute…

  25. 25
    totoph says:

    Je sens la journée sans se laver ni manger et pleine de rebondissements… La vie dépasse largement la fiction…

  26. 26

    Heureusement que je sais que cela se finit bien, je sens la panique monter ! 😉
    Tu devrais écrire des scénarios…

  27. 27
    Solip says:

    Bonjour, ce jour là t’as passé une matinée vraiment pas facile avec ton fils. Je te trouve vraiment courageuse. Merci beaucoup pour ce billet.

  28. 28
    Nathalie says:

    LA SUITE LA SUITE LA SUITE
    Mais c’est pire qu’un épisode d’Homeland cette journée…
    Nathalie

  29. 29
    adelles says:

    J’ai à peine commencé ma lecture mais là, je pouvais pas le laisser passer. Big up pour ton « Kouign Amann couine » !! Nan, là, chapeau, j’ai bien ri 😉
    J’y retourne (en plus, ce qui est bien, c’est qu’on sait déjà que ça finit bien cette histoire !)

  30. 30

    Je devrais bosser, et en fait non, voilà 10 mn que je rigole comme une baleine devant mon écran. Et pourtant, pauvre loulou, ça n’a pas été drôle, mais c’est de ta faute aussi, tu m’as fait mourir de rire, voilà.

    Big up à Kouign Amann, oui, et à toi aussi !

    Marjolaine/la patate douce

  31. 31
    Sweet Mama says:

    « Un jour, je brûlerai cette escalier marche par marche. En attendant, j’en ai encore besoin. » Idem chez nous, vive les escaliers en bois ! lol

  32. 32
    happy family says:

    C’est vrai que c’est prenant comme histoire. Tu t’arrête à 10h11 on est fatiguée rien que de te lire et on sait qu’il reste tout le reste de la journée + le stress pendant l’opération !!! Quelle journée de M….
    Chez nous aussi de l’autre côté de la france on dit gardoche.
    bisous

  33. 33

    Oh là là, je suis épuisée et nouée juste en te lisant… Quelle panique !!! Et c’est toujours dans ces moments-là que l’Homme est en déplacement à pétaouchnok ! Et toujours dans ces moments-là que tu vois à quel point certaines personnes peuvent être égocentrées et/ou bornées… Bisous à Kouing-Aman !

  34. 34
    Lo says:

    Ma maman, qui guettait comme toi l’appendicite au moindre mal de ventre, a toujours eu une technique soit-disant très révélatrice de l’appendicite (mais comme ma maman est infirmière, je pense que ça doit être vrai): si tu as mal au ventre, si tu as de la fièvre, et si, couché sur le dos, tu n’arrives pas à lever ta jambe droite (il me semble que c’est la droite), tu dois te méfier d’une appendicite et courir (enfin te faire conduire) en consultation. Je n’ai encore jamais subi d’appendicite… Mais je sais que c’est très douloureux. Le pire est passé pour ton fils, j’espère qu’il se remettra vite!

    • merrci pour le truc, je saurais pour els filles ! En fait, je ne guettais pas l’appendicite, c’est même la première fois que j’y ai pensé concernant un de mes enfants.

  35. 35
    Libertymaman says:

    Je vais poser une bête question … Mais moi qui vient de quasi lire tout ton blog (oui oui), je suis quasi sûre d’avoir lu que Kouign Amann s’était fait opérer de l’appendicite avant ….. Ou bien j’ai abusé du rosé ?

    Quelles nouvelles ??? Qu’as-tu répondu à ces pouffiasses de secrétaires médicales ? Vite, la suite !

  36. 36

    Quand je me vois juste paniquer pour le spectacle de fin d’année, j’imagine ce que ce serait pour une appendicite.
    T’as été au top, et ton fiston aussi.

  37. 37
    caro says:

    oh non mais la vieille alors!!!Pour voir le bon coté des choses, l’appendicite…ca c’est fait…pour un du moins ;(

  38. 38
    Lo says:

    Cette pensée, nouvelle, qui t’a poursuivie tout au long de la journée, bien avant le diagnostic des médecins… Finalement l’instinct maternel est le meilleur des repères dans ces moments de crise! La connaissance de son enfant est le meilleur des trucs pour déterminer ce qui se trame.

  39. 39
    O2 says:

    Coucou 🙂 Je découvre ton blog avec ces photos, autant dire que je suis enchantée!!!
    Bisous!
    http://lepetitmondedo2.wordpress.com
    Aude 🙂

Les commentaires sont fermés.