Mon papy, il était…

Papy AlfredTu es parti tout doucement, sans nous prévenir, sans faire de bruit. Tu ne voulais plus déranger.

Un nouveau vide s’aligne à côté des autres, ça fait beaucoup de vides qui se font ces derniers temps.

Du vide encore quelque part mais mon cœur est lourd de tout l’amour que tu m’as donné.

La vie m’a offert un grand-père exceptionnel, si tu savais comme je suis fière de dire que je suis ta petite fille.

Tu n’imagines pas à quel point tu as pu être inspirant, à quel point j’aime raconter ton parcours.

Mon Papy, il est né il y a 100 ans à San Francisco de parents béarnais émigrés, il a quitté les Etats-Unis pour rentrer en France à l’âge de 16 ans. Vous imaginez qu’à son arrivée au village, c’était un peu la star.

Mon Papy, c’était un chat-cascadeur. Dans sa jeunesse, il gagnait les saucissons du concours de montée de mas du village chaque année alors on avait changé les règles. Il plongeait dans le Gave du pont de Navarrenx pour faire frémir tout le monde.

Il a rencontré mon Alsacienne de mamie, l’a emmenée faire un tour en tandem et l’a épousée. Il a travaillé dur et honnêtement. Il a eu 7 enfants et une belle collection de petits enfants et d’arrière-petits-enfants. C’était un Papy avec l’accent américain intégré : il avait mal à « l’estomaque » parce qu’il avait mangé trop de « chantily ». Il intégrait des mots anglais dans ses phrases et n’aimait rien tant que parler anglais avec nous. Quand mes enfants lui chantaient des comptines en anglais, il les notait et les reprenait avec eux lors de notre séjour suivant.

Mon Papy, il emmenait sa famille nombreuse en camping sur un side-car qu’il avait bricolé. Il appelait Mamie quand elle était chez nous juste après Starsky et Hutch le dimanche. Il était sourd comme un pot mais attentif à ce qu’il avait envie.

Je n’ai jamais rencontré quelqu’un aussi curieux que mon Papy. Il aimait nos récits de voyage, il fallait toujours décrire en détail nos modes de transport, il adorait découper des recettes dans les magazines pour me demander de les essayer pour lui. Je n’ai jamais réussi à lui faire retrouver le goût des pancakes et des enchiladas de son enfance.

Mon Papy, il a commencé le ski et la planche à voile à 70 ans. C’était un marin aguerri qui naviguait encore à 85 ans et je suis fière d’avoir été à ses côtés lors de sa dernière croisière. Il s’est pris de passion pour la couture à 95 ans et a remis en piste la si belle machine à coudre en bois de ma Mamie.

Mon Papy, il montait encore sur le toit de sa maison il y a 3 ans. Juste pour vérifier que tout était en ordre. Moi je sais que ce n’était pas les tuiles qu’il vérifiait mais bien sa propre agilité et notre capacité à trembler pour lui.

Mon Papy n’avait plus qu’un œil alors pour faire rire mes enfants, il leur disait : « je suis un Papy pirate ».

Mon Papy était têtu et parfois on se disputait. Rien de méchant qui ne puisse se régler par un gros bisous mouillé dont il avait le secret. Il portait en lui le pardon et  ne pouvait jamais rester fâché.

Voilà ce que j’aime raconter de toi, mon Papy. Des petites bribes de ta vie exceptionnelle.

Si j’avais eu un garçon de plus, j’aurais aimé lui donné ton prénom. Tu resteras mon unique et aimé, mon Papy Alfred chéri.

Tu as dû retrouver Mamie là-haut, j’imagine qu’elle ta enguirlandé t’avoir mis tant de temps à la rejoindre. J’espère que tu manges des pancakes au goût de ton enfance entre deux sorties en planche à voile. Mon enfance à moi, elle, résonnera toujours de ta présence.

Rendez-vous sur Hellocoton !

78 réflexions au sujet de « Mon papy, il était… »

  1. 51
    Laurence dit :

    Mais quel papy merveilleux tu as eu c’est toujours très inspirant des personnes enthousiastes et curieux de tout . Je n’ai pas eu ta chance de connaître mes papys et ta déclaration d’amour à ce papy m’émeut beaucoup.

  2. 52
    cliquot dit :

    que d emotion m a procuré ce billet !! je pleure a chaude larme. tres bel hommage a ton papi, il doit etre fier de toi de la haut. des bisous

  3. 53

    J’ai de beaux souvenirs moi aussi de mon pepere comme on disait ici alors ton article est tres emouvant <3

  4. 54
    Dorothée dit :

    Quel bel hommage!!!
    Tu as la bonne recette: se souvenir des bons et doux souvenirs…
    Plein de douceurs à toi

  5. 55
    ElodieG dit :

    Quel bel homme…La peine de voir partir ceux qu’on aime est toujours immense mais quels beaux cadeaux tous ces souvenirs!Que le temps apaise chaque jour un peu plus votre peine…

  6. 56
    Zofia dit :

    Une tendre pensée pour vous et toute la famille… Ce billet si bien écrit m’a tiré quelques larmes ce matin …
    Bon courage dans cette épreuve

  7. 57
    Arsule dit :

    Bonjour marjolaine, je n’ai pas eu la chance de connaître mes papys, partis bien trop jeunes… En tout cas le tien, c’est un sacré bonhomme qui, de là où il est, doit être rudement fier de sa descendance – et tu en parles si bien ! Bises

  8. 58
    Soleil de minuit dit :

    Douces pensées à toi et à ta famille. Il est chouette ton Papy !

  9. 59
    Mad dit :

    Je crois que c’est cela être grand, on fait de jolis bilans et on dit au revoir à des personnes tellement importantes dans ce que l’on est devenu….tu lui a rendu un bel hommage à ton papy. Plein de courage à vous.

  10. 60
    Covima dit :

    Très émue par ton billet. Il avait l’air très chouette, tu en dresses un joli portrait ! Dis donc ça devait dépoter entre lui Béarnais et elle Alsacienne… Bon courage…

  11. 61
    sophie dit :

    marjorie maman tu as un don pour rendre hommage aux personnes que tu aimes. En te lisant je me disais que j’aurais aimé connaître ce monsieur Alfred… bon courage à toi et à ta famille

  12. 62
    laurent dit :

    quel papi! FORMIDABLE
    le mien est parti en 1997, et meme si c’est beaucoup plus tard j’ai envie de lui rendre un hommage sur mon blog car mon papi je l’admire de plus en plus, et j aurai tellement aimé que mes enfants le connaissent…
    j ai eu de la chance d’être sa première petite fille et de partager sa vie de 1968 à 1997
    chauqe jour je pense à lui et à sa vie bien remplie, il était aussi formidable mon papi né en corse en 1916…..à farinole, parti au maroc à 6 ans puis seul a lyon à 18 ans pour faire médecine et il a réussi …
    à suivre sur mon blog

  13. 63
    Luna dit :

    ton texte est magnifique ! un très bel hommage à ton papy. Tu dois être triste, mais tu m’as fait passé beaucoup de joie et d’énergie en lisant tes mots.
    Des bises et des coeurs avec les doigts <3

  14. 64
    Odile dit :

    Très bel hommage à votre papy , comme vous l’aimez.
    Du haut de son paradis il veillera sur vous et sur votre petite famille.

  15. 65
    Lariska dit :

    Douces pensées pour toi et ta famille et merci pour ce texte magnifique qui respire l’amour… Ma mamie est partie à presque 97 ans, mais elle s’était beaucoup détachée de tout les dernières années, c’était triste. Ton Papy Al a eu une belle vie et une belle vieillesse!

  16. 66
    geraldine dit :

    Ton article est merveilleux de tendresse et de souvenirs. J’imagine ta peine de son départ. Toutes mes pensées pour toi et les tiens

  17. 67
    bibi dit :

    Quels mots, quelle tendresse. Douces pensées…

  18. 68

    C’est un très bel hommage que tu lui rends en quelques lignes

  19. 69
  20. 70
    DelphineB dit :

    Nul doute que Papy Al devait regarder par dessus ton épaule quand tu as écrit ce joli texte plein d’amour.
    Un bel hommage.
    Je pense bien à toi et à tes proches car j’imagine ta peine pour l’avoir vécue.
    Ton Papy t’accompagnera toujours avec des moments où tu verras ses clins d ‘oeil par ci par là, qui te feront sourire.
    Delphine

  21. 71
    mafavicer dit :

    Ma chère Marjo,
    mes pensées vous accompagnent.
    Je comprends mieux ta capacité à sortir des sentiers battus et créer tes propres aventures, tu as cela dans le sang.
    quelle lignée incroyable! et quel arrière grand père formidable pour tes pins.

  22. 72
    MissBrownie dit :

    Magnifique billet pour ton papy <3
    Douces pensées

  23. 73
    Mélanie dit :

    Bonjour,

    Mon papy aussi il aurait eut 100 ans cette année. Il est parti il y a 3 ans, et il me manque encore. Courage pour ce moment, l année est difficile pour vous, un papy, son papa, ça fait beaucoup (trop).
    Je pense à vous, un papy qui s en va c est l enfance qui part avec.
    Reste les souvenirs, qui pour ma part, me donne le sourire et que je veux transmettre à mes enfants
    Je vous embrasse

  24. 74
    maoré dit :

    Toutes mes condoléances. Je suis originaire de Navarrenx alors sauter du haut du pont wahoooo ! Il était super courageux ton papy Al. Bon courage et bises du béarn

  25. 75
    Chevry dit :

    Beaucoup d’émotion…les mots me manquent…
    Merci pour cette très belle description et ces merveilleux souvenirs

  26. 76
    Nelly, petite fille de 34 ans... dit :

    c’est l’anniversaire de mon papi aujourd’hui… mais mon papi il est plus là… et je pleure de lire tes mots…ces mots qui font écho à ce vide qu’il a laissé dans mon coeur le jour où il est parti…alors j’ai acheté une belle rose rouge aujourd’hui, parce que mon papi s’appelait Georges, Jordi en catalan, et que la rose rouge est la fleur que je lui ai toujours offert pour la San Jordi…
    Des bisous à nos papis ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *