Une journée d’appendicite #2

Vous n’y croyiez plus, moi non plus en fait et je commence ce billet sans être sûre d’arriver au bout de mon histoire un jour (mais rassurez-vous, si vous le lisez c’est que normalement, oui).

Rafraichissons-nous un peu la mémoire en lisant le début de cette journée d’appendicite publiée en juin (hum).

10h22 – Je me gare près du Centre Beta. Je jette un oeil à mon téléphone qui clignote comme un sapin de Noël depuis que j’ai envoyé des message à MMM et Mamyvonne pour leur dire que nous allions faire une échographie. Une nouvelle fois, je détache Kouign Amann et le charge sur mon épaule. J’ai l’impression qu’il est plus lourd à chaque fois et mon dos, bien que silencieux, m’insulte en 17 langues différentes, au moins.

10h26 – Je franchis enfin le seuil du Centre Beta. Je m’excuse platement de mon retard et remets tout sur le dos du Docteur Geek. « Vous avez l’ordonnance ? » me demande gentiment la dame. Elle, je l’aime déjà deux millions de fois plus que les deux mégères précédentes. Je farfouille dans mon sac d’où j’extirpe le carnet de santé de Kouign Amann. Où est cette p…. d’ordonnance. Mon cerveau n’est plus irrigué pendant quelques secondes quand je réalise que je l’ai certainement oubliée au premier centre de radiologie, chez les méchantes. Non, pas ça. Je m’insulte également en 17 langues intérieurement. Pas ça Marjo, pas ça. Les larmes aux yeux, je pose Kouign Amann sur le bureau de la secrétaire. Je vide mon sac. RIEN. J’ai le menton qui tremble quand je demande avec la voix d’une petite fille de 5 ans : « je peux vous confier mon fils le temps que j’aille vérifier dans ma voiture ? ».

10h29 – Je ravale ma morve et fais une petite danse du ventre (toujours sous la pluie). L’ordonnance était tout simplement côté passager et avait glissé de mon sac. Triple gifle virtuelle dans ma face. Tout ne peut pas se dérouler selon la loi de l’emmerdement maximum non plus, hein.

10h31 – Je reviens en agitant mon ordonnance. Je vois la tête de mon Kouign Amann tout mal et je me dis qu’on ferait peut-être mieux de lui ouvrir le bide tout de suite sur ce bureau médical histoire de le soulager.

10h33 – Les formalités sont effectuées, nous passons en salle d’attente pour attendre donc cette échographie d’urgence. Seul un monsieur attend, ouf, ça va aller vite.

10h58 – Kouign Amann s’est endormi en chien de fusil la tête sur mes genoux, les fesses sur une chaise en bois. J’ai le coeur serré et l’estomac toujours vide. Le monsieur est passé. Deux dames aussi et deux autres viennent d’arriver.

11h15 – Six personnes viennent de passer devant nous. Kouign Amann s’est réveillé et moi j’ai envie de tuer tout le monde. Être mère avec un enfant en souffrance et avoir faim en même temps, voilà ma limite. Je glisse un » vous ne nous avez pas oubliés, par hasard ? » au radiologue qui vient chercher la personne suivante. « Vous savez, l’échographie en URGENCE POUR UN ENFANT DE 5 ANS QUI SOUFFRE ». Vu son air étonné, si, nous avons été oubliés. J’ai dit quoi comme bêtise sur la loi de l’emmerdement maximum déjà ? Là, vous devez vous dire que je suis une grande mythomane. Je vous jure que je préfèrerais être mytho que d’accumuler ce genre de mini galères à répétition. Mais voilà, je crois que c’est dans mon karma.

11h20 – Ouf, nous voilà dans la salle d’examen. Je reconnais le radiologue qui a déjà exploré les ganglions de Fleur de Sel et les hanches de Petite Gavotte. Une vieille connaissance donc mais il ne me remet pas. ——– Quand je pense que le physio des Bains m’appelait « ma chérie » en 97 et que je me prends un vent avec un radiologue breton, qu’ai-je fait de ma vie ?—– L’examen commence, Kouign Amann ne me lâche pas des yeux, je souris genre « tout va bien mon lapin » mais je crois que lui aussi a compris depuis longtemps que son cas sentait le roussi.

11h25 – « Bon, on peut envisager que c’est une crise d’appendicite, si les symptômes cliniques sont concordants ». « Oui, ils concordent donc c’est une appendicite ? ». « Je vous laisse voir cela avec votre médecin, je l’appelle tout de suite ». OK, pas physionomiste et pas franc du diagnostic, « je dis mais je dis pas » mais bon, il est sympa avec les enfants et professionnel, on ne va pas en demander plus.

11h27 – J’envoie un SMS à MMM et je me grouille de retourner chez le Docteur Geek avec mon petit paquet de Kouign Amann sous le bras sous vos applaudissements et surtout, sous la pluie. Sur le chemin, je pense en vrac que j’ai faim, que je suis fatiguée, que je ne suis pas lavée, que je voudrais que MMM soit avec nous, que Kouign Amann va subir une anesthésie générale à l’âge de 5 ans, que je vais à nouveau fréquenter un service de pédiatrie pendant plusieurs jours, que mon instinct maternel me surprendra toujours, que j’ai du boulot qui m’attend mais qu’il devra attendre, que je vais devoir organiser la garde des filles en attendant que MMM rentre, qu’être adulte, c’est tout plein de responsabilités alors que là, maintenant, je voudrais juste être dans les bras de ma maman… Mais là, la maman c’est moi alors je conduis une 307 break avec un tout petit garçon qui n’a même pas la force de couiner tant il a mal… La maman, c’est moi alors je parle à mon fils de la pluie qui tombe, de ce qu’on va mettre dans son sac pour aller à l’hôpital et je lui propose d’appeler son papa s’il en a envie.

To be continued. (Oui, on va avoir besoin d’un tome 3).

Rendez-vous sur Hellocoton !

26 réflexions au sujet de « Une journée d’appendicite #2 »

  1. 1
    Charlotte says:

    Bon, bah la suite l’année prochaine 🙂 heureusement on connait déjà la fin!

  2. 2
    Joëlle says:

    quel parcours du combattant !!! moi j’aurais filé aux urgences direct je crois…
    J’ai mal au cœur pour vous 2, pour ton KA en pitoyable état et toi à courir dans tous les sens pour les rdv le ventre vide et sans douche, à perdre le peu d’énergie que tu as et à te ronger les sang…
    Au moins je sais déjà que ça finit bien 🙂

  3. 3

    Avoir emmener mon loulou à l’hôpital, m’amène à ne plus voir les choses de la même manière …
    Comme on se sent impuissante, comme in aimerait pouvoir prendre la douleur à leur place ….

  4. 4
    Aline Ulrich says:

    Pauvre petit cœur franchement! Milles bisous de courage

  5. 5
    Lilirose says:

    Oui être maman c’est exactement ça, par moments avoir envie de se réfugier dans les bras de sa propre maman et puis reprendre bien vite le dessus parce qu’il le faut, parce que notre tout petit a besoin de nous.
    Ton pauvre lapin qui souffre me retourne l’estomac!

  6. 6
    Nashii says:

    Aahhh non, pas un tome 3, je défaille!!!

  7. 7
    Padme says:

    Ahhhhh, comment tu as fait pour ne pas hurler à la mort qu’en tu t’es rendu compte qu’ils t’avaient oublie!!!
    Rien que de te lire ça me stresse… Pauvre petit Loup ! Bon par contre faut mettre moins de temps pour sortir le tome 3 😉

  8. 8

    Rhooooooo, mais pourquoi c’est aussi compliqué chez vous ?
    Pas de possibilité de partir directement aux urgences ?
    J’ai mal pour KA et toi 🙁
    Heureusement qu’on connaît déjà la fin !

  9. 9
    Sempéa says:

    Oh le 1er réflexe mental quand ça sent le roussi c’est d’aller aux urgences, mais je repense aussi aux longues heures que j’ai passé aux urgences pédiatriques pour rien. Donc maintenant je vais chez sos médecin, en maison médicale ou je tél au 15. Mais même le 15 m’a mis en attente plus de 20 mn alors que j’appelai pour mon fils de 15 mois. Bref, oui il faut du courage quand on est maman et que votre petit est malade/a mal. Et comme je l’ai ressenti moi aussi l’envie de me blottir dans les bras de ma maman à moi et en même temps dans ces moments difficiles on puise une énergie je ne sais où, même si on est fatigué/on a faim/ on a mal partout.
    Bon et à quand le tome 3, hein hein dis ^^

  10. 10
    Béatrice says:

    Ca me fait penser à l’appendicite de l’Homme … 🙁

  11. 11
    totoph says:

    Mes fichues hormones de grossesse m’ont fait monter les larmes aux yeux en lisant ce tome 2… Oui, dans ces moments-là, on voudait bien avoir sa maman à côté mais c’est à notre tour d’assurer.. Jamias encore vécu ça vec mon aîné mais ça viendra bien un jour…

  12. 12
    muriel says:

    Bon, je me suis mise à lire ton billet tout en regardant l’épisode 3 de glee pour éviter de trop pleurer… et c’est ton billet qui me fait pleurer!!! Je vais pas m’en sortir aujourd’hui!! Bon courage à toi avec ta petite fille malade et vivement la suite.

  13. 13
    Poulette Dodue says:

    Tome 3 et fissa !!!! (sieuplé ;-))
    Biz

  14. 14
    Koalisa says:

    Ca me rappelle quand mon N°2 (7 ans à l’époque) a été opéré de l’appendicite. On nous a fait poireauter au CHU du samedi midi au dimanche après-midi sans rien lui donner à manger,tout ça pour l’opérer « en urgence » le dimanche en fin de journée suite à l’écho enfin faite. Je reste persuadée qu’il a frôlé la péritonite…Bisous !

  15. 15
    c-rendipity says:

    Ah là là, un truc de dingue la maternité. Il en faut du courage, je suis admirative !

  16. 16
    Banane says:

    Les mamans doivent être des chats : j’ai l’impression de mourir un peu à chaque fois et pourtant je suis encore là pour l’hospitalisation d’après.
    Heureusement qu’on sait que c’est derrière vous tout ça, sinon le stress serait bien présent, de se demander si l’intervention va arriver à temps, etc…

  17. 17
    LudiM says:

    Nan mais quel suspens! Je suis encore plus stressée à te lire que quand j’amène un de mes loulous aux urgences. Question d’habitude, sans doute!

  18. 18
    nathalie says:

    Cool et pas cool 🙁
    Suite et fin début 2014 ??
    C’est dommage cette si longue attente entre les suites, ça devient moins palpitant du coup !
    Mais bon, on va dire que c’est dernière fois 🙂

  19. 19

    Aaaaaah ! Pire qu’une série de télé !!!!Bon rassures nous, à la fin, ils s’aimèrent et eurent beaucoup d’enfants !!!! 😉

  20. 20
    Lico says:

    même si on connait la fin, j’attends la suite avec impatience !

  21. 21

    Heureusement qu’on connait la fin heureuse…
    C’est pas possible, soit tu as pris des notes, soit tu as une mémoire de folie

  22. 22
    Vanesslili says:

    bon ben va falloir encore patienter alors!!!! Tom avait 5 ans aussi quand il a eu une anesthésie générale, j’en menais pas large et je crois que j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps.

  23. 23
    Vanesslili says:

    On est le 142 joyeux anniiiiiiiiiiiiiiiiversaire gros bisous

  24. 24
    esther says:

    Quelle panique ça a dû être, j’ose à peine imaginer :-/

    J’avais écrit lors de l’épisode 1 que le suspense était digne d’un épisode de « 24 » mais jamais les scénaristes n’auraient été cruels au point d’espacer autant les diffusions !!!! 🙂

  25. 25
    gwen says:

    Je me retrouve tellement dans cette phrase : »‘être adulte, c’est tout plein de responsabilités alors que là, maintenant, je voudrais juste être dans les bras de ma maman… Mais là, la maman c’est moi alors… « 

    j’ai super mal au bide rien qu’a te lire !!

  26. 26
    Elow' says:

    J’ai commencer à lire celui ci puis je me suis dit non faut que je commence par la partie 1 et en faite finalement il vaut mieux que je remonte à là où je m’étais arrêtée ^^

    Je crois que je vais revenir demain parce que ma minus numéro 2 ne souhaite pas dormir ce soir (comme tous les soirs!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *