Le jour d’avant

Je ne me souviens plus du réveil. J’ai certainement dû me dire : « c’est peut-être pour aujourd’hui », comme tous les jours depuis 3 semaines. J’ai choisi une de mes tenues de grossesse préférées, au cas où, pour être jolie pour aller à la maternité. J’ai posé devant le mur en granit de la maison et MMM a pris quelques clichés avec mon téléphone. J’étais bronzée et on voyait la marque de bronzage de mes tongs.

photo-243.JPG

Il faisait beau et jour-là mais au lieu d’aller à la plage, le programme était prévu : il fallait terminer le poulailler. Avant cela, nous avons décidé au dernier moment d’aller manger tous les 4 au gite où était installés Mon Presque Frère et sa famille, à un petit kilomètre de la maison. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai le souvenir d’un repas où les enfants ont beaucoup ri. Nous avons mangé des pommes de terre à l’eau et des saucisses au barbecue. Ou peut-être pas mais c’est le souvenir qu’il m’en reste.

Après le repas, nous avons mis les filles, Fleur de Sel et la Minimanue de pas encore 9 mois, au lit. Pendant ce temps, Kouign Amann, son copain L et son cousin MaxiMax qui avait débarqué pour rejoindre la petite bande s’agitaient dans le jardin, se cachaient derrière la voiture, exploraient le terrain. La Douce et moi les surveillions, poussions la voix quand il fallait calmer les ardeurs et les faire revenir dans un périmètre acceptable. A 1 km de là, MMM, Mamily, Grand-Beau-Frère, TontonXav et Mon Presque Grand Frère s’affairaient dans mon jardin, plantaient du grillage, élaguaient les haies, arrachaient les mauvaises herbes.

Alors que nous surveillions les garçons, je sentais mon ventre se serrer fort. Plusieurs fois, j’ai dit à la Douce « oh punaise, je chronomètre » mais après une salve de 3 ou 4, cela s’arrêtait. J’ai demandé aux garçons de me préparer une bonne soupe pour me faire accoucher et me donner des forces. J’ai eu le droit à une grande bassine de cailloux, terre, herbes et autres feuillages. C’était délicieux, évidemment et je n’en ai pas laissé une miette. Les filles se sont réveillées et nous avons fait le goûter.

photo-241.JPG

Et puis nous sommes retournés à la Nourserie. Je me souviens que les garçons étaient agités, que Fleur de Sel pignait beaucoup et que j’étais fatiguée. « Demain, j’ai besoin d’une journée OFF, sans les enfants » ai-je dit à Mamily que je croisais dans la cuisine.

photo-242.JPG

La journée s’étirait en longueur mais il faisait doux. Le poulailler était terminé, la team construction était en sueur. J’ai proposé une pizza tout en jetant un coup d’oeil sur mon Iphone pour voir le temps entre deux contractions. Rien de très serré. J’ai embarqué Mamily avec moi dans la Micra pour aller chercher les pizzas. Juste au cas où. Au volant, j’ai soufflé fort durant une contraction. Je me suis demandé si je n’allais pas perdre les eaux dans la pizzeria sous le regard effrayé du patron qui me trouvait vraiment très ronde, mais non.

Nous nous sommes tous installés sur la terrasse de la Nourserie. Sur la table : des bières, des pizzas délicieuses et mon téléphone qui me disait « time is coming ». Chaque contraction arrivait avec plus de force. Pourtant, j’avais une faim de loup. J’ai mangé une pizza Reine entière à moi toute seule en m’excusant : « je suis désolée, mais je suis affamée ». Je savais que la nuit allait être longue. Je sentais le regard attentif de chacun alors que je devenais complètement bipolaire. Impossible de parler pendant les contractions et la seconde suivante, je discutais comme si de rien n’était, comme si j’avais juste rêvé la contraction.

Le repas terminé, nous sommes tous allés faire le tour du poulailler. Il était parfait. Je me suis accrochée au cou de Mamily, pliée en deux par la douleur. Et j’ai prononcé la phrase que tout le monde attendait : « ça y est, il faut y aller ».

MMM et moi sommes partis nous doucher pendant que le reste de la troupe débarassait la table et rangeait le chantier. J’ai bien frotté mes pieds qui étaient noirs de crasse. J’ai presque regretté d’avoir porté ma chemise préférée le matin-même et de devoir me changer. Nous avons préparé les baluchons des enfants. Fleur de Sel irait avec Mamily, MaxiMax et TontonXav pendant que Kouign Amann dormirait au gite avec mon presque Grand Frère et les siens. Je me sentais bien, je maitrisais ma douleur même si elle était intense. C’était une belle soirée pour accoucher.

J’ai embrassé les enfants sur la tête, là où ça sent si bon, j’ai dit au revoir à tout le monde et puis je me suis installée sur le canapé, pour attendre un peu, juste pour être sûre. Grand-Beau-Frère et MMM me regardaient d’un oeil rond. A la première contraction, j’ai dit : « on y va ». MMM a chargé la valise et le sac d’accouchement dans la Micra et nous sommes partis à l’hôpital.

C’était le 23 août 2012 à 22h30. Il faisait terriblement doux, nous étions en t-shirt et en short.

Moins de 4 heures plus tard, Petite Gavotte allait rejoindre notre famille.

EDIT : cette journée est d’autant plus précieuse que pour mes deux accouchements précédents, j’ai été déclenchée. Je n’aurais pu espérer un climat plus chaleureux que celui de cette journée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

50 réflexions au sujet de « Le jour d’avant »

  1. 1
    Alice says:

    Quel beau récit ! Et surtout quel beau souvenir pour ta fille… Son Histoire !
    Des bisous !

  2. 2
    happyfamilly says:

    Un magnifique billet comme d’habitude pleins d’émotions. J’aimerais pouvoir me rappeler les moments qui ont précédé la naissance de mon loulou mais malheureusement les presque 20 heures de travail ont tout balayé ou alors c’est le temps, ou ma mémoire de poisson rouge….va savoir.
    PS : j’aime beaucoup ton bermuda bleu

  3. 3

    C’est beau, plein de douceur, de chaleur estivale (et ça fait du bien par les temps qui courent), comme une parenthèse suspendue dans le temps avant le grand chambardement de la naissance. (Mar)jolie famille.

  4. 4
    Claire says:

    Oh, làlà… pour mon Titou, je me souviens aussi très bien de cette journée où il est venu au monde. Ce 27 juillet 2012 : en pleine cérémonie d’ouverture des JO de Londres (soit un petit mois avant Petite Gavotte).
    Mais pour ma fille aînée, plus moyen de me souvenir. Juste que c’était en plein nuit, vers 2/3h, que nous sommes arrivés à 4h et que la demoiselle est née à 15h30 le surlendemain !
    … Alors vite, je vais graver à jamais le souvenir ce cette journée du 27 juillet 2012 avant que je ne m’en souvienne plus jamais ! Tu as raison, ce sont des moments dont il faut garder des traces, et les écrire avant que notre mémoire soit trop défaillante !

  5. 5
    mamandoudouce says:

    Encore un très bel article comme tu sais si bien les écrire!!!

  6. 6
    Elodie says:

    Bonjour marjoliemaman,
    À 3 semaines de la fin, j’ai adoré lire ton article ce matin. J’espère que cela se passera de manière aussi douce… 🙂
    Bises et belle journée à toi et toute ta magnifique famille !

  7. 7
    MaZéMaLo says:

    Tu ne pouvais pas rêver mieux comme journée 😉 une belle journée a 4(et plus !!!) qui se fint à 5… c’est merveilleux !!!
    belle article, comme toujours

  8. 8

    J’en ai des frissons, je revis les deux moments forts de mes départs en 200è et 2009 pour la clinique. ça me rend toute chose ! Un très joli récit…

  9. 9
    Bene says:

    Très joli texte, et c’est une belle « dernière » journée.

  10. 10
    marie says:

    c’est si doux, si beau, j’en ai les larmes aux yeux, merci 🙂

  11. 11
    Noémie says:

    Comme une lettre à la poste…beau recit 🙂

  12. 12
    Mme LTLP says:

    Oh j’aurais tellement aimé vivre ce genre de journée! J’ai été déclenchée pour dépassement de terme pour mes 2 filles. Pourtant, j’ai fait durer le + possible pour la Groseille, espérant secrètement qu’elle vienne d’elle même mais à J+7, plus possible d’attendre !
    C’est un très beau récit.

  13. 13
    CarO says:

    Quel régal … je ne me lasse pas de toi et ta famille
    Bonne journée et des gros bisous

  14. 14
    heidi says:

    En effet tu avais le parfait cocoon. La chance !
    Moi la veille j’ai su que dans le planning du gynéoc, j’étais prévu à telle heure, gloups. :/

  15. 15
    La Prune says:

    voilà, je pleure…

  16. 16
    afaurore says:

    non pour les 2 premiers t’as été déclenché toi aussi!!!
    sérieux nous avons beaucoup de points communs

  17. 17
    Nanie says:

    Le jour d’avant, le matin on a été acheter de nouveaux draps. En début d’après midi, je suis allée chez l’esthéticienne où j’ai eu une contraction comme je n’en avais encore jamais eu (peur de l’esthéticienne que j’accouche sur place). Puis on a fait une grande promenade de plus d’1h comme je n’en avais pas fait depuis très longtemps. Je me suis couchée sereine et j’ai été réveillée à 7h30 par des contractions différentes. Je les savais efficaces. J’ai réveillé mon mari, j’ai pris le temps de manger, on est arrivé à la maternité à 9h30 et ma puce était là à 11h12. C’était il y a 3 ans. 3 ans aujourd’hui car c’est son anniversaire. Donc cet article tombe à point nommé ! J’espère avoir d’aussi bons souvenirs pour ma numérobis qui devrait arriver fin mai.

  18. 18
    Sofi says:

    Ma petite larme, je me souviens aussi très bien du jour d’avant pour mon deuxième (il est né y’a 2 mois et demis c facile) je me suis enfiler un plat de pâtes au saumon et 10 minutes après on partait à la mater… Divines ces pâtes

  19. 19
    juju says:

    j’aime particulièrement ton **. Déclenchée pour la première, ça m’avait manqué, ce moment où tu dis « il faut y aller »…

  20. 20
    Joëlle says:

    Magnifique comme d’habitude. Larmichette à l’oeil mais je me retiens car je suis au bureau ;-).

    Comme je comprends que cette journée et ces souvenirs sont précieux pour toi.

    Et je comprends d’autant plus pourquoi moi je n’arrive pas à me réconcilier avec ce corps qui m’a lâché 2 fois…

    J’aimerais avoir une aussi jolie histoire de naissance à raconter à mes enfants, alors que j’ai 2 transferts en urgence, séparation et néonat à leur raconter, pas trop le rêve. Difficile même si j’arrive à en retirer le bon côté.

    Très bonne journée

  21. 21
    Ker Mary says:

    Toujours beaucoup d’amour et de douceur

  22. 22

    Toutes cette émotion et cette magie à la fois, à chaque fois que je te lis, voilà bien une des raison pour laquelle je ne pourrais jamais m’arrêter de te lire et d’aimer ce que tu partage avec nous

  23. 23
    Ann-July Tahiti says:

    Magnifique récit, plein d’émotion !

  24. 24
    sophie says:

    Mais pourquoi une fois sur deux, j’ai la larme à l’oeil en lisant tes posts ? Une vraiment belle journée !

  25. 25
    madeleine says:

    Comme c’est doux. Tu as eu bien raison d’en profiter comme une grande chance! C’est très agréable à recevoir.

  26. 26
    Delph says:

    Comme c est émouvant, quelle belle journée….

  27. 27
    Cla says:

    Quel beau récit

  28. 28

    Encore une fois un très bel article… Que ta plume est agréable à lire !
    J’en suis toute émotionnée (oui cela peut se dire, justement quand on est émotionné, on invente des mots).
    En conclusion, ta 3ème grossesse et ce 3ème accouchement t’auront vraiment réconciliés avec tout ce que tu as pu vivre jusqu’alors. C’est donc vraiment très chouette 🙂

  29. 29
    carine says:

    Quel beau souvenir, j’ai versé quelques larmes, tu crois que ce sont les hormones? J’aime tant te lire, tu écris si bien. Tu nous emmènes avec toi dans tes jolies aventures, toujours avec pudeur et gaieté. Et puis cet accouchement en août me plonge dans le mien, qui sera déclenché en août, si ce bébé veut bien rester au chaud. Merci de partager avec nous ces moments d’amour.

  30. 30

    Ca me donnerait presque envie d’un troisième. Surtout l’Edit en fait. J’ai été déclenchée deux fois aussi et j’aurais adoré prononcer ces mots : « ça y est, il faut y aller ».

  31. 31
    Lisbei says:

    Merci de partager avec nous de si beaux souvenirs … qui nous replongent aussi dans nos propres expériences … moi je me souviens du réveil à 3h30 du matin, la perte des eaux, et les jambes qui flageolent quand je réalise que ça y est, ils vont sortir … et le trajet en voiture, en chantant à tue-tête la BO de Juno et en inondant consciencieusement le siège de la voiture du boulot de mon chéri à chaque contraction, malgré les serviettes pour protéger …
    Gros bisous !

  32. 32
    Valérie says:

    Très joli article comme d’habitude quand tu parles de tes enfants 😉

    Pour mon 1er, le jour d’avant, je me demandais quand est-ce qu’ils allaient finir par me déclencher parce que c’était juste plus possible. J’étais loin d’imaginer ce qui m’attendait.

    Pour mon 2ème, le jour d’avant, il est tombé 15cm de neige, c’était un dimanche et personne ne passait pour dégager les routes… j’ai flippé… les contractions ont commencé dans la nuit et j’ai perdu les eaux à la maison à midi, quand les routes étaient dégagées 😉

    Je me dis qu’il faut que j’écrive une lettre à mes enfants pour leur raconter leur naissance avant que tout s’efface (ou la moitié et les détails).

  33. 33

    Le jour d’avant, on m’avait dit « rien à l’horizon »… et puis j’ai accouché seule dans ma salle-de-bain à 8h du matin 🙂

    Si ça te dit de découvrir ma belle aventure à moi, c’est ici : http://wp.me/p1wTVJ-mj

  34. 34
    Stassia says:

    Merci pour ce joli récit…

  35. 35
    alice says:

    on a tellement l’habitude de lire le pendant et l’après que cela semble doux de lire l’avant!

  36. 36
    Elle says:

    Je lis habituellement en silence, mais aujourd’hui j’avais envie de dire merci, merci de partager cette parenthèse de douceur et de soleil, merci pour cette histoire qui rappelle que des accouchements sereins existent, bref, merci.

  37. 37
    Petite maman says:

    Mouhooo…. C malin, tu me fais pleurer ! C les hormones !
    Ça a beau être le troiz, chaque accouchement est différent, alors je me demande comment ça va être cette fois-ci… !!

  38. 38
    Clo says:

    Moi aussi , c’est à la fin d’une chaude journée de fin juin 2012 que j’ai compris que mon deuxiéme loulou allait arriver…et 4 h aprés il était là…j’ai adoré cet accouchement, l’impression d’avoir gérer comme une chef les contractions, une arrivée à la mater’ au dernier moment…et je me souviens de toutes les petites choses que j’ai fait avec ma fille le jour d’avant…c’est gravé en moi pour tjrs!
    Bises, j’aime ton billet…

  39. 39
    bretzelle says:

    C’est un très beau récit. On ressent la douceur et le bonheur de la journée à travers les mots.

  40. 40

    un beau récit…. votre dernière journée à 4, pleine de douceur… j’espère que ta fille pourra la lire un jour…
    Bises

  41. 41
    Anne-Lore says:

    Magnifique ! Un bel article tout doux, qui donne envie de repasser par là 🙂

  42. 42
    Mamcha says:

    Et oui, ces journées ont un goût particulier! Quelques heurtes plus tard, rien ne sera jamais pareil! J’ai adoré lire ce billet, et ressentir un peu ce sentiment mi-stress/mi-joie/mi-excitation/mi-trouille (ça fait beaucoup de mi pour faire un tout!).

  43. 43

    C’est vraiment un très joli récit qui nous fait partager tes émotions avec beaucoup de retenue et d’intensité à la fois! Je n’ai pas eu la chance de vivre ces moments car j’ai eu deux césariennes mais la magie reste la même, entre le moment où le ventre cache encore son bonheur et l’instant d’après où l’on sert son enfant contre soi…

  44. 44
    LMO says:

    Très beau récit! 🙂

  45. 45

    C’est si beau et si serein!
    Moi qui pendant les contractions me disait: »mais comment font-elles pour finir leur valise en même temps? »… L’expérience peut être!
    Forcément ça me permet de repenser l’arrivée de monToutchaud, merci

  46. 46

    Quel joli recit… A moins de 6 semaines de mon terme, tu me fais pleurer! Numero3 sera bientot la, moi je reve d un declenchement pour arreter les gratouilles, pour avoir le temps de me rendre a l hopital sans accoucher dans la voiture, pour etre avec mon doc en qui j ai tellement confiance, pour avoir l impression de controler un tout petit peu!
    J espere avoir un ausi joli souvenir que le tien en tout cas…

  47. 47
    le papillon says:

    Et voilà je chouine ! 😀 Ton récit est très beau, mais ce qui est incroyable, c’est que tu as su retranscrire tout l’amour, tout le soutien de ton entourage, en quelques mots. On te sent contenue, entourée, épaulée, presque transportée dans ce jour si particulier. C’est vraiment magique à lire.

  48. 48
    maman de fripouille says:

    Plein d’émotion et cela donne des envies…qui tardent à venir…

  49. 49
    laurie says:

    tres joli récit. Tu m’as faite voyager…j’imaginais la scène…superbe.

  50. 50
    Chag says:

    C’est très chouette, ce texte. Au delà du plaisir que tu nous procures, c’est aussi un moyen de rendre pérenne un moment que l’on aurait peur d’oublier…
    Pour mes deux accouchements, je n’ai pas de souvenir particulier, pas aussi précis, pas d’odeur, pas grand chose, en fait. J’ai oublié. J’aurais aimé avoir mon blog à cette époque-là.
    Super idée que tu as eue, donc !

Les commentaires sont fermés.