Non classé

Adopter un chaton

Petit avant-propos  : cet billet a pour but de partager notre expérience et nos constats par rapport à l’adoption de notre chaton Fuji. Il s’agit là que de notre expérience.

Ensuite, si l’envie vous démange d’avoir un chat, je me permets ce conseil (qui sera peut-être le seul vraiment important de ce billet) : réfléchissez bien. Adopter un chaton ou un chat, c’est un engagement de longue durée. Certes vous pouvez craquer sur le petit chaton adorable qui se love dans vos bras mais il est capital de garder en tête que cet animal vous accompagnera pendant 15 à 20 ans ! Mes enfants auront quitté le nid depuis longtemps, Fuji sera encore là (enfin je l’espère !) !

Un chat, c’est aussi une somme de responsabilités que je vous indique ici pour ne pas idéaliser la situation :

– il faut prendre soin de sa santé et l’emmener chez le véto tous les ans (voire plus s’il est malade).

– c’est un budget : véto, nourriture, anti-puce, vermifuge, litière…

– il faut trouver quelqu’un pour s’en occuper pendant vos absences ou pendant les vacances (ou l’emmener mais ils n’aiment pas forcément bouger).

– c’est une litière a vider régulièrement s’il n’a pas l’accès à l’extérieur.

– un chat, ça peut éventuellement : sentir mauvais, vomir, faire pipi sur votre lit, abimer vos meubles, etc.

– c’est aussi des poils qui peuvent trainer partout.

Pour résumer, c’est une ligne de plus sur la longue liste de la charge mentale.

Passons maintenant aux différents sujets  autour de l’adoption  !

L’âge du chaton :

Fuji est arrivé chez nous en juin à l’âge de 2 mois, je vous raconte son histoire ICI si jamais vous ne l’aviez pas lue. Deux mois, c’est très jeune pour un chaton pour arriver dans une famille mais c’est la seule solution trouvée par Aurélie et sa famille pour sauver les chatons de cette grange d’une vie sauvage. Elle les récupère à quelques semaines pour pouvoir les attraper car après ils  deviennent très craintifs et ils sont plus compliqués à placer dans une famille (comme sa Cacahuète qu’elle a fini par  garder). En effet, habituellement, dans le cas d’un chaton né au sein d’une famille, il est conseillé de laisser le bébé avec sa maman jusqu’à ses 12 semaines pour qu’il soit sevré et qu’il soit bien éduqué. Sa maman lui apprend par exemple à jouer sans les griffes, elle en prend soin, elle lui fait sa toilette, etc. Bref, il ne faut pas  être trop pressé car ce temps passé avec sa maman est important pour son équilibre et sa sociabilisation.

Le matériel à préparer pour l’arrivée

Une caisse de transport – Mon frère m’en a donné une qu’il n’utilisait plus. Elle est utile pour transporter le chat chez le vétérinaire par exemple. On m’a conseillé de mettre une feuille de papier journal ou fond pour les besoins au cas où et pour éviter que la caisse ne garde l’odeur des hormones de stress. Avec ou sans papier, Fuji s’en fiche royalement car il adore cette caisse et entre dedans dès que je l’ouvre.

– Un panier pour dormir n’est pas vraiment utile. J’ai récupéré une vieille corbeille à linge dans laquelle j’ai mis un oreiller tout aussi vieux et une couverture sûrement encore plus vieille. A notre grande surprise, Fuji y dort souvent ! Et encore au moment où je vous écris ce billet. Mais bon, ce chat dort PARTOUT !

Et moi je craque de le revoir si petit !

– Pour la caisse de besoins, j’ai acheté un modèle avec rebords hauts. Il y a eu quelques ratés car Fuji ne visait pas super bien mais il fait désormais l’essentiel de ses besoins dehors. Si c’était à refaire, je prendrais  une caisse fermée. J’ai pris la même litière qu’Aurélie pour que Fuji ait des repères dès son arrivée. D’ailleurs, quand il est arrivé, on lui a montré directement la caisse et une demi-heure plus tard, il y allait pour faire ses premiers besoins ! Je vais repasser à la litière végétale qui se composte (mais dans un composteur différent de celui que vous utilisez pour votre jardin pour éviter la prolifération d’e-coli). Nous y avions renoncé quelques temps car la litière végétale retient moins bien les odeurs que la chimique.

– Pour la nourriture j’ai acheté une gamelle à réservoir pour les jours où nous sommes absents et il a deux  écuelles pour boire histoire d’en avoir toujours une pleine. J’ai demandé à Aurélie la référence des croquettes qu’elle donnait à Fuji et j’ai acheté les mêmes pour ne pas qu’il soit perturbé. Ensuite, j’ai suivi les recommandations de mon vétérinaire.

Pour les jouets, j’ai acheté trois jouets pour que chaque enfant ait quelque chose pour jouer avec lui. C’était clairement inutile car un chaton joue avec tout (avec une prédilection pour les crayons de couleur, les feuilles mortes et tout ce qui roule ou fait du bruit…)

– Pour ses griffes, il était hors de questions pour moi d’avoir un arbre à chat dans la maison, je trouve ça trop moche et Fuji allait vite pouvoir profiter du jardin. Mais bon, j’étais ouverte à lui laisser un arbre dans la maison durant quelques semaines pour qu’il ne ruine pas la baraque alors j’ai cherché sur le bon coin sans succès. J’ai trouvé un mini griffoir (très laid) et des plaques de carton que j’ai laissé à sa portée. Et il adore.

Avant qu’il arrive, j’ai également recouvert les trois canapés de couvertures pour qu’il ne les griffe pas. Miracle, Fuji a fait ses griffes sur les objets que je lui avais mis à disposition et sous l’un des canapés sans que cela ne se voit.

Le suivi santé

J’ai amené Fuji très vite après son arrivée chez le vétérinaire pour vérifier que tout allait bien. Il a été testé pour différentes maladies (SIDA  des chats et leucose féline, qu’il n’a pas, ouf !) et a été vacciné (contre la leucose féline, coryza, typhus et d’autres maladies). J’ai profité de cette visite pour le faire pucer parce que qu’il avait une très grosse envie d’explorer le jardin et j’avais peur qu’il sorte, que quelqu’un le trouve et le pense abandonné. On attend en général de faire ça durant la stérilisation pour que ça se passe sous anesthésie générale. Fuji a miaulé mais n’a pas semblé en vouloir au véto. Normalement quand on vous donne un chat, il doit être identifié (puce ou tatouage) mais nous nous étions mises d’accord avec Aurélie. Un mois plus tard, il a eu son rappel de vaccins. Et à 5 mois, il a été stérilisé. C’est un peu tôt car on attend 6 mois en général mais il commençait à marquer la maison et comme il sortait, je ne voulais pas qu’il prenne de risque. Nous retournerons chez le vétérinaire l’été prochain pour son rappel de vaccins. J’apprécie que la clinique vétérinaire propose une matinée dans la semaine où il n’y a que des chats. Ainsi, les chats sont moins stressés que lorsqu’il y a des chiens.

A la maison, je le protège des puces avec un pulvérisateur que j’applique sur son poil et il prend chaque l mois un vermifuge que j’achète en pharmacie. Je nettoie aussi ses yeux quand ils coulent avec un peu de sérum phy sur du papier toilette et on le brosse régulièrement.

Son éducation

Fuji a été éduqué par Aurélie et a famille jusqu’à ses deux mois et ils ont fait un boulot formidable. On a récupéré un chaton adorable, joueur, hyper sociable et propre. Aucune pipi/caca à déplorer hors du périmètre de la caisse. Il a cependant fallu qu’on le reprenne souvent au début car il nous mordillait et nous griffait un peu/beaucoup selon les moments. Il faut le prendre par la peau du cou et lui dire qu’on en fait pas ça. ça a plutôt bien marché. Après, Fuji a parfois des périodes où il est un peu foufou et se prend pour un grand prédateur et où il nous attaque. ça ne dure pas longtemps mais on le reprend à chaque fois.

Les dégâts dans la maison

Nous sommes super chanceux car jusqu’ici, Fuji n’a rien abimé. Il n’a même pas renversé une plante verte (dédicace à Céline dont la mini Plume a dégommé une plante).

Enfin si, il adore bousiller mes pelotes de laine  et a cassé ma théière Acapulco (déjà cassée) mais jusqu’ici, on s’en sort vraiment bien. Après, depuis ses 4 mois, il peut faire ses bêtises dehors ! Mais du coup, le dommage collatéral est qu’il fait ses besoins dans les graviers de notre terrasse. On va lui installer un bac à sable, ça devrait lui plaire.

Les canapés ont survécu grâce aux couvertures. Nous les avons enlevées depuis mais on lui en a laissé une qu’il aime tétouiller et sur laquelle il dort. ça évite de salir le canapé.

La stérilisation

La stérilisation n’était pas une option pour moi mais une obligation. Mon chat, je maîtrise sa fertilité (je répète ici ce que m’avait dit Camille quand je lui ai demandé son avis sur le sujet). Fuji a été sauvé d’une vie de chat sauvage, ce n’est pas pour qu’il aille en semer partout dans le quartier. Il y a assez de chats à adopter dans les SPA et autres refuges pour ne pas risquer d’en créer de nouveaux.

Ses explorations hors de la maison

Il a tout de suite eu très envie d’aller voir dehors ce qui se passait. La vétérinaire m’avait conseillé d’attendre  ses 6 mois pour être certain qu’il fasse bien ses habitudes à la maison. Pour ses 4 mois, j’ai décidé de le laisser explorer le jardin car la gestion des portes devenait trop compliquée et trop stressante à la maison. C’était l’été, il y avait les enfants H24 avec leurs copains, on hurlait chaque minute pour que les portes soient fermées, ça n’était vraiment pas sympa. On a fait confiance à Fuji qui s’est longtemps contenté d’explorer le jardin. Et puis il a élargi son périmètre. On l’a retrouvé parfois l’air perdu à 20 mètres de la maison, ce neuneu. Maintenant, il fait sa vie et semble bien se débrouiller. Bon, il a déjà passé une journée à côté de l’arrêt de bus parce qu’il avait accompagné KA à son ramassage scolaire un matin mais jusqu’ici, on fait le tour du quartier et on le retrouve toujours (on touche du bois).

On le laisse gérer ses sorties comme il veut de jour comme de nuit grâce à une chatière électronique Pet Safe qui reconnait sa puce. Cette chatière va en effet scanner sa puce d’identification et se déverrouiller quand il met la tête dedans. Ainsi, aucun autre chat ne peut rentrer par la chatière. Nous l’avons installé sur la fenêtre de la buanderie. Nous avons également mis une chatière classique sur la porte de la buanderie pour qu’il puisse entrer et sortir dans la maison même quand on ferme la buanderie (à cause du bruit du sèche-linge, vous saurez tout de nos habitudes).

Pour le moment, on le laisse vivre ainsi mais s’il revient amoché après une bagarre, on révisera peut-être notre jugement.

Le collier d’identification

Je voulais un collier pour Fuji car j’avais peur qu’on le prenne pour un chaton perdu et qu’on ne pense pas à sa puce. J’ai pris un collier anti-étranglement. Il a essayé de s’en débarrassé 5 minutes et vit très bien avec depuis.

Les autres besoins du chaton

Je ne suis pas une experte mais voilà ce que j’ai constaté : un chaton a besoin de câlins, de caresses, de nourriture et d’eau à disposition, de jeux. Avec trois enfants à la maison, tous ces besoins sont comblés. Je responsabilise les enfants pour qu’ils le nourrissent et fassent attention à ce qu’il ne manque de rien.

Le prix d’entretien d’un chaton

C’est une question que l’on m’a posée mais je vous avoue que je ne calcule pas vraiment. Comme pour mes enfants, si quelque chose est nécessaire – qu’il s’agisse de la santé ou de la nourriture , je paye le prix pour l’accès un produit de bonne qualité. Et j’ai cette faculté à occulter complètement les prix une fois que j’ai payé. Je suis donc incapable de vous dire combien coûte la visite chez le véto ou les vaccins. En revanche, j’ai regardé sur mon relevé bancaire pour la stérilisation, j’ai payé 56€ car c’est un mâle. C’est en effet plus cher pour une femelle.

Le bazar la nuit

Parfois, Fuji ne dort pas de la nuit et il fait un bazar monstre. Il cavale ou rampe et fait du bruit avec son collier  au sol. Il vient aussi attaquer gentiment les pieds des enfants au lit. C’est rare mais ça arrive. Les enfants râlent, moi aussi alors on ferme les portes ou je le colle dehors et il finit par se calmer.

Le chat et le lapin

Fuji et Choppper s’entendent plutôt bien. Au début Chopper voulait monter Fuji, maintenant Fuji lui fait la toilette mais il fait aussi mine de l’attaquer en l’attrapant dans le cou. On ne les laisse jamais tous les deux en liberté sans surveillance. Chaque soir, Fuji s’amuse avec Chopper à travers les barreaux de la cage. Chopper est super content et ils font un vacarme d’enfer tous les deux.

 

Fuji est parmi nous depuis  bientôt 6 mois et on adore la vie avec lui. Il est facile, un peu neuneu, pas câlin spontanément mais si on le prend il se laisse caresser en ronronnant, il est drôle et joueur. Il demande moins d’entretien que le lapin et ne perd presque pas ses poils pour le moment. J’aime l’avoir à la maison quand je travaille, c’est une présence rassurante et calmante. Certains soirs, comme ces derniers jours, il vient faire la bouillotte à mes pieds et je me dis que ce chat est vraiment exactement ce dont nous avions besoin.

Je suis sûre que j’oublie mille choses alors n’hésitez pas à me poser vos questions en commentaires pour que je rajoute des thématiques !

Je rajoute ici les questions psoées en commentaire :

L’autonomie du chat 

« un chat est-il vraiment autonome, indépendant et peut-il se passer de présence, de contact la journée, voire deux jours !? » – A la journée, Fuji se passe très bien de nous. Quand nous partons, il y a quelqu’un qui vient le voir chaque jour pour vérifier qu’il a bien à manger et de l’eau et pour lui faire un câlin. J’ai autour de moi des proches qui partent en laissant leur chat plusieurs jours et ça ne pose pas de souci. Il faut laisser de la nourriture via un distributeur et même chose pour l’eau, plus un accès à l’intérieur. C’est mieux si quelqu’un peut venir jeter un oeil régulièrement.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article précédent Article suivant

18 commentaires

  1. Répondre Céline / Shalima 28 novembre 2019 à 21 h 08 min

    Ah je l’attendais ce billet Pour moi il est parfait, en tout cas il répond bien à mes interrogations actuelles ! Plume ne va pas sortir en dehors de la maison avant un bon moment, mais je commence déjà à penser au véto, les vaccins, la stérilisation, la puce, la chatière… je pense que je reviendrai le lire de temps à autres alors merci !

    • Répondre Marjoliemaman 29 novembre 2019 à 11 h 14 min

      Et n’hésite pas à m’appeler si besoin 😉 Bienvenue à Plume ma petite filleule !

  2. Répondre Squiban 28 novembre 2019 à 21 h 21 min

    Au moment où je vous lis mon Charly viznt de s’installer sur mes jambes pour avoir des câlins j’adore

  3. Répondre Milistoukette 28 novembre 2019 à 21 h 56 min

    Alors je reviens par là. Dans l’absolu je n’aime pas les chats. Mauvaises expériences avec des chats qui n’étaient pas les miens. Mais mon fils aurait besoin du contact d’un animal. Un chien c’est trop compliqué à gérer quand on est absent toute la journée. Il a des cochons d’inde, mais il n’a pas le retour qu’il aimerait je pense. Alors je voulais savoir si un chat est vraiment autonome, indépendant et s’il peut se passer de présence, de contact la journée, voire deux jours !? Merci !

    • Répondre Marjoliemaman 29 novembre 2019 à 11 h 15 min

      Je rajoute ta question dans le billet, merci d’être revenue ici la poster 🙂

  4. Répondre Lisbei 29 novembre 2019 à 9 h 00 min

    Coucou !
    Nous avons aussi un nouveau chat à la maison, Caradoc, qui a décidé de se faire adopter après 3 semaines à dormir dans la rue … il est adorable … il doit avoir environ 6 mois, mais le hic c’est que je ne peux pas encore le faire stériliser parce qu’il a une diarrhée persistante depuis que nous l’avons, résultat de sa vie dans la rue à se nourrir dans les composts pendant plusieurs semaines … il faut attendre encore pour ne pas risquer une infection … et continuer à le soigner …
    Sinon je confirme une chose : garder un chat enfermé, ce n’est pas une vie … ni pour lui ni pour nous … c’est sûr qu’il y a des risques dehors, mais un chat qui ne peut pas sortir est malheureux, surtout s’il a déjà connu l’extérieur, et dans une maison, c’est un cauchemar de vivre en fermant toutes les portes et les fenêtres …
    Longue vie à Fuji ! Et à tous les autres chats !

    • Répondre Marjoliemaman 29 novembre 2019 à 11 h 16 min

      Bienvenue Caradoc ! J’espère qu’il va vite se remettre.

  5. Répondre Bénédicte 29 novembre 2019 à 10 h 59 min

    Je confirme, les chats dorment n’importe où (j’en ai une qui adore se planquer sous le lit superposé des filles, au milieu des grosses caisses ikéa qui contiennent légos, playmobile & co) , et dans des positions parfois improbables 🙂

  6. Répondre petit 29 novembre 2019 à 11 h 25 min

    Bonjour,
    J’ai un vieux matou stérilisè de 14 ans. Le collier anti-étranglement ça fonctionne très bien, je l’ai retrouvé 3 ou 4 fois dans le jardin où il l’avais perdu en jouant avec les chats des voisins. A chaque fois il miaulait comme un malheureux devant la porte car j’ai une chatière magnétique (il est tatoué et pas pucé,c’était pas courant à l’époque) et donc il ne pouvait plus renter! La chatière c’est top sauf que le chat du voisin a comprit que si il suis de très près le mien il peut rentrer aussi!!!

  7. Répondre Christelle URBAN 29 novembre 2019 à 12 h 33 min

    Bonjour,
    Ici, 2 chats et une chienne. Nous avons adopté une (mini) chatte et nous avons été adoptés par un (maxi) chat errant que nous avons fait vacciner, pucer et stériliser. C’est en effet un budget et un peu d’organisation quand on s’en va en vacances mais c’est beaucoup de bonheur aussi. Malheureusement pour nous, notre maxi pépère est positif au Sida du chat (probablement attrapé lorsqu’il vivait dans la rue) et il y est très sensible car chaque bobo se transforme en très grosse infection qui nécessite des opérations de désinfection et des antibios. Touchons du bois: après une série de bagarres et de grosses infections, ça fait un an et demi qu’il ne fait plus de bêtises (je crois qu’il a compris lorsque la vétérinaire nous a dit qu’il faudrait l’euthanasier s’il continuait à accumuler les infections graves!!). Par contre, je te mets en garde: une fois que ton chat a goûté aux plaisirs de l’extérieur, je ne pense pas qu’il soit facile de le retenir dans la maison pour le protéger d’éventuelles bagarres avec les voyous du quartier. Notre maxi matou nous a tout démonté dans la maison lorsqu’il a dû rester enfermé le temps de se soigner. On a fini par céder et le laisser sortir!
    Et je recommande en effet la chatière électronique qui est super pratique et évite la visite (et les marquages) des chats du voisinage!
    Longue vie à nos quatre-pattes!!

  8. Répondre Marie 29 novembre 2019 à 20 h 06 min

    Super article, ici nous avons 3 chats à la maison. dont 2 que l’on a recueilli car abandonnés dans les rues. Tout le monde devrait s’intéresser aux besoins de l’animal avant d’en prendre un.

  9. Répondre Aline 29 novembre 2019 à 22 h 32 min

    Ah! ici, on a aussi eu le soucis du caca dans les cailloux (devant la porte d’entrée tant qu’à faire, c’est tellement plus marrant).
    On a essayé de faire un bac à sable, il n’a jamais voulu y aller.
    Ma belle-mère nous a conseillé de pulvériser une infusion au poivre (sur les cailloux, pas sur le chat… quoi que :D). C’est un peu contraignant au début parce qu’il faut en remettre dès qu’il a plu et bon… en ce moment… la météo c’est compliqué… Mais sinon, ça marche!!!
    Voilà, donc maintenant, il fait ça dans l’abri bois…:'(

  10. Répondre Syld 30 novembre 2019 à 0 h 38 min

    Vive l’adoption ! J’apprécie beaucoup les chats mais mon mari y est allergique. Nous avons donc adopté ce mois-ci un chien de la spa. Un vrai bonheur, une vraie présence. Et oui la stérilisation est incontournable, les chenils sont trop pleins d’animaux pour ne pas maîtriser la reproduction des chats/chiens. Vive les 4 pattes!

  11. Répondre Anne 30 novembre 2019 à 11 h 18 min

    Notre chat Dagonnet , on l’appelle plus souvent le chat ^^
    Cest un chat d’appartement. Son kiff cest de se poster sur les rebords de fenêtre et de regarder dehors.
    Il est stérilisé et puce depuis 3 mois.
    A la base cest le chat de la famille mais son maître cest mon fils de 16 ans..il l’attend a la porte le soir avant qu’il rentre du lycée et devant sa porte de chambre le matin.
    Il a deux griffoirs et plein de jeux pour l occuper.

  12. Répondre FrenchinUK 1 décembre 2019 à 10 h 15 min

    Excellent article! En effet, il faut bien réfléchir et à mon sens, le vouloir en tant que famille et ne pas se laisser seulement influencer par les enfants. Je m’explique… On a adopté deux chats l’année dernière avec moult promesses du fiston qui allait prendre en charge les repas et la litière. Bilan un an plus tard… Il n’a pas vraiment respecté ses engagements, heureusement que l’on n’était pas trop naïf sur ce coup-là. Du coup, les responsabilités quotidiennes pèsent essentiellement sur nous, mais ils nous apportent tellement en retour… Si vous prenez des chats d’intérieur comme nous, pensez bien à la contrainte des vacances et au fait que vous ne pouvez pas les laisser seuls trop longtemps. Du coup, on a limité les voyages pour l’instant et on les prend avec nous lorsque l’on ne va pas trop loin.

  13. Répondre Bismarck 1 décembre 2019 à 18 h 09 min

    Le collier me paraît nécessaire: je ne suis pas certaine que tout le monde pense que le chat est pucé (ou ait envie de l’emmener chez un véto pour faire lire l’éventuelle puce). Concernant les autres puces: attention, mon chat (qui dépasse les 18 ans) en avait transmis à mon lapin.

Laisser un commentaire