Sans nous

Menhir GroixLe mois de mai et ses ponts, c’est chaque année une période où notre famille vit à géométrie variable. On passe de 1 à 3 puis à 4 pour revenir à 3 puis à 5, etc.

MMM travaille beaucoup, les enfants partent en caravane ou chez Papet pendant que les parents volent au quotidien un week-end un amoureux.

C’est une période joyeuse mais compliquée parce qu’on perd nos repères, qu’il faut qu’on se réhabitue les uns aux autres et qu’on trouve un équilibre dans un joyeux chaos.

C’est une période de transition qui fait patienter avant l’été et dont on sort systématiquement changé, tous autant que nous sommes.

Ce que j’aime par dessus tout à cette époque, ce sont toutes les choses que les enfants font sans nous et qu’ils nous racontent dans les moindres détails.

Ces derniers jours, Kouign Amann a fait 22 km avec Papet en vélo, il s’est coincé la main dans un manège (et a un bel hématome), il s’est baigné dans la mer pas chaude chaude, il a mangé un beignet au chocolat et bu un coca (pour récupérer du vélo), il a trouvé comment s’allonger dans le prunier de Papet.

Fleur de Sel a parcouru le sentier des daims avec Mamyvonne et Popope, elle a eu un renard en peluche baptisé « Safari », elle a semé la pauvre Mamyvonne mais elle n’était pas inquiète car elle avait retrouvé Popope, elle a fait la sieste dans la caravane, elle a inventé plein d’histoires à dormir debout.

Petite Gavotte a fait du manège avion avec son Papet, elle a fait acheter une paire de chaussures Hello Kitty 2 tailles trop grande à ma belle-maman, elle a choppé un virus qui fait vomir et donne des boutons, elle a acheté des aubergines avec Dom parce qu’elle aime leur couleur (mais pas leur goût), elle a mangé une glace la barbapapa.

Et nous ? Pendant que nos enfants vivaient leurs vies sans nous, nous avons savouré chaque minute de calme et d’indépendance comme il se devait. Nous en avons aussi profité pour faire un coucou au menhir par qui tout a commencé.

Et nous les avons serrés fort contre notre coeur quand nous les avons retrouvés encore plus beaux et plus intelligents que nous les avions quittés.

Rendez-vous sur Hellocoton !

11 réflexions au sujet de « Sans nous »

  1. 1
    doublerose says:

    C’est génial que les enfants aient des moments à eux.
    Chez nous cela est impossible et je regrette parfois qu’ils ne vivent rien sans nous (et qu’on ne vive rien sans eux! il faut l’avouer)

    Attention au Menhir! Ses effets sont connus…

  2. 2
    Lucky Sophie says:

    C’est chouette qu’ils puissent vivre ces aventures avec leurs grands-parents ! <3

  3. 3
    Cha says:

    Faut vraiment que je laisse mon fils chez mes parents cet été ! Il a 4 ans et pour l’instant, je n’ai pas trouvé…. j’allais écrire « l’occasion » mais peut-être simplement qu’il faut que je coupe le cordon ^_^

  4. 4
    mireille says:

    Je sais que pour moi, les souvenirs de vacances chez mes grands-parents sont des souvenirs que je chérie beaucoup… et de plus en plus avec le temps qui passe.
    J’y suis parfois allé un peu à reculons mais je n’ai jamais regretté de ce temps passé avec papi et mamie !

  5. 5
    Joëlle says:

    C’est précieux pour eux, pour nous et pour les grand-parents ces moments passés loin de nous. J’adore les retrouver changé, grandi.
    Et puis ils savent qu’ils vont pouvoir arnaquer les grand-parents à volonté 😉 !
    Juliette a chopé le même virus que Petite Gavotte, bizarre ce truc…

  6. 6
    bibi says:

    Oh la la cette histoire de menhir! ça me fait penser que je m’étais promené à côté d’un grand menhir, tiens, juste avant d’être enceinte de ma première aussi …donc je valide le pouvoir magique de la pierre^^

  7. 7

    Pour les hématomes, je te recommande l’HE d’immortelle 🙂
    Bonne semaine
    Chloé

  8. 8

    C’est ce qui manque a mes enfants je trouve alors j’essaie de partager le maximum d choses avec eux tout le temps mais du coup on grandit moins vite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *