Une journée d’appendicite #3

Lire le premier tome et le deuxième tome (qui sentent un peu le moisi depuis le temps, je sais).

11h44 – je me gare donc de nouveau devant chez le docteur Geek, je hisse mon petit 33 tonnes dans mes bras, je lui montre ce fainéant d’escargot qui a dû faire 20 cm depuis que nous l’avons croisé il y a 3 heures. Punaise, ils ont la belle vie les escargots, ils ne connaissent pas les appendicites, eux.

11h52 – le docteur Geek nous prend entre deux patients. « C’est une urgence qui relève de l’hôpital » annonce-t-il à la salle d’attente pour expliquer votre passe-droit. J’ai le nez qui pique, signe annonciateur de larmes mais je le pince très fort et j’arrive à endiguer le flot massif qui menace. Le docteur Geek appelle l’interne des urgences, annonce notre arrivée imminente. Il me serre la main avec vigueur, l’oeil compatissant. « Tenez-moi au courant » me lance-t-il l’air désolé comme si on n’allait jamais se revoir.

12h00 – Je sors de chez le docteur Geek, j’hésite à écraser l’escargot parce que sa lenteur m’irrite vraiment et qu’il faut un coupable à cette histoire mais je retiens ma pulsion et je fais mentalement l’inventaire de mon placard à gâteau, je crois que j’ai faim.

12h07 – Je laisse Kouign Amann dans la voiture garée devant la maison. J’ouvre sa valise rouge et mon sac à dos de Sport Boully (ceux qui connaissent mon nom de jeune-fille et Sport Billy apprécierons ce fabuleux jeux de mots) dans lesquelles je case en vrac son oreiller, la peluche Mario achetée lors de la Japan Expo en 2010, l’Ipad, tous les chargeurs que je trouve, de quoi nous changer tous les deux pendant deux jours, de quoi nous laver, de quoi jouer un peu, mon ordi pour bosser, de l’eau… Et un paquet de gâteau. Finalement, je n’ai plus faim. C’est pénible d’être maniaco-dépressive de la faim quand on est sous le coup de l’émotion. J’envoie des SMS au monde entier pour annoncer que nous allons à l’hôpital pour voir si l’opération est nécessaire. Moi qui ne LOLe jamais, je LOLe très fort intérieurement. MAIS BIEN SÛR qu’elle est indispensable.

13h00 – Nous voilà aux urgences pédiatriques, comme d’habitude, elles sont quasi-vides de patients.

13h07 – Nous voilà dans un box que je connais déjà pour l’avoir fréquenté avec Petite Gavotte. C’est officiel, depuis 2009, je fais une overdose d’hôpital. Les infirmières et l’interne défilent. Pose de cathé, prise de sang, auscultation… Kouign Amann ne prononce pas un seul mot quand il y a une autre personne dans le box. Il reste calme et digne. Son côté japonais n’a jamais été aussi présent. Je lis dans ses yeux ce qui est écrit. pour oui, il ouvre un peu plus grand? Pour non, il plisse légèrement. Ce gosse a une crise d’appendicite mais il se prend pour Jean-Dominique Bauby. J’hésite à demander un scan pour suspicion d’AVC.

13h20 – Mamyvonne pousse la porte du box. « Mais je t’avais dit que tu n’avais pas besoin de venir ». « Chut, je suis là maintenant, tu veux que j’aille te chercher à manger ». Je vous ai déjà dit que j’avais une belle-mère en or ? Je file dehors prendre l’air, manger un gâteau et fumer une clope (oui, je fume des clopes quand je suis dans ce genre de situation stressante) et j’appelle Azzurra, Dom et Papet pour organiser la garde des filles. La même situation à Banlieue-sur-Marne aurait juste été ingérable.

13h33 – La meilleure copine de Mamyvonne qui travaille à l’hôpital du Pôle Nord vient me chercher alors que je n’en suis qu’à la moitié de ma cigarette. « Il va être opéré ». Quoi, là tout de suite ?

13h34 – Kouign Amann est en train de lire le fascicule « je vais être opéré » où l’on détaille l’anesthésie et tous les autres protocoles nécessaires avec Mamyvonne. Je me demande pourquoi il n’y a pas un fascicule « mon tout petit enfant chéri d’amour va être opéré » à disposition des parents. J’aurais pas dû manger ce gâteau, j’ai envie de vomir tout à coup.

14h10 – Nous arrivons dans le service de pédiatrie et Dom arrive elle aussi. J’ai deux belles-mères et elles sont aussi formidables l’une que l’autre. J’ai vraiment dû faire un truc très bien dans une vie antérieure. ou alors c’est pour compenser le sommeil pourri de mes enfants durant 5 ans ?

14h30 – A peine Dom repartie que le chirurgien arrive et saute à pieds joints sur ausculte le ventre de mon pin’s qui ne dit rien. Il ne dira d’ailleurs rien en présence du personnel médical durant 48 heures, jusqu’au moment de sa sortie où il a dit « au revoir ». Best player au roi du silence ever, Kouign Amann. Le chirurgien me dit que c’est assez rare une appendicite à 5 ans, je songe à lui dire que nous sommes les spécialistes de l’atypique dans cette famille mais j’ai remarqué que l’évocation de ma SHAG, le la prématurité et des complications du VRS de Fleur de Sel entraînent une fascination inutile des médecins qui nous ferait perdre du temps, donc, je m’abstiens. Il ajoute que vu le gabarit de mon Pin’s, il va faire un « Mac Burney ». Je pense lui dire que moi, ce que je préfère, ce sont les Big Mac mais je lui rappelle avec tact que je ne suis pas médecin et que le Mac Burney, ça ne m’évoque rien comme ça. « ça veut dire que je vais passer par l’extérieur et lui faire une petite cicatrice, là » dit-il en pointant le côté droit de mon fils. J’ai envie de lui dire qu’il a intérêt à s’appliquer et que si sa cicatrice est moche, je ne serai pas contente car cet enfant est parfait de la tête au pied, y’a pas intérêt à me l’abimer. En vrai, il a l’air tellement « chirurgien » et dans son monde que ça me paraît bon signe. Il va me virer ce bout d’intestin inutile et hop. On en parlera plus.

15h00 – Je lave mon Kouign Amann qui ne tient pas debout à la Bétadine. On rit parce que c’est tout orange mais je vois qu’il est bout du rouleau. Depuis le matin, il n’a pas pleuré, ne s’est pas plaint et est resté calme. Ce petit bout de garçon m’épate. Je lui enfile la blouse adulte qu’on m’a donnée pour lui. Ses épaules ne sont pas assez larges pour retenir l’encolure. Je crois bien qu’il a perdu une vingtaine de centimètres depuis ce matin tant il me paraît petit, mon grand. Pourtant, il veut qu’on envoie une photo à on papa, pour lui montrer à quel point il fait bien le fantôme.

appendiciteLa suite, dans l’épisode 4 (mais très vite, je le jure ).

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

35 réflexions au sujet de « Une journée d’appendicite #3 »

  1. 1
    LudiM dit :

    Un gros nœud dans le ventre (et un sourire quand même) en lisant ton billet (après relecture des 2 premiers pour se remettre dans l’ambiance). J’étais aux urgences le week-end dernier avec mon NumberOne, je suis descendue 5 minutes grignoter un gâteau et fumer une clope, et on a pris une photo sur le lit 🙂 Même à l’hosto, y’a des classiques de Maman 😉

  2. 2
    Virginie dit :

    Ma pauvre ! C’est pas simple de gérer la douleur de nos enfants. Tu as assuré !
    Mention particulière au docteur Geek qui a un tact de folie et Bravo à toi de ne pas avoir succombé à la tentation de te venger sur l’escargot. Le saligaud !

    Comment va ton petit maintenant ?
    Tiens nous au courant !!!

    Bizzzz

    Virginie

  3. 3
    Jumie dit :

    Mais j’ai des papillons dans le ventre ( non pas d’amour mais d’appréhension) a chaque fois que lis un article sur cette fichue appendicite … J’ai l’impression d’être dans un de ces épisodes de Grey’s anatomy ou je verse ma larme (environ chaque épisode en moyenne…) et même si je sais que KA va très bien aujourd’hui, j’ai hâte de lire la suite pour te voir le confirmer.
    Mais tu peux être fière de lui : quel courageux petit far breton.

  4. 4
    Anne-Laure dit :

    Il y a des geignards, des beugleurs, des hargneux et puis il y a ceux de la trempe de KA et Madeleine… Nous c’était il y a 15 jours, un furoncle avec une écharde depuis un mois, dont elle ne s’est jamais plainte, une incision foirée par le généraliste, des larmes et des dents serrées pour ne pas hurler, les urgences pour finir le boulot proprement et avec une anesthésie quand même….
    Résultat des courses: pendant l’heure d’attente, elle a sagement fait ses devoirs, dans le box, elle a enchanté tout le monde par son sourire, sa politesse et sa zenitude. Quand le gaz hilarant est arrivé, elle s’est mise à chanter, on a raconté notre passion pour Aldebert, chanté ses chansons, évoqué le concert où elle est montée sur scène avec lui et sa réponse à « tu veux faire quel métier plus tard? » (testeuse de bonbons!) pendant que le doc ouvrait, enlevait, désinfectait… dans mon dos, ouf! Sitôt sorties, la question d’une petite fille hilare: « on pourra recommencer? trop bien ce gaz! » (euh? non en fait!) et une fois en voiture, elle a voulu qu’on appelle le généraliste parce qu’elle trouvait qu’il avait eu l’air de culpabiliser le pauvre, faudrait le rassurer, il ne m’a pas fait si mal… Le soir au coucher? Elle m’a remerciée d’avoir annulé mon rdv avec ma stagiaire et zappé un conseil de classe pour l’accompagner à l’hôpital, et rappelé que j’étais une maman exceptionnelle. Telle mère telle fille alors? Bravo à ton Kouign Amann pour son self control!

  5. 5
    charlotte dit :

    Faut pas être impatiente avec toi 🙂 (et heureusement on connait la fin)

  6. 6
    Mamandine dit :

    Ton petit homme est décidément très très attachant…

  7. 7
    Miliez dit :

    Ooohh non par pitié je croyais que c’était le dernier tôme !!!

  8. 8
    Colombe dit :

    J’ai bien essayé de me pincer le nez pour ne pas pleurer mais cela n’a pas marché. Ton article est très émouvant. Heureusement que tu racontes cela longtemps après l’opération, on sait que tout va bien maintenant. Hâte de l’episode 4.

  9. 9
    Poulette Dodue dit :

    Sacré p’ti d’Hom ton KA.
    Des pensées pour Roberta et ceux qui l’aiment (j’étais pas là ces derniers jours je suis « décalée » )

  10. 10
    Covima dit :

    On n’a quasiment pas connu les urgences pédiatriques jusqu’ici, mais quand on y est (et qu’on ne sait pas ce qu’il y a comme c’était le cas pour nous) on fumerait volontiers la pelouse de l’hôpital.
    Bravo à ton petit d’avoir aussi bien géré la situation, c’est un roc Kouign Amann !

  11. 11

    Mais qu’il est mignon, ce charmant petit fantôme dans sa grande robe bleue… Attendrissant comme tout.
    Bah dis-moi… et ce n’est même pas le feuilleton d’une série télévisée, en plus. ‘Tiens, on se sait plus quoi faire du scénario.. allez, hop, direction l’hôpital’. Non, c’est la vraie vie. Fichtre.
    (Et chut…, on n’a pas vu que tu as fumé une cigarette. Pas vu, pas pris, d’abord, na !).
    Gros, gros bisous à vous tous. Et j’attends la suite, évidemment !

  12. 12
    mamanwhatelse dit :

    on dirait Harry Potter avec sa grande blouse!!!
    c’est marrant que le chirurgien dise que c’est rare à 5 ans : toutes les filles de la famille on l’a eu à 5 ans et 7 mois!! moi, ma soeur, ma mère, ma tante, ma grand-mère…. visiblement ça fonctionne pas pour les garçons car rien pour Mister E.! ouf!!!!

  13. 13
    Valérie dit :

    Ça me ramène quelques mois en arrière pour l’opération de Sacha… pas d’urgence, c’était programmé et en ambulatoire. Mais l’anesthésie générale à 3 ans et demi, c’est pas glop… je me surprends par mon calme et mon attitude dans ces cas là. J’arrive à occulter tout ce qui pourrait mal se passer pour ne pas le stresser. Je ne sais pas comment je fais, je me dis des fois que je ne dois pas avoir de coeur pour réagir comme ça…

    Il n’oublie pas les loulous. Quand on est retourné voir le doc pour un contrôle 1 mois après, il m’a dit « je veux bien voir le doc mais je veux pas faire dodo »… j’ai eu un pincement au coeur là j’avoue…

    Pressée d’avoir le tome 4 pour savoir comment ça se passe les opérations des petits chez vous, c’est pas pareil partout apparemment 😉

  14. 14
    Liveanneso dit :

    Rho la vache, au début je voulais vanner, parce qu’on l’a attendu longtemps cet épisode, mais purée, j’ai beau savoir que ça fini bien j’ai hâte de lire la suite parce que quel stress !!!!
    J’ai quelques (hum ) années de plus que KA et je pense que si je dois me faire opérer de l’appendicite je serais vachement moins japonnaise dans mes réactions. Bravo à lui d’avoir réussi à affronter ça. (Bon et donc t’as pris combien de rides avec cet épisode ? Parce que rien qu’en lisant et sans que ce soit mon fils je sens qu’il va pas falloir que j’oublie ma crème de nuit ce soir)

  15. 15
    Élodie dit :

    Quel courageux ptit homme, c’est épatant… Chaque enfant est tellement différent face à l’urgence, la douleur, la peur… Leurs réactions, leur sang froid, leur courage me surprennent toujours et encore plus quand ils sont si jeune…
    Un gros bisous à KA, même si c’est déjà loin pour lui, et qu’apparemment ça n’a été qu’une formalité, à la lecture de ce Tome 3 on a envie de prendre sa douleur et lui faire un câlin et plein de bisous, pauvre ptit choux…

  16. 16
    Sandrine dit :

    On voit que tu connais l’hôpital parce que moi je n’ai pensé qu’à ma petite puce et me suis retrouvée dans ma sueur de maman stressée à me laver avec le savon antiseptique (du lave main…), et là on se dit c’est un petit bonheur simple de se laver et de sentir bon le propre !! <3 Ton petit bonhomme est vraiment courageux ! Bisous

  17. 17
  18. 18

    Quel courage ! Lui et toi, vous êtes des warriors 😉

    Parce que je ne suis pas sûre que mes enfants soient restés aussi tranquilles, mais je suis par contre sûre que moi, j’aurais ouvert les vannes …

    Comme je sais que tout se termine bien, je me réjouis de lire la suite de ton récit.

  19. 19

    oh petit chaton courageux 😮
    Comment il va ce matin ? 🙂

  20. 20
    ker mary dit :

    je m’étais promis de ne pas pleurer mais l’arrivée de ta belle mère m’a fait fondre.

  21. 21
    siger dit :

    oh oui quel courageux ! J’imagine avec ton billet très émouvant quand on est parent, les miens quand j’ai eu l’appendicite et même la peritonite à 3 ans et que j’ai faillit y passer (1mois d’hôpital) car le médecin n’avait rien vu ! Je ne souhaite pas que ça arrive aux miens !

  22. 22

    Pauvre petit Escargot, heureusement tu as eu le bon réflexe ! Il est courageux quand même ton bout 🙂

  23. 23
    Sweet Mama dit :

    AAAAAAAhhhhhh faut encore attendre l’épisode 4 ??? Mais t’es une coquine toi ! lol
    Effectivement il fait tout petit dans sa tenue d’hosto, mon pauvre petit chat ! Il semble si fort pourtant !
    Bon ben vivement la suite….pas dans 2 ans hein ? mdr
    ( je te fous la pression mais c’est pour rigoler tu le sais ! )

  24. 24
    Mad dit :

    Et bien…..quel stress!!!plein de bisous à ton grand courageux!!!!Grâce à lui, je crois que pour tes deux puces, au prochain gros mal de ventre tu files direct aux urgences pédiatriques avec un grand sac plein de gâteaux!!!lol….terribles nos vies de maman……des médailles je vous dis!!!!Tu es digne des JO mamans de folie!!!

  25. 25
    Bene dit :

    Quelle torture cette attente ! 😉 Le quatrième sera la dernier épisode ou il y en aura plus? Juste pour me préparer…

  26. 26
    Marine dit :

    Mais à quand le tome 4???
    Votre écriture est addictive et même si j’ai ma dose régulière, la fin de cette histoire me manque…

  27. 27
    Elsa dit :

    Pareil que Marine , A quand le tome 4 ??

    Savoir que cette histoire termine bien rassure et donne encore plus envie de lire la suite !! 😉 et ayant pas mal fréquenté les hôpitaux plus jeune je me retrouve dans cette histoire et sa permet d’imaginer les réactions de ma mere et sa consommation de clopes ces jours la ! 😉 ( et oui j’ai 22 ans et pas d’enfants, je suis tombé sur votre blog en stage en agence de communication lors de la préparation d’une opération relation presse et j’ai tellement accroché que j’ai continué à lire pour le plaisir ! ) Alors merci pour cette aperçut de vie de maman que j’aurait peut être un jour ( pour l’instant j’espère dans longtemps ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *