Notre envie d’enfants

photo-554.JPGDimanche soir, un commentaire déposé sur le blog m’a fait repenser à un billet que j’avais envie d’écrire depuis longtemps :

« Ma fille à aujourd’hui 8 mois et nous envisageons de faire un 2ème enfant assez rapidement…je voudrais juste avoir ton ressenti par rapport à l’écart entre la grossesse/naissance de Kouign Amann et Fleur de sel et sur ce qui vous a motivé ? ».

Plus que la première partie de la question sur l’écart de mes enfants que je traiterai certainement un jour, c’est le thème de la motivation qui m’inspire.

Ce que je vais écrire n’est nullement universel, c’est simplement notre manière à MMM et moi d’envisager notre vie, notre famille et notre parentalité ensemble. Cela aurait peut-être été différent si nous avions été en couple avec d’autres personnes mais dès le début, nous avons été sur la même longueur d’ondes en ce qui concerne les enfants, notre envie d’enfants.

Nous en voulions, c’était certain. Une fois que nous avons compris que nous étions plus ou moins faits l’un pour l’autre (finalement, assez rapidement), nous nous sommes fixé sur le chiffre de 5 enfants (naïfs que nous étions). Sans pour autant se lancer dans l’aventure, nous parlions de parentalité et nous cherchions même des prénoms de temps à autre.

Et puis un jour, je me suis réveillée avec une envie viscérale d’avoir un enfant de MMM. ça semble très raccourci mais ça s’est passé ainsi (je me souviens de ma chère Maud de La Rochelle qui m’avais raconté avoir exactement vécu la même chose). J’ai laissé mûrir cette envie pour être bien certaine avant d’en parler à MMM (avec qui je n’étais pas encore mariée). Et puis un soir de fiesta, je lui ai fait part de mon envie d’avoir un enfant de lui. Il m’a dit oui, on y va. Et c’était parti.

Une fois que Kouign Amann est arrivé dans nos vies, MMM a vite eu envie d’agrandir la famille. Nous avions revu nos objectifs à la baisse avec 4 enfants. Au bout de 7 mois alors que de mon côté, j’avais l’impression de quitter tout juste mon costume de femme enceinte et de redevenir une femme tout court, l’envie est revenue chez MMM. Il m’a simplement dit qu’il attendrait mon feu vert mais que de son côté, l’envie était là, sans me mettre la pression. Et puis, un soir de fiesta… je ne vous fais pas de dessin mais j’ai dit à MMM que chez moi également l’envie d’un enfant était de retour. Kouign Amann n’avait pas encore un an.

Et puis Fleur de Sel est arrivée avec tout ce que cela a comporté d’émotions et de peurs. Nous savions que nous avions envie au fond de nous d’un 3e enfant qui serait certainement le dernier mais nous avions besoin de temps après ce séisme dans nos vies. Combien de temps, telle était la question. Nous en parlions souvent sans être capables de dire : allez, on y va, on se lance. L’idée était là mais l’envie : non. Après notre déménagement en Bretagne, MMM m’a parlé de son envie qui était à nouveau là. De mon côté, j’étais pétrifiée. J’en avais follement envie mais j’avais si peur que tout reparte en sucette. Je trouvais que ça n’était pas raisonnable, que nous étions déjà bien gâtés avec 2 enfants en bonne santé (je touche du bois). C’était non.

Et puis un matin, l’envie a tout balayé. Mes peurs, mes angoisses, mes questions, tout avait disparu ou presque. Voilà ma réponse à la question posée dans ce commentaire.

Pour moi, l’envie d’enfant est là quand elle fait se taire toutes les autres voix dans ma tête, quand il n’y a plus qu’elle et qu’au fond de mes tripes, quand je sais que nous saurons faire face à tout ce qui pourrait arriver.

Avec MMM, nous ne nous sommes jamais dit : ce n’est pas le moment parce que ça ne colle pas avec nos aspirations de travail, ça n’est pas possible parce que nous allons avoir deux enfants à la crèche en même temps, ce n’est pas envisageable parce qu’une grossesse avec un enfant en bas-âge, c’est fatiguant, etc. Non, pour nous, l’envie d’enfant supplante ces questions et nous avons à chaque fois eu assez confiance en la vie pour nous dire que la situation n’était peut-être pas idéale mais que si nous attendions qu’elle le soit, cela pouvait durer longtemps. Nous avons toujours laissé parler cette envie et la logistique, l’argent ou nos plannings de ministres n’ont pas suffit à faire taire notre désir commun de construire une famille ensemble au moment où cela nous semblait tout simplement évident.

Oui, nous avions envie d’une fratrie avec des enfants d’âges rapprochés mais si nous avions dû y réfléchir et tout analyser, nous n’aurions peut-être pas mis Fleur de Sel en route et encore moins Pyrrhus. Si nous avions été raisonnables et si nous avions voulu favoriser notre confort (et notre sommeil), Kouign Amann serait encore fils unique. Si nous avions analysé la situation au lieu d’écouter nos coeurs, nous nous poserions encore mille questions au lieu de préparer l’arrivée de Pyrrhus…

Voilà un billet décousu et laborieux pour résumer nos « motivations » qui, je le répète, sont très personnelles et en rapport avec notre philosophie de vie (ça semble très pompeux à écrire mais je ne sais pas comment l’expliquer autrement). MMM et moi faisons les choses quand nous les sentons, parce que c’est lui, parce que c’est moi. Nous avons eu la grande chance de voir nos envies se rencontrer, de voir nos voeux se réaliser et nos désirs d’enfants fructifier (Pyrrhus me le confirme en mettant des coups dans l’ordi au moment où j’écris ces mots). Cette manière de penser est loin de convenir à tout le monde et vu la situation actuelle, je comprends bien que certaines familles doivent « faire » avec la gestion de leur carrière professionnelle, l’espace de leur appartement ou encore les modes de garde et il n’y a aucun jugement en toile de fond de ce billet, simplement l’envie d’expliquer que chez nous, une envie d’enfants ne s’explique pas, elle se vit.

PS : les commentaires sont bloqués jusqu’à 11 heures (c’est pas ma faute à moi)

PS 2 : il y a un siège auto à gagner ICI jusqu’au 8 !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

44 réflexions au sujet de « Notre envie d’enfants »

  1. 1
    Anne says:

    Je partage ton sentiment et tes impressions.
    En ce moment l’envie du 2eme arrive. Notre bonhomme a 13 mois, on vient de vivre une annee tres riche. j’ai ete enceinte, j’ai accouche et on a demenage en Chine avec un loulou de 3 mois.
    Si on etait rationel, on se dirait pas en Chine. Aller accoucher a Shangai,suivi de grossesse plus complique, famille tres loin en cas de pepin …
    Et l’envie a tout balaye et on va se lancer.
    En plus notre 1er est tellement reussi 🙂

  2. 2

    je suis bien d’accord avec votre philosophie de vie : l’envie efface toutes les questions matérielles, temporelles, logistiques.
    Il n’y a plus de questions d’être raisonnable ou pas, on fonce et puis c’est tout!

  3. 3
    Poulette Dodue says:

    Mes impressions sont très différentes (pour résumé ce serait plutôt 2 loulous et basta stop, finito, never again !) , c’est justement cela qui m’a fait apprécié ce joli billet.

  4. 4
    Sibylle says:

    Il n’y a pas de bon moment pour décider d’avoir un enfant, mis à part celui où l’envie s’avère plus forte que tout le reste. C’est ce qu’on s’était dit, avec Mon homme, quand on s’est lancés dans l’aventure Bébé1. Notre grande fille s’est installée trois mois plus tard.
    Pour Bébé2, qui pointera le bout de son nez tout début septembre (ou avant, si elle continue à être aussi pressée de sortir), c’était différent. L’envie s’est imposée à nous en mai puis, fin de l’été, on a décidé de remettre le projet à plus tard en raison des soucis de santé de Mon homme. Et mi-décembre, alors qu’il commençait à remonter la penté, Bébé2 s’est doucement installée, un peu par surprise. Une belle surprise…

  5. 5
    fannou says:

    Merci… ++ ..
    Chez nous l’envie d’enfant….est entrain de murir comme tu dis :p

    Bisou la Marjoliefamily

    Et moi j’arrive à commenter !

  6. 6

    Je vois les choses comme ça aussi, ce qui voudrait dire que je devrais être enceinte à l’ heure ou j’ écris ces quelques mots mais Zozo reste récalcitrant et lui se pose beaucoup trop de questions, les deux ans passés à essayer d’ avoir jajaja pèsent lourd dans la balance

  7. 7
    La Prune says:

    c’est exactement ça… chez nous ça n’est pas trop le moment non plus, notre histoire est encore pleine de flou, il y a des affaires à régler, nous ne sommes pas tout à fait posé… mais voilà, je sens que c’est le moment, j’en ai BESOIN, un besoin, comme tu dis, viscéral… je ne cherche pas à le faire taire, je ne cherche pas à ne voir que le mauvais côté de la chose, je sais ce qui m’attends… mais je le VEUX, c’est tout… d’ailleurs s’il pouvait se grouiller pour venir ça m’arrangerais… moi je dis ça… je dis rien !

  8. 8
    Ginie says:

    Je pense que ton article répond non seulement à celles qui sont déjà mère et qui s’interrogent pour un deuxième (ou un troisième ou …) mais aussi à celles qui ne le sont pas encore. Cette envie dont tu parles, elle commence à se faire entendre, chez moi (nullipare de mon état) et chez mon Homme. Mais ce n’est pas le moment, vraiment pas, pour tout un tas de raisons. Merci pour ce bel article ! Bisous

  9. 9

    C’est ça, une envie qui efface tout le reste !
    Mais, ça m’empêche pas (maintenant que la graine est plantée) d’être de nouveau un peu angoissée par ce qui va suivre…
    Enfin, on verra ! En tout cas, c’est encore un très joli billet ! Bravo

  10. 10

    Oui l’envie ne s’explique pas, elle se vit… et après il y a l’envie aussi mais le physique où la nature ne suivent pas…

  11. 11
    Veve says:

    très belle histoire pour votre famille …
    que dire de plus…
    pour nous le désir a été profond mais parfois cela ne vient pas comme on le veut ( distlibène) et puis par chance on y arrive après un long parcourt de plus de 5 ans …
    cela juste pour dire que les chances diminues avec l’âge et que parfois en étant mal informés certains couples ne le réalisent pas assez…

  12. 12
    Lily says:

    Complètement d’accord ! Moi, si j’avais attendu le bon moment pour avoir un enfant, je n’en aurais jamais eu.
    Un enfant, ce n’est pas un choix raisonné, c’est une envie viscérale au creux du ventre. Il ne faut pas passer à côté, car le temps qui passe ne fait pas de cadeau. Et la vie se charge vite de nous rappeler que nos beaux calculs sont vains face au bébé qui tarde finalement à venir, ou aux ennuis de santé inattendus qui tout à coup nous rappelle que rien n’est acquis.
    Alors ne soyons surtout pas raisonnable !

  13. 13
    La Prune says:

    On dirait, mais ça c’est parce que je suis une grosse égoïste lol

    Je plaisante, mais Si, si, il en a envie, il met toujours la main sur mon ventre, il me fait des bisous dessus et tout… il se le cache un peu, pour contrebalancer ma « folie » mais il m’en parle tout le temps :-)On a même fait une liste des prénoms au resto la dernière fois lol Donc bon, yapluka comme dirait l’autre !

  14. 14
    Bobine says:

    Moi aussi je le ressens dans les tripes à chaque fois mon désir d’enfant. Ma question étant: est-ce que ça s’arrête un jour (car j’en ai déjà 2)?
    L’autre problème étant le fait que mon mari m’a très clairement annoncé qu’il ne voulait pas d’autres enfants et que je suis pour l’instant très loin d’avoir accepté cela (je reste persuadée qu’il changera d’avis mais si ce n’est pas le cas???). Je tente en ce moment de me persuader que nous sommes déjà immensément chanceux d’avoir vu notre envie d’être parent se concrétiser à 2 reprises par deux petites merveilles!

  15. 15
    cybie says:

    Je ne retiens qu’une chose, faire comme on sent.

    Quand on se dit c’est pas le moment, patati, patata, c’est qu’on est pas prêts… 🙂

    Le bonheur, ca tient à pas grand chose… 😉

  16. 16
    Julie B. says:

    On fonctionne pareil ici. quand l’envie est là rien n’y fait et comme dit bobine ce qui pourrait m’inquiéter c’est de savoir si ça s’arrête un jour !
    Surtout que dans mon cas je ne fais que des filles, ce qui me va très bien mais mettrais-je complètement de côté l’idée d’avoir un jour un petit gars ??!

  17. 17
    elisa says:

    Et puis parfois l envie à elle seule ne suffit pas et c est la vie qui décide pour nous….Notre petit garçon est arrivé après des années d attente, une geu avec ablation d une trompe, autant dire qu il est notre miracle et que l idée d un deuxième enfant pose d autres questions comme  » combien de temps nous faudra t il encore? En avons nous la force? » … Bref, l envie seule d un petit ou.grand écart d âge ne suffit pas .

  18. 18
    Ann-July Tahiti says:

    Merci, merci beaucoup ! Je ne pouvais pas mieux attendre que ce billet ! Lorsque nous avons parlé de ce 2ème enfant, j’ai pensé à toi qui a eu Kouign amann et Fleur de Sel, à un âge proche du mien actuellement et je me suis dit :  » j’aimerais connaitre son ressenti, son témoignage qui pourrait me guider, m’aider…J’ai été très surprise en voyant ton billet. Merci encore

  19. 19
    Jolune says:

    Mon expérience, avec 4 :
    – pas materné le premier. Au bout de 9 mois, les bras vides, envie d’un autre bébé…

    – pas materné le deuxième (qui, devinez quoi, a 18 mois d’écart avec son frère). Avec deux, je me sens plus « comblée » en tant que maman, mais quand même, un troisième me tente bien.

    – entre temps, découverte du maternage proximal, que je ressens dans mes tripes comme *la* bonne voie pour moi, pour nous. Un loooong moment s’écoule (j’ai commencé jeune ;-))

    – arrivée du 3ème, materné, congé mat’, etc. Au bout de deux ans, l’envie d’un quatrième n’est toujours pas là : je me sens « pleine », ma fille et moi sommes « à la juste place ».

    – trois ans plus tard, mise en route du 4ème, materné lui aussi. J’ai la même sensation qu’avec la 3ème, nous sommes à la juste place, je suis « pleine » de lui, pas envie d’un nouveau bébé. Et gros pincements au coeur quand je pense à mes sensations avec les deux premiers aux mêmes âges 🙁

    Aujourd’hui, je me dis qu’à refaire, j’en ferais moins, mais plus intensément… que ça serait meilleur pour eux (la différence avec les petits est tellement flagrante :-(), et pour moi. Et ça me rend un peu triste, même si c’est mon histoire, leur histoire, et qu’elle est ainsi.

  20. 20
    shalima says:

    Tout pareil, Marjo, on a écouté notre coeur et notre envie, et puis on a eu de la chance aussi… ce serait à refaire, je ne changerais rien. Je l’aime beaucoup ton billet, car il te ressemble, il vous ressemble, c’est vachement touchant. Des bises !

  21. 21

    J’ai adoré lire ce billet car c’est tout simplement ce que je pense. Quand je suis tombée enceinte de ma fille beaucoup me disait tu devrais attendre si, attends encore quelques mois se sera plus simple parce que ça sera reglé etc etc…mais pour moi tt ça c’est secondaire face a l’envie d’un bb! même si j’en ai a nouveau envie depuis plusieurs mois et que la vie fait que ce n’est pas encore en route…

  22. 22
    Béndicte says:

    L’envie d’avoir envie… Voilà qui résume bien le désir d’avoir des enfants. Je pense comme toi, quand vraiment on veut, tout le reste est accessoire et/ou matériel (sauf gros gros problème de santé je pense), et quand on ne veut pas, les arguments contre sont en fait des prétextes. C’est aussi important d’être en phase avec le papa (jusqu’à preuve du contraire il me semble que les bébés se font à deux). Pour l’instant nous on s’est arrêtés à 2, et ça nous va très bien !

  23. 23
    Maman Quark says:

    C’est beau ce que tu as écrit… Plein de douceur… de la tendresse, un peu d’appréhension, beaucoup d’amour… Finalement, c’est pareil pour les suivants que le premier on dirait.

  24. 24
    linosqui says:

    Hello,
    Je découvre ton blog avec cet article.
    J’aime beaucoup ton article, je m’y retrouve sur plusieurs points.
    bonne fin de grossesse.

  25. 25
    AnnedeStrasbourg says:

    Ce billet colle pile-poil à mes interrogations du moment et je pense d’ailleurs souvent à ce que tu as vécu avec FdS et le fait que tu remettes ça avec Pyrrhus. 1e grossesse super jusqu’au 3e trimestre où ce fut l’horreur, fauteuil roulant alors que je déménageais dans un appart sans ascenseur, fauteuil gardé encore un mois après la naissance du 1er, qui est une crème! Après avoir mis du temps à m’en remettre, l’envie est revenue ce printemps mais il fallait encore attendre un feu vert médical, du coup j’ai eu le temps de réfléchir et de stresser…Bref, pas évident de faire la part des choses et de se dire qu’une 2e grossesse ne sera pas forcément comme la 1e…
    Bel article en tout cas!

  26. 26
    anne says:

    idéalement 3 enfants étaient notre rêve; mais nous voulions prendre le temps pour nous avant de nous lancer dans cette grande aventure. Et puis la vie en a décidé autrement et après bcp de mal et de temps nous avons eu le premier; l’envie au bout de 6 mois de s’y remettre et la malheureusement une grossesse qui s’est mal passé. Il m’a fallu 2 ans pour retrouver le courage de m’y lancer avec la encore de grosse difficulté pour tomber enceinte. Et notre petit deuxième est arrivé en novembre. Malheureusement l’accouchement a failli tourner au drame et on m’a viviement conseillé de m’arrêter la… alors entre nos problèmes pour concevoir et un gros soucis de placenta accreta ce petit troisième tant rêvé et qui me travail encore bcp ne verra pas le jour… Je me console en me disant que j’ai déja deux magnifiques enfants en pleine santé mais malgré tout à chque fois que je lis tes billets sur cette troisième grossesse je t’envie 😉 Pour le coup ce deuxième accouchement a complètement vacciné monsieur donc la boucle est bouclée

  27. 27
    MissBrownie says:

    C’est clair qu’il ne faut pas trop se poser de questions, sinon on ne fait pas d’enfants ou un seul 😉
    Pour le moment, mon envie d’un autre enfant est parti 😛
    Je me sens bien avec mes 3 enfants.

  28. 28
    Peggy says:

    C’est vrai que cette envie nous « tombe » dessus comme ça, sans prévenir! Et nous n’y pouvons rien! Je ne pensais pas que cette « envie » m’arriverait un jour, et pourtant….!!!!
    Belle philosophie de vie….gros bisous à toute la famille!

  29. 29
    Maud (La Rochelle) says:

    Et bien, toute « mauvaise mère » que je suis – mais je me soigne – je suis complètement raccord avec toi ma petite Marjo. L’envie d’enfant a été « viscérale » pour moi. Jamais je ne me suis interrogée sur les avantages et les inconvénients, l’après. Heureusement d’ailleurs !!! Et c’est très bien comme ça 😉

  30. 30
    Bene says:

    J’aime beaucoup ces billets si personnels et qui abordent des sujets si « intenses ». Dans mon cas, j’ai toujours voulu avoir beaucoup d’enfants, mais la vie a fait que j’ai rencontré l’homme plutôt sur le tard…. On a mis le premier en route assez rapidement s’être rencontrés, et quand notre fils avait 1 an, j’étais prête à recommencer mais l’homme n’était pas trop d’accord (il trouve que c’est trop de travail, d’angoisses, etc…) Je ne lui ai pas trop donné le choix et après 6 mois j’ai réussi à le convaincre! Le deuxième est donc en chemin et devrait arriver dans les semaines à venir ;-). Vu la difficulté que j’ai eu pour convaincre l’homme, le fait que nous ne sommes plus tous jeunes et que financièrement ce serait un peu juste, ce bébé sera très sûrement le dernier, mais j’ai déjà « mal » de penser que je vis les dernières semaines de ma dernière grossesse. Je sais déjà que j’aurai beaucoup de mal à me défaire de mes vêtements de grossesse, des petits bodys et pyjamas…

  31. 31
    Estelle says:

    Coucou Marjo!
    Je me retrouve tout à fait dans ce que tu dis. Avoir 3 enfants d’âges rapprochésest en effet un choix perso. Le mien, le nôtre, je ne le regrette pas. La maison est pleine de vie et mes enfants (5 et1/2,4ans et 20 mois) sont très proches. J’adore cette configuration.
    L’envie est revenue pour un petit 4 mais mon homme a peur de ne pouvoir assumer leurs études plus tard, même s, il aimerait encore un petit dernier.
    Bises

  32. 32

    Si seulement, comme tu le conclues, le désir d’enfant pouvait se vivre, et non s’éprouver, dans le sens négatif du terme…

  33. 33
    Nessa says:

    Oui, le désir d’enfant quand il est là et bien là prend vite le dessus sur tout le reste et nous faire percevoir ce qui pourraient être des freins comme des choses minimes et surmontables…

  34. 34
    Carambine says:

    Merci Marjo pour ton article, je lis ton blog depuis longtemps mais je n’avais jamais osé écrire…Je franchis le pas car le sujet me touche si fort…Je voudrais te dire combien je « nous » reconnais dans votre démarche, les 5 enfants qu’on a désiré, la confiance dans la vie et ce désir si fort…Bien des années plus tard, bien des galères surtout, nous avons un petit gars de 2 ans qui fait notre joie ! Mais aussi la trouille au ventre qu’il reste fils unique…Les amis qui pensent que « puisque ça a marché une fois ça marchera une 2ème fois » sans penser qu’aujourd’hui encore le désir nous tenaille et qu’on a mal; la galère des traitements, les médecins encore plus pessimistes que la 1ere fois….Voilà, il faut aussi accepter la vie comme elle est, et se battre oui mais sans se détruire…Et encore on savoure la joie d’être parents, et on pense très très fort à certains de nos amis qui n’arrivent même pas à avoir un enfant… J’écris pour qu’on pense à eux aussi ! A ceux qui se réveillent la nuit tellement ça leur fait mal. Ce qui n’enlève rien à la beauté de ton post, merci à toi de nous partager vos désirs profonds, mais aussi au quotidien tes idées, tes humeurs, ta vie et celle de tes enfants, ton blog est communicateur de vie et de joie !!!

  35. 35

    C’est super d’être en accord sur vos envies d’enfants!!!! Moi, je rêve également d’une famille nombreuse (4 ou 5 enfants, même pas peur^^) alors que mon mari pense qu’avoir deux petits monstres à la maison est largement suffisant….
    Il faut alors faire des concessions…. J’aurais aimé un jour l’entendre dire: « j’en ai envi d’un autre, lorsque tu es prête, nous pouvons y aller…. ».
    J’espère que tu réalise ta chance ;o)
    Couve bien ton pyrrhus, et repose toi!!!
    Bises

  36. 36
    PurpleNessa says:

    Ici aussi mon envie d’enfant est venue, brutalement, et des tripes. Mr était déjà prêt, hop on a lancé la machine.
    J’aurais jamais cru que ça me tiendrait au bide comme ça !

  37. 37
    valoutyne says:

    Je suis maman de 2 petits garçons d’âge rapprocher à 3 jours près ils auraient eu 1 an d’écart !! L’envie d’être à nouveau maman est toujours là mais 2 c’est déjà bien 🙂

  38. 38
    karine-scrap says:

    Ton post de ce jour fait écho ici chez moi…il résume parfaitement ce que je pense en ce moment. Maman d’une petite Lily née il y a tout juste 1 an je souhaite au plus profond de moi lui donner une petite soeur ou petit frère l’année prochaine et même si le moment n’est pas forcément le meilleur, comme tu dis si on attends que tout soit pile poils comme il faudrait on attendrait toujours…alors oui nous nous lançons en septembre…et vaille que vaille on verra bien ! Croise les doigts pour moi.
    Merci pour ce billet plein d’optimisme et qui me réconforte sur ces petites angoisses que je n’arrive pas tout à fait à étouffer.

  39. 39
    Veve says:

    en lisant cette citation de Martin Gray, je me dit que cela résume bien la raison pour laquelle on veut des enfants tout en étant réaliste face au monde pour ne pas handicapé un enfant qui n’a rien demandé… (couple uni-situation matérielle stable sont quand même mieux)…
    « D’autres enfants sont venus, cinq, qui sont rassemblés autour de moi. Je les regarde intensément : Barbara, Larissa, Jonathan, qui sont déjà de jeunes adultes. Et près d’eux, Gregory et Tom, encore enfants. À les voir si riches de leur avenir, pleins de vitalité et de joie, j’ai l’impression que ma poitrine s’emplit d’un air vif. J’oublie que je suis mortel. Et l’ombre de ce que j’ai vécu, qui stagne toujours en moi, se réduit, comme absorbée par la plénitude de cet instant. »

  40. 40
    Amélie says:

    Plutôt d’accord avec toi.
    Pour moi, l’aspect « logistique » (je sais, dit comme ça c’est moche) est aussi très important, et là je repense à ton billet « femme de marin » (parce que j’en suis une!).

    Et puis il y a Dame Nature, parce qu’entre vouloir et pouvoir…

    • Oui, je sais bien que ces facteurs entrent en compte à différents degrés suivant nos modes de vies et je ne m’imagine pas du tout en vrai femme de marin pour tout t’avouer (j’ai besoin de pouvoir engueuler MMM au moins une fois par semaine en direct) c’est pour cela que je précisais que c’était une vision archi personnelle et pas du tout universelle. j’en profite pour t’embrasse bien fort.

  41. 41

    Quel article très touchant. Je pense que chacun a ses motivations propres, mais au final peu importe de quelle manière, chacun ressent ce désir d’enfant en temps voulu. Peu importe l’écart d’âge entre les enfants ou autre, pourquoi lutter contre une si belle envie?

  42. 42
    Boudchoulisa says:

    Joli billet.
    On avait envie d’avoir 3 enfants, d’âge rapproché. Mais après une superbe grossesse, l’arrivée de notre fils, Bébé Aux Besoins Intenses, a été un véritable tsunami. Grâce à lui, j’ai entièrement revu ma façon de voir la parentalité, j’ai découvert le maternage, l’éducation respectueuse; il nous a profondément changés et je ne le regrette pas.
    N’empêche que, 3 ans et demi plus tard, il nous encore impossible d’envisager de revivre tout ça, aussi bien physiquement que nerveusement.
    Je te souhaite une belle fin de grossesse, une belle rencontre et des premiers mois sereins.

Les commentaires sont fermés.