Blooming

Traverser la peur

Comme promis, je viens chaque mardi partager ici la thématique du jour de mon cours de yoga kundalini. Aujourd’hui, j’avais choisi : LA PEUR.

Je sais, juste de le lire (de l’écrire en cet instant pour moi), cela génère une tension immense. le simple mot PEUR fait peur. Je me suis dit qu’en proposant cet axe, ça allait faire peur à mes élèves justement (j’ai un sens aigu du marketing, pas vrai ?). Et ça m’a fait peur à moi parce que c’était risquer de donner un cours à seulement une deux personnes. Pourtant, c’était là et bien clair : on allait travailler sur la peur. Et si c’était juste pour une ou deux personnes, ça serait OK aussi.

De mon côté, j’ai fait mon boulot de préparation du mieux que je pouvais parce que justement, cette peur m’a conduite à être encore plus appliquée. Et les élèves, ces courageuses, ont répondu à l’appel. Et c’était un cours particulièrement intense et beau, de mon point de vue en tout cas.

La peur, tout d’abord, elle nous est utile. Elle nous permet de ne pas sauter d’un pont pour voir si on vole, elle nous sauve la vie, elle nous permet der survivre. Il  y a des peurs que l’on porte depuis l’éternité et qui ont assuré la survie de l’Humanité. On peut déjà la remercier pour ça.

Mais la peur nous limite. Elle pose des lignes au-delà desquelles il ne faudrait pas aller. Elle empêche notre expansion, elle nous contient. Souvent derrière les plus grandes peurs, il y a de grands rêves qui attendent. Que faire alors ? Traverser la peur pour voir ce qu’il y a derrière.

Les femmes qui accouchent sans péridurale parlent de ce moment où elles pensent mourir, juste avant de donner naissance à leur enfant, de la peur immense et totale qui les envahie. Pour aboutir ensuite sur la vie.(On sent que l’URL du blog est toujours marjoliemaman.com, je ne peux m’empêcher de parler accouchement et femmes enceintes !).

Traverser la peur avec grâce – ou en tout cas, avec autant de grâce possible -, envisager la peur comme un passage, comme un chemin plutôt que comme un obstacle, c’était l’angle que j’avais envie d’explorer et je suis curieuse de vous lire à ce sujet. Alors n’hésitez pas à partager la manière dont cela fait écho chez vous.

PS: le replay du cours de ce midi est disponible pendant 6 jours pour 10€. S’il vous intéresse, indiquez-le en commentaire, je vous enverrai les informations.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

13 commentaires

  1. Répondre cyann 9 mars 2021 à 17 h 12 min

    La peur de mourir lorsqu’on accouche sans péridurale, je ne savais pas que c’était commun !! Le fait de lire ces lignes me fait du bien, car j’ai accouché deux fois sans péridurale, et j’ai à chaque fois eu un grand moment de panique, persuadée que j’allais y rester. Moment passager, mais dur à vivre. Et lorsque je l’ai exprimé, durant l’accouchement ou après, j’avais vraiment l’impression d’être folle. Ton article me fait beaucoup de bien du coup !
    Je suis intéressée par le replay de ton cours d’aujourd’hui, pourras tu m’envoyer les infos ? Je ne suis pas trop tentée par le yoga, mais ce que tu partages me rend curieuse. Et surtout, la peur, c’est un sujet qui me parle beaucoup en ce moment, avec un reconversion pro en ligne de mire (qui suit un déménagement de région cet été, donc pas mal de bouleversements ces derniers temps !)

    • Répondre Marjoliemaman 9 mars 2021 à 20 h 39 min

      Si ce billet a déjà servi à une personne, alors je suis comblée. Je t’ai envoyé un mail avec les informations. Je t’embrasse.

  2. Répondre Cyann 9 mars 2021 à 20 h 56 min

    Reçu, merci !!

  3. Répondre Marjolaine Mamour 9 mars 2021 à 21 h 43 min

    C’était vraiment chouette même si je ne sais pas faire la paille avec ma langue, j’ai pas ce gene moi .
    Je me sens toujours tellement bien après tes cours !
    (j’ai un peu de courbatures aussi j’avoue !)
    Vivement le prochain !

    • Répondre Marjoliemaman 10 mars 2021 à 8 h 16 min

      J’ai gardé avec moi toute la journée l’empreinte de cette grâce, c’était beau !
      Et je t’avoue que j’ai aussi de bonnes courbatures dans les cuisses ce matin ^__^

  4. Répondre Kat 10 mars 2021 à 8 h 47 min

    Ce thème est très intéressant et j’aime ton approche de chemin à traverser, j’ai déjà changé de région 2 fois en changeant de boulot à chaque fois, avec un peu d’appréhension mais au final surtout de l’excitation ! en revanche j’ai souvent peur pour mes proches et la crise sanitaire renforce ces peurs (ou angoisses ?)

    • Répondre Marjoliemaman 10 mars 2021 à 14 h 37 min

      Là effectivement, on dérive plus sur des angoisses parce que notre mental imagine plein de choses et alimentent des scenarii renouvelables à l’infini (on est bons pour ça !). L’angoisse se nourrit même sans danger réel Attention, je ne dis pas que le Covid n’est pas un danger réel mais on projette beaucoup de choses qui n’ont pas de réalité.

  5. Répondre Maman Voyage 10 mars 2021 à 12 h 00 min

    Effectivement j’ai cru mourir en accouchant mais je reste persuadée que c’est à cause du déclenchement car la deuxième fois, la sensation était impressionnante mais ne me donnait pas l’impression de mourir, plutôt de prendre une grosse vague :-)… La peur : un vaste sujet qui m’intéresse beaucoup depuis que je travaille sur celle de l’avion. En même temps, en ce moment, l’avion ce n’est plus un soucis hein !!!

    • Répondre Marjoliemaman 10 mars 2021 à 14 h 54 min

      La deuxième fois, tu avais aussi l’expérience de la première, tu savais donc que tu avais traversé, ça a peut-être changé l’intensité de la peur ?
      Pour la peur de l’avion, j’entends beaucoup de résultats positifs à la suite de stages.

  6. Répondre Koalisa 10 mars 2021 à 14 h 30 min

    Je me retrouve dans cette peur de mourir en accouchant sans péridurale ! Du coup, je me sens moins seule… C’était il y a presque 11 ans mais je m’en souviens comme si c’était hier…

  7. Répondre Sophie - du merveilleux 11 mars 2021 à 9 h 33 min

    La peur, ou l’histoire de ma vie ? Ah ah ah.

    Je trouve que la façon dont tu en parles est très belle, merci pour ces mots.

  8. Répondre Eireann 11 mars 2021 à 10 h 58 min

    La peur me parle bien ces derniers temps. Du coup je suis également intéressée par le replay de cette séance. Je ne sais pas si tu l’as déjà fait mais un cours autour de la colère (qui va souvent de pair avec la peur) m’intéresserait aussi beaucoup. Merci à toi pour ton blog qui a accompagné mon envie bébé pendant de longs mois avant qu’elle ne se concrétise en 2014. Depuis je te lis toujours avec autant de plaisir et suis ravie de tous tes nouveaux projets!

  9. Répondre Mélanie 11 mars 2021 à 13 h 37 min

    Mon 2ème accouchement était sans péridurale… Je m’en souviens aussi comme si c’était hier mais ce n’est pas la peur de mourir qui m’habitait mais la peur de ne pas y arriver. Je répétais aux personnels soignant présents en nombre (je suis arrivée à la mater pile à temps, 3 min après j’accouchais dans la voiture) entre deux hurlements de douleur, je ne suis pas prête je ne suis pas prête je ne peux pas! Bon évidement j’ai pu, mon bébé TGV est arrivé, la douleur violente s’est arrêtée. Il restait moi avec ce petit bout de chou dans les bras qui avait l’impression d’avoir accouché d’une moissonneuse batteuse… Pendant ma 3ème grossesse je me suis dit petit à petit je pourrai le refaire ce n’est pas si long cette intense douleur… ben en fait non, quand les contractions ont repris leur douleur infernale je pensais NON NON pas encore pas je ne veux pas subir ça une deuxième fois, la péri a fini par marcher grâce à un anesthésiste bien attentionné! J’ai pu accoucher zen en réussissant pour la 1ere fois a appliquer les conseils des cours de préparation à l’accouchement. La peur ça a son utilité en effet, la traverser c’est sans doute le mieux… mais j’avoue que parfois le contournement ce n’est pas si mal 🙂

Laisser un commentaire