Lis ma vie

La capsule temporelle

Ma maman m’avait demandé de trier mes affaires avant son déménagement de Pau. A Noël 2016, lors de notre dernier voyage chez elle, j’avais ouvert des valises contenants mes souvenirs et bazardé pas mal de choses. Pour les journaux intimes et les lettres, j’avais eu une sorte de blocage. Impossible de m’y replonger sans revivre toutes les émotions aussi fortement qu’à l’époque où ils avaient été rédigés… Alors j’avais remonté certaines choses en Bretagne et décidé que je le ferai le tri dans le reste quand ça serait le moment. J’avais notamment trié les photos de mes amoureux et laissé des choses derrière moi avec soulagement.

Ma Maman est donc arrivée de l’autre côté de la rue il y a 2 ans, en octobre 2017. Avec dans son camion de déménagement plein à craquer mes cartons remplis de souvenirs qui dataient d’avant 1999 (date à laquelle j’avais quitté la maison familiale). Je lui ai laissé mes livres d’enfance, mes petits poneys et mes poupées Corolle pour que les enfants puissent jouer chez elle. Et j’ai mis de côté mes lettres, mes médailles sportives et mes souvenirs scolaires dans un carton.

Carton qui est resté plus de deux ans dans le dressing. Je l’ai ouvert parfois pour montrer mes médailles aux enfants mais je n’ai jamais eu l’énergie d’approcher la tonne de lettres qu’il contenait.

La semaine passée, je me suis délestée de beaucoup de choses. J’ai laissé partir des peurs, des limitations, j’ai pris position pour moi. Et ce week-end, je me suis sentie armée pour mettre le nez dans ce carton parce que je savais exactement ce que je voulais en garder.

Alors j’ai ouvert la boîte et j’ai lu. Je reconnu l’écriture de certains, j’ai traversé les époques, j’ai pleuré, j’ai ri, j’ai ressenti l’amour fou, j’ai lu la déception ou le ressentiment aussi parfois.

J’ai fait un tri draconien dans ces courriers. Je n’ai gardé que ceux de mes parents, des mes grands-parents, de mon frère, de ma cousine, de ma copine Polka et ceux que j’ai reçu après un décès brutal (je ne me souvenais d’ailleurs d’aucune de ces lettres). Certains parce qu’ils m’envoient de l’amour infini à chaque lecture, d’autres parce qu’ils témoignent de relations fortes et qu’ils parlent aussi de moi, de la personne que j’étais, décrite par mes proches. Pour le reste, je me suis rendue compte que de nombreuses lettres parlaient essentiellement de leur auteur et que c’était leur vie que je gardais à l’abri de ce carton. Ces lettres, elles leur revenaient, à eux, comme des capsules temporelles de l’enfant ou de l’ado qu’ils ont été. Alors j’ai contacté quelques personnes que j’aime fort pour leur demander si elles avaient envie que je leur envoie leurs lettres de l’époque. ça m’a paru délicat de demander car je ne sais pas comment chacun est prêt à se replonger dans ce passé.

De ces lettres dont je me sépare, je garde le souvenir du plaisir de les trouver dans la boîte aux lettres et de les lire. Je garde l’énergie positive envoyée par les expéditeurs. Certaines autres lettres vont partir au recyclage et je les laisse partir pour faire un grand vide et laisser la place pour de belles choses. J’en conserve les bons souvenirs et je laisse partir l’acidité et les déceptions dont certaines étaient encore porteuses, 20 ans plus tard.

Je suis heureuse d’avoir connu le plaisir des échanges épistolaires, c’était quand même quelque chose d’attendre des nouvelles, de se mettre à son bureau pour répondre et se raconter.Je fais sûrement partie de la dernière génération qui a reçu autant de courrier, maintenant tout se passe par mails ou même plutôt par message instantané. Je n’ai pas de nostalgie mais beaucoup de reconnaissance auprès des personnes avec qui j’ai échangé durant mes 20 premiers années.

Je suis assez curieuse de savoir quelle est votre relation à vous au courrier alors n’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me raconter ça. Et si je ne repasse pas par ici d’ici demain, je vous souhaite un très joyeux Noël.

 

 

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

46 commentaires

  1. Répondre La capsule temporelle - Les Blogueuses 23 décembre 2019 à 19 h 13 min

    […] Lire l’article complet Like (0) À propos de l’auteur : Marjolaine Solaro […]

  2. Répondre Sandrine 23 décembre 2019 à 20 h 15 min

    Née en 1979 j’ai écrit des centaines de lettres avec mes copines des amoureux mots ou appels pendue au téléphone en écoutant Mc solaar… j’ai aussi écrit des journaux intimes mais pas de nostalgie j’aime chaque moment de ma vie d’adulte et ça a contribué à me construire. Merci pour ce voyage dans le temps

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 13 min

      Je me faisais la réflexion que les chansons, les vraies bonnes chansons de MC Solaar me manquent !

  3. Répondre CéciliAcidulée 23 décembre 2019 à 20 h 52 min

    Ton billet me rappelle avec émotion ces fameux courriers que j’attendais et que je prenais plaisir à écrire et à envoyer à mon tour. Nous avons connu une belle époque et je demande bien ce que nous laisserons à nos enfants. Peut-être devrais-je recopier sur du papier les articles de mon blog destinés à ma fille et les lui envoyer par la poste ? Je vais y songer…
    Des bises Marjo et merci pour ce joli voyage.

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 14 min

      Je ne sais pas si l’époque actuelle est moins bien mais la poésie de cette attente et de l’ouverture du courrier, je suis vraiment heureuse de l’avoir vécue !

  4. Répondre cyann 23 décembre 2019 à 21 h 14 min

    Né en 1985, j’ai pas mal écrit, mais j’ai aussi le souvenir de cassettes audio sur lesquelles je m’enregistrai et que j’envoyai à ma cousine adorée à 1 000 km de là … Je ne sais pas ce qu’elles sont devenues !
    Effectivement, on écrit moins maintenant, en tout cas sur papier. Je ne connais pas de lycéens/collégiens actuels, mais j’éspère qu’ils continuent à s’écrire des mots dans leurs agendas et sur leurs photos de fin d’année !

  5. Répondre Charlotte 23 décembre 2019 à 22 h 44 min

    J’adore envoyer et recevoir du courrier ! Mais je ne suis pas née à la bonne époque parce que je n’ai pas pu en profiter beaucoup et je passe pour une vieille quand je dis qu’il faut que j’écrive mes cartes de voeux .
    je garde dans une boîte celles que ma mère m’envoyait lorsque j’étais en vacances avec mon père et les siennes qui ont maintenant une valeur bien particulière. Joyeux Noël ma jolie

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 18 min

      J’écris chaque année nos cartes de voeux, ça me permet de garder un lien avec les gens que je n’appelle pas souvent. Je te comprends, j’ai été émue en retrouvant les lettres de mon papa.

  6. Répondre MarieP 23 décembre 2019 à 23 h 04 min

    Moi je suis encore plus…vieille ! 52 ans. J’ai dans une boite des courriers qui me sont tres tres chers. Des courriers que m’avaient écrits mon frere, maintenant décédé (suicide…) où il me parle de son mal-être, de ce très grand lien qu’il ressentait avec moi ” on est pareil tous les 2″ m écrivait il. J’ai des courriers reçus de ma maman, de ma soeur, de ma chef au boulot quand j étais en maison de repos après mes suicides (ratés puisque j écris ce soir …) , j ai une lettre de ma fille aînée ecrite il y a bientôt 7 ans et qui me dit “je ne t en veux pas maman , tu ne savais pas ce qu’il nous faisait à E et a moi, il t’a manipulée, tu ne pouvais pas deviner ce qu’il se passait, tu es et tu resteras la meilleure des mamans “.
    J’ai cette lettre de 1977 que m’envoie ma petite soeur alors que jr suis en classe de neige et qu’elle commnce juste a écrire au CP . J’ai cette lettre que m’envoie ma maman alors que je suis en Allemagne chez ma corres’ et que j’ai un terrible cafard et le mal du pays !
    J’ai cette autre lettre que m ecrit ma maman, j ai alors 38 et m’apprête a quitter le père de mes filles pour un homme qui va semer le chaos dans ma vie. Elle me conjure de rester avec mon mari, de penser à nos 2 merveilleuses petites filles et moi je n écoute pas la voix de la raison, ma maman, j écoute mon cœur qui est en train de se faire avoir…
    J’ai des lettres de ma soeur, qu’elle m a écrites quand , en HP, dévastée, je croyais que je ne me remettrais jamais de ce qu’ a fait cet homme pour qui j’ai quitté le père de mes filles et qui me dit ” tu es plus forte que lui, et sortir la tête hors de l’eau sera ta plus belle vengeance envers lui, il ne t’a pas détruite, tu es plus forte que lui”. Et elle avait raison. J’ai mis du temps , mais j’ai ete plus forte que son emprise de destruction.
    Mais j ai aussi ces lettres que je m’écris à moi meme depuis longtemps, tous les 7 ou 8 ans, que je cachette avec de la cire et j ecris sur l enveloppe ” à lire dans 8 ans” . Je décris ma vie du moment et je parle à mon moi de 8 ans plus tard ( oui je vous rassure je fais des trucs comme ça mais j’ai toute ma tete!!!) . J’ai écrit certaines lettres à des moments heureux de ma vie, avec parfois un bébé nouveau né gazouillant à a côté de moi, racontant ma vie heureuse . Et me retrouvant 8 ans apres à relire cette lettre alors qu’entre temps un tsunami a dévasté ma vie, nos vies à mes enfants et moi… et me disant qu’on peut de remettre vraiment de tout, meme du pire quand il touche nos enfants.
    J’écris beaucoup, toujours. J’aime les mots, trouver le mots pour chaque fait ou sentiment qu’on veut exprimer.
    Dans le même registre j’ai fait des cahiers a chacun de mes trois enfants. Je leur écrivait avant même leur naissance, quand je les attendais. Ces cahiers je les ai enfin donnés et fait lire a mes filled aînées récemment. Elles ont pleuré d emotion.
    Voilà, ce sont mes œuvres a moi .
    Et aujourd’hui je peux lire ma vie quand j ouvre ma boite à secrets. Et aujourd’hui, je vais bien
    Amitiés

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 19 min

      Beaucoup d’émotions en lisant ton commentaires. Ta vie au fil des lettres, c’est très beau. Merci du fond du coeur pour ce partage.

  7. Répondre Celine 23 décembre 2019 à 23 h 11 min

    J’ai aussi chez mes parents des caisses remplies de lettres échangées entre 1984 et 1999 avec mes cousines, mes copines ou copains et mon amoureux mais je ne me sens pas capable de les trier ! J’aime penser qu’elles sont là, peut être certaines ont elles été « perdues » lors des séances de rangement qu’affectionnent mes parents ! Je me souviens qu’elles contenaient souvent des banalités écrites sans style mais j’en garde le souvenir ému de leur découverte dans la boîte aux lettres ! D’ailleurs l’attrait quotidien pour le passage du facteur n’a pas disparu chez moi et mes enfants s’en étonnent souvent ! Recevoir une lettre manuscrite d’une personne qu’on aime est une sensation si incroyable que j’aimerais qu’ils connaissent ce plaisir !

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 21 min

      Moi aussi j’adore toujours quand le facteur passe !

  8. Répondre Aline Humbert 24 décembre 2019 à 6 h 44 min

    Quelle bonne idée (et bonne idée aussi de demander). Cet été j’ai jeté mes médailles et je crois que je le regrette déjà … bon avec ma chance il doit bien y en avoir une ou deux qui avaient échappé à la boîte et que je retrouverai dans un tiroir…

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 23 min

      Deux personnes m’ont dit qu’elles voulaient les recevoir, j’ai hâte de savoir les émotions que ça va leur procurer…

  9. Répondre Anne-So 24 décembre 2019 à 6 h 46 min

    Le nombre de lettre que j’ai pu échanger avec mon amie d’enfance… jusqu’à la fin du lycée… la plus longue correspondance. Aujourd’hui, j’ai du mal à avoir de ces nouvelles par téléphone ou par mails. Juste quelques mots échangés. Pas assez à mon goût.
    Cette lecture me fait dire qu’une bonne vieille lettre ferait sans doute du bien à notre amitié.
    (Et les mots dans les agendas scolaires!!! On en parle? 🙂 )

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 25 min

      Même sans avoir des nouvelles très souvent, les liens restent quelque part. On change tous beaucoup, on a des vies exigeantes et ça me paraît parfois logique de s’éloigner sans pour autant moins s’aimer. Les mots des agendas, j’en ai retrouvé quelques uns, quelle marrade !

  10. Répondre Elolulu 24 décembre 2019 à 7 h 32 min

    L’écrit est indélébile contrairement au virtuel, et c’est tellement bon de retrouver nos madeleines de Proust, toucher le papier, reconnaître le tracé des lettres, les émotions passent par les sens et le rapport phyisque à l’écriture est unique. J’aime relire mes poèmes de jeunesse, les lettres et mots de mes amis, les cartes postales et d’anniversaires, et sans oublier les billets doux, tout cela fait partie de ma mémoire. Même ma fille aime quand je lui laisse des petits mots lorqu’elle rentre seule de l’école à la maison. L’écriture est en nous tous et je pense que les jeunes générations sauront la faire perdurer et comprendront son importance pour conserver les souvenirs.
    Joyeux Noël !

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 26 min

      J’essaie aussi de mettre de l’écrit “papier” dans le quotidien. Avec des petits mots pour le retour de l’école, avec des mots en guise de cadeaux…

  11. Répondre Marilune 24 décembre 2019 à 9 h 41 min

    Ah….Le plaisir de recevoir une lettre, et l’attente avant….Les étés qui s’étiraient et tous les matins un coup d’oeil dans la boîte…C’était avant les portables, et même avant les boîtes mail (sic)…J’ai longtemps gardé ces témoignages de mon adolescence, ces paquets de lettres qui me disaient que je manquais à mes amis (et c’était réciproque!)…Ou du moins que je comptais suffisamment pour qu’ils prennent la peine de m’écrire quelques mots sur leurs vacances finalement aussi peu extraordinaires que les miennes. Je les ai jetées récemment quand on a vidé la maison de mes parents. Leurs auteurs sont bien au chaud dans ma mémoire. Je n’ai gardé que les lettres au message particulier, ou profond (si on peu dire), ou rares (une ou deux cartes de ma grand mère). Ecrire pour garder une trace…. J’ai commencé pour chacune de mes filles un petit journal où je raconte leurs premières années, et je commence alors qu’elles n’étaient pas nées. L’annonce faite aux proches, les préparatifs, le jour de la naissance….Comme ça, “au cas où”, il y aura toujours ce témoignage d’une époque dont elles ne peuvent pas se souvenir, ou peu, et pour moi aussi ( aurais-je peur de perdre la mémoire un jour? C’est possible).
    En tout cas : Très belles fêtes aux habitants de la Nourserie!

    • Répondre MarieP 24 décembre 2019 à 9 h 47 min

      Bonjour marilune. Pour les cahiers aux enfants j’ai fait exactement la même chose. Commencés avant leur naissance, durant la grossesse, tout y est relaté. Les faits et surtout mes ressentis du moment. Mes filles aînées ont maintenant 24 et 23 ans et je peux vous dire que ça a ete un sacré moment d émotion quand je leur ai donné leurs cahiers il y a qq mois. Elles m’ont dit que c était GENIAL et que j’étais une super maman de leur avoir fait ce beau cadeau inestimable. Les écrits restent… Amitiés

      • Répondre Marilune 26 décembre 2019 à 10 h 58 min

        Bonjour MarieP
        Moi je les garde encore un peu….Mais elles savent qu’ils sont là, pas loin. Amitiés.

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 29 min

      J’aime cette idée de cahiers. j’ai envie de penser que c’est ce que je fais un peu au travers du blog Je me rends compte que dans ma famille, cela passe aussi beaucoup par l’oral avec les histoires du passé que l’on aime partager et se remémorer.

  12. Répondre Docteur Mamangue 24 décembre 2019 à 9 h 41 min

    Les lettres c’est mon adolescence. Je n’en ai quasiment écrit aucune depuis. Sauf les courriers administratifs!
    Joyeux Noël Marjolaine!

  13. Répondre Poulette Dodue 24 décembre 2019 à 9 h 41 min

    Les lettres ….que j’ai aimais en écrire et en recevoir. L’attente était parfois si duuuuuuure (mode ado 80- 90’s). Mon pote Lolo je lui écrivais de looooooooongue lettre il me répondait toujours suctintement mais avec son humour tordant. J’ai fait des colons toute min enfance/adolescence le lien que l’on gardait était épistolaire. Y a eu des cœurs des gimmettes des bisous rouge a lèvres…. des mots pour le facteur “petit facteur dépêche toi car l’amitié n’attend pas”. Sacré période. Avec mon amoureux aka le père de mes enfants mon cheum quoi on a aussi échangé quelques lettres les premières années… puis les portables sont arrivés.
    Je n’ai garder que le lettre avec lui de beaux souvenirs.
    Beau Noël tribu Marjo

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 31 min

      Je regrette que MMM et moi nous n’ayons pas échangé un peu par lettres. Et oui, les petits mots qu’on écrivait sur l’enveloppe, c’était si drôle !

  14. Répondre Kat 24 décembre 2019 à 10 h 34 min

    Génération 76, avec ma mamie on s’est beaucoup écrit pendant mon adolescence et jusqu’à ma petite vingtaine. C’était super d’entretenir cette relation épistolaire, elle m’envoyait des timbres et à Noel je lui offrais parfois du papier à lettres ! J’ai aussi eu à mes 15 ans des super potes de vacances, on s’est écrit toute l’année en attendant de se revoir. C’était quand même bien ces relations hors réseaux sociaux. Joyeux Noel avec les tiens.

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 31 min

      Oui, c’était vraiment bien et je me sens riche de tout ça !

  15. Répondre Delphine 24 décembre 2019 à 12 h 33 min

    Beaucoup d’échanges épistolaires depuis que je sais écrire… J’aime l’idée d’attendre une lettre, d’aller voir dans ma boite aux lettres. J’aime l’idée du temps passé à écrire et que la personne qui m’écris passe à m’écrire. L’écriture est un cadeau. Le choix du papier, de l’enveloppe, du timbre…
    Je fais aussi des tris de temps à autres, je souris, je pleure aussi. J’aime ce qui ressort…
    Merci pour ce post et c’est aussi une façon de renouer des liens…
    Belles fêtes

    • Répondre Marjoliemaman 28 décembre 2019 à 16 h 32 min

      Oh oui, je me souviens des soirées passées sur mon petit bureau à écrire à ma cousine. C’était très thérapeutique aussi tout ça finalement…

  16. Répondre Bismarck 27 décembre 2019 à 18 h 06 min

    Qu’est-ce que j’ai pu écrire comme lettres à mes amies, ado! J’habitais à Paris, il y avait plusieurs tournées chaque jour: en ayant une lettre le matin, je pouvais y répondre et poster la mienne avant le soir, pour que ma copine lise la réponse le lendemain… J’en ai encore une partie, dans des cartons, mais je ne les relis pratiquement jamais, et j’écris encore de temps à autre à deux ou trois amies. Un plaisir devenu trop rare.

  17. Répondre Val Lao sur la Colline 28 décembre 2019 à 20 h 04 min

    J’ai écrit ! Mais tellement ! Depuis l’enfance j’ai écrit des courriers longs de plusieurs pages. Je n’en prends plus que rarement le temps.
    Mais il y a quelques années, quand un énorme malheur est arrivé à une amie, mon premier réflexe, après la longue conversation que nous avions eue au téléphone quand elle m’a raconté, c’est la plume que j’ai prise pour lui dire que j’étais là. Comme quand nous étions adolescentes et que nous échangions des courriers fleuves, j’ai couché sur 8 pages ma compassion, mon amitié, le choc de cette affreuse nouvelle.
    Aussi parfois, quand j’ai quelque chose sur le coeur et que j’ai dû mal à l’exprimer verbalement, j’écris ; ça permet de poser les mots, physiquement, de les peser aussi.

    • Répondre Marjoliemaman 4 janvier 2020 à 21 h 53 min

      Je suis sur la même longueur d’ondes que toi… L’écrit me permet aussi de faire un cheminement intellectuel. Parfois je commence un texte sans savoir du tout où je vais et il prend sens au fur et à mesure.

  18. Répondre Claire 29 décembre 2019 à 9 h 04 min

    Ton article tombe à point nommé. J’ai entretenu une correspondance avec un cousin éloigné dont j’étais je crois follement amoureuse parce que je l’idealisais. Il ne répondais qu’à une lettre sur 4 ou 5 je crois. Un jour il m’a fait comprendre qu’il fallait que j’arrête de lui écrire. Et puis j’ai rencontré mon homme. Mon cousin s’est marié. Moi aussi. Lors de l’arrivée de notre première fille il a fallu faire de la place. J’ai jeté toutes ses lettres, mes journaux intimes, un début de roman, des tas d’ecrits. Comme si tout ça, qui representait mon adolescenxe douloureuse, devait s’effacer avec mon nouveau role de maman. Je ne sais pas si cela a un rapport, mais je suis tombée gravement malade juste après la naissance de ma fille. Et aujourd’hui je regrette tant avoir jeté tout çà. L’écriture m’attire de plus en plus à nouveau, mais je me sens bloquée, comme si je ne me pardonnais pas d’avoir voulu “effacer” cette partie là de moi. L’envie de recontacter ce cousin me poursuit depuis… je sais qu’en 2020 je vais devoir travailler là dessus pour avancer en paix avec moi-même.

    • Répondre Claire 29 décembre 2019 à 9 h 16 min

      Et je voulais lui demander s’il avait gardé mes lettres, de me les renvoyer. Ton article me conforte dans l’idée de faire cette démarche. Qui sais…

      • Répondre Marjoliemaman 4 janvier 2020 à 21 h 48 min

        Oh mais oui, fais-le, demande-lui les lettres s’il les a toujours ! Mes journaux, je les garderai toujours même si j’ai une certaine tristesse quand je remets le nez dedans.

  19. Répondre Ysaline 30 décembre 2019 à 16 h 25 min

    Bonjour Marjolaine,

    Je conserve toutes les lettres que je reçois et que j’ai reçues.
    Impossible de les jeter !
    Belle fin d’année !

    • Répondre Marjoliemaman 4 janvier 2020 à 21 h 50 min

      Elles sont toutes aussi importantes pour toi du coup ?

  20. Répondre Nancy 2 janvier 2020 à 16 h 51 min

    Ma sœur et moi nous écrivions chaque semaine alors que nous habitions ensemble… depuis le collège, en cachette des profs, où nous ne croisions pas tant que ça. Nous avions mis au point un système de timbre à double scotch qui nous permettait de le réutiliser éternellement. Merci pour ton billet qui ravive pour chacun de nous de forts souvenirs !

    • Répondre Marjoliemaman 4 janvier 2020 à 21 h 51 min

      J’adore cette histoire ! S’écrire entre soeurs alors que vous êtes dans la même école, c’est fabuleux ! Je pense que mes filles pourraient faire ça ! Et le coup du scotch, parfait !

  21. Répondre Marine 3 janvier 2020 à 10 h 08 min

    Un agréable article comme toujours. Que de bon souvenirs de cette époque !
    Profitez de chaque instant avec vos familles, les sorties, dîners, randonnées, loisirs… chaque instant mérite de le vivre pleinement.

  22. Répondre Julliot 4 janvier 2020 à 12 h 53 min

    En commençant à vider la maison de notre maman, mes deux soeurs et moi sommes “tombées” sur les lettres d’amour de notre papa envoyées à sa Jeanine en 1960….(on en ignorait totalement l’existence)C’est bouleversant d’autant que papa signait tout juste les cartes postales….Chaque femme et encore plus à notre époque de textos et autres mails, rêveraient de recevoir de telles lettres…On a souri, on a ouvert avec mille précautions, on a lu, on a pleuré et on va les garder entourées d’un joli ruban ; c’est notre plus bel héritage. Et si on recommençait à s’écrire vraiment?…..

    • Répondre Marjoliemaman 4 janvier 2020 à 21 h 46 min

      Quel bel héritage… Les lettres d’amour sont sûrement ce qui manque le plus à l’heure actuelle.

Laisser un commentaire