Lis ma vie

ça pète le feu, au sens propre

Mercredi soir dernier, MMM et moi passons une soirée tranquille le chat sur notre canapé à discuter mollement et à regarder portnawak à la télé. Tellement portnawak qu’on tombe sur un film pourri d’Alexandre Arcady, Comme les cinq doigts de la main et que fascinés par tant de nullité, on se retrouve à le regarder jusqu’à 1h30 du mat’ en se disant que c’est stupide, qu’on est nazes et qu’on perd notre temps. Je pense que je suis au lit à 1h37 et que je commence à rêver de Patrick Bruel (qui joue dans le film et qui, depuis 1990, me file des papillons dans le ventre).

Je suis alors dans cet état entre le rêve et le sommeil où mon cerveau fonctionne à plein régime avant de débrancher et de me laisser dormir comme une pierre. Je me réveille en sursaut, effrayée par le tambourinage du voisin contre le mur de notre chambre. Il tape à s’en péter les mains, je suis paniquée, je ne comprends pas ce qu’il se passe. Je déteste ma myopie qui me rend encore plus paumée car je ne trouve pas mes lunettes (en même temps, je n’ai qu’à les ranger toujours au même endroit). Ce que je sais, c’est que ça sent sacrément le brûlé. MMM se réveille plus doucement, il va voir à la fenêtre et me dit qu’il y a le feu devant chez nous.

A cet instant précis, je disjoncte totalement. Je sais que je peux gérer plein de trucs comme le sang (des autres parce que le mien me fait tourner de l’oeil) ou les situations d’urgence où il faut garder la tête froide (j’ai sauvé un monsieur qui faisait un infarctus quand j’étais enceinte de Kouign Amann) mais le feu me rend littéralement dingue. Je me mets à trembler comme une feuille pendant que MMM appelle les pompiers (déjà prévenus). Ma voisine, Madame NewCity m’appelle pour nous réveiller, elle est aux premières loges. Alors que je suis en train d’engueuler MMM qui veut descendre voir ce qu’il se passe, elle m’explique que ce sont les motos garées devant la maison qui sont en train de flamber. Je me mets à hurler sur MMM : hors de question qu’il descende, c’est son scoot qui brûle et il est plein d’essence…

J’ai peur, nous sommes tous coincés à l’intérieur de la maison puisque la grille de sortie est barrée par l’incendie. Les flammes font 4 mètres de haut, la fumée est noire et âcre. Si la maison prend feu, comment allons nous sortir ? Je m’imagine avec Fleur de Sel ou Kouign Amann dans les bras en train de slalomer entre les flammes, je ne sais pas si j’en serais capable et je pousse un soupir de soulagement quand je vois la lumière bleue du camion de pompiers.

Les pompiers mettent 15 à 20 minutes pour éteindre le feu. ça paraît long surtout que le feu a pris sur un compteur électrique du chantier d’à côté et que les étincelles fusent. Je me calme tranquillement, je réalise que le danger est éloigné et que je n’aurais pas à sortir en jogging sur le trottoir avec mes enfants emmitouflés dans une couverture. Je suis heureuse qu’ils dorment sereinement et qu’ils ne m’aient pas vu dans cet état. MMM m’a confié ensuite avoir eu envie de me coller une paire de gifles pour que je reprenne mes esprits. Comment dire, là j’aurais VRAIMENT pété les plombs.

Une fois l’incendie éteint, MMM sort constater les dégâts. Son scooter a brûlé ainsi qu’une poubelle de carton.

photo-110.JPG

 

photo-109.JPG

Ironie du sort, le scooter a tout juste 6 mois et venait d’être révisé lundi. Un homme dit avoir vu 5 jeunes partir en courant. Il n’y aura pas d’enquête, on n’est même pas certain que l’incendie soit criminel. Moralité : si y’a quelqu’un dont la tête ne vous revient pas, foutez le feu à son véhicule, personne n’ira chercher qui a fait ça. Enfin, s’il n’y a pas de mort.

J’ai vite relativisé en me disant que justement, ce n’était que du matériel mais bon sang, le feu ça fait vraiment très peur. Depuis, je compense mon stress en boulottant des kilos de chocolat et de gâteaux, je suis en stress post-traumatique du scooter brûlé (belles alitérations en st et en t). Depuis, MMM est piéton alors qu’il doit aller travailler dans 3 lieux différents dans la même journée.

Ah j’oubliais, si les petits ne se sont pas réveillés pendant l’incendie, Fleur de Sel s’est mise à hurler à 4 heures (20 minutes après que l’on se soit recouché) et jusqu’à 5h45… Elle a eu peur que l’on dorme trop, je pense…

 

PS : il y aura des billets tous les jours cette semaine comme je l’ai promis sur facebook si ma page dépassait les 300 “likers”. Une super bonne idée, surtout quand j’ai Kouign Amann à la maison, huhuhu. Alors pour les nouveaux venus, désolée du ton un peu tristou du billet du jour, ça va aller mieux très vite !

PS 2 : bienvenue à Maxime arrivée cette nuit chez Christine qui a bien bossé d’après mes sources. Et bravo à Quentin qui devient grand frère.

PS 3 : si un jour y’a le feu chez vous, ne m’appelez pas.

Bonne semaine à tous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi