Hormonalement instable

photo-19.JPGMercredi 1er août, j’ai passé la journée sur les montagnes russes. Pas au Parc Astérix non, dans mon propre corps. Moi qui trouvais que je n’avais pas trinqué hormonalement et que mes humeurs étaient plutôt comme d’habitude depuis le début de cette grossesse (MMM a un autre point de vue, évidemment), j’ai été servie… Comme si j’avais gobé 6 plaquettes de Diane 35 ou bu 3 litres de Red Bull. Est-ce le fait d’avoir passé le cap des 37 SA, est-ce le fait d’avoir l’impression de toucher au but ? Est-ce parce que c »est le jour que je me fixais pour laisser de côté vraiment tout mon boulot ? Est-ce à cause du changement de mois. En tout cas, j’ai « ramassé grave » comme on dit… Petit résumé avec différentes situations affrontées de manière absolument irrationnelle dans la même journée.

– je me réveille sous les cris de Fleur de Sel. Que se passe-t-il, j’ai comme le sentiment que je suis à l’étroit dans mon corps…

– le petit déj se passe dans un joli bazar. J’essaye de me cacher dons mon bol de Spécial K. J’envisage de voir si ma fille porte bien le bol breton renversé sur la tête mais j’ai la flemme de nettoyer la cuisine ensuite.

– j’ai perdu ma carte de groupe sanguin depuis plusieurs semaines. Enfin, ça fait plusieurs semaines que je la cherche sans succès. Mon médecin m’a donc prescrit une double détermination que je dois aller faire en même temps que ma toxo. Enervée par mon incompétence à retrouver cette carte, je me mets au défi de la retrouver car je SAIS qu’elle est dans ma maison. Je vais pleurer ma bêtise sur Twitter et ma chère Mel me conseille d’en appeler à Saint-Antoine-de-Padoue (le meilleur copain de ma mamie Elise). Je me hurle dessus intérieurement car je n’ai pas pensé toute seule à Saint-Antoine qui pourtant est le spécialiste pour retrouver mes affaires perdues. Quelques minutes plus tard, je retrouve ma carte. Dans mon dossier de grossesse, rangée bien comme il faut en attendant le jour J. Je ne me souviens pas de l’avoir rangée, j’ai juste envie de me taper la tête contre les murs ou de me faire bouffer ma carte (mais je vais en avoir besoin).

– Au labo pour mon prélèvement de toxo et compagnie, je vois bien à son visage que la nana qui doit me piquer va me faire mal. Bingo, elle me prend au moins 6 tubes alors que l’aiguille me traverse le bras. J’ai mal, j’hésite entre pleurer et lui crier son incompétence au visage. Je décide de ne rien faire.

– je dis au revoir à Mamyvonne et Popope qui partent en vacances. A leur retour, on sera sûrement 5. Je dis à Mamyvonne « je suis sûre que je vais accoucher tellement vite que ça sera sans péri ». Elle qui a accouché notamment d’un bébé de 4,2 kilos (MMM) à Jakarta me répond « ça fait pas si mal que ça » mais son regard plein de larmes dit le contraire. J’ai peur.

– Kouign Amann ne fait pas la sieste. Je me retiens d’aller l’attacher à son lit et de l’étouffer avec sa Tartine parce que moi, j’essaye vainement de dormir.

– Il parvient à réveiller sa soeur et là, le monstre plein d’hormones en moi surgit comme une Gorgone. ça crie fort une Gorgone. Et ça halète une Gorgone enceinte parce que ça a du mal à crier et à respirer en même temps.

– les enfants font trop de bruit dans le salon, je n’arrive pas à suivre les JO. Je pleure sur le canapé car j’ai trop la flemme de les disputer et que je réalise qu’à 3, ils vont réussir à me rendre dingo en moins d’un mois. Je réserve un billet open pour Hawaii pour le jour d’après mon accouchement.

– je pense que je vais accoucher dans la nuit. J’angoisse grave car je ne suis absolument pas prête. Je réalise que je n’ai même pas préparé de coin pour que cette enfant dorme dans notre chambre. Je suis la pire des futures mamans…

– le soir, en couchant mes enfants, je me dis que c’est peut-être la dernière fois que je les borde avant que l’on soit 5. J’ai les larmes aux yeux, ils sont tellement merveilleux ces deux chérubins. Et j’ai été si méchante avec eux aujourd’hui.

– Kouign Amann se relève 5 minutes après le coucher. Je sors l’épluche-légumes des projets sanglants dans la tête. MMM le recouche, j’ai envie de pleurer.

– ça serait bien que j’accouche maintenant en fait, ça me ferait 3 jours tranquillou loin de cette maison. Je pense que MMM et les Pin’s ont un plan machiavélique pour me rendre folle en ne m’accordant aucune minute de répit. Il faut que je me tire de cette baraque avant qu’ils ne me confisquent mon passeport (et ma carte de groupe de sanguin).

– j’essaye de me calmer en twittant, ça m’évite au moins de m’énerver pour rien contre MMM. Résultat, c’est pire, ce que je lis ici et là me fait contracter puissance 12. Je propose mes services de pitbull prêt à l’attaque et je suis prête à aboyer contre qui on me dira d’aboyer.

– je vibre devant la belle médaille de bronze du relais 4X200 m féminin en natation aux JO. Juste avant d’avoir envie de faire bouffer son micro à Nelson Montfort. Mais comme tout le monde en fait.

– je me répète comme un mantra « Je ne suis pas folle ». Je suis juste Isabelle Adjani. « Je ne suis pas folle ».

– pour me calmer, je décide de finir ma valise maternité où il manque quelques affaires de toilettes. Je réalise que je n’ai plus de déo et que si je dois accoucher cette nuit, je sentirais la transpi. ça m’énerve si fort que je décide de filer au lit.

– je dis « bonne nuit » à MMM de manière très sèche. C’est à cause de lui tout ça, il faut un coupable.

– de toute façon, on va vite se réconciler vu que je vais accoucher dans quelques heures sur un pont car on sera partis trop tard à la maternité.

– je mets trois plombes à m’endormir, j’hésite entre pleurer et partir en fou rire. Finalement, je me réveille un peu plus tard, génée par mes propres ronflements.

Demain est un autre jour, c’est Scarlett O’Hara qui l’a dit. Et heureusement parce que le 2 août, j’étais de bien meilleure humeur et un peu plus stable hormonalement.

PS: la photo ? Un mur de ma maison. Dans la niche, j’y vois une petite Vierge comme il y en a beaucoup dans les maisons bretonnes…

PS 2 : les gagnantes des Tops Solaire Tribord sont : Linette le commentaire 14 et Carine, le commentaire n°27. Je vous envoie un mail !

PS 3 : le coin dodo de Pyrrhus a été mis en place hier avec la collaboration de Kouign Amann et Fleur de Sel. Prêt, feu, go !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce contenu a été publié dans Grossesse par Marjoliemaman. Mettez-le en favori avec son permalien.
Ce billet a été vu 946 fois.

A propos Marjoliemaman

Marjolaine, 39 ans, maman de Kouign Amann (2008), Fleur de Sel (2009 - prématurée) et Petite Gavotte (2012), mariée à MMM. Auteur de guides pratiques, rédactrice, réalisatrice, ex-journaliste et ancienne sportive de haut-niveau. En revanche, je chante très mal et je danse encore pire. Chez nous, c'est Santa Barbara, les brushings en moins, l'humour en plus. Un blog entre tranches de vie et conseils en vrac, un blog pour rire et pour pleurer de temps en temps mais juste parce que l'on aime bien.

43 réflexions au sujet de « Hormonalement instable »

  1. 1
    Noùn says:

    Eh bé, tu t’es bien rattrapée, enfin, tu t’es faite rattrapée par tes hormones…
    Allez, courage, je suis certaine que tu es une super-maman…
    En attendant, gros bisous 🙂

  2. 2

    ah oui carrément les montagnes russes mais qui ne serait pas dans le même état dans la même situation ! Courage, la fin est proche et le début aussi 🙂 Bises

  3. 3
    Sissi says:

    oohh… petite Marjo.. j’avoue que j’oscille entre rires et compassion…
    Allez, je suis sûre que rien que de l’écrire, ca t’a fait du bien et ca va mieux!
    Courage, la dernière ligne droite n’est jamais une partie de plaisir, je crois que c’est pour mieux nous préparer à la suite…
    Pour Nelson Monfort, il a quand même réussi à faire pleurer une jeune fille qui vivait un moment magique en lui reparlant d’un des pires moment de sa vie..quel talent!
    PS. Je crois qu’en Bretagne, il est de tradition de mettre une potion magique dans le bibi des enfants pour les faire dormir non? il serait peut être renouer avec les traditions d’antan!! 😉

  4. 4
    Agnès.b says:

    Oui mais fatalement drôle !!!!! Des bisous à vous tous

  5. 5

    Bon j’avoue que j’ai rigolé au passage de l’accouchement sans péri… mais c’est pas drôle… Allez tout va bien se passer c’est sûr, et puis c’est bientôt fini !
    Bon courage et bon repos…

  6. 6
    * caroline * says:

    arf!!! y a des jours comme ça… les hormones, nous n’y pouvons rien!
    Et je confirme: accoucher sans péri ne fait pas mal (bébé de 3.4kg, sans péri, sans déchirure, sans épisio, sans point… le top du top 😉 ).
    Bonne fin de grossesse! ici il me reste un peu plus de 5 semaines avant de faire la connaissance de BB3…

  7. 7
    Cacou says:

    Moi aussi j’étais partagée entre rires et compassion, courage. Tu es une super maman et une super compagne qui avoue ses faiblesses.

  8. 8

    Ah oui, quand même, sacrée journée et bien raides les montagnes russes ! Par contre ça nous donne à nous lectrices, une bonne tranche de rigolade ! Merci d’avoir partagé ça avec nous 😉

    PS : moi aussi j’étais remontée contre Nelson hier soir, quel manque de psychologie celui-là !!

  9. 9
    mamananonyme says:

    Bon, un cap de passé, les 37SA !

    Le reste passera avec l’accouchement.

    Bon courage et profite, si tu es comme moi, ce ventre rond qui gigote te manquera après !

  10. 10
    Laeti says:

    Une belle montée d’hormones…. Tu n’as pas fait semblant!
    Mais je suis ravie de lire que tu vas mieux et que tu prépares un peu plus « au calme » l’arrivée de Pyrrhus. Tes 2 loulous devaient être plus que ravis de préparer un espace pour leur petite soeur. Allez, je te souhaite bon courage et bon repos. Bisous

    PS: no comment pour Nelson…. Il serait peut-être temps qu’il prenne sa retraite ^^

  11. 11

    Courage pour ta fin de grossesse+++

    Bravo les gagnantes 😉

    bisous

  12. 12
    Lucky Sophie says:

    C’est une période intense ! Ou là là bientôt 5 ! 🙂

  13. 13

    Plus que quelques heures et on est le 4 aout. Courage ;0)

  14. 14
    Grana says:

    enceinte aussi (mais pas de 37SA!), j’avoue que j’ai ce sentiment étrange de parfois retomber en adolescence avec un flux de « mais bordel qu’est-ce que je fous dans ce monde? personne ne m’aime et je vais devenir dingue, vous le voyez pas???! »
    vive les hormones…
    je me dis du coup qu’il faut absolument que je garde en tête ce sentiment afin d’avoir de l’empathie avec nos ados, le jour où… parce que c’est usant ces montagnes russes…
    bon courage! tu tiens le bon bout! même si la chute d’hormones réservera ses surprises aussi, mais bon… chaque chose en son temps!

  15. 15
    MissBrownie says:

    Mais non, 4,2kg sans péri, ça ne fait pas si mal, je te l’assure!
    Je te le jure! En plus, c’était mon 1er, le passage n’était même pas fait 😉

  16. 16

    Rattraper 9 mois d’hormones en une journée ça c’est sport :).
    Je propose MarjolieMaman Médaille d’Or de la Grossesse

  17. 17

    Quant à l’accouchement sans péri, c’est « après » que tu réalises ce que tu viens de faire 😉

  18. 18
    FoxyMama says:

    Bah dit donc, que d’émotions!

  19. 19
    virginie says:

    Arf, une mauvaise journée que seule la pleine lune nous fait connaître?

  20. 20
    Mary says:

    C’est bien parce que à ce niveau là tu envisages l’accouchement comme la délivrance de toutes ces hormones (bon y a les hormones après grossesses mais je les trouve moins agressives).
    Bon et puis l’accouchement sans péri on survit ne t’inquiètes pas (même si j’aurai tué l’anestésiste pour lylwenn s’il me faisait le coup pour morgan « mais c’est trop tard madame »)

  21. 21
    Peggy says:

    Coucou courage! J’espère que l’on pourra se voir le 12! On te fait plein de bisous e on espère que tu profites du soleil. Bisous

  22. 22
    Azu says:

    Enceinte de 37 SA également, je suis passée par ce déballage d’hormones en début de semaine. Résultat: je suis naaaaaaze maintenant!
    Et je m’etais disputée avec mon compagnon. J’hésitais même à accoucher sans lui dans ma colère démesurée. Hahahaha!

    Bref. Je te comprends. Mais ça passe, ouf.

  23. 23
    Karinette78 says:

    Aie aie aie j’ai des contractions pour toi…. N’importe quoi j’en suis qu’à 3 mois… Moi aussi les hormones me jouent des tours… Ça vient peut être aussi de la peur/joie d’être bientôt 5…

  24. 24
    DocPoupoule says:

    excellent!! (enfin ça dépend pour qui!)
    ça me rappelle un épisode similaire à peu près à la même période avant la naissance de mon fils… sauf que c’est mon premier enfant, alors ça fout les boules pour les grossesses suivantes ;))
    le pire du pire restera l’hyperémotivité liée aux hormones, ou comment pleurer des torrents de larmes devant une pub pour canard WC (en exagérant à peine…)

  25. 25

    Je compatis… mais j’ai beaucoup ri, aussi !
    Enfin, j’ai ri un peu jaune, aussi, quand meme : ce genre de montagnes russes hormonales, je les vis une fois par mois dans ces proportions-la. Et moi qui pensais que la grossesse etait comme une parenthese de neuf mois sans Space Mountain de l’humeur, j’aurais presque encore plus une trouille monstrueusement enorme pour-quand-ca-nous-arrivera… Pauvre Cher&Tendre !

  26. 26
    pimoos says:

    oh la la comme je me reconnais dans cet article 😉 Sauf qu’il me reste encore 7 semaines avant d’arriver aux 37 et que je suis juste inbuvable. Hier c’était la journée cauchemar, à tel point que cette nuit j’ai rêvé que mon mari me quittait tant il en avait marre de moi…! C’est aussi ma troisième grossesse et moi qui adore être enceinte, pour la première fois, j’ai envie de me retrouver moi, de retrouver mon corps et mes hormones 😉
    Courage pour la fin!

  27. 27
    Clemobil says:

    Eh beh, j’espère que c’est pas tous les jours comme ça une grossesse.

    Pour Kouign Amann, ça fait plusieurs fois que tu parles de ses siestes agitées. Quand je travaillais en centre de loisirs, pendant que ceux qui le souhaitaient faisaient la sieste, les autres devaient respecter un « temps calme », c’est-à-dire lecture, ou puzzle, ou jeux de société (calme, bien sûr, pas un pouilleux ou un Jungle Speed). Ca permettait de reposer les nerfs de tout le monde, ceux qui ne voulaient pas dormir n’étaient pas frustrés de rester dans un lit, et on les responsabilisait sur le sommeil des autres.

    Je me rappelle pour ma part (et confirmé par mes parents) que je détestais faire la sieste petite. J’avais l’impression de rater des choses importantes de la journée.

    • En fait, on lui impose un temps calme dans sa chambre à dormir ou à lire ou à faire un jeu calme. Sauf qu’en ce moment, il a tendance à zapper le côté calme.

  28. 28

    Et bien, tu es vernie avec les hormones de fin de grossesse! je trouve qu’on devrait inventer un congé de pré-accouchement, où on serait accueillies dans des centres de détente et de zenitude, avec massage, petits repas sympas, détente et siestes à gogos!
    gros bisous et +++++++

  29. 29
    Emmanuelle says:

    Saletés de Mormones… allez, courage… après l’accouchement, tu te transformeras en fontaine et les deux monstres en adorables enfants !

  30. 30
    Dlf says:

    Courage…courage…++++++++

  31. 31
    Poulette Dodue says:

    Souffles ! Manges une glace à l’eau et ça va le faire .
    Bises

  32. 32
    solitude says:

    du nouveau ? phyrrus a pointé son bout de nez ? courage et amitiés

  33. 33

    Je me revois quelques mois auparavant pendant ma grossesse.
    Les douces joies des hormones. Ou de notre tempérament de feu. Ou de notre caractère qu’on ne supporterait pas toujours chez les autres…
    Heureusement maintenant je ne suis plus enceinte…. oui mais… c’est bizarre… j’ai encore de telles journées ! A tout foutre par terre. Mdr C’est dû à quoi selon toi ????
    Bon courage pour la dernière ligne droite…

  34. 34
    Covima says:

    Courage, je suis sûre que ça t’a fait du bien de l’écrire ! Et quand c’est comme ça tout s’en mêle en général… J’aurais volontiers hurlé devant ma télé mercredi « mais faites-le taire !!! » en parlant de Nelson Montfort…

  35. 35
    Nadja says:

    Ah les joies hormonales. Bravo de tenir le coup. Bravo de nous faire sourire quand même avec et d’avoir du recul. Je compatis quand même car c’est fatiguant de se fatiguer soi même sans pouvoir arrêter quand on veut. Continue à bien nidifier jusqu’au bout si tu peux. De mémoire les dernières semaines sont un peu longues mais bienvenues pour le bébé (ce n’est certainement pas à toi qu’on l’apprend ;))
    On pense bien à toi. Portez vous bien les bretons !

Les commentaires sont fermés.