Les douleurs de l’enfantement (1)

Avant tout, petit rappel : c’est aujourd’hui que je reprends le taf après 9 mois d’arrêt…
Au moment où vous lirez ces lignes, je serai au boulot, en train de pleurer dans les toilettes des femmes (si c’est occupé, j’irais chez les homme – d’ailleurs je le fais souvent). Merci pour tous les messages de soutien que j’ai reçus.
Et merci à mon
Grand-Beau-Frère pour m’avoir mis d’humeur Yotsuba la veille de la reprise !

Allez, place à l’article du jour. Pour les flipettes, aujourd’hui, je reste soft, c’est demain que le film d’horreur commence.

L’accouchement, tout le monde est au courant, n’est pas ce qu’on appelle une partie de plaisir. C’est même plutôt un moment (plus ou moins long, selon l’humeur de votre : col/bébé/sage-femme…) désagréable mais la nature est bien faite puisque toute cette douleur est récompensée dans la foulée par la vision de l’être le plus merveilleux, le plus beau et le plus parfait que vous ayez jamais vu (non, pas votre mari) : votre bébé.

Presque 6 mois plus tard, je peux parler avec un peu de recul de ces douleurs de l’enfantement. Quand je parle de recul, je ne parle pas d’oubli. J’ai stocké dans mon cerveau des phrases clé pour ne pas oublier justement et pour me rappeler ces horribles contractions afin de ne pas remettre le couvert trop tôt et de ne pas me dire « ahhhhhhhhh, mais tu as oublié comme c’est douloureux, triple buse, pour avoir remis ça ? ». Le jour de mon prochain accouchement, j’irai en connaissance de cause.

Mon accouchement a été déclenché mais pas planifié. Je suis allée la veille du terme à l’hôpital car le futur Kouign Amann était un peu (beaucoup) trop calme à mon goût et là, on m’a dit : votre col est complètement fermé mais le bébé est à point (limite trop cuit). On vous garde !

12h : me voilà donc en salle de pré-travail (la salle se nomme Pavot, tout pour être zen !) avec MMM où l’on me pose une sorte de tampon pour faire mûrir le col. Aïe, la pose n’est pas franchement agréable. Je soupçonne la jolie sage-femme d’essayer d’ouvrir manuellement mon col… Hop, on m’installe sous monitoring.
12h05 : j’ai mal au dos, je suis mal installée dans ce lit… MMM s’endort sur le lit spécial papa, la tête enfouie sous « Le Parisien ». Les idées claires, mais pas ce matin !
13h : la sage-femme revient. « Oh, vous en avez de belles ». (« Des miches ?). Sous entendu : vous avez de belles contractions. En fait, depuis 55 minutes, ce ne sont pas mes douleurs vertébrales qui me déchirent le dos mais des contractions. La nouvelle surprend tellement MMM qu’il se réveille. « C’est bon signe mais pour un premier accouchement, ça dure en général 24h ». Chouette, je vais me taper ça pendant 24h, pour le moment, je gère ! Je peux tenir comme ça pendant des heures, no soucy.
14h : MMM rentre à la maison. Bah oui, on est partis en cata, c’est bien connu, faut pas prendre sa valise quand on va à l’hôpital la veille du terme, on est assurés de rentrer chez soi pour regarder le téléfilm du samedi soir, c’est évident. On m’apporte un plateau repas : mauvaise nouvelle. ça signifie que je ne vais pas accoucher tout de suite… On n’apporte jamais de plateau repas à celles qui vont accoucher dans la foulée, sachez-le.
14h10 : »Aaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhh, au secours, au secours, j’ai trop maaaaaaaaaaaal. A l’aide ». Non, ce n’est pas moi qui pousse ce cri déchirant mais une femme qui vient d’arriver… « ne vous inquiétez pas Madame, vous êtes dilatée à 4, on va vous installer ». Gloups, je ne suis qu’à 1… Je n’avais pas franchement faim mais là, foutu, peux plus manger. Je veux partir quelque part, loin, où on ne me retrouvera pas… Je ne veux pas rester ici !!!!!!!!! En même temps, même si j’arrive à m’échapper, accoucher dans la rue, c’est moyen. Oui, je dois accoucher, pas le choix.
16h : MMM is back, nouveau monitoring et des contractions qui s’amplifient. Put*in, ça va être long 24 heures comme ça. Je mets en place la respiration aussi appelée « souffle » par MMM. C’est bête mais je commence à avoir tellement mal que j’en oublie de respirer pendant la douleur. c’est à ça que sert un mari dans ces cas là, à faire penser à respirer… Je suis dilatée à 1. Je soufffffffffffffffffffffffle mais surtout, je souffffffffre.
18h : au feu les pompiers, la maison qui brûle, au feu les pompiers… Arrrrrrrrrrrrg. J’ai tellement mal que c’est sûr de sûr, je suis au moins dilatée à 3 (pas 4, je ne crie pas comme la dame du plateau repas). « Vous êtes toujours à 1 ». Comment ça toujours à 1 ? Tu commences à devenir super antipathique jeune sage-femme. Tu pourrais au moins faire un effort et mentir pour m’encourager… Me dire : »vous en êtes à 1,5″… ça s’appelle du mensonge pieux.

Bon, je crois que je vais vous le faire en trois tomes celui-là… Je vous laisse donc ici, dilatée à 1, ça s’annonce mal pour ma pomme. Titus le foetus n’a pas l’air pressé de nous montrer sa tête de Kouign Amann… Rdv demain pour l’épisode numéro 2. Eloignez les enfants de l’ordi, ça va faire mal.

Rendez-vous sur Hellocoton !

25 réflexions au sujet de « Les douleurs de l’enfantement (1) »

  1. 1
    alexandra says:

    hola marjoliemaman Plein d’ondes positives pour ta rentrée ce matin!!! J’ai survécu a la lecture de ce matin….oui mais demain?…..je dois connaitre le sexe du bébé ce soir, ca me donnera peut etre une dose supplémentaire de courage, qui sait? Encore bon courage pour la reprise alexandra

  2. 2
    Claire says:

    JE SUIS AVEC TOI !!! Haut les coeurs. Tu verras quel sera ton bonheur quand tu vas retrouver ton bébé ce soir. 1000 bisous

  3. 3
    roxane says:

    Hé bé oui, les filles, un bébé, c’est plus facile à faire rentrer qu’à faire sortir… Mais pas vraiment le choix… Pas d’optimisme béat, mon 2ème accouchement a été bien pire que mon 1er, qui n’était déjà pas triste, et pour le 3ème du coup je vous dis pas ce que je flippe. Je m’abstiendrai de raconter. Je préfère essayer de pas trop me rappeler, tiens, vu l’échéance qui se profile… Mais comme quoi on est des incorrigibles puisqu’on remet ça quand même…

  4. 4
    Peggy says:

    Au risque de paraitre bizarre, pour moi l’accouchement s’est hyper bien passé et je n’ai pas du tout souffert. tout s’est passé en douceur et rapidement je pense pour un 1er (environ 7h) par contre l’épisio..c’est une autre histoire! courage les filles!

  5. 5
    Corti says:

    Oh, je m’appelle GBF maintenant ^^ C’est meugnon :p Content que la figurine Yotsuba t’ait plu 🙂

  6. 6
    cimdy says:

    hihihi ! Moi je connais la fin mais je vous dirai rien !!!

  7. 7
    Maud says:

    Pensons positif : Aaah moi j’ai pas connu ça nanananère avec ma césarienne ! Trêve de plaisanterie, j’ai eu des contractions très douloureuses 4 jours avant la « saleté » qui nous a presque eus, et j’ai dû rentrer à l’hosto pour calmer tout ça, et c’est sûr, ça douillait sec ! Mais je me suis rendue compte d’un truc, c’est que tant qu’on m’ennuie pas, qu’on me laisse dans ma bulle, je tenais le coup. Mais 24h !!! Pfiou, j’espère qu’au suivant, ça dure moins longtemps !!! Vivement le prochain épisode, que je sache à quoi m’attendre quand bb2 arrivera !

  8. 8
    Miss Cz says:

    ouille ouille ouille…

  9. 9
    Maud says:

    Bin disons que c’est l’après qui est dur, on marche comme une grand-mère pendant une semaine, on met trois heure pour simplement sortir du lit >_< mais côté douleurs, je n'ai pas ressenti de vrai mal, car j'avais eu très mal pendant la pré-éclampsie (une douleur tellement immense que je la souhaite pas à ma pire ennemie), du coup les douleurs de césa, c'était du petit lait loool ! Mais même si j'ai pas connu ça, je soutiens très fort moralement les mamans qui l'ont vécu !!!

  10. 10
    alexandra says:

    Hola Marjoliemaman! C’est une fille!!!!!! Je suis aux anges, et drolement impatiente de faire sa connaissance…. hate de lire la suite des réjouissances, je lirai que d’un oeil si ca fait trop peur:) belle journée alexandra

  11. 11
    roxane says:

    Permets moi de douter du bon sens populaire encore quelques semaines quand même. Je vous dirai ce qu’il en est…

  12. 12
    Maud says:

    Baaah, c’est pas grave, j’me rattraperai sur la prochaine 😉

  13. 13
    Vaness6 says:

    Eh bé t’es courageuse!!!

  14. 14
    Elodie says:

    Ca me rappelle des souvenirs… Pour ma puce ça a duré 29h. Déclenchement par tampon également.
    Je file au tome 2!

  15. 15
    maman de fripouille says:

    le jour où j’ai repris le taf après la naissance de fripouille, j’ai pleuré toute la semaine ! Dès que l’on me demandait « alors ? Pas trop dur ? ». Je m’écroulais.. Il paraît que c’est normal et du coup, dès qu’une maman reprend le taf avec un grand sourire et dit que tout va bien, je la traite de mère indigne 🙂 !
    La naissance de KA a été une chose, celle de Fleur de Sel une autre, et on attend la prochaine… avec impatience. A priori, ce ne devrait être qu’une formalité !

  16. 16
    sofiane says:

    moi, je me souviens tellement de mes douleurs à l’accouchement que je repousse à chaque fois l’idée d’en faire un deuxième alors que le papa n’arrête pas d’en parler !j’essaie de gagner du temps 🙂

Les commentaires sont fermés.