Lis ma vie

La place du vide

11247634_452652028235698_1601587382_nPour la troisième semaine d’affilée, un des Pin’s est parti en caravane avec Mamyvonne et Popope.

ça a d’abord été le tour de Petite Gavotte qui est partie 24 heures à quelques kilomètres de la maison pour sa première escapade en caravane, puis c’est Fleur de Sel qui est partie trois jours pour un grand safari et c’est maintenant Kouign Amann qui est parti pour ce long week-end visiter un phare de plus.

La famille est donc à géométrie variable et je m’amuse de voir les relations évoluer entre les deux enfants qui restent à la maison. Clairement, c’est systématiquement plus simple et apaisé. Un peu comme si l’élément absent était celui qui mettait la pagaille dans la fratrie. Sauf que cela fonctionne pour les trois. (Est-ce à dire que nous avons un enfant de trop ? Si oui, il va falloir réfléchir à celui dont on va se séparer. Le dernier arrivé ? Le plus bruyant ? Le plus têtu ?)

Pourtant l’absent est également celui qui revient facilement au centre des discussions, celui dont on parle. « Et tu crois qu’il est où maintenant ? ». « Elle va adorer dormir dans la couchette haute ». « Oh regarde, une photo d’elle au petit déj ! ».

Il a cette place qui n’en est pas une et qui pourtant m’accompagne tout le temps.

La place du vide. Celle qui fait que j’ai toujours la sensation d’avoir oublié quelque chose (ou plutôt quelqu’un), qui fait que je trouve la voiture incroyablement calme, que je me retourne en cherchant celui qui manque quand on marche dans la rue.

La place du vide qui nous fait comprendre à quel point chacun a sa place et son rôle à jouer, même si la vie à 5 semble plus compliquée ou plutôt plus complexe.

La place du vide qui se remplit à l’instant où l’enfant manquant revient et ajoute son bruit et son odeur à celui de ses frères et soeurs.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

19 commentaires

  1. Répondre Ana 15 mai 2015 à 0 h 00 min

    Quel joli aveu tout en subtilité et justesse !

  2. Répondre Bene 15 mai 2015 à 0 h 35 min

    Un beau post! L’amour qu’on leur porte est différent et la place qu’ils occupent aussi.
    Nous, depuis que nous sommes 5, nous nous sommes retrouvés une seule fois une soirée à 4, l’ainé étant parti dormir chez un ami. Ce qui m’a le plus marquée c’est comme c’était facile de n’en gérer que deux et pourtant c’était le plus « facile » des trois qui n’était pas là 😉

  3. Répondre anyo 15 mai 2015 à 2 h 17 min

    J’aime ces moments de grâce et de vide moi aussi. Chacun réinvente sa relation avec celui qui reste, l’absentdoit composer à son retour pour trouver une petite place dans les nouveaux jeux… parfois,l’heure de solfège ou de mini-tennis suffit pour changer la donne et les relations pour quelques jours.
    Et puis ya pas à dire mais la joie des retrouvailles est belle à voir. Un moment suspendu hors du temps!

  4. Répondre 5autourdumonde 15 mai 2015 à 6 h 09 min

    C’est vrai que lorsque l’un s’en va, ça laisse du vide. Moi ce que je préfère, c’est le moment où il revient et que l’on se rend compte qu’il a manqué à tous à travers les petites attentions que lui ont préparées les deux autres! I

  5. Répondre coco 15 mai 2015 à 8 h 13 min

    C est un tres joli post. Merci. Lorsque mes deux enfants partent en colo ensemble. J ai les memes symptomes ,la sensation d avoir oublie quelque chose ,
    C est l enfant qui est le plus macrophage qui me manque va savoir. Il faut consulter.
    Tous les posts sur ce blog me donnent le sourire. Je t en remercie bises coco

  6. Répondre Maman Fatiguée 15 mai 2015 à 11 h 59 min

    C’est très joliment dit. Je ne sais pas encore ce que s’est de ne pas avoir un de ses enfants loin de soi mais ça doit vraiment faire un grand vide !

  7. Répondre Padmé 15 mai 2015 à 13 h 01 min

    Je ne pense pas que ce soit un enfant de trop, avec 2 Relous des que l’un n’est pas là tout semblé plus simple, plus apaisé et en même temps ce calme appréciable fait réaliser qu’il en manque un et quel bonheur de le retrouver pour moi comme pour son frère :-). Des bisous

  8. Répondre Milk and Fabric 15 mai 2015 à 13 h 38 min

    C’est tellement ça!!! Ca fait un bien fou et en même temps on se sent comme incomplet…

  9. Répondre Ysaline 15 mai 2015 à 13 h 53 min

    Bonjour,

    Ce que vous écrivez ne me surprend pas puisque je suis l’aînée d’une fratrie de trois enfants et que j’ai trois enfants.
    Effectivement, on a souvent l’impression qu’avec trois enfants, il y en a un de trop. Je pense que c’est « plus facile » avec deux ou quatre enfants. Cela fonctionne plus facilement par paires.
    Je regrette d’être devenue maman un peu tardivement, ce qui m’a empêché d’avoir un quatrième enfant. De plus, mon mari n’était pas très motivé pour trois alors pour quatre…
    Les enfants réclament un petit frère pour que « ça fasse comme les daltons » ! car, en ce moment, ils ont tous le même écart de taille et on s’amuse à faire des photos « à la mode dalton » !!!
    Bon courage et bonne continuation !

    Cordialement.

  10. Répondre Fredouille 15 mai 2015 à 17 h 06 min

    Très joli ce billet comme d’habitude et très parlant pourtant mes enfants partent 3-4 jours chez ma mère depuis trois ans et c’est toujours dur ce vide.

  11. Répondre Poulette Dodue 15 mai 2015 à 20 h 00 min

    Joliment dit, sentiment partagé.
    Bises

  12. Répondre Bene 16 mai 2015 à 17 h 38 min

    J’ai cru que tu allais parler de rangement par le vide et de chaque chose a sa place !!
    Mais du coup, tu me mets le doute pour le 3ème 🙂 déjà qu’on hésite…
    Les tiens sont d’âge rapproché c’est peut-être pour ca que c’est complexe, espérons que ce sera de plus en plus simple !
    Bisous

  13. Répondre Virginie Chavenon 18 mai 2015 à 16 h 41 min

    C’est vrai qu’à 5 la vie est plus complexe. Et qu’avec 2 enfants au lieu de 3 pendant quelques jours on trouve vraiment qu’il y a plus de calme (je n’ai pas dit que c’était calme, mais juste que ça l’est un peu plus ^_^). Mais quel plaisir de retrouver ce 3ème quand il revient. Moi dans ces moments-là j’ai toujours une pensée émue pour les parents qui ont le malheur d’avoir perdu un de leurs enfants. Les enfants sont notre bien le plus précieux, à nous d’apprécier chaque moment passé avec eux <3

  14. Répondre zoeline 19 mai 2015 à 8 h 30 min

    bonjour je decouvre trés bien écrit.. Une chouette expérience pas simple que l’oisillon quitte son nid

  15. Répondre Helene 19 mai 2015 à 14 h 11 min

    Vous formez un tout, si un élément n’est pas sa place, le tout n’est plus un tout. Quand nos enfant sont partis en vacances pour la première fois, on s’est senti très seul moi et mon mari. Les deux semaines étaient comme une éternité.

  16. Répondre Carole Nipette 20 mai 2015 à 21 h 05 min

    Je ne te dis pas quand l’unique part, la place du vide se fait immense ! toujours le sentiment qu’il manque une part importante de la famille et c’est vrai… génial la caravane des grands parents, que de chouettes souvenirs pour les petits enfants

  17. Répondre toulouseimmoneuf 21 mai 2015 à 15 h 45 min

    Je comprend entièrement de quoi vous voulez parler. les enfant, quand il ne sont pas encore venu au monde, il y a pas encore de problème, mais lorsque c’est fait, ils prennent une place prépondérante dans notre vie. A tel point que lorsqu’il s’absente pour trop longtemps on le ressent automatiquement, et parfois on le vit très mal.

  18. Répondre Loi Pinel Gouv 7 juin 2015 à 10 h 35 min

    Votre article m’a donné le sourire ce matin, merci 🙂

  19. Répondre Dominique 21 janvier 2016 à 12 h 38 min

    jolie article, lorsque mes 2 enfants s’en va, ça laisse du vide,toujours le sentiment qu’il manque une part importante de la famille et c’est vrai…
    Tous les posts sur ce blog me donnent le sourire. Je t en remercie

Laisser un commentaire