J’aime – J’aime pas

J’aime – J’aime pas (en février)

J’aime
– la vie à 4. Enfin, à 6 si on compte Tsav la tortue et Captain Igloo le poisson rouge.
– quand Kouign Amann dit à sa soeur “Bonjour ma louloute”.
– Mamily qui nous fait des crêpes et Kouign Amann qui se déguise en pirate pour Mardi Gras.
– les séries américaines Glee et Friday Night Lights dont les sujets respectifs sont la vie d’une chorale et la vie d’une équipe de football US dans des lycées américains. Complètement addictifs. On se les regarde à la chaîne avec MMM le soir entre deux tétées.
– le site de Claire, Les Zidées Claire (notez le jeu de mots subtil) et ses petites créations. Ma Fleur de Sel a eu la chance de recevoir un superbe bavoir (que je n’ose pas utiliser tellement il est joli) et Claire a enfin trouvé le remède à mes problèmes de clefs perdues au fin fond de mon sac : un porte-clefs Bubble Love. Depuis que je l’ai reçu, ma vie est enfin plus simple puisque je retrouve tout de suite une bulle quand je cherche mes clefs. Claire, t’as une solution pour le téléphone portable qu’on oublie à la maison et qui oblige à remonter les escaliers en trombe ?
cette vidéo qui parle de la coupe menstruelle (dont je vous avais parlé ICI) avec beaucoup d’humour. Merci Maud !

J’aime pas
– lire Elisabeth Badinter qui dit : “La mère parfaite est au service de son enfant. C’est celle qui allaite pendant au moins six mois, à la demande. Cette idéologie s’est imposée de façon insidieuse au fil du temps. On est passé du «moi d’abord», des années 1970, au «bébé d’abord».  Il y a une réelle menace pour la liberté des femmes, qui sont culpabilisées si elles ne se conforment pas à ce modèle”. Et pas mal d’autres choses notamment ICI. L’essentiel, selon moi, que l’on allaite ou pas, c’est d’avoir le choix et en tant que jeune maman. La pression sociale par rapport à l’allaitement, je l’ai vue dans les deux sens. Si on allaite, c’est bien, mais pas plus de deux mois et il faut que le bébé prenne vite du poids, sinon, gare aux gros yeux. Si on donne le biberon, on vous fait sentir que, “c’est dommage quand même”. Moi, je revendique mon droit à l’allaitement et mon droit à arrêter quand je veux. Et il va falloir que je lui présente MMM à Elisabeth parce que chez nous, c’est lui qui cuisine et il sait changer une couche aussi bien que n’importe quelle maman… En revanche, je suis d’accord quand elle parle de l’indépendance financière permise par le travail. Tiens, va falloir que je m’y remette d’ailleurs. Enfin, Elisabeth, vous êtes une femme formidable quand même. Merci pour tout. – c’est marrant, je sens que ça va faire réagir tout ça…
– en fait, il n’y a pas grand chose que j’aime pas en février, à part la météo mais bon, si on se met à parler météo par ici, je ne réponds plus de rien.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi