Lis ma vie

Le cahier de vacances de Kouign Amann (2)

Suite et fin des folles aventures de Kouign Amann en l’absence de ses parents indignes qui l’ont lâchement abandonné aux mains expertes de Mamily et Mamyvonne.
Rappel de l’épisode précédent ICI. Mais si vous avez déjà oublié, y’a de l’Alzheimer dans l’air… On entame donc la deuxième semaine où Mamyvonne prend le relais de Mamily.

– nous avons laissé des t-shirts à Kouign Amann avec notre (bonne ?) odeur. La première semaine, Mamily les retrouve hors du lit et Kouign Amann les vire d’un air de dire “range-moi ces guenilles”. La deuxième semaine, Mamyvonne le trouve souvent le nez enfoui dans ces t-shirts… On commence à lui manquer. (soupir de mère émue)
– dixième jour : Mamily et Mamyvonne se transmettent le témoin en accompagnant Kouign Amann à la crèche. Mamyvonne écrase sa larme en laissant son petit pour la première fois… C’est pas écrit dans le cahier mais c’est trop mignon. Mamily repart vers d’autres aventures avec un petit vide (elle comparera ça plus tard à une amputation, mais t’inquiète pas Mamily, ça repousse)… ça non plus, c’est pas écrit mais je le sais.
– onzième jour : “pour profiter un max de Mamyvonne, j’avais décidé de me réveiller à 5h30”. Solidarité avec les mamies. 5h30, c’est pas humain. “J’ai demandé délicatement à Mamyvonne de se pousser pour me laisser diriger la poussette”. Traduction : il a poussé Mamyvonne avec énergie pour montrer qu’il était indépendant. Ce même jour, Marie-Antoinette le mouton (qui est revenu en grâce) a été “décapitée”. Mamyvonne a du recoudre sa tête… Y’a des prénoms prédestinés quand même…
– treizième jour : “Aujourd’hui, j’étais plus contemplatif”. Comprenez : il était totalement crâmé… “J’avais une carte de ma maman et mon Papa. j’ai très bien compris ce qu’il y avait d’écrit, j’ai serré la carte contre mon coeur et je lui ai fait un bisou”. Il a le sens de la mise en scène ce môme…
– quatorzième jour : “Mamyvonne a pris son rythme de croisière”. Sous-entendu : Mamyvonne a compris qu’elle ne pourrait pas faire autre chose de sa journée que s’occuper de moi et s’est résignée… “Je ne vais plus du tout dans mon parc”. Mince, va falloir l’attacher au poteau.”Tonton Grand-Beau-Frère vient me chercher avec Mamyvonne. Enfin une tête que je connais. Au square, on m’a dit que j’étais beau comme une fille”. Mamyvonne lui aurait-elle mis une petite robe ? Non, ses cheveux coupés la veille de notre départ ont déjà repoussé. “Ce soir, je n’ai pas l’intention de dormir. J’hésite jusqu’à 1 heure du matin”. Et le couvre-feu de 20h ? Le terme “hésiter” me fait beaucoup rire. Pauvre Mamyvonne…
– quinzième jour : “plus d’une fois, j’ai surpris Mamyvonne en déclenchant la musique du lit avec une télécommande et en lui montrant le fonctionnement de tous mes jeux”. Il faut dire que la première fois qu’il démarre le mobile à distance avec la télécommande, on a l’impression que la chambre est hantée ! “Il ne reste plus qu’un dodo avant que mes parents chéris arrivent”.

Un grand grand grand MERCI à à nos deux Super Mamies (vachement mieux que Super Nanny et surtout beaucoup mieux coiffées). Ce cahier de vacances, le premier d’une longue série, nous a fait très plaisir (surtout à moi car MMM n’a pas eu le temps de le lire).

PS : on reste en light, c’est le moment des régimes avant été, je surfe sur la vague…
PS 2 : la pub ne va pas rester ici, désolée pour ce désagrément…

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi