Lis ma vie

Un Kouign Amann qui colle

J’en connais une qui était toute fière de dire que son Kouign Amann était “hyper indépendant, tu vois”. Parce que “depuis sa naissance, il n’a jamais voulu s’endormir dans les bras”, “que même au sein, il ne s’endormait pas, il voulait son lit”, “que l’adaptation chez la nounou, c’était du gâteau”, “que l’adaptation à la crèche, c’était finger in the nose”, “que voir partir ses parents deux semaines pour leur voyage de noces, c’est certain, ça ne va pas le traumatiser”…
ça, c’était moi il y a une semaine. Mais depuis mon séjour palois (= séjour à Pau, je vous mets des nouveaux mots pour élargir votre vocabulaire régional), je me retrouve avec une petite pâtisserie collée à moi…
Alors que Monsieur Kouign Amann ne reste jamais dans mes bras plus de 30 secondes et qu’il m’oublie à peine son père a-t-il passé le seuil de la porte (ça sert à quoi de les porter 9 mois, hein ?), une fois arrivé à Pau (son papa étant resté à Paris), le jeune homme a décidé de ne plus me lâcher… du tout !
Ainsi, dès que je sortais de la pièce, dès que je fermais un sac, dès que me levais de table, Kouign Amann se précipitait pour s’accrocher à ma jambe ou se lançait dans une séance de pleurs digne de l’Actors Studio !
S’il restait seul avec Mamily, pas de problème mais s’il me voyait faire des allers-retours dans la pièce ou s’il entendait ma voix, c’était foutu. Il fallait qu’il soit avec moi… Je dois même vous avouer que parfois, il allait au toilettes avec moi, une vrai super glu.
Autant vous le dire, j’en ai profité un max. Des câlins, des bisous, des moments de complicité, c’était le bonheur. Le premier jour. Parce que le deuxième, je commençais à trouver ça un peu lourd et que le troisième, ça m’énervait carrément de ne pas pouvoir lire un journa/:pisser/manger/glander tranquille. Mauvaise mère…

Mais depuis que nous sommes rentrés, MMM est redevenu Dieu et moi, même si je n’ai plus les faveurs exclusives de Kouign Amann, je suis tout de même vice-Déesse. Vice-Déesse, c’est bien aussi, ça repose.

La photo, c’est Kouign Amann lâché sur une pelouse qui essaie de me rattraper à quatre pattes. Je ne vous dis pas comment il a progressé au niveau développement moteur à me courir après pendant 5 jours !

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi