Lecture

Une vie de Pintade à Paris

Un livre de Laure Watrin et Layla Demay – Editions Calmann-Lévy – 19 euros.

En 2004, j’avais dévoré Les Pintades à New York, un livre écrit par Laure Watrin et Layla Demay, deux journalistes françaises vivant là-bas. Je n’avais aucune envie d’aller à New York, aucun projet qui comprenait New York (les choses ont changé depuis) et pourtant, j’ai adoré me balader avec la Pintade New Yorkaise et découvrir son style de vie. Une étude ethnologique en somme malgré un titre plutôt léger.

Aussi, quand le Nuage des Filles sur lequel je suis inscrite a proposé une rencontre-dédicace avec ces deux pintades-là, croyez-moi, je faisais partie des premières motivées !

J’ai ouvert ce livre avec une question en tête : suis-je une pintade parisienne (même si je suis exilée à Banlieue-sur-Marne) ? Ai-je les critères de la pintade locale (qui mérite au minimum une AOC) ?
J’ai mis le temps mais j’ai enfin terminé leur dernier opus Une vie de Pintade à Paris, je vous livre ici mon sentiment sur cet objet volant (euh, ça vole une pintade ?) non identifié…

Parlons d’abord plumage : j’adore… Les Pintades ont changé de maison d’édition et de dessinatrice depuis 2004 et si j’aimais beaucoup le style 2004, je suis fan du style 2008 : une couverture flashy, des illustrations piquantes (signé Margaux Motin) et une mise en page faussement négligée, tout ce que j’aime ! Le tout en 300 pages, un bon format.

Côté ramage, je n’ai pas été déçue non plus. Le style d’écriture de Laure et Layla m’accroche. Une plume (de pintade) franche et caustique, parfois railleuse, parfois moqueuse sans fausse tendresse ou mollesse. On lit des nanas burnées (mais épilées, s’il vous plaît) et ça se sent. Certes le sujet de la pintade parisienne n’est pas un sujet polémique ou capital mais il est maîtrisé et c’est plaisant…
Les auteurs nous emmènent au fil des pages dans le quotidien de la pintade parisienne, cette fille que vous croisez dans le métro, cette fille qui fait tant rêver à l’étranger, cette fille en qui vous vous reconnaîtrez certainement si vous habitez en Ile-de-France. Une fille râleuse, au chic indéfinissable, gourmande, très portée sur les copines, qui parle de sexe comme de chocolat. Qui vit dans une jungle urbaine hostile où elle se fraye son chemin en vélib, mange une andouillette-purée (mais avec un coca-light), galère pour faire garder ses mômes, prend des cours de body-combat… Ouais, la pintade parisienne, c’est vous, c’est moi…

Passages choisis :
– page 113 : “Trente pour cent des entreprises sont créées par des femmes, souvent après la naissance de leur premier enfant. Un french-paradox de plus : plus elles font des enfants, plus elles font preuve d’imagination et de ressources pour évoluer, quitte à se mettre en danger professionnellement. Comme quoi, la maternité ne bouffe pas tous les neurones.” Suis en PLEIN dedans…
– page 180 : “La Parisienne respire. Elle a digéré Simone de Beauvoir, elle sait qu’elle peut avoir un enfant sans renoncer à être une intello, et qu’elle a aussi le droit de dire que la grossesse n’est pas forcément le moment le plus épanouissant de sa vie.”

Voilà, c’est officiel, je suis une pintade parisienne (même si j’ai traversé le périph et me retrouve du côté obscur). J’en ai les grandes caractéristiques et j’en suis fière, oui Madame ! Tellement pintade que j’ai fait dédicacé mon exemplaire et même celui de 2004 qui attendait sagement dans ma bibliothèque Billy de chez Ikea !

A lire dans la même série mais par d’autres auteurs : Les Pintades à Londres et Les Pintades à Téhéran.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi