Lis ma vie

MMM, Kouign Amann, Marjoliemaman et les JO

Faut qu’on se parle franchement, j’ai un truc à vous dire.
Mais après, j’ai peur que vous ne veniez plus me lire. Genre c’est un blog de pestiféré par ici
J’aime le sport. Oui, le sport à pratiquer mais encore plus, le sport à la télé… Je sais, c’est un peu honteux mais j’aime vraiment ça. C’est comme d’avouer que je regarde les Feux de l’Amour quand je suis avec ma grand-mère. Et m*rde, ça, c’est vraiment honteux…

Je me vautre d’autant plus dans le pêché que Monsieur Mon Mari est encore plus à fond que moi…
Autant vous dire qu’en ce moment, avec les Jeux Olympiques, c’est la fête à la maison (enfin, chez ma mère car c’est là où nous sommes).
Nous voilà donc avec des horaires de grand portnawak avec réveil à 5h pour regarder les finales de natation ou gros coup de speed pour en pas manquer “Un jour à Pékin” sur France 2 à 18h45. C’est vrai, pendant 4 semaines, on s’est bien reposés, maintenant, on peut bien attaquer notre capital énergie histoire de profiter au max de ces JO, non ?
C’est sûr, cette dernière semaine loin de la maison va nous coûter cher mais en même temps, ça vaut le coup de vivre ces beaux moments en direct.
Ce que j’aime le plus, ce sont les arrivées de courses,  les podiums et les hymnes… Mon petit coeur se serre et vibre à l’unisson avec la joie du sportif récompensé ou pleure de concert avec le looser tout dégoûté d’avoir passé toute une vie à s’entraîner pour échouer lors du moment le plus important de sa carrière.
Tout ça pour vous dire que pour moi, regarder les JO c’est aussi faire le plein de belles émotions à partager avec MMM.

Et dans cette tâche, Kouign Amann s’est révélé plutôt coopératif (ça change). Quand nous mettons le réveil à 5h pour suivre une finale, il se réveille à 4h30 pour manger, histoire de ne pas pertruber notre planning (en temps normal, j’aurais résisté et attendu 5h mais bon, avec les JO, faut lâcher du lest !). Mieux que ça, Kouign Amann est fasciné par le sport à la télé. Si la télé est allumée dnas la même pièce que lui, il va se dévisser le cou pour suivre ce qui se passe sur l’écran. certes, ça marche dès que la télé est allumée mais il scotche particulièrmenet quand il s’agit de sport. En gros, c’est génétique notre histoire (je crois qu’il a chopé le virus pendant Roland-Garros).

Kouign Amann a donc été parfait (à part quelques pleurs pendant “Un jour à Pékin”) sauf cette nuit. J’avais mis mon réveil à 5h pour suivre la finale d’Alain Bernard (si vous ne voyez pas qui c’est, je ne peux rien pour vous), sauf qu’à 4h50 nous voilà réveillés par un chouinage de Kouign Amann . “Noooooooon, on a loupé la finale, le réveil n’a pas sonné” hurle au désespoir MMM. “Mais non, c’est à 5h” dis-je naïvement. Résultat, on a loupé la finale. A 5 minutes près. Kouign Amann s’est planté dans ses horaires…

Bon je vous laisse, faut que j’aille pleurer devant la médaille de bronze de Benoît Caranobe (en gym, of course, MA spécialité).

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi