Conseils

Le syndrome de la baleine échouée (2)

On continue la litanie commencée hier... Les dernières semaines de grossesse sont difficiles, réfléchissez bien avant d’arrêter la pilule (énorme second degré, je préfère préciser pour éviter une chute brutale de la natalité…).

– attention, les deux derniers mois, on arrive en code rouge contre les vergetures. Elles sont vraiment vicieuses ces pourries. Elles m’ont attaquée le dernier mois, en une nuit. Bim, bam, boum et un ventre de foutu… Heureusement, le traitement de ma dermatho fonctionne. Pour mémo, voir ici. On se tartine donc copieusement avec tout ce qu’on trouve d’anti-vergetures (aucune marque à conseiller, j’ai tout essayé pour le résultat qu’on connaît). Allez hop, on arrête de lire et on tartine !
– je ne sais pas vous mais moi, j’ai vraiment douillé du dos et du bassin lors du dernier mois. C’est simple, j’avais le bas du dos dur comme une plaque de fer et le bassin qui craquait au moindre mouvement. Parfois, dans la rue, je devais m’arrêter et lever la patte comme un chien pour me décoincer le bassin, so chic. Sans mon osthéo, je pense que je n’aurais pas pu me déplacer… Attention a aller voir quelqu’un qui est habilité à manipuler les femmes enceintes.
– comme on n’est pas mariées à un osthéo, on apprend la technique qui nous fait du bien à son homme. Je m’allongeais au sol, les jambes en équerre et MMM me balançait doucement en me tenant par les chevilles. Un super massage du bas du dos qui soulage en finesse. Attention, il est fortement déconseillé de se mettre dans cette position quand le mari n’est pas dans le coin au risque de faire la tortue sur le dos et de ne pas arriver à se redresser toute seule !
– on se trouve grosse (effectivement), moche, pataude et on en a marre de porter les mêmes vêtements depuis 4 ou 5 mois. En plus, y’a même le jeans de grossesse qui commence à serrer… Dans ce cas là, je préconise l’achat compulsif sur internet. On commande sa taille d’avant grossesse mais il ne faut pas être pressée. J’ai toujours une cargaison de fringues Rodier qui attend sagement que j’ai perdu mes petits kilos. Attention à l’effet dépression à l’ouverture du colis, style : “Ouiiiiiiiiin, je ne rentrerais plus jamais là-dedans”.
– on commence (ou on continue) à flipper et à se dire “non, je ne vais pas accoucher, ça doit faire trop mal” ou “je ne vais pas être une bonne mère”. Oui, accoucher ça fait mal mais même moi qui suis la pire des chochottes, je m’en suis sortie. L’essentiel, c’est de s’attendre au pire. Et bah voilà, pouf, nouvelle baisse de la natalité… Et puis dans “Elle”, y’avait écrit qu’on est toutes des mères parfaites alors faut pas s’inquiéter, dans “Elle”, ils disent rien que la vérité. Si vraiment on psychote, on en parle à ses vieilles copines qui ont déjà des enfants histoire de se décomplexer…
–  pour finir, c’est pas tant que la libido baisse mais c’est que c’est fatiguant d’imaginer et de chercher LA position qui va être ni trop fatiguante, ni trop inconfortable mais quand même un peu sexy… Après, c’est très variable et si certaines ont les hormones qui les font monter au plafond, d’autres ont une grosse baisse des envies et d’autres encore ne subissent pas forcément de changement… Tout ça dépend aussi beaucoup du regard de l’homme qui vous accompagne.

Je sais, ça a pas l’air tout rose la dernière ligne droite mais on est plusieurs à être encore là pour témoigner que même si cest (parfois) un peu difficile, on est des superwomen et c’est pas la mer à boire.

Courage à toutes les futures mamans et une caresse à vos ventres.

PS : je suis sympa, je vous évite le tome 3…

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi