Jardin

Lili Marlène

Je me souviens du rosier foisonnant de fleurs rouges devant la cuisine de ma Mamie Elise. On les regardait par sa fenêtre en attendant que le café soit coulé et on se régalait de ses couleurs vives et de leur pétales veloutés.

Cet automne, nous étions à un troc de plantes avec Petite Gavotte et Mamily et j’avais promis à Petite Gavotte de lui acheter un rosier. Nous avons trouvé des « Lili Marlène » et ça nous a fait rire parce que ma maman et ma fille portent toutes les deux le prénom de Lily dans leur état civil ou dans leur coeur. Et puis ma maman m’a raconté qu’un jour, ma Mamie était revenue de Casino avec deux pieds de rosiers Lili Marlène : un pour elle et un pour ma mère. C’était ce rosier éclatant que j’admirais dans le jardin de ma mamie dans la bonne odeur du café frais.

Alors Petite Gavotte a voulu avoir son Lili Marlène. On l’a planté dans notre jardin pour que Mamily puisse l’admirer depuis sa maison de l’autre côté de la rue. Malheureusement et malgré tous nos soins, Lili Marlène n’a pas pris racine. C’était le gros désespoir du côté de Petite Gavotte. Je suis donc partie chez Jardiland (avec ma copine C qui a accouché le lendemain, quel souvenir !)  lui en acheter un nouveau. Celui-ci s’est tout de suite plu à la maison et nous a rapidement donné de belles feuilles vertes.

Depuis plusieurs semaines, Lili Marlène préparait des boutons, Petite Gavotte les avait comptés, il y en avait plus de 20, elle était radieuse de voir que son rosier allait si bien. Et puis samedi dernier, son frère et sa meilleure copine Jaja ont joué au badminton un peu trop près du rosier et craque… Lili Marlène a perdu une bonne moitié. Oups. Cette aventure nous a permis de donner la branche cassée à Mamily pour qu’elle tente une bouture histoire qu’elle ait son Lili Marlène dans son jardin comme au temps de sa maman à elle.

Ce matin, je suis sortie admirer mes rosiers comme tous les matins et je l’ai vue, la toute première rose du Lili Marlène de Petite Gavotte, avec sa couleur si particulière et son odeur de café (dans ma mémoire en tout cas).

C’était un peu comme si ma Mamie chérie venait nous faire un bisou depuis le ciel.

Un bisou qui laisse une trace de rouge à lèvres couleur Lili Marlène.

Pour continuer votre lecture, je vous invite à lire un DIY poétique que j’adore !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

12 commentaires

  1. Répondre Maman 3.0 17 mai 2019 à 9 h 43 min

    Bonjour
    pour moi, ce sont les glaïeuls qui sont chargés de souvenirs : mon grand-père en cultivait soigneusement pour que ma grand-mère ait tout l’été, en permanence, un bouquet de glaïeuls qu’elle aimait tant… et mon grand-père était toujours aussi amoureux d’elle et toujours aussi attentionné, même après 60 ans de vie commune. Il y a des glaïeuls dans mon jardin, mais ma bêche est maladroite, elle arrive trop souvent sur les bulbes et il y en a de moins en moins. Je devrais peut-être aller moi aussi faire un tour à Jardiland (même si je n’ai pas de copine au bord de l’accouchement)…
    Bons bouquets et bon week-end.

    • Répondre Marjoliemaman 17 mai 2019 à 11 h 11 min

      Oh quelle belle histoire, merci d’en avoir laissé une trace ici <3

  2. Répondre Bénédicte 17 mai 2019 à 9 h 59 min

    Elle est belle cette histoire, ainsi que la fleur (on dirait une double fleur d’ailleurs). Petite Gavotte doit être aux anges 🙂

    • Répondre Marjoliemaman 17 mai 2019 à 11 h 11 min

      Elle ne l’a pas encore vue mais elle va être dingue quand elle va rentrer de l’école !

  3. Répondre MissBrownie 17 mai 2019 à 10 h 53 min

    Les fleurs qui me rappellent ma mamie sont les hortensias. Devant chez elle, il y en avait 2 absolument énorme alors celui de mon jardin, encore tout petit, je le chéris. J’ai eu peur quand je l’ai retrouvé tout cramé à notre retour de Tunisie en juillet 2018.

    • Répondre Marjoliemaman 17 mai 2019 à 11 h 12 min

      Les hortensias, je me suis mise à les aimer depuis que je suis en Bretagne !

  4. Répondre Annaïk 17 mai 2019 à 14 h 20 min

    Je pensais pas avoir les larmes aux yeux en lisant une histoire de rosier…c’est pourtant plus les hormones…j’imagine la belle surprise qui attend une petite jardinière 🙂

  5. Répondre annie 18 mai 2019 à 6 h 38 min

    J’ai fait la meme chose avec Chloé ma petite fille, on a planté ensemble un rosier grimpant rose Zéphirine Drouin qui est absolument magnifique cette année avec des fleurs énormes, il doit etre quelque part sur mon instagram, elle ne l’a pas encore vu car elle habite loin, mais je lui envoie des photos

  6. Répondre Béatrice 18 mai 2019 à 7 h 56 min

    Mon Chippendale a été taillé correctement en fin d’hiver, et là il est plein de boutons prêts à éclore (je ne suis pas encore sortie, j’aurai peut être une surprise ce matin !).
    Ce Lili Marlène est très beau !
    Bises 😉

  7. Répondre Sandrine 18 mai 2019 à 7 h 57 min

    Tu arrives à m emouvoir avec un rosier ! C’est drôle on sent que petite gavotte aime vraiment les plantes ma fille aussi (est ce un signe elle s’appelle Elise) cette rose est magnifique je ne connaissais pas ce nom mais tu m’as donné envie d’en planter un !
    J’adore les roseraies si un jour tu retournes vers Dinan il y a un jardin extraordinaire avec des roses et des odeurs à tomber…

  8. Répondre Sophie - du merveilleux 19 mai 2019 à 10 h 51 min

    Oh que j’aime ces histoires de transmission et de fleurs, ces récits couleur d’enfance et les petits signes qu’on peut y voir.

  9. Répondre Fanchette 19 mai 2019 à 14 h 47 min

    Ici j’ai des rosiers inconnus laissés par l’ancien propriétaires (il nous a laissé tant de choses, je l’en remercie presque chaque jour, même si remettre cette friche en jardin a été un travail de titan !). Celui-ci est superbe en tout cas (mais attention : c’est pas un peu de rouille là sur les feuilles ??).
    Moi c’est les arums de ma mémé que j’ai transplantés dans mon premier jardin, puis déménagés dans mon actuel jardin.
    Mon grand regret c’est de ne pas avoir réussi à faire prendre un rejet de ses lilas… Même celui de Jardi-Pays qu’on m’a offert l’année dernière n’a pas pris : en revanche les bananiers que mon mari voulait absolument sont en pleine forme. C’est donc un jardin qui nous ressemble à tous les deux : mes hortensias / ses bananiers ; mes courgettes / ses melons ; mes pavots / ses crocus ; ses poissons rouges / ma petite serre ; son basilic / ma ciboulette…

Répondre à Sophie - du merveilleux Annuler la réponse