Bretagne

La gare Montparnasse

Gare Montparnasse

Si je ne devais garder qu’une gare parisienne, ça serait évidemment Montparnasse. Elle a toujours été ma gare préférée même quand la Gare Lyon m’envoyait à la montagne, même quand la gare de l’Est m’accompagnait vers mes origines alsaciennes.

La gare Montparnasse, c’est elle qui me menait vers vers mes grands-parents à Pau, c’est elle qui m’accueillait quand je revenais au bercail depuis La Rochelle quand je suis partie travailler pour la première fois à 20 ans.

Elle recèle des souvenirs précieux  surtout depuis que j’ai rencontré mon Breton de mari.

Je me souviens de notre excitation une fois à la gare avant de partir quelques jours en vacances dans sa famille. Être à la gare Montparnasse, c’était déjà être un peu en vacances pour les jeunes travailleurs que nous étions ! J’ai aussi le souvenir des arrivées pesantes à notre retour parce que vraiment, on n’avait pas envie de rentrer.

C’est sûrement lors d’un de nos retours bretons à la gare Montparnasse que j’ai dit à mon mari : « viens, quand on aura des enfants, on ira vivre là-bas ». Fous comme nous sommes, nous l’avons fait.

Depuis que nous habitons en Bretagne (5 ans – déjà ! – désormais), la Gare Montparnasse est pour moi une sorte de lien entre mes deux vies. Mon ancienne vie de Parisienne et ma nouvelle vie de Bretonne.

C’est un sas, une prolongation de la Bretagne, qui m’envoie une bouffée de Paris quand je débarque. Le temps de remonter le quai pour aller prendre le métro, et je retrouve ma cadence parisienne. Je marche vite à nouveau, je suis excitée d’être de retour, le coeur gai d’être de retour dans mon ancien chez moi.

Quand je quitte Paris pour rejoindre ma Bretagne, c’est la même chose. Une fois arrivée à la gare, j’ai l’impression d’être déjà un peu chez moi. J’aime bien ce temps d’attente où je m’achète de quoi manger et de quoi bouquiner un peu. J’en profite pour regarder les voyageurs en essayant de deviner où ils vont d’après leurs tenues et leurs bagages.  J’y patiente le coeur léger car je suis TOUJOURS heureuse de rentrer chez moi, de retrouver mes enfants, mon mari, ma maison.

J’imagine que c’est pour cela que je l’aime tant cette gare, trait d’union entre mes deux vies alors qu’il faut l’avouer, elle n’est pas très jolie et elle est aussi très bruyante.

Je sais que Céline ne partage par mon attachement à la gare alors je suis curieuse de savoir ce que vous, vous en pensez !

 

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

29 commentaires

  1. Répondre tania 11 octobre 2016 à 08:04

    Moi cette gare c est le départ pour mes séjours en Bretagne. Le 1er date de juillet 2011 pour larmor plage chez une amie depuis elle a déménagé plusieurs fois en Bretagne. J ai eu l occasion d aller à vannes. Pont rean lieu dit de bruz belle île en mer. Saint malo. Saint Avé et j en oublie. J ai pu découvrir Cancale et d autres coins en Bretagne. Comme je le disais la Bretagne est pour moi quelques jours à part fait de belles découvertes avec une guide hors pair. J ai failli rater mon train en juin dernier mais j ai fait un tour à côté conleau ?? hâte de raconter tous ça sur le blog

    • Répondre Marjolaine 11 octobre 2016 à 09:16

      On dirait bien que tu as pris goût à la Bretagne !

  2. Répondre Fanchette 11 octobre 2016 à 08:24

    Je pense que ton texte va se retrouver dans le magazine du TGV !!
    J’y ai lu il y a peu le récit d’une rencontre amoureuse dans le train : tu devrais leur proposer la tienne.
    C’est marrant de rencontrer son chéri à la gare !

    Moi aussi je patiente toujours avec plaisir à Montparnasse (surtout que maintenant il y a des tables et des bornes électriques partout – mais la brasserie du coin du quai n°1 est fermée le temps des travaux). Par contre je n’ai jamais le rythme des parisiens et je me fais toujours bousculer dans le métro : par exemple j’aime bien regarder les affiches de spectacles sur les murs 😉 C’est terriblement exotique !

    • Répondre Marjolaine 11 octobre 2016 à 09:15

      On ne s’est pas rencontrés à la gare mais ça aurait été romantique aussi 😉

  3. Répondre juliette 11 octobre 2016 à 09:3