Lis ma vie

L’après

jacinthesDu fond du coeur, je voulais vous remercier pour votre soutien incroyable. Une fois de plus je suis émerveillée par le pouvoir de vos mots et de vos attentions. Tous vos gestes ont été comme de doux câlins et m’ont offert un grand réconfort.

J’ai tenté de répondre autant que je le pouvais aux différents messages mais je n’arriverai pas à dire merci à tous ceux qui m’ont laissé une pensée en commentaire alors je vous le dis ici, avec toute l’intensité que je peux y mettre : MERCI.

J’ai enterré mon papa lundi, j’ai tenu le coup tout de ce que pouvais mais parfois il faut savoir ouvrir les vannes. Mon frère et moi avons eu le soutien de nos proches, on s’est tenu chaud dans ce tout petit cimetière bressan.

Maintenant, je suis dans l’après. Quelles que soient les imperfections d’un papa, on n’en a qu’un. Comment on vit sans papa ? Je le découvre au jour le jour. J’avance en tâtonnant dans l’inconnu et pas très vite.

Je vais sûrement revenir ici pour écrire des choses futiles et faire comme si de rien n’était parce que je crois que mon deuil sera long et que je vais continuer à l’exprimer mais autrement et ailleurs.

Alors encore une fois, merci de votre délicatesse, je suis incroyablement fière d’être lue par des personnes comme vous.

Message de service pour Camille et Eve : je fais durer votre bouquet autant que possible et tu as vu Camille, mes vitres ont été faites en même temps que les tiennes.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

62 commentaires

  1. Répondre cyberbaloo 4 février 2016 à 11 h 07 min

    Des bisous marjolaine. <3

  2. Répondre MamaFunky 4 février 2016 à 11 h 14 min

    3 ans que je vis sans mon papa. 3 longues années.
    Au début d’est dur. Cruel. Impossible. Et puis le temps apaise… On s’habitue à cette absence insoutenable pour toi aujourd’hui.
    Je me suis raccroché à tous ces souvenirs heureux. C’est petites choses futiles que j’aime me rappeler de lui.
    Et il continue de vivre à travers mes enfants. MA fille qui l’a le plus connu et qui a ses yeux.
    Et mon fils qui n’a aucun souvenir de lui mais qui lui ressemble tellement !

    Courage ma belle. Il n’est pas bien loin ton papa. Dans la pièce d’à côté et il veille sur toi.

  3. Répondre Laul76 4 février 2016 à 11 h 18 min

    C’est sûr le chemin va être long et périlleux mais tu trouveras sur ta route ce qu’il te faut pour avoir la force, à petits pas, d’aller sourire dans “l’après” comme tu dis.
    Des bises toutes douces

  4. Répondre MéloMélie 4 février 2016 à 11 h 20 min

    Courage <3

  5. Répondre Amélie 4 février 2016 à 11 h 26 min

    Je te souhaite du courage pour cette période de deuil et je me permets de te faire un gros bisou !

  6. Répondre Corinne (Couleur Café) 4 février 2016 à 11 h 26 min

    Oh j’ai raté cet événement malheureux. Toutes mes condoléances pour ton papa, et bon courage ! Et oui, la vie continue sans lui physiquement mais tu sais déjà qu’il reste ra toujours une place pour lui dans ton coeur, dans un coin de ta tête et surtout dans ce que tu es aujourd’hui ! Courage ma belle !

  7. Répondre Marie 4 février 2016 à 11 h 30 min

    Le chemin est long et difficile, c’est vrai. Nous, nous voyons qu’il veille sur nous en envoyant ses nuages roses. “Il dessine pour nous faire sourire ” dit ma troisième du haut de ses 4 ans. Bon courage.

  8. Répondre Morgane 4 février 2016 à 11 h 38 min

    Chère Marjorie , nous ne te connaissons pas personnellement, mais le fait de nous ouvrir ton coeur dans tes billets qu’ils soient joyeux , droles ou moins “legers”comme le dernier dans lequel tu annonçais le décès de ton papa et bien nous avons l’impression de te connaître on est “virtuelement ” attaché à toi , mais non ce n’est pas que virtuel finalement car lorsque que j’ai appris cette triste nouvelle , j’étais réellement triste pour toi et ça c’est bien réel ! les larmes coulaient sur mes joues en lisant ton billet ( Arf cette ‘hypersensibilité, tu sais sais que c’est n’est – ce pas 😉 toujours est – il que nous sommes attachés à toi et à ta famille , faut dire aussi que t’es sacrément douée pour nous faire rire et pleurer tu as l’art de manier les mots ! Alors continue a ecrire Marjorie que ce soit futiles ou pas et puis un proverbe de Camus dit ” Parler de ses peines , c’est déjà se consoler un peu…” alors plein de courage pour cette période difficile , cette sensation de vide qui on a l’impression durera tjs , mais non le temps fera son oeuvre, et tu comblera le vide par les souvenirs , ce sera la nouvelle manière à ton papa d’être présent. milles Baisers de reconfort Marjorie

    • Répondre Marjoliemaman 4 février 2016 à 11 h 54 min

      Merci beaucoup (et moi, c’est Marjolaine)

      • Répondre Morgane 4 février 2016 à 12 h 02 min

        Oups , Je le sais pourtant , Marjolaine , dans mon élan , g écrit Marjorie… .

        • Répondre Morgane 4 février 2016 à 12 h 06 min

          Ps : et la preuve que je te connais pas personnellement , je me trompe de prénom , la nulle…

  9. Répondre Zazimutine 4 février 2016 à 11 h 40 min

    J’ai lu un jour une phrase qui a fait écho en moi immédiatement: “comment c’est possible de continuer à vivre dans un monde dont mon père ne fait plus partie?”
    Pour moi ça va faire 8 ans ce mois-ci, on y arrive Marjolaine, je te promets, on y arrive. Ca fait mal longtemps mais ça s’apaise, le temps fait son oeuvre et l’on garde l’essentiel au fond de soi.

    • Répondre Co 4 février 2016 à 12 h 57 min

      C’était dans Grey’s Anatomy, lorsque George perd son papa. Moi aussi ça m’a marqué!
      Doux bisous à toi Marjo.

  10. Répondre doublerose 4 février 2016 à 11 h 41 min

    <3
    (on n'a pas toujours de mots)

  11. Répondre charlotte 4 février 2016 à 11 h 44 min

    L’après… Cette période si dure, si personnelle.. J’aimerais te dire que ça va aller, mais tu le découvriras toute seule. Je pense à toi, je te serre fort.

  12. Répondre Joëlle 4 février 2016 à 11 h 56 min

    De mon cœur une nouvelle fois je t’adresse toutes mes pensées et mon soutient. Je n’ose imaginer le moment où malheureusement je perdrais l’un de mes parents.
    Je m’étais fait la remarque que tu ne parlais pas beaucoup de ton Papa.
    Bon courage pour le chemin qu’il te reste à parcourir pour ce deuil.
    Plein de bisous
    (je t’envoie très vite un mail très futile d’ailleurs !!)

  13. Répondre Lilie 4 février 2016 à 12 h 15 min

    Courage Marjolaine!!
    Ceux sont des épreuves que l’on doit traverser et elles laissent un vide que l’on doit apprivoiser.
    Ma maman est partie il y a 12 ans. Je n’avais pas encore 25 ans et elle me manque chaque jour : quand je vois mes enfants (elle ne les a pas connu), quand j’ai des questionnements, quand je me suis mariée en Juillet 2015, …
    Mais, je me dis qu’elle me regarde et j’espère qu’elle est fière de la femme et maman que je suis devenue !!
    Bon courage et des bisous d’une lectrice de l’ombre
    Julie

  14. Répondre Françoise 4 février 2016 à 12 h 36 min

    Courage Marjolaine ! J’ai enterré mon papa le 27 janvier 2015… Je pense à lui chaque, mes enfants évoquent les souvenirs, les doux moments passés avec lui, son sourire, sa gentillesse. On apprend à avancer sans lui mais les larmes coulent encore souvent, parfois quand je ne m’y attend pas, mais cela fait du bien. Je me permets de vous embrasser très très fort.

  15. Répondre anyo 4 février 2016 à 12 h 37 min

    Compte sur nous pour les futilités, le grave et tout ce que tu veux ! On sera là pour t’accompagner comme tu nous accompagne si bien au quotidien !
    Je t’embrasse

  16. Répondre Bene 4 février 2016 à 12 h 46 min

    Je ne crois pas que l’on fasse complètement le deuil un jour…. mais la douleur s’estompe, et le sourire et le rire reviennent peu à peu lorsque l’on parle de ceux qui sont partis. Et pour moi, je crois que c’est important de le faire, car c’est en parlant d’eux qu’ils restent quand même un peu là. Mais j’ai aussi appris que chacun vit et surmonte son deuil comme il peut. Moi, ça fait presque 13 ans que j’ai perdu mon papa, et ça m’arrive encore souvent de vouloir l’appeler pour partager avec lui nos ressentis sur un joueur ou un match de foot particulièrement bon ou un événement politique sur lequel on ne se serait jamais mis d’accord 😉
    Je t’embrasse fort!

    • Répondre Karolina 4 février 2016 à 21 h 49 min

      Je crois que “faire son deuil”, c’est avant tout apprivoiser l’absence et apprendre à vivre SANS ceux qu’on a aimés, mais AVEC leur souvenir, qui lui nous accompagnera tout au long de notre vie…

  17. Répondre carine 4 février 2016 à 12 h 55 min

    Les jacinthes et leur odeur incroyable!
    J’ai perdu mes parents jeune, c’est dur de vivre cette absence. Je t’envoie tout mon soutien.

  18. Répondre Camille 4 février 2016 à 13 h 40 min

    juste des bisous et en reserve quelques autres pour les jours de moins bien. Ici les jacinthes sont roses pales, et elles tronent dans la cuisine et me font penser à toi. Bisous coeur, baisers qui s’envolent…

  19. Répondre Daphné 4 février 2016 à 13 h 55 min

    Merci Marjolaine de prendre le temps de venir ici malgré la peine – en lisant les commentaires, je vois que tes mots résonnent en beaucoup d’entre nous. Merci d’être toujours si sincère et si juste.

  20. Répondre Anne 4 février 2016 à 13 h 56 min

    Comme dit le proverbe “le malheur de l’avoir perdu ne doit pas te faire oublier le bonheur de l avoir connu…” Alors patience et courage pour ce chemin où je suis sûre malgré des moments pas facile les bonheurs reviendront vite dans ton coeur…personnellement après 6 ans je me dit même “avoir eu la chance de partager des moments avec mon papa…”

  21. Répondre Anne-Sotte 4 février 2016 à 14 h 04 min

    Plein de bisous

  22. Répondre Patricia 4 février 2016 à 14 h 07 min

    Bonjour,
    18 ans après quand j’évoque mon père, je dois encore lutter pour ne pas me laisser submerger par l’émotion…mais quand même, avec le temps on repense aux bons moments, on évoque les souvenirs, on est plus serein…Chacun fait comme il peut pour surmonter sa tristesse et vivre son deuil, alors je vous souhaite simplement énormément de courage. Comme moi vous avez une famille aimante qui vous pousse vers l’avenir, et ça c’est une grande chance.

  23. Répondre Stefanny 4 février 2016 à 14 h 25 min

    Malheureusement, le chemin est long, je ne dis pas cela pour te décourager mais au contraire, pour t’encourager à profiter des petits moments futiles, des petits moments de bonheur. Ma mère est décédée quand j’avais 16 ans, maintenant j’ai 31 ans; et il y a des périodes où c’est encore diffiçile (surtout quand je vois mes enfants avec une seule mamie) et je pense que ça sera toujours ainsi. Mais petit à petit la vie a repris le dessus, il faut du temps au temps. Etre patiente et tolérante envers soi.
    Toutes mes pensées.

  24. Répondre Sar 4 février 2016 à 14 h 32 min

    Bon courage marjolaine, du fond du cœur ( même si on se se connaît pas réellement , je suis avec plaisir ton blog et WBZ depuis +sieurs années maintenant ) pour les semaines à venir et l’Après…
    Chose plus légère , je viens d’offrir ton livre “ma grossesse en 300 questions ” à une amie enceinte pour qui le début de grossesse a été difficile ( hématome ….), je suis sûre qu il lui permettra d être plus sereine.
    Bonne fin de journée, Sarah .

  25. Répondre Milkshake Family 4 février 2016 à 15 h 32 min

    Oh je ne savais pas 🙁 Je te présente toutes mes condoléances. Que le repos de ton papa soit doux. Bon courage et des énormes bisous!!

  26. Répondre Anne-Laure 4 février 2016 à 16 h 22 min

    Toutes mes condoléances, et bon courage pour cet “après”.

  27. Répondre Loicange 4 février 2016 à 17 h 49 min

    Comment vit on sans papa?
    C’est une question qu’on refuse de se poser,avant qu’elle nous arrive dessus, comme un coup de canon. On ne sait pas ce que peut être la vie dans nos parents car on ne connaît que la vie avec eux. Et puis un jour on a le souffle coupé…on se dit qu on ne sera plus jamais heureux, ou du moins plus jamais totalement….
    J’avais un papa atypique (c’est le moins qu on peut dire), je ne l’ai peut être pas eu longtemps mais je suis tellement riche de lui, de notre vie atypique, de mes frères et sœurs … Certains auront leurs parents plus longtemps mais ne vivront pas la moitié de ce que nous avons vécu ensemble. Je l’ai eu lui et pour rien au monde je ne changerai ma vie.
    Ça fera 10ans cet été que nous apprenons a faire sans lui, ou plutôt avec lui différemment. La douleur ne s efface pas, on apprend juste a vivre avec. Douces pensées Marjo

    • Répondre E'milouz 4 février 2016 à 18 h 53 min

      Sans papa, on survit. Moi le mien j’y pense tout le temps… je me dis qu’il aurait ete fiere de moi pour ci, pour ça. Je me dis que je n’ai pas assez profité de lui… Mais la vie continue. Et je sais qu’il veut que je sois heureuse, je fais de mon mieux. Pour moi. Pour lui.
      Toutes mes pensees vers toi, du courage. Et un calin.

  28. Répondre Marie 4 février 2016 à 21 h 19 min

    Fidèle lectrice de l’ombre (je n’ose jamais trop commenter, je ne sais pas pourquoi…), je voulais tout de même t’adresser mes pensées affectueuses en ces moments durs. Après tout, toi qui partages tant avec nous, lectrices (et lecteurs, sans doute aussi!), cela me semble normal de te montrer que comme toutes les autres, je pense à toi, même si nous ne nous connaissons pas! Je pense bien à toi, donc, et te souhaite de te remettre doucement, à ta façon. Malheureusement, j’ai traversé la même épreuve, et je t’assure qu’au bout d’un moment, la blessure s’estompe, même si la cicatrice reste.

  29. Répondre madamezazaofmars 4 février 2016 à 22 h 00 min

    Je n’ai pas eu les mots ces derniers jours mais j’ai pensé tres fort a toi <3

  30. Répondre Madame Ordinaire 4 février 2016 à 22 h 04 min

    Quelques mots pour t’adresser toutes mes pensées en cette période si douloureuse. Je ne sais pas ce que l’on ressent lorsque l’on perd son Papa mais je connais cette absence que l’on est brutalement forcé d’apprivoiser. Peu importe les relations que l’on entretient avec nos parents, leur disparition est toujours une épreuve et je te souhaite beaucoup de patience pour apprendre à vivre avec ce manque.
    Avec toute ma sincérité, je t’embrasse ♥

  31. Répondre Mélanie 4 février 2016 à 22 h 12 min

    C’est bizarre d’apporter ses condoléances à quelqu’un qu’on a jamais vu et qu’on ne connaît qu’à travers ce que la personne nous donne (au final, juste des échantillons de vie), j’ai lu l’article précédent, j’ai pleuré et n’ai pas commenté pour la raison que je viens de dire: “c’est bizarre”. et ça me paraissait indélicat… Pourtant…. Je suis une de tes lectrices, j’aime te lire, j’aime voir comment progressent tes enfants et ta vie. Alors voilà, je finis par laisser un message, un petit hug virtuel pour te rendre le courage que tu m’as parfois donné à travers tes articles pour mes propres épreuves. Bon courage à toi.

  32. Répondre Comme un nuage de lait... 4 février 2016 à 23 h 08 min

    Bonsoir Marjolaine,
    Les mots sont effectivement difficiles à trouver…
    On ne se connaît pas non plus, mais en apprenant à te connaître à travers tes si jolis textes et tes tranches de vie, je pense que tu trouveras la force grâce à tes enfants. Nos enfants sont notre énergie, ils nous portent vers l’avenir.
    Tes 3 rayons de soleil vont t’aider à traverser ce passage douloureux. Et ton papa t’enverra son arc-en-ciel, à toi qui les aime tant…
    Chaleureusement
    Hélène

  33. Répondre Véro 4 février 2016 à 23 h 31 min

    c’est bien normal de vous envoyer de la tendresse et des gentilles pensées, c’est un tout petit retour de tout ce que vous nous apportez dans ce blog!
    merci à vous!

  34. Répondre Lucie Chipounette 5 février 2016 à 9 h 09 min

    Oh, je ne savais pas… Toutes mes sincères condoléances. 🙁

  35. Répondre Nelly 5 février 2016 à 9 h 43 min

    Demain, ça fera 10 ans que nous avons enterré mon papa …. 10 ans qu’il nous a quitté et 10 ans qu’il est toujours là, dans nos coeurs …. Je sais au fond de moi qu’il veille toujours sur nous …
    Il y a 10 ans, je me suis accrochée au fait qu’il était mieux là où il était, plutôt qu’à souffrir sans qu’on puisse y faire grand chose …. on finit par se souvenir seulement des bons moments …. ça prend du temps, mais ça arrivera, tu verras …. je t’envoie des millions de bises, bon courage.

  36. Répondre Sofinet 5 février 2016 à 10 h 22 min

    Dans la nuit du 1er décembre dernier, le téléphone a sonné. Nous le redoutions depuis qq jours… Et malgré l’attente de ce moment redouté, mon compagnon a juste dit “On n’y croit jamais qu’un jour sa maman peut mourir, et pourtant…”. Et pourtant elle est partie cette nuit là…, et nous essayons de faire la route sans elle.

  37. Répondre Sofinet 5 février 2016 à 10 h 24 min

    Bon courage à toi Marjolaine… et comme dit dans un, commentaire, je suis certaine que de là haut il t’enverra plein de jolis arcs-en-ciel, comme autant de rayons de soleil dans un ciel de pluie…

  38. Répondre Bénédicte 5 février 2016 à 11 h 23 min

    Courage, à toi et à tes proches

  39. Répondre Alicia 5 février 2016 à 11 h 30 min

    Des bisous ma belle <3 <3 <3

  40. Répondre Audrey 5 février 2016 à 12 h 29 min

    Marjolaine,
    Je suis desolee d’apprendre la perte de ton papa et de lire entre les lignes une relation compliquée avec lui. Tout ceci résonne fortement en moi, qui viens de perdre mon père brutalement en décembre… Nous étions liés mais ça a toujours été difficile et éprouvant. Il faut apprendre à vivre sans lui, avec les regrets, les remords. J’avais depuis de nombreuses années fait le deuil du père idéal qu’il n’était pas, mais maintenant commence le deuil du père imparfait, mais aimant, qu’il était. Les dernières années difficiles s’estompent pour laisser la place aux souvenirs de l’enfance, finalement très ancrés, et l’émotion revient avec force.
    Je te souhaite beaucoup de courage pour ce cheminement vers l’apaisement.
    Amicalement,
    Audrey

    • Répondre Audrey 5 février 2016 à 12 h 36 min

      Je me permets un 2ème commentaire… Tu parles de ton frère dans ce petit cimetière. C’est dans ces moments-là je trouve que la fratrie prend tout son sens. Avec mes frères et sœur, nous avons fait bloc et nous nous sommes rapprochés. C’est pour cette raison que je veux que mon fils ait des frère(s) et sœur(s). On n’est pas éternels, et on ne sait pas ce que la vie nous réserve…

  41. Répondre Julie & Cie 5 février 2016 à 14 h 40 min

    Plein de courage dans cet après.
    Des pensées et des bises pour toi! <3
    Julie

  42. Répondre Sysyinthecity 5 février 2016 à 17 h 17 min

    Des bisous ma belle

  43. Répondre Mag à l'eau 6 février 2016 à 5 h 02 min

    Oui, quelles que soient ses imperfections on n’a qu’un père. Mais selon les “imperfections” du père on est plus ou moins triste de son décès. On peut ne pas pleurer la personne mais découvrir que la fonction et la place du père vont terriblement nous manquer.
    Quoi qu’il en soit, je découvre avec étonnement nos communes racines bressanes.

  44. Répondre Estelle 6 février 2016 à 5 h 09 min

    I did not send you a message because I was afraid to disturb you. But know that my heart was and is with you. (I’m writing in English because I do not have French punctuation in this keyboard)

  45. Répondre Laurene 6 février 2016 à 23 h 45 min

    Je vous envoie toute la tendresse possible, par les ondes. Plein de courage…

  46. Répondre Aube 2411 7 février 2016 à 1 h 10 min

    Chère Marjolaine,
    Je t’envoie toute mon affection pour ces moments délicats et difficiles. En effet, je ne peux qu’imaginer ce que tu peux traverser en ce moment. Mon mari est en train de perdre son Papa d’un p…… de cancer (foutue maladie) et heureusement pour lui et sa Maman, ils sont 3 frères et soeur et ils se relaient bien et se soutiennent, comme pour adoucir la peine. Je me demande comment je vais pouvoir l’aider à gérer “l’après” en effet, surtout qu’il ne parle pas beaucoup, et puis pour nos loulous. On a commencé à les préparer, mais ils sont tellement proches et attachés à leur Papy que ça me fait énormément de peine déjà par avance, même si mon “grand chat” de 4ans 1/2 m’a déjà dit il y a quelques temps “tu sais Maman, il suffit juste que tu ferme tes yeux, et là tu as plein d’images jolies, des souvenirs, et tu les aura tout le temps avec toi !”. Ah que je les aime mes petits <3
    Encore plein de courage à vous.
    Je t'envoie des milliers d'arc en ciel pour égayer ces journées particulieres.
    Des bises pour toi et ta jolie tribu
    Aurore

  47. Répondre Olive & Farrigoulette 7 février 2016 à 22 h 31 min

    Parce qu’à force de vous suivre depuis toutes ces années je pense pouvoir déposer ici qlqs mots afin de vous témoigner mes sincères condoléances. Moi non plus je n imagine pas un monde sans eux…

  48. Répondre mona 9 février 2016 à 20 h 12 min

    bonsoir Marjolaine
    c’est réciproque, ce partage, avec nous ta tristesse, et ton deuil, nous anppaise nos malheurs, on apprend ainsi que c’est la vie, on perd des etres tres chères, c’est tres tres difficile je l’ai vecu avec la perte de ma mére il y a quelques années elle n’avait que 58 ans, moi j’avais 30 ans, j’ai perdu ma grande mère juste apres, (ne rigolez pas) mon chien aussi, je l’aimais beaucoup, et dernièrement, mon coeur etait totalement brisé par la maladie et la mort de ma grande soeur, elle venait de feter ses 49 ans, elle etait ma soeur mon amie ma confidente elle me soutenait me comprenait, mais c’est la vie, c’est tres dure, mais elle voulait me voir heureuse moi et toute la famille, et pour elle, je vis ma vie, pour elle je prend soin de moi de ma petite fille ainsi que toute famille,
    merci encore une fois Marjolaine
    la tristesse est la seule chose qui au debut est tres grande et apres elle devient toute petite
    bon courage
    nos coeur sont avec toi
    mona
    limonasblog.wordpress.com

  49. Répondre Julie 10 février 2016 à 13 h 38 min

    Je t’envoie tout mon soutien Marjorie dans cette période difficile.
    J’ai perdu mon papa il y a 10 ans. Je me sens à moitié “orpheline”. Quels qu’ils soient – plus ou moins bons, parfaits, affectueux, etc – les parents sont un pilier. Et quand l’un – ou les deux – vient à manquer, les fondations sont forcément moins solides.
    En même temps, la vie continue. Et au début c’est peut-être le plus difficile : je me rappelle avoir eu envie de rester dans ce moment des obsèques, de me remémorer l’enterrement et toutes les personnes venues dire au revoir à mon papa. Et quelques jours après, retour au travail où personnes n’était au courant. Dur…
    La vie a continué en effet, un an jour pour jour après, j’ai eu ma première fille. Deux autres sont nés, et je suis toujours prête à répondre à leur question sur ce “papi Rémy” qu’ils n’ont jamais connu.
    Pour ma part il est toujours vivant dans mon coeur…
    Amitiés,
    Julie

  50. Répondre Laura 13 février 2016 à 20 h 47 min

    courage… Le temps apaise les larmes mais les souvenirs restent. J ai perdu mon papa en août 2014… Aujourdhui tu as l impression qu on t as arraché un bout de ton etre.. Mais avec le temps que les bons souvenirs restent. Courage je pense a toi

  51. Répondre Anne71 23 février 2016 à 15 h 30 min

    Je vous présente toutes mes condoléances..
    Vivre après on arrive mais difficilement.. J’ai perdu mon papa en 2004 j’avais 26 ans, jeune insousciante.. Il aura connu mon futur mari juste quelques semaines, mais pas mes enfants..
    Le plus dûr pour moi aura été de perdre ma nièce 5 ans après qui était agée de 3 ans, là on ne se remet pas la perte d’un enfant.
    Je vous envoie tout mon courage de Bourgogne (Chalon) & je pense bien à vous & à votre famille..
    Et surtout continuez de parler de choses futiles, de banalités & autres car c’est grâce à cela que l’on tient debout !

  52. Répondre Naïma 23 février 2016 à 20 h 03 min

    Je viens de m’abonner à ton blog Marjolaine et suis peinée d’apprendre cette triste nouvelle !
    C’est douloureux de perdre un être cher et
    c est bien normal. Mais tu en tireras le temps faisant une force et une richesse ineppuisable
    j’en sais quelque chose…
    Tendrement,
    Naïma

Laisser un commentaire