Lis ma vie

La Nouvelle Star en vrai de vrai

Je pourrais vous raconter ma soirée Nouvelle Star en minute par minute comme le fait l’une de mes blogueuses préférées mais à ce compte-là, vous ne pourrez lire ce texte que d’ici 3 ou 4 mois, le temps que je sois moins overbookée/busy/trèstrèsoccupée. Et en plus, je n’avais pas de montre. Donc, je vais vous la faire à la Marjoliemaman, à la yo, à la mode “en vrac” que vous connaissez bien.

 

Pour mémoire, mercredi dernier, ma cousine Céliachoute (19 ans, dorée comme un pain d’épice et belle à tomber dans sa petite robe marinière – oui, évidemment, être canon, c’est de famille, hum…) et moi avions le grand honneur de pouvoir assister à la Nouvelle Star en vrai de vrai depuis le Pavillon Baltard. Un grand merci à Monsieur Mon Mari qui est vraiment trop fort car c’est grâce à lui que nous avons eu ces entrées VIP.Et merci à lui d’avoir supporté les deux pin’s très en forme ce soir-là (Fleur de Sel qui pleure, hyper rare et Kouign Amann qui ne veut pas dormir…)


Quelques impressions générales :

– VIP, ça ne veut pas dire grand chose, juste qu’on a fait la qu’on fait la queue moins longtemps et qu’on a la possibilité de s’asseoir dans la tribune des familles au lieu de rester debout 4 heures dans la fosse, ouf (oui, il faut arriver à 19h !).

– le lieu est magnifique. Le Pavillon Baltard c’est quand même un sacré truc. Superbe de l’extérieur avec ses verrières anciennes et scintillant de l’intérieur avec ce plateau télé clinquant. Céliachoute et moi avons le même sentiment : ça fait beaucoup plus grand à la télé. L’endroit se prête au spectacle, c’est certain.

– j’ai pensé à mettre des “granny” dans mon sac parce que me faire tenir juqu’à minuit sans manger, c’est pas possible. Sauf qu’il faut déposer son sac (et surtout son portable) au vestiaire. J’ai donc crevé la dalle. J’ai du perdre 200 grammes, au moins.

– pas de miam-miam mais la production, dans sa grande mansuétude nous file des bouteilles d’eau à la première coupure pub.

– public de la Nouvelle Star, c’est un peu crevant. Faut se lever, crier, applaudir. Le chauffeur de salle ne nous laisse pas deux minutes… Limite on pourrait demander un cachet d’intermittent du spectacle.

– à l’arrivée, je n’ai pas de chouchou. Je ne sais pas qui encourager, j’aime bien tout le monde. Ma cousine est pour Benjamin et Ramon.


Le spectacle et ses coulisses:

– Abba par nos 5 chanteurs, ça claque et ça donne la patate !

– je veux voler la robe bleue de Virginie Guilhaume. Elle m’énerve, elle.
– Ramon arrive pour chanter “Champs Elysées”. Les filles deviennent hystériques, elles se mettent à crier de manière tellement bestiale que… ça me colle une montée de lait. Le Ramon, on a envie de lui faire des bisous dans le cou parce que ça a l’air de sentir bon à cet endroit mais à peine commence-t-il a chanter que c’est la cata. Il me fait penser à Louis de Funès avec un micro. J’attends que le jury lui file 4 rouges. 4 bleus mais ils se foutent terriblement bien de lui. Je pense qu’il s’agit d’une technique pour que les gens votent moins pour lui.

– Benjamin me déçoit un peu. La présence qu’il a à la télé n’est pas probante sur scène. C’est gentillet, ça s’écoute bien. Merci Benjamin.

– François nous offre une prestation tellement fabuleuse sur “Je veux être un homme heureux” que ça me hérisse les poils des jambes que je viens d’épiler. Bizarre comme sensation. J’ai trouvé mon poulain. Je vote François, François, je t’aime. En plus, ses potes ont l’air vraiment sympas. On dirait mes potes à moi (en plus jeunes).

– Lussi et Luce sur scène, pas grand chose à dire à part que c’est parfait et que rien ne dépasse.

– Ramon revient, c’est moins pire mais bon, à part lui faire des bisous dans le cou ou se le taper sur une plage en été, je ne vois pas bien ce qu’on peut faire avec. Oups, pardon.

– Benjamin ne fait pas le même effet à ma libido sur Salvador, c’est certain.

– François est de retour, je suis à deux doigts de lui jeter mon soutif d’allaitement mais non. Je suis une femme mariée, de 31 ans avec deux enfants, je me tiens. Il met le feu sur “Smoke on the water”, morceau que je maîtrise grave grâce aux lapins crétins sur Wii. Oui, j’ai une culture musicale pointue, moi. Je jouerais bien à la lapine crétine avec François. Baltard est in fire !

– à la coupure pub, Lio signe des autographes assise par terre. Si elle porte une culotte, les gens dans la fosse doivent en connaître la couleur. Les jurés passent à côté de nous à chaque coupure. Marco Prince fait un coucou à Céliachoute qui en rougit de plaisir.

– Lussi me fait flipper, quand elle chante Portishead, on dirait qu’elle fait un play-back sur le CD. Une vraie copycat. Elle remplit la salle de sa présence, sacrée nana cette Lussi. J’adore !

– deuxième montée de lait sur “Gigi L’amoroso” by Luce. Je ne comprends pas bien pourquoi mais bon, mes seins s’expriment.

– pendant la dernière coupure pub, les 5 candidats reviennent sur scène en se tenant la main, Luce est en larmes, complètement angoissée. Ils ont tous l’air solidaire, ça donne envie de faire partie de leur bande. Ma cousine parie sur l’élimination de Lussi, moi sur celle de Benjamin.

– Bye bye Benjamin.Tain Ramon, va falloir laisser la place aux vrais chanteurs mon gars.



Céliachoute et moi quittons Baltard les yeux remplis d’étoiles. Le spectacle a été à la hauteur et nous avons partagé un merveilleux moment entre cousines, ça faisait bien longtemps.


Si vous avez des questions, posez-les en commentaires !

 

EDIT : ma finale idéale : François VS Lussi !

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi