Lis ma vie

Ce que je n’ai pas pu vous dire avant (1)

Alors voilà un bref résumé des 15 premières semaines d’Amadeus inside my ventre.

J’ai appris très tôt que j’étais enceinte, après un jour de retard. Depuis quelques jours, Kouign Amann était devenu hyper collant. Il n’y en avait plus que pour moi alors qu’il m’avait à peine remarquée lors de ses 14 premiers mois d’existence. Je me suis souvenue avoir entendu que le signe d’une grossesse, c’est que l’enfant en bas-âge que l’on a déjà se met à vous coller, à vous câliner. ça plus une sorte de nausée qui me coupait l’appétit, je dis banco, j’achète un test.

Banco, le test est positif : une ligne claire violette…

Bon, mini banco car la ligne était plus claire que violette mais, à la lumière, on voyait un petit quelque chose.
Comme pour Kouign Amann, j’ai attendu d’avoir confirmation par test sanguin pour en parler à MMM… Pendant une journée, j’ai envisagé dans ma petite tête l’avenir, j’ai calculé la date de l’accouchement, j’ai cherché le jour de conception… Bref, je me suis fait mon petit film à moi.

Et puis très vite, je me suis mise à douter… Mes symptômes avaient disparus, je n’avais pas la poitrine douloureuse, je n’avais plus de nausées… C’était différent de ma première grossesse et donc, je me disais que ce n’était pas une grossesse bien partie. Pour ne pas me rassurer, l’hôpital me dit que mon taux n’est pas assez significatif pour m’inscrire… Finalement, je me suis plantée puisque j’ai passé presque un mois en étant vraiment pas bien. Pour le coup, les symptômes étaient même intenses : grosse fatigue et nausées isolées mais très violentes. La prochaine grossesse, je ne dis rien et je n’espère pas avoir de nausées pour être sûre d’être bien enceinte.

L’échographie de datation à 6 semaines m’a confirmé que tout allait bien et que notre petit nouveau ressemblait à une fève avec un joli coeur qui bat. La fatigue étant toujours de la partie et mes seins ayant enfin décidé de gonfler, je me suis accordé le droit d’être enceinte et d’envisager cette grossesse sereinement. Comme quoi, même si on a déjà une grossesse derrière soi, on est pas meilleure que les autres !
Côté hormones, ça a été plutôt soft comparé aux montagnes que j’ai vécu pour Kouign Amann… Mais quand même un peu folklo…
Je me souviens notamment avoir pleuré en regardant sur youtube le générique “j’aime la gym” et d’avoir cru mourir avalée par mon canapé tellement je ne pouvais m’en décoller après 6 heures de nausées intensives…
Et ces foutues hormones m’ont également gratifié d’une très belle poussée de centaines de petits boutons sur le front, le décolleté et les épaules. Trop glamour. J’en garde encore un souvenir.

Oui, riez, vous avez le droit après mon complot pour vous cacher ma grossesse, c’est légitime…

Même que la semaine prochaine, je vous raconte la suite…

PS : premier rendez-vous aujourd’hui à l’Hôpital des Clefs (pour ceux qui connaissent le nom de mon hôpital, je vous prie d’excuser le surnom pourri mais ça me fait trop rire). Entrée à 8h30, sortie à ???

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi