Test

La Mooncup

Ami homme, passe ton chemin et va boire une bière, là on va parler entre fifilles.
Amie femme, on va parler d’intimité intimement intime, de ragnagnas et de trucs pas glamour pour un sou si ça te rend mal à l’aise, passe ton chemin et va boire une bière ou un kir à la violette avec les hommes.

ça y’est, on a fait le tri ?
Je vais vous informer sur la coupe menstruelle, la mooncup en ce qui me concerne… La première fois que j’ai entendu parler de cette coupe menstruelle, c’était chez ma sage-femme lors des cours de préparation à l’accouchement. Apparemment, cette coupelle en silicone avait pour charge de remplacer les tampons et autres serviettes pendant les règles… Très bien mais très peu pour moi. Avoir un truc en silicone qui recueille mon flux, bof.
Et puis j’ai accouché, fini d’allaiter, repris une pilule et acheté à nouveau des serviettes et des tampons pour une petite fortune chaque mois et un confort tout à fait discutable.
Aussi, quand quelques copines de forum ont parlé de cette fameuse coupe menstruelle, j’ai été désignée volontaire pour la tester. Comme quoi, elles me connaissent bien et ont su profiter de mon goût pour l’aventure.
Une fois reçue ma coupe, j’ai attendu avec impatience mes règles. Comme on attend le Père Noël parce que l’on a un nouveau joujou. Si, je vous assure. Surtout que pour me narguer, Tata Huguette a écrit ce jour-même cet article très complet sur la Lunacup (la cousine de ma Mooncup). Comme quoi Tata et moi, nous sommes en pleine communion de pensées…
Je vous l’accorde, l’idée de passer la journée avec un truc en silicone dans le vagin peut paraître étrange mais finalement pas plus que de mettre des tampons ou de vivre avec un stérilet.
Bref, arrive enfin le jour J et je me retrouve dans la même situation quand à 15 ans (oui, je ne suis pas une précoce), je me suis retrouvée assise sur les toilettes à lire le mode d’emploi des tampax. J’ai fait un malaise vagal juste en lisant les éventuelles complications comme le choc toxique. Là au moins avec la mooncup, pas de risque de faire un choc toxique, ouf. Après avoir retaillé la tige pour finalement la couper complètement, ma mooncup a enfin été mise en place. On peut la garder 4 à 8 heures. Vas-y pour 4.
Nickel : on ne la sent pas, pas de fuite.
Après, pour ce qui est de la retirer, il faut prendre le coup de main (bah oui, j’ai coupé la tige) et avoir une certaine, euh, comment dire, il faut être à l’aise avec son corps (ce que je suis).
Ma petite expérience est plutôt concluante car j’aime bien l’idée écolo du truc mais tout de même, cette coupe menstruelle, c’est bien gentil mais quand on la vidange, il faut être à proximité d’un lavabo pour la rincer avant de la remettre et franchement, vous imaginez, vous, faire ça au boulot ou dans les toilettes d’une aire d’autoroute ?

Et ça m’énerve un peu ce constat de ne pouvoir faire ce truc qu’à moitié car il en ressort un peu la même chose pour beaucoup de trucs écolos que j’essaie : les noix de lavages (résultat très bof niveau propreté), les couches lavables (heureusement que je n’en avais acheté qu’une, la déception ! Des fuites et des fuites !), les biberons en verre (impossible de trouver les tétines qui vont avec !), le produit de rinçage du lave-vaisselle (la vaisselle est trempée)…

Alors je dis oui à la mooncup à la maison mais quand on sort, c’est plus délicat…

PS : si vous avez fait “beurk” en lisant l’article, vous ne pourrez pas dire que je ne vous avais pas prévenus !

 

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi