Lis ma vie

Je suis une flipette

Cette nuit, j’ai mal dormi… Ce matin, j’ai mal au ventre. Pas de grave maladie là-dessous, je vous rassure. Juste de la peur. C’est aujourd’hui que Kouign Amann doit faire ses premiers vaccins et si ça n’a pas l’air de le traumatiser (comment ça, il ne le sait même pas ? Mais si, mon fils comprend tout, mais oui Madame !), ça m’angoisse beaucoup plus.
Cette histoire de vaccins me renvoie directement aux années 80, dans le pavillon familial où j’ai grandi. Avec ma mère (infirmière anesthésiste), ça a toujours été marche ou crève : “t’as moins de 39,5°C de fièvre, tu vas à l’école”, “Tu as une fracture, d’accord, mais elle est même pas ouverte, tu peux marcher”. Et surtout, c’est elle qui nous faisait les vaccins à mon frère et moi. Je me revois courir à travers les étages de la maison, ma mère derrière moi, une seringue à la main… J’avais beau m’esquiver, elle arrivait toujours à me coincer contre un mur et à piquer, tchak !
C’est certainement de là d’où vient ma peur panique des piqûres et des aiguilles. Cela dit, la grossesse et ma non-immunité à la toxoplasmose m’a donné l’occasion de vaincre cette phobie (avec toutes ces prises de sang, c’est devenu la routine de tendre le bras pour me faire piquer !). J’ai certes vaincu la phobie me concernant mais en voilà une nouvelle : je suis phobique de piqûres destinées à mon fils.

Mon Kouign Amann, il va avoir mal, il va pleurer, il va me regarder avec ses grands yeux bleus écarquillés qui vont me dire : “Maman, sors-moi de là ! La Belge (notre pédiatre), elle veut me saigner !”. Et moi, je vais le tenir fort pour pas qu’il ne bouge et qu’il ait encore plus mal… J’en ai déjà les larmes aux yeux.

Qui a dit que j’avais tendance à dramatiser ? Bon, c’est vrai que je m’en fais une montagne alors que Kouign Amann ne s’en souviendra même pas. Faut en plus que je vous avoue que j’ai des patchs anesthésiants à lui mettre et qu’il ne sentira certainement rien. Mais quand même, j’ai peur, j’ai pas envie qu’on tripatouille mon fils (ma bataille, fallait pas qu’elle s’en aille, ohoho).

Qui de Kouign Amann ou de Marjoliemaman sera le plus courageux cet après-midi ? Vous le saurez au prochain épisode…

PS : Monsieur Mon Mari, si tu lis ce message, sache que rien n’est vrai et que je n’ai absolument pas peur mais pas peur du tout et que tu ne vas pas du tout me manquer quand je serai dans le cabinet de la Belge à moitié en train de pleurer… Mais tu as raison, là, j’essaie de te faire culpabiliser et c’est pas fair-play.
PS 2 : Maman à moi, si tu lis ce message, sache que rien n’est vrai et que j’adorais quand tu me faisais les vaccins. Mais tu as raison, là, j’essaie de te faire culpabiliser et c’est pas fair-play.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi