Allaitement

Marjolait ?

Aujourd’hui, soyons (un peu) sérieuses !

Pourquoi faire simple quand on peut corser un peu plus les choses ? C’est un peu mon credo.
Je vous l’ai déjà raconté  ici, pour moi, l’allaitement n’est vraiment pas un problème. Comme c’est assez simple, je me suis dit “on va un peu compliquer tout ça”. C’est ainsi que 3 semaines après la naissance de Kouign Amann, je décroche mon téléphone pour contacter le lactarium de Paris. Le jour même, Bernard, monsieur fort sympathique employé par le lactarium passait chez moi me déposer une cargaison de biberons à remplir.
En effet, j’ai beaucoup de lait, plus que ce dont Kouign Amann a besoin (malgré ce que pouvaient penser mes copines de la PMI, cf ici, au Salon de l’Agriculture, j’aurais pu avoir un prix…), j’ai donc décidé d’en donner aux prématurés.

Autant vous prévenir, si vous avez envie de le faire, foncez, mais ce n’est pas forcément facile. Deux ou trois fois par jour, après avoir nourri mon Kouign Amann, je tire mon lait avec un tire-lait manuel. Il faut être hyper rigoureuse avec l’hygiène. Je dois donc laver ma poitrine et stériliser le tire-lait (et pas l’inverse !) autant de fois dans la journée. En général je remplis un biberon de 100 à 140 ml dans la journée que je congèle ensuite. C’est une réserve qui est également utilisable par Kouign Amann si j’ai une fièvre ou un coup de fatigue (c’est rassurant, c’est comme si je dormais sur un matelas de billet, je sais qu’il n’y aura pas de pénurie !).

Je résume, pour donner son lait, il faut :


– en avoir assez
– en avoir envie
– être motivée !!!
– être en bonne santé (questionnaire à remplir + prise de sang)
– avoir un congélo (Bernard passe chez moi tous les 15 jours ou tous les mois récupérer le stock, ça prend de la place !)
– avoir un mari qui n’est pas traumatisé de vous voir tirer du lait à longueur de journée (c’est anti-sexy au possible !)
– avoir un bébé qui vous laisse le temps de faire ça !

Voilà un site qui propose les coordonnées des lactariums en France.

Je vous confie que juste après l’accouchement, quand on se sent nulle, grosse, moche, fatiguée, à la ramasse, donner son lait est un acte très valorisant. Je suis remontée moi-même dans ma propre estime (ça fait beaucoup de moi-moi-moi, ça !). Et je ne regrette absolument pas…

Bon, rions un peu quand même après ce sujet important et allons faire un tour chez Corti. A lire absolument : ses histoirettes!

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi