Inclassable

10 ans, ma bibiche

Après une année sans avoir l’énergie/l’envie/l’inspiration suffisantes pour écrire des billets d’anniversaire à mes enfants, le moment est venu de renouer avec la tradition ! Et c’est à la plus petite d’entre-nous qui a fêté ses 10 ans le 24 août dernier que ce texte est adressé, notre Petite Gavotte.

Bibiche, c’est de toute évidence le surnom qui te sied le mieux. Il est rond en bouche et diffuse ce qu’il faut de douceur avec une touche de vibration « diva ». Comme toi.

Ma bibiche d’amour, ce passage à deux chiffres, tu l’attendais avec gourmandise, tu te sentais prête à grandir d’un coup et quand je regarde l’année écoulée, je me rends compte que tu as effectivement poussé incroyablement. Tu as pris des centimètres et quelques grammes (1m35 pour 23 kilos à la visite de rentrée, tu es bien un Pin’s, aucun doute), mais surtout, tu as réussi à avancer malgré tes peurs récurrentes. Celles qui s’accrochent alors qu’on croit s’en être débarrassé.

Parce que derrière la petite fille qui sourit et qui veut bien faire, se cache souvent une minuscule enfant qui a peur et qui est triste. Un simple mot, envers toi ou envers quelqu’un de ton entourage (empathie, je crie ton nom), un événement inhabituel, peut déclencher chez toi un déferlement d’émotions compliquées à gérer.

Et cette année passée, il y a eu le Covid (encore et encore), les nombreux problèmes de santé de nos proches, la classe de neige, le mini-camp d’été… Il y a eu toutes ces angoisses à gérer sans que tu ne parviennes à toutes les nommer et ce petit nuage gris qui s’est baladé au-dessus de ta tête.

Alors oui, cette rentrée en CM2 t’impressionnait, mais le jour de la rentrée, dans la cour, tu m’as dit de vite partir pour ne pas être en retard pour accompagner ton frère pour son premier jour au lycée (empathie again) parce que tu avais retrouvé tes copines et que ça allait. Tu es triste que ton papa parte travailler à Paris, mais tu parviens à l’exprimer. Tu as paniqué deux secondes hier avant la reprise de l’athlé, puis tu es partie en riant vers tes amies déjà là. Tu as l’impression de te faire engloutir par l’angoisse du dimanche soir, mais tu nous as demandé de chercher des solutions pour que ça aille mieux. C’est en ça que je te vois changer. Tu ne te laisses plus terrasser par tes peurs, tu les reconnais, tu les nommes, tu les affrontes. Comme je le fais moi depuis quelques temps, tu as juste 33 ans d’avance sur moi, mon coeur de beurre, et si tu savais comme tu m’inspires.

Tu aimes beaucoup de choses tout en étant sélective. Tu t’épanouis devant ton piano, tu aimes courir à en devenir toute rouge (tu as même gagné haut la main une course à Groix), tu t’exprimes avec des pinceaux, des crayons, des mots écrits. D’ailleurs, quand une peur se fait trop grosse pour être prononcée, tu l’écris sur un minuscule bout de papier que tu me glisses à côté de mon ordinateur quand je travaille. Tu aimes te baigner, que l’eau soit chaude ou froide (coucou la double otite à la fin de l’été). Tu apprécies de passer du temps avec les copines de ton âge et tu ouvres quand tes oreilles quand je suis avec les miennes. Pour ne rien louper et essayer de comprendre toutes ces choses que tu devines.

Tu as un potentiel de fan que personne d’autre ne possède dans la famille. Tu adores Angèle dont tu connais la moindre chanson (et tu attends avec impatience d’aller la voir en concert, cadeau de Noël de l’an passé). Tu es tombée dans le chaudron d’Harry Potter et tu touilles le polynectar avec délectation. Tu t’imagines dans la grande salle à la table de Gryffondor et je crois que tu y serais exactement à ta place. Pour ton anniversaire avec les copines la semaine prochaine, j’ai pour mission de te faire un super gâteau… je t’avoue que je n’ai encore aucune idée de ce que je vais faire, mais je te promets que ça te donnera le sourire (avec tes dents du bonheur).

Tu joues toujours avec ta soeur et parfois ton frère, mais je te vois évoluer dans ton propre monde, inventer des jeux et des règles que tu sembles partager avec des amis imaginaires. Tu apprécies de plus en plus ta propre compagnie et j’adore te regarder dans ces moments-là, si concentrée à l’intérieur de toi.

Tu as toujours cette capacité incroyable à apporter de la douceur à ceux qui t’entourent. Une main de toi posée sur mon épaule, un baiser de toi qui effleure ma joue et je me sens mieux. Je profite encore, pour cette dernière année de primaire, de nos 15 minutes de câlin quatre matins par semaine. Quand ta soeur claque la porte à 7h45 pour prendre son bus, je file m’allonger près de toi pour un câlin jusqu’à 8h, heure de ton réveil. Ce petit sas instauré l’an passé lance nos journées mieux que n’importe quelle morning routine. Dans la chaleur l’une de l’autre, là où rien ne peut nous arriver, on vole ces quelques minutes à nos angoisses. Ma bibiche, j’ai pourtant parfois l’impression que mes bras ne sont pas assez grands pour contenir toutes tes émotions (ils sont déjà bien trop petits pour contenir les miennes), mais durant ce petit rituel du matin, on se comprend totalement.

J’ai encore des milliers mots en réserve pour parler de toi, ma merveille à fossettes, je vais me contenter de te couvrir de baisers et en garder quelques uns pour l’année prochaine. Je t’aime, mon bébé guimauve.

 

Pour continuer votre lecture, je vous propose de lire cet ancien billet sur les échos de la vie.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

16 commentaires

  1. Répondre Cyann 8 septembre 2022 à 18 h 28 min

    Joyeux anniversaire à Petite Gavotte !
    Lorsque tu parles de contenir les emotions de ta fille dans tes bras, cela me parle beaucoup. Mon petit garçon, très très sensible, était paralysé par le stress mercredi, au moment de retourner au judo. C est si dur de le voir se débattre avec ce trop plein d émotions, que je peux juste le serrer contre moi. J ai l impression d etre son armure dans ces moments là…

    • Répondre Marjolaine 9 septembre 2022 à 9 h 14 min

      Ils apprivoisent les émotions au fur et à mesure, il faut parvenir à être patient, c’est le plus compliqué pour moi (alors que j’étais pareille !).

  2. Répondre Nathalie squiban 9 septembre 2022 à 6 h 55 min

    Quelle belle déclaration d’amour. Petite fille qui s’épanouit entourée de l’amour des siens.bon anniversaire

    • Répondre Marjolaine 9 septembre 2022 à 9 h 15 min

      Merci pour elle (et ça oui, de l’amour, elle en reçoit et elle en donne !).

  3. Répondre CéciliAcidulée 9 septembre 2022 à 7 h 52 min

    Que de jolis mots pour ta douce Petite Gavotte… Joyeux anniversaire à elle 🙂

  4. Répondre Céline / Shalima 9 septembre 2022 à 8 h 55 min

    10 ans de bibiche, quel bonheur ! Doux baisers à vous tous !!

  5. Répondre Bénédicte 9 septembre 2022 à 14 h 57 min

    Quel doux billet. Très joyeux 10 ans à Petite Gavotte !

  6. Répondre nathalie 9 septembre 2022 à 15 h 41 min

    Joyeux anniversaire à ta petite Gavotte <3
    Et pour ses angoisses et ses peurs , une bonne séance chez un très bon hypnothérapeute lui ferait surement un bien fou. Perso j'y ai eu recours avant d'être opérée d'un cancer du sein, sur les conseils de l'oncologue, et c'est incroyable ! pourtant je ne crois en rien de tout ça et je suis même sortie de ma séance en disant "c'était cool mais quelle foutaise" 🙂 et pourtant…….ma phobie des prises de sang a disparu (je m'évanouissais avant, pendant et après) , idem pour mes crises d'angoisse ingérables ; je me suis pourrie la vie durant près de 40 ans alors que là en 1 séance, je suis la zénitude incarnée 🙂
    <3

    • Répondre Marjolaine 12 septembre 2022 à 8 h 22 min

      Merci Nathalie, j’aime bien l’idée de travailler d’abord en conscience avant de recourir à d’autres techniques. Mon fils a fait de l’hypnose pour sa phobie des guêpes et ça a bien fonctionné, mais là, on n’est pas vraiment sur des phobies. c’est chouette en tout cas !

  7. Répondre Odile 10 septembre 2022 à 7 h 40 min

    Joyeux anniversaire à petite Gavotte.
    Votre texte est très beau.
    Belle journée dans votre magnifique bretagne.

  8. Répondre Constance 10 septembre 2022 à 13 h 22 min

    Pfiou ! J’ai commencé à lire ton blog il y a pile 10 ans, quand j’attendais mon 1er bébé (on est depuis passés à 3 petits bonhommes), au moment de la naissance de cette petite fille, puis j’ai remonté tout le fil de ton blog pour tout reprendre depuis le début, riant et pleurant au fil des événements
    Bref merci d’être encore là 10 ans après, ça devient rare et c’est précieux…
    Bon anniversaire à ta grande petite dernière !

    • Répondre Marjolaine 12 septembre 2022 à 8 h 20 min

      Merci Constance pou ce doux message qui me fait remonter le fil du temps et du blog. A bientôt.

  9. Répondre Bismarck 14 septembre 2022 à 14 h 58 min

    Joyeux anniversaire (un peu en retard). Pour les fans d’Harry Potter, j’ai lu dans le journal cet été qu’un château quelque part en Bretagne (était-ce dans le Morbihan?) allait proposer un parcours magique et des maisons comme à Poudlard, à partir de la Toussaint. Apparemment, il serait même possible d’y dormir pour goûter à l’univers des magiciens, mais sans les noms et la licence de JK Rowling. Malheureusement, je n’ai pas noté les références indiquées dans l’article.

Laisser un commentaire