Lis ma vie

Mes enfants sur internet

ombre chinoise

Il y a peu, j’ai été interviewée par un magazine sur les parents blogueurs. « Mon sujet se concentre plus sur les précautions à prendre, les limites que l’on se fixe mais aussi sur le blog vu pas les enfants » m’écrivit la journaliste. Très bien, je lui ai donc expliqué tout ce que je vais vous expliquer ici mais le magazine a préféré faire un article à sensations. Je vous laisse en juger par cet extrait du chapô : « Sur les blogs et les réseaux sociaux, les enfants sont partout. Et pas toujours dans des positions extrêment valorisantes. La faute à des parents qui ne se gênent pas pour exhiber leur progéniture. Jusqu’à les mettre en danger ? Qui sait ? »

Mon sang n’a fait qu’un tour parce qu’ensuite, on me laisse la parole (en m’appelant Marjorie et en disant que je n’ai qu’un enfant, visiblement la précision n’est pas le dada de ce magazine mais peu importe) et on écrit notamment « Marjorie n’a pas l’impression de donner sa vie privée et celle de son enfant en pâture ».

J’ai eu la nausée parce que tout ce que j’avais expliqué à la journaliste a été zappé. Parce que à aucun moment on ne précise que je ne donne pas le prénom de mes enfants, que je cache leur visage sur les photos, que je sélectionne avec soin ce que je raconte. Non, je suis juste la nana qui livre « son enfant » au regard malsain de l’internet mondial. Violent.

Avant d’ouvrir ce blog, j’ai réfléchi à ce que je voulais mettre dedans et à la manière dont je voulais le faire et au pourquoi. J’avais envie de partager des bribes de vies, des expériences parce que la maternité peut se révéler enfermante, parce qu’on vit toutes les mêmes choses mais qu’on a l’impression d’être la seule dans ce cas. J’avais envie de partager mais sans dévoiler trop de ma vie. Voilà pourquoi j’ai trouvé un pseudo pour moi, mon mari et mon fils (oui, il y a 5 ans et demi, je n’avais qu’un enfant) et que je me suis donné comme cadre de ne jamais montrer son visage. Quand j’ai parlé du blog à MMM plusieurs semaines après l’avoir lancé, avant même de l’avoir lu, il a trouvé ça super et m’a donné comme seule condition qu’on ne voit jamais le visage de notre fils et qu’on ne divulgue pas son prénom. Nous étions sur la même longueur d’ondes sans en avoir parlé avant mais pour moi c’était évident et nous avons continué ainsi quand la famille s’est agrandie.

En ce qui concerne les photos, je ne veux pas qu’on voit leurs visages parce que c’est leur intégrité, leur image et que c’est notre responsabilité de parents à MMM et moi de la protéger. Je pense que si je vous montrais leurs visages, je limiterais aussi énormément ce que je partage sur nous. Et puis sur internet, les photos ont une vie qui ne nous appartient pas. Elles peuvent être utilisées par n’importe qui, n’importe comment. On peut les protéger contre le « clic droit » mais une simple capture d’écran fait l’affaire. J’ai été contactée l’an passé par une marque avec qui je collabore régulièrement. Une personne avait envoyé une photo de mes enfants piquée sur mon blog pour participer à un concours photo. Même si on ne voit pas leurs visages, j’ai trouvé ça très désagréable.comme si on me volait un morceau de mes enfants.

J’ai également vu des choses assez moches sur d’autres blogs de mamans au début de la blogosphère maman. Certaines personnes (anonymes of course) laissaient des commentaires méchants sur le physique des enfants. Je connais des blogueuses qui ont passé leur blog en privé ou qui ont carrément fermé leur blog pour en ouvrir un autre anonyme. Même si je trouve que mes enfants sont les plus beaux du monde, je n’ai pas envie de laisser leur physique à l’approbation de ceux qui passent par là. Je publie deux ou trois fois par an des photos de mes enfants sur mon Facebook personnel pour tenir au courant mes amis de leur évolution mais même cette démarche me met parfois mal à l’aise.

La seule entorse que j’ai faite à cette ligne de conduite est l’exception qui confirme la règle. A la naissance de Fleur de Sel, avec l’accord de MMM, j’ai publié une photo d’elle. Je voulais remercier mes lectrices et les blogueuses qui avaient créé une vraie chaîne de solidarité autour de mon lit d’hôpital en partageant un peu plus cette fois-ci. Je voulais aussi montrer à quoi ressemblait un bébé de 34 semaines d’aménorrhées à ceux qui redoutaient la prématurité. C’était aussi une manière de rassurer tout ceux qui s’inquiétaient pour nous. Je l’ai fait et je ne le regrette pas parce que je sais aussi que de nombreuses personnes arrivent ici en faisant des recherches sur la prématurité et que cette photo, c’est un espoir.

Pour les pseudos, c’était évident également. Mes enfants sont d’une génération qui va se retrouver avec un dossier internet plus gros qu’eux à partir du moment où ils vont toucher un ordinateur. Nous gérerons tout ça en temps et en heure (en les éduquant aux réseaux sociaux notamment) mais en tant que maman, je veux leur offrir une ardoise blanche ou en tout cas, aussi blanche que possible et je ne veux pas la remplir pour eux. Je veux éviter qu’en les googueulisant quand ils auront 22 ans, on puisse lire tout ce que j’écris ici. Je veux que leur histoire sur internet s’écrive sans Marjoliemaman.

Enfin, concernant ce que je partage, notre vie, notre quotidien, je fais aussi une sélection. Si je n’ai aucun scrupules envers moi-même, je fais au mieux pour publier des choses positives et valorisantes pour mes enfants tout en essayant de tourner les aspects parfois difficiles à gérer de leur personnalité ou de leur attitudes en quelque chose de positif. C’est difficile à expliquer en fait mais quand on a une tuile ou une galère, j’attends aussi de voir comment on gère la crise pour vous parler des solutions que l’on trouve ou pour vous dire qu’on passe toutes ou presque par les mêmes galères-mésaventures.

Evidemment, ce que je publie ici peut paraître impudique à certains et je le comprends mais ce sont les limites que je me suis fixées et que j’essaye de suivre au mieux.

Dans l’article du magazine, on me laisse passer pour une personne qui publie la vie de ses enfants sur internet sans réfléchir aux conséquences et cela me blesse parce que comme vous pouvez le lire, ça n’est pas le cas. Je me plante peut-être, mon jugement n’est peut-être pas le bon mais j’ai une réflexion sur le sujet. Il y a des centaines de blogs de parents où l’on voit le visage des enfants (ou leur culs nus), où l’on connait leur prénom mais non, la journaliste a préféré stigmatiser mon blog et celui de Shalima (qui a la même conduite que moi mais au moins, même si on se plante aussi sur son prénom dans l’article – une perle cette journaliste, je vous le dis -, elle a le droit de s’exprimer un peu plus sur le sujet).

Je ne jette surtout pas la pierre aux blogueurs qui font autrement, chacun à son mode de réflexion et ses opinions. Je ne prétends pas détenir une vérité, j’agis simplement en accord avec mes principes. Il y a des tas de blogs que j’adore lire où l’on voit les enfants, où l’on connait leur prénom et où l’on a des détails précis de leur vie quotidienne. Et ça ne me choque pas paradoxalement.

Quelles sont les conséquences à terme pour les enfants dont les parents diffusent les visages, divulguent les prénoms et les courbes de croissances sur internet ? Personnellement, je n’en ai aucune idée, voilà pourquoi je verrouille ce que je publie (même si j’ai conscience que ce verrouillage est fragile). En fait, pour mes enfants, j’applique une sorte de principe de précaution.

Et vous qu’en pensez-vous ? Quelles
sont les limites qui vous paraissent raisonnables ? Comment gérez-vous cet aspect des choses si vous avez un blog ? Je pense qu’il y a autant de points de vue que de personnes mais j’aimerais vraiment savoir ce que vous en pensez.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi