Lis ma vie

Marjoliemaman dans Femme Actuelle

Fin décembre, c’est toute fière que je reçois un mail d’une journaliste qui souhaite m’interviewer pour un article concernant les blogueuses dénicheuses de tendances dans Femme Actuelle. Chouette, youpi, fierté, je suis choisie pour représenter les blogueuses mamans aux côtés des talentueuses Babillages pour la beauté, La Souris Coquette pour la mode et Fashion Cooking pour la cuisine. Haaaaaaan, j’ai déjà l’amour, j’ai déjà la beauté (oui, bon tout est relatif, on est d’accord), je vais maintenant avoir la gloire… Et me voilà dans le Femme Actuelle sorti ce lundi :

photo-191.JPG

Si vous regardez bien, vous pouvez repérer les restes du repas du soir et des traces de feutre sur la toile cirée, oui, ici, on est chez une blogueuse maman. La photo est pourrie mais avec trois enfants à coucher, j’ai pas pu faire mieux hier soir.

Article très sympathique s’il en est mais qui me laisse un petit goût d’inachevé, lisez plutôt :

photo-190.JPG

Je me permets ici, puisque je suis sur mon blog, de donner quelques informations complémentaires. “J’ai toujours aimé écrire”, effectivement puisque j’en ai fait mon métier, j’ai été journaliste durant 10 ans. “En 2008, j’attendais mon premier enfant”, effectivement mais en lisant ce texte, on peut croire que c’est durant ma grossesse que j’ai ouvert ce blog alors que c’était quand Kouign Amann avait un mois. “Au début, je postais deux billets par jour”, ça m’est arrivé quelques fois mais ce n’était pas une habitude. “Un éditeur (m’a) sollicitée”, non, c’est moi qui ai contacté First et j’ai effectivement écrit deux livres. “Cela m’a permis de travailler à domicile”, effectivement ça a même permis à ma famille de déménager en Bretagne. Ah oui, et puis j’ai 34 ans mais ça, ça vient de ma bio qui n’est pas remise à jour et je ne suis pas cotnre un petit rajeunissement.

 Pour vous résumer mon sentiment, j’ai l’impression que le passage me concernant a été coupé un peu à la hache (et même coupé complètement dans la version en ligne). Durant la grosse demi-heure qu’à duré l’interview, je disais surtout, il me semble, que ce blog était un merveilleux espace de liberté, que c’était une excellente vitrine qui me permettait de travailler comme j’en avais envie, que je ne gagnais pas un sou avec puisque je n’avais pas du pub et que je ne faisais pas de billet sponsorisé, que les sollicitations des marques étaient trop nombreuses et que je choisissais avec soin mes partenariats parce que je ne voulais pas que mon blog devienne un catalogue, que je savais que quand je parlais d’un produit, vous me faisiez confiance parce que je le faisais toujours avec sincérité, que mon blog avait changé ma vie de manière radicale et positive, que je partageais des choses du quotidien pour montrer aux autres mamans que nous sommes toutes pareilles, que les relations qui peuvent se créer avec d’autres blogueuses ou mêmes des lecteurs (mon lectorat masculin se reconnaitra) sont d’une richesse inatendue, que les échanges qui se font ici me réjouissent, que ce blog a été une fabuleuse béquille pour ma famille quand nous avons traversé le pire dans notre vie, que la solidarité de la blogosphère maman est touchante, que je n’écris que quand j’en ai vraiment envie et que je ne veux pas que ce blog devienne une contrainte, qu’un jour peut-être, je le commercialiserais mais pas aujourd’hui, que les billets que j’écris le plus vite sont ceux où je parle de mes enfants, que j’aimerais avoir le temps de répondre à chaque mail, à chaque commentaire mais que le plus souvent je dois choisir entre ça ou écrire un nouveau billet parce 3 enfants, ça prend du temps… Et encore tellement d’autres choses.

Oui, je sais bien, c’est la loi quand on se prête à une interview, on donne et la personne en face prend ce qu’elle veut en garder. Mais j’ai un petit pincement au coeur en pensant que l’essentiel n’a pas été dit et je ne reconnais pas vraiment mon blog dans ce qui reste donc ce billet me permet d’aller un peu plus au fond des choses. Alors lectrice de Femme Actuelle, si tu es arrivée jusqu’ici, fais-moi plaisir, reste un peu et fouille dans les archives, n’hésite pas. Et comme ce n’est pas dit non plus dans l’article, j’ai écrit deux livres : le Dico des Petits et Gros Bobos et Ma Grossesse en 300 questions illustrés par Nathalie Jomard aux éditions First. Ils sont vachement bien, promis.

Ah oui, et puis comme ma photo est passée elle aussi à la trappe comme me l’a fait remarquer justement ma voisine (dommage, la photo, c’est le truc que je peux montrer à mes enfants en leur disant “regarde, c’est maman dans le journal” et après quand quelqu’un arrive à la maison, ils vont chercher le journal et disent “regarde, y’a maman dans le journal”), je vous la mets ici, histoire que les présentations soient complètes. Bienvenue à toi, lectrice de Femme Actuelle et merci de ta fidélité, lectrice (ou lecteur) qui me lit déjà depuis 5 ans, 4 ans, 3 semaine ou 2 jours.

2012.4-6504-copie-1.JPG

Ou y’avait celle-là aussi (oui, je porte deux fois la même robe, je sais, mais c’était une des mes robes de grossesse préférée) :

2012.2 6733

Pour terminer, même si je suis moyen transportée par mon intervention dans ce dossier, je trouve qu’il est intéressant, en particulier l’interview d’Anne-Claire Codorniou de l’agence Kalioshka qui explique parfaitement bien la notion de blogueuse influente en précisant “celles qui tirent leur épingle du jeu veillent à conserver une éthique et un oeil critique”.

Et pour finir vraiment, même si je ne blogue pas pour la gloire, je suis aussi archi-fière d’être la blogueuse maman qui figure dans ce dossier au milieu de ces blogueuses réputées.

EDIT : comme Mary le souligne en commentaire, je préfère vous dire que malgré ces petites photos de moi toute ronde, je ne suis plus enceinte et que si petit 4e il y a, ça sera un chien. J’en profite ausis pour ajouter que j’habite en Bretagne et que la Bretagne, c’est le meilleur endroit du monde (ceci n’est pas à débattre, c’est un fait).

EDIT 2 : Claudine, la journaliste qui a rédigé ce dossier a mis en commentaire (n°12, quand je vous dis que c’est mon numéro porte-bonheur) l’intégralité du texte qu’elle avait rédigé. Mon impression était donc la bonne, mon texte a été coupé à la hache. Merci Claudine pour ces précisions et merci pour notre échange téléphonique qui m’a aussi permis de formuler ce que je vivais avec et grâce à ce blog.

EDIT 3 : je réponds à tout le monde plus
tard, en attendant, j’ai périnée.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi