Santé

De battre, mon coeur de maman s’est (encore) arrêté

photo-136Je n’ai pas encore de cheveux blancs à 32 ans, ça tient du miracle. M’est avis qu’ils vont tous arriver d’un coup et que dans deux ou trois ans, je vais être toute blanche. Ou chauve parce que chez moi, le stress fait tomber les cheveux. Et comment dire, niveau stress en ce moment, je cumule les mandats. Il y a deux semaines, c’était le scoot qui flambait. Il y a une semaine, Fleur de Sel passait par la case urgence et à deux doigts de la perf de réhydratation. Et bien hier, c’est Kouign Amann qui avait décidé de nous faire une gastro carabinée pendant ses vacances chez Mamily. A plus de 700 bornes de sa Marjoliemaman tant qu’à faire.

ça commence par un coup de fil matinal : “oui, c’est maman, ça se confirme : Kouign Amann est malade” (je vous épargne les détails sur la consistance et la fréquence des selles, info capitale dans ces moments-là). Mon fils est malade, il a le blues, il a mal au ventre et veut voir sa maman. Evidemment, le skype de Mamily ne fonctionne pas.

Et puis ça continue crescendo et moi aussi j’ai commencé à avoir mal au ventre. Après avoir réussi à skyper grâce à TontonXav, je raccroche le coeur en vrac d’avoir vu mon fils tout palichon même si je sais qu’il ne peut pas être mieux entouré.

Et puis vers 16h, c’est le drame. Je sens tout de suite au ton de Mamily ce qu’elle va me dire. “On est en route vers l’hôpital”. Mes enfants sont robustes mais quand ils commencent à s’enfoncer, ils le font très vite. Fièvre à 39°8, vidage réglementaire par le haut et le bas, faiblesse extrême… Quand on pèse 11,5 kilos tout mouillé à 3 ans et 4 mois, les réserves s’épuisent vite quand on ne garde rien et une Mamily, ça se fait du souci. Moi, à 700 km, je me sens toute bête à travailler derrière mon ordi sans pouvoir rien faire à part me dissoudre l’estomac d’angoisse.

Mon ventre se retourne littéralement de l’imaginer dans un hôpital sans moi. J’ose même préciser à Mamily de ne pas le laisser seul (comme si elle pouvait imaginer le laisser deux minutes tout seul). Je reste collée à mon téléphone portable en trouvant les minutes désespérément longues. Une heure plus tard, mon coeur loupe un battement quand Mamily me rappelle : “il boit de la solution de réhydration et il reste en observation un heure”. Un autre heure plus tard, c’est la libération. Mon tout petit Kouign Amann rentre chez Mamily avec quelques forces supplémentaires. Une fois encore, les aventures de la MarjolieFamily se terminent bien.

De mon côté, avec l’espérance de vie perdue ces trois dernières années, je pense mourir jeune (et chauve mais poilue des jambes), l’estomac dissout par le stress, les doigts rongés jusqu’à l’os, les yeux cernées jusqu’aux orbites. En pleine forme, quoi.

PS : la photo, c’est Fleur de Sel à l’hôpital il y a 8 jours. Amadeus a bien rempli son rôle de doudou.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi