Santé

Un très long lundi… (2)

Rappel (avec lire sans sa tête avec la voix de Jack Bauer) : l’épisode que vous allez suivre relate la journée du lundi 14 septembre… Depuis Kouign Amann va beaucoup mieux et est retourné à la crèche pour sa plus grande joie (et la mienne). Nous nous sommes quittés hier à 13h, je m’installais dans la salle d’attente de la Belge.

13h50 – “Venez, venez”, la voix mélodieuse de la Belge nous invite à entrer. Kouign Amann, pas rancunier des vaccins passés, entre de son plein gré. Une fois installé sur le table, torse poil en couche, il fait moins le malin. La Belge l’observe sous toutes les coutures, écoute son coeur, regarde ses oreilles, sa gorge en commentant à chaque fois : “tout est parfait” puis me regarde l’air ennuyé. “Y’a rien, j’aime pas ça”. J’ai envie de lui dire, mais non, c’est cool, y’a rien, tout est parfait ! “Vous êtes bonne pour un bilan, chère Madame Marjoliemaman”. Un bilan ? Prise de sang, analyse d’urines et radio des poumons. Mais bon, la radio, on ne la fait que s’il continue à beaucoup tousser ou que les tigres se mettent à rugir (vous vous souvenez des tigres,  chers lecteurs ?). On en profite quand même pour le mesurer et le peser : 80 cm (plus 2 cm en 2 mois) et 8,800 kilos (plus 500 grammes). La Belge et moi sommes à deux doigts de danser sur son bureau en faisant tourner les serviettes. Mais bon, on a de la classe alors on se dit juste que cet enfant a finalement décidé de prendre un peu de poids (et qu’il était temps, b*rdel).
14h20 – je débarque au labo, vide. C’est le matin qu’ils sont pleins les labos, l’après-midi, c’est le grand désert. J’explique que “oui, vraiment les analyses sont urgentes, même que la Belge veut les résultats pour ce soir et qu’il faut se mobiliser pour sauver le Soldat Kouign Amann, hop, tout le monde au boulot !”.
14h26 – Kouign Amann n’a pas fait sa sieste et pour une fois, on voit que ça lui manque. Il est tonique comme un loukoum, comme dirait ma copine N.
14h28 – une gentille dame blonde arrive pour lui poser un sac à pipi. Je ne connais pas le nom médical mais en tout cas, c’est un sac à pipi leur truc. Comme il faut que le sac à pipi soit stérile au maximum, je ne peux pas rentrer chez moi avec (mince, ça doit être une éxprience pourtant…) et nous devons attendre que Monsieur Kouign Amann le remplisse. “Avec un peu de chance, il va nous faire un pipi de trouille pendant la prise de sang”. Chut, il ne faut jamais dire “avec un peu de chance” devant Kouign Amann, ce gosse  l’esprit de contradiction, on le sait pourtant, non ?
14h40 – une autre dame arrive pour la prise de sang. Pour mémoire, je ne suis pas douchée et je n’ai pas mangé. Et c’est là que ça prend son importance. Parce que, vous le savez, dans un labo, il fait chaud. Si on ajoute le fait que je n’aime pas les prises de sang, genre avant ma grossesse je me tapais des malaises (mais quand on n’a pas eu la toxo, on devient une routarde de la piquouse) rien qu’à sentir l’odeur de l’alcool, vous allez compendre mon état très vite. La dame blonde installe Kouign Amann sur ses genoux. L’autre lui tient le bras droit l’air dépité : “et ben, y’a pas de veines par ici, compresse bien son bras que ça ressorte”. Ma mission est de maintenir la tête de mon fils contre la poitrine de la blonde (on ne se demandera pas d’où ça vient s’il aime les blondes à fortes poitrines plus tard) en rassurant mon fils. Je peux le faire, je peux le faire, je peux le faire. Oui, moi je peux le faire mais la piqueuse n’arrive pas à piquer… “Y’a rien de rien” mais elle pique finalement le bras de mon Kouign Amann qui hurle comme un petit goret… Prise d’un élan d’héroïsme, je regarde le tube accroché au bras de mon fils et… rien.  Enfin si, une mini-goutte de sang… La dame s’acharne à bouger l’aiguille sans résultat, si ce n’est de faire crier plus fort mon fils.
A ce moment là, toute la saleté de mon corps non douché se liquéfie en une sueur froide et la bile qui stagnait au fond de mon estomac en attendant le prochain repas remonte le long de mon tube digestif… Bref, je pue. Et j’ai envie de pleurer mais je dois regarder mon fils en lui disant que tout va bien, ça va aller, c’est bientôt fini.
14h45 – je viens de mentir de manière éhontée à mon fils. On change de bras… Même topo mais là, le sang daigne couler, ce qui n’empêche pas Porcinet, je veux dire Kouign Amann de hurler. Mes yeux sont brillants mais j’arrive à ne pas pleurer. ça doit être parce que j’ai perdu 3 litres d’eau en sueur et que mon corps est à sec.
14h48 – on vérifie le sac à pipi. Vide. Kouign Amann aussi doit être à sec, hop, un bon verre d’eau.
14h50 – je pars à la pharmacie et à la Poste avec la poussette histoire de faire passer le temps. Sauf que le monte-charge de la Poste est en panne et que je me tape l’étage avec mon ventre, mon gosse et ma poussette… Les derniers décilitres de liquide présents dans mon corps se font définitivement la malle. Les dieux de la lose sont avec moi.
15h20 – le sac à pipi est posé depuis maintenant presque une heure. Alors pourquoi est-il vide ? Hop, verre d’eau !
15h35 – sac à pipi toujours sans pipi.
15h50 – sac à pipi toujours sans pipi. Hop, verre d’eau. Mon fils est un vrai chameau. Lui qui me remplit ses couches en deux secondes habituellement a décidé de se retenir pendant plus d’une heure, j’y crois pas !
16h – Kouign Amann s’endort. Heureusement, y’a des bons magazines au labo… La directrice du labo vient quand même me dire qu’avec la grippe A et ma grossesse, je ferais mieux de retirer mon fils de la crèche jusqu’à mon accouchement. (5 mois !) Les gens qui tiennent un discours pareil en portant une blouse blanche à des mamans inquiètes devraient être enfermés tous ensemble. Avec des masques. Et du tamiflu.
16h20 – il se réveille. Hop, verre d’eau.
16h30 – le sac à pipi est presque vide mais les quelques gouttes au fond suffiront… Deux heures pour un dé à coudre de pipi, franchement, parfois, il pousse le bouchon un peu trop loin, Maurice.
17h15 – de retour chez moi après un passage à Franprice, je mange enfin. Et je me dit que vraiment, la vie de SuperMarjoliemaman, c’est intense mais parfois un peu trop…

Pour ceux qui auraient manqué un épisode, Kouign Amann a fait un méchant virus la semaine passé mais c’est officiellement terminé. En revanche, il garde les hématomes des prises de sang.

Si votre enfant doit faire une prise de sang ou une radio, surtout, mettez vous à disposition du corps médical et ne soyez pas étonné de leur côté un peu brut de pomme. Il faut maintenir fermement l’enfant pour ces opérations même si cela vous brise le coeur.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi