Lis ma vie

A la piscine, sans les bébés nageurs

Samedi midi, grosse question pour MMM et moi. Il fait chaud, nous avons un enfant de presque 16 mois à épuiser pour pouvoir nous-mêmes nous reposer et un pré-ado de presque 13 ans en la personne de Petit-Beau-Frère en vacances à la maison à occuper.
On allume la Wii ? Non, on va attendre le soir quand même. Enfin, on va attendre le goûter, ça sera déjà bien. Le parc ? Pfff, fait trop chaud et Petit-Beau-Frère, il va faire quoi au parc ? La sieste ? Ouiiiiiiiiii, on en rêve (MMM est revenu du boulot à 8h du mat et a dormi 4 heures, paix à sa vitalité). En fait, non, la sieste n’est pas une option pour Kouign Amann, il a déjà dormi une heure, faut pas abuser. La piscine ? Ouais, va pour la piscine, c’est frais, c’est pas loin et ça fatigue les petits-beaux-frères et les bébés de 16 mois. Et les vieux de 30 ans aussi mais on n’y avait pas pensé avant.


Nous voilà donc à la pistache de Banlieue-sur-Marne, 9 euros et des bananes pour nous 4, c’est un poil moins cher que les bébés nageurs mais c’est  pas flagrant.
Et si nous avons passé un super moment en famille à commenter le style peu académique mais déterminé de Kouign Amann, je dois avouer que les bébés nageurs ont tout de même quelques avantages par rapport aux séances publiques :
– nous sommes dans des vestaires communs où il n’y a pas de table à langer pour changer les minipouces. Bof.
– l’eau est carrément froide comparée à la douce soupe dans laquelle on flotte aux bébés nageurs.
– il faut payer 1 euro la location des brassards pour bébé.
– des petits c*ns de mômes s’amusent à faire des bombes dans le bassin des bébés. Comment je me la suis jouée mère outrée en colère “attention, il y a des bébés” (et vous mouillez mes cheveux) !
– les vestiaires sont moins nickels que pour les bébés nageurs.

Voilà, je suis devenue une grosse bourge de Banlieue-sur-Marne qui s’est habituée à son petit luxe. Bientôt, je vais porter un serre-tête en velours et des chemisiers blancs repassés. Les boules. Mais bon, j’ai tout de même trouvé quelques avantages :
– il y avait moins de monde dans le bassin des bébés.
– c’est agréable de ne pas avoir d’horaires. En même temps, on ne peut pas rester bien longtemps vu la température de l’eau car les bébés deviennent vite bleus.
– la lumière de cette piscine est plus jolie l’après-midi.

Kouign Amann s’est éclaté et l’eau fraîche lui a fait du bien, comme à nous tous. D’ailleurs, samedi à 23h, c’était extinction des feux. C’était pas arrivé depuis des lustres.

PS : la figurine de lundi, c’était bien Creamy, bravo Laetitia ! J’ai envie de dire : “pampulilu, c’est fantastique !”. Pour la petite histoire, cette mini-Creamy gagnée par MMM pour moi à force de bourrer de pièces de 100 yens une machine à pinces à Kyoto a été perdue deux jours plus tard à Nara… Creamy, si tu nous lis, Pola est au désespoir…

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi