Lis ma vie

Mary Poppins existe

Oui, vous ne rêvez pas… Mary Poppins existe et en plus, elle habite à deux minutes à pied de chez moi.
Je sais, j’ai tendance à m’enflammer souvent et je suis un peu marseillaise sur certains trucs, comme dit Monsieur Mon Mari mais là, je crois que nous avons tiré le gros lot.
Hier soir, MMM, Kouign Amann et moi partons gaiement signer le contrat de n°7, notre assistante maternelle. MMM ne l’a pas encore rencontrée, j’espère que mon choix va lui convenir. Kouign Amann dort comme un bienheureux, épuisé par une croisière sur un bateau mouche parisien en compagnie de Petit-Beau-Frère (son tonton de 11 ans, presque 12 !).
Nous arrivons et n°7 nous accueille avec un grand sourire, nous présente son mari, tout aussi souriant.
Nous nous installons, elle nous offre une part de tarte aux pommes (top bonne et je m’y connais en tartes aux pommes) avec un verre de jus de fruit.
Après une petite discussion agréable, nous nous lançons dans la rédaction du contrat… Le morceau difficile où elle va nous révéler ses mauvais côtés, me dis-je sournoisement… Et bien non, loin de là… Je ne pensais pas qu’en 2008, ça existait encore des nounous qui :
– font totale confiance à l’employeur pour rédiger le contrat
– disent : “le contrat c’est du papier, l’important, c’est vous, le bébé et moi”
– ne font pas payer du tout l’adaptation…
– ne font pas payer les heures supp (je vous le promets, elles nous l’a dit…)
– sont d’accord pour ne pas utiliser les lingettes qui font les fesses rouges à Kouign Amann
– ont 6 camions pour enfants dans leur garage “c’est pour quand mes copines assistantes maternelles viennent, tous les enfants peuvent jouer ensemble”…
– ont une bibliothèque pour enfant aussi fournie que la BNF

Un rêve éveillé, c’est mieux qu’Eurodisney chez n°7 !
Kouign Amann a encore une fois bien apprécié sa future nounou et lui a fait de grands sourires et de gros câlins.
Et puis, comme il pleuvait à torrent quand nous sommes partis, n°7 nous a prêté un grand parapluie.
En sortant, Monsieur Mon Mari a approuvé mon choix (en même temps, c’était trop tard, on avait signé le contrat)…
Voilà un gros poids qui s’enlève de nos épaules à quelques jours du départ en vacances…
Elle est tellement bien n°7 que je vais l’appeler Perle, n°7, c’était juste son nom de casting !

Et vous savez quoi ? Je suis presque heureuse d’avoir galérer pour tomber finalement tomber sur elle et l’apprecier à sa juste valeur.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi