Couches lavables : les questions à se poser avant

Cela fait 4 mois maintenant que Petite Gavotte et moi nous nous sommes mises aux lavables et l’expérience se révèle plutôt positive pour nous même si ces derniers temps, avec les vacances et les 3 selles liquides quotidiennes, j’ai levé le pied mais mon objectif n’est pas de vivre qu’avec des lavables donc c’est parfait. Pour mémoire, j’utilise les Hamac, des couches avec culottes et inserts lavables (ou jetables mais j’aime moins). Je suis assez épatée par leur capacité d’absorption (j’utilise les insert en microfibre et polaire) et surtout, j’adore le fait qu’elles ne fassent pas de grosses fesses et que l’on puisse habiller le bébé comme d’habitude (oui, on peut parler couches et fashion).

photo-175.JPGSi vous aussi, vous êtes tentés par les lavables et que vous hésitez à sauter le pas, voilà quelques questions à vous poser avant de vous lancer :

Est-ce que ça me pose un problème d’avoir les mains dans le pipi ? – Voilà, on commence fort. Oui, avec les lavables, on a les mains dans le pipi, il ne faut pas se le cacher. Quand on enlève l’insert humide, c’est pas de l’eau de bleuet qu’on manipule, hein. Avec les jetables, il n’y a pas ce problème puisque le pipi est retenu dans la couche.

– Est-ce que je fais suffisamment de lessives dans la semaine pour que cela ne soit pas un poids ? Chez nous avec 5 membres dans la famille ça ne fait pas vraiment de différence. Mais laissez-moi vous dire quà la base, nos tas de linge sont impressionnants… Les inserts sont lavés avec les serviettes de toilette, bavoirs, draps, torchons à 60° et les inserts avec le linge coloré à 40°C.

– Est-ce que je suis prête à laver mon linge avec le la lessive en poudre et sans adoucissant ? Le linge lavé avec les inserts en tout cas. Personnellement, ça ne me pose aucun problème vu que je n’utilise plus d’adoucissant depuis un bail. Mais le paradoxe vivant que je suis vient d’en racheter parce que « le linge chez maman sentait trop bon ».

– Est-ce que j’ai de la place pour étendre du linge ? – Parce que tous les modèles ne passent pas au sèche-linge. Pensez-y…

– Est-ce que j’ai de la place pour stocker les couches sales ? – Une poubelle avec un peu d’huile essentielle d’arbre à thé fait très bien l’affaire mais il faut réfléchir où la stocker.

Est-ce que les lavables sont compatibles avec le mode de garde de mon bébé ? Si vous prenez un congé parental, pas de problème. A la crèche, les plus souvent, les couches sont fournies et comprises dans le prix (c’était comme cela pour nous à Banlieue-sur-Marne), si vous souhaitiez investir dans les lavables pour faire des énonomies, faites-bien votre calcul. Chez une assistante maternelle ou avec une personne à domicile, il faut en parler dès l’entretien d’embauche. J’en ai parlé à Azzurra qui est assez motivée pour essayer (rapport aussi à nos histoires de poubelles). Dès que le transit de Miss Gavotte se calme, on verra comment ça se passe, notamment au niveau de l’organisation des échanges de couches propres et sales (je sais, je vous vends du rêve, là).

– Est-ce que j’ai essayé le modèle dans lequel je compte investir ? – On compte environ 600 euros pour un équipement complet, ce qui n’est pas rien (mais beaucoup moins quand même que les jetables). Il vaut mieux essayer un pack découverte comme en font la plupart des fournisseurs de couches lavables. Chez Hamac, l’offre découverte est en vente ICI par exemple.

Il y a évidemment mille autres questions qui peuvent se poser mais ce sont celles qui me sont venues spontanément. N’hésitez pas à me poser d’uatres questions en commentaires, je répondrai avec plaisir (juré, craché).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Alors, ces couches lavables ?

Voilà déjà un bon mois que Petite Gavotte et moi nous nous sommes lancées dans l’aventure des couches lavables en partenariat avec Hamac.

Alors, alors, comment on s’en sort ? Eh bien, pas si mal !

Tout d’abord, je suis archi contente de mon choix des Hamac et j’ai constaté avec grand plaisir les progrès réalisés dans ce domaine par rapport aux couches avec lesquelles j’avais fait mes essais en 2008 et en 2010. Pour mémoire, les Hamac sont des couches en plusieurs parties qui comprennent une couche-culotte et un insert lavable ou un insert jetable, au choix. Retrouvez les détails ICI. Côté matière, j’aime beaucoup le textile utilisé pour les couches-culottes. On dirait du maillot de bain, c’est doux, ça a un côté très sensuel (oui, on parle bien de couches lavables et non, je ne suis pas folle, bon OK, un peu). Ensuite, les inserts lavables m’ont bluffée de par leur efficacité même avant les 10 lavages recommandés, ils absorbent super bien et de mieux en mieux donc au fil des lavages.

photo-121.JPG

J’ai commencé l’aventure tranquillement pour ne pas me faire peur et me dégouter. Pour l’instant, je n’utilise pas les lavables durant la nuit et lorsque nous sommes de sortie mais j’espère bien le faire à terme.

L’utilisation est vraiment simple. On prend une couche-culotte, on installe un insert et un voile jetable et hop, le tour est joué. Quand la couche est sale de pipi, on jette le voile aux toilettes, on met l’insert au sale, on rince la cuotte et on la met à sécher et hop, on remet une autre couche. Même chose quand c’est du caca sauf qu’il faut rincer la culotte et la mettre au sale. EASY.

Concernant les fuites, oui j’en au eu. Pas mal au début. Alors je suis allée sur le blog de Hamac pour vérifier que je faisais les choses correctement. Et j’ai bien fait car je positionnais mal la culotte et j’insérais mal le voile, c’était donc logique que j’ai des fuites (je n’ose même pas vous dire comment je mettais le voile, vous allez vous moquer de moi). Une fois ces petits ajustements faits, c’était beaucoup mieux. J’ai constaté quelques fuites tout de même mais pas plus qu’avec les couches jetables. Il faut dire que mes enfants sont de gros remplisseurs de couches et que leurs selles sont assez explosives et que les fuites à la maison, on pratique depuis 4 ans et demi.

Pourquoi ne pas les mettre la nuit et en sortie alors ? Pour les nuits, je ne veux pas que la sensation d’humidité qui est tout de même plus importante qu’en jetable réveille Petite Gavotte. En tout cas, je ne veux pas mettre ses réveils nocturnes sur le compte des lavables et les accuser à tort donc pour le moment, c’est jetables. Pour les sorties, ça me rassure pour le moment de sortir avec mes jetables (de n’importe quelle marque sauf Huggies avec lesquelles j’ai eu beaucoup trop de fuites) et de ne pas avoir le matos des lavables qui prend un peu plus de place. Enfin maintenant, je sors avec une lavable aux fesses (pas aux miennes, hein) et si j’ai besoin de changer Petite Gavotte, je lui mets une jetable. Petit à petit…

Je dois dire que j’ai douté face aux fuites du début mais je prends confiance et d’ailleurs, je remercie vraiment Nanette, la lire m’a beaucoup rassurée et motivée. Le truc marrant c’est que plus j’utilise les lavables, plus j’ai envie de les utiliser. D’ailleurs, je n’ai utilisé que deux inserts jetables… Il faut aussi dire que les lavables nécessitent d’être changées plus souvent que les jetables car fatalement, elles absorbent moi. 

Concernant les lessives, zéro souci, avec le linge de 5 personnes, les couches et inserts sont lavés au milieu du reste sans boulot supplémentaire. J’ai juste adapté ma lessive (sans parfum) et ajouté un petit étendoir à linge dans mon cellier pour les couches culottes. Je ferai un billet sur le lavage des couches et sur mon organisation. J’ai également commandé de l’huile essentielle d’arbre à thé pour le stockage des couches sales et des sacs imperméables pour les sorties.

Franchement, je suis super motivée, comme dit Nanette, une fois qu’on est lancée, on devient vite accro et on a envie d’y aller à fond. Pour le moment, MMM n’a pas trop mis la main à la pâte parce qu’il n’était pas beaucoup là et quand il est là, on sort pas mal donc on utilise plus les jetables mais j’ai hâte d’avoir ses retours.

To be continued…

Rendez-vous sur Hellocoton !

On passe aux couches lavables, et ouais !

couches-hamac.jpgAujourd’hui est un grand jour… C’est le jour à Petite Gavotte va passer aux couches lavables ! Autant vous le dire tout de suite, je suis aussi excitée que paniquée…

L’idée a mûri pendant la grossesse et s’est concrétisée par la force des choses. Depuis le mois de juillet, nous avons un nouveau système de collecte des ordures à l’essai (ne partez pas, je suis sûre que le sujet va vous passionner, si, si !), il sera effectif en janvier. Le principe est simple : nous payons un forfait pour 12 ramassages de poubelles par an. Vous avez bien lu, 12… C’est à dire que nous pouvons sortir notre poubelle de déchets ménagers une fois par mois. Beurk. Evidemment, nous pouvons la sortir plus souvent mais il faut alors payer (cher) en plus. En tant que famille de 5 personnes, nous avons une grosse poubelle qui suffit à contenir nos déchets pendant 1 mois, le gros hic, l’énorme hic, c’est que cette poubelle, malgré toutes nos précautions, pue le rat mort puisque nous devons garder nos ordures 1 mois. Beurk, beurk. Je vous laisse imaginer la zone avec les couches…

Donc, avoir des couches lavables afin d’alléger l’odeur de notre poubelle, c’est une solution plutôt séduisante. Surtout que les assistantes maternelles du coin, ne pouvant assumer le stockage des couches ou payer le surplus en cas de sortie de poubelles non comprise dans le forfait, ont décidé de rendre les couches sales des enfants aux parent. Beurk, beurk, beurk. C’était le truc que je trouvais galère avec les lavables, devoir organiser la récupération des couches sales avec l’assistante maternelle mais là du coup, ça devient la norme donc bon. Azzurra a l’air motivée également pour tenter la grande aventure des lavables quand elle switchera de Fleur de Sel à Petite Gavotte, alors hop hop hop, c’est parti.

Petite Gavotte a reçu comme cadeau de naissance de la part de la marque Hamac un kit complet de couches, d’absorbants lavables et jetables et de voiles de protection. Tout est super bien expliqué ICI. Pourquoi j’ai choisi Hamac ? Parce qu’après avoir essayé différents systèmes qui ne m’ont pas convaincue, le système Hamac me semble idéal : la couche sèche vite, la matière est très douce, on peut choisir l’absorbant lavable à la maison et prendre les jetables pour les sorties, le look Hamac est joli et pas trop bouffant comparé aux autres… Bref, après une étude attentive (et le visionnage de cette excellent vidéo), c’est le système qui semble le mieux convenir à notre mode de vie.

photo-86

photo-85.JPGAlors comme je vous le disais, je suis aussi excitée que paniquée. Excitée parce que cela fait tellement longtemps que je veux arrêter de polluer avec les couches de nos enfants (les 3 enfants cumulés, on en est déjà à 30 mois + 32 mois + 1 mois = 63 mois soit plus de 5 ans de couches mises à la poubelles, OMG !) que je me réjouis d’avoir cette belle occasion. Paniquée parce que, bon sang, le linge d’une famille de 5, c’est déjà le tonneau des Danaïdes et je ne sais pas trop comment je vais réussir à gérer le surplus engendré par les lavables. Wait and see.

Dernière chose, j’ai attendu que le transit de Petite Gavotte se calme un peu pour éviter d’avoir à tout laver à chaque change. Avec une ou deux selles par jour, c’est beaucoup plus raisonnable et bien moins décourageant de se lancer.

Je vous parle très vite des caractéristiques particulières de la Hamac et de nos premiers résultats. Si vous avez déjà testé les lavables, n’hésitez pas à me donner votre avis dans les commentaires. Si vous êtes intéressés par les lavables, je vous invite aussi à aller lire les expériences détaillées de Nanette !

Je vous laisse, je vais faire tourner des machines…

EDIT : on me rappelle en commentaire à juste titre qu’avec l’explosion de l’usine japonaise qui fabrique une partie des couches et des serviettes hygiéniques, c’est le bon moment ! Et puis, je suis équipée de ma Moon Cup donc même pas peur !

Rendez-vous sur Hellocoton !