Mon dernier livre * Allaitement : le guide pratique

Marjolaine SOLARO

Il est arrivé dans les librairies avant même d’arriver chez moi. Il est sorti hier et je l’ai retrouvé tout chaud dans ma boîte aux lettres hier soir… J’attendais de l’avoir en main, pour être certaine que je ne rêvais pas et que je l’avais bien écrit pour pouvoir vous l’offrir.

L’allaitement, c’est certainement ce qui m’a donné envie d’écrire ce blog il y a 6 ans et des poussières. En ouvrant la catégorie « La crèmerie », je n’osais rêver d’écrire un livre sur le sujet un jour. Et pourtant, il est là et bien là. Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sa dernière tétée, ma dernière tétée

 

derniere-teteeIl y a à peu près un an, je donnais sa dernière tétée à Petite Gavotte après 8 mois d’un allaitement heureux. Ma dernière tétée de toute ma vie également puisque Petite Gavotte sera bel et bien la petite dernière de cette fratrie…

Comme pour les grands, j’avais fixé une date quelques jours avant. Je me sentais au bout de quelque chose, cet allaitement commençait à me peser, je n’étais plus en phase avec cette fusion maman-bébé. Je devais partir un mois plus tard pendant quelques jours loin de la maison et je ne me voyais pas tirer mon lait pendant 4 jours. Bref, comme pour mes deux allaitement précédents, j’étais mûre pour arrêter. Qu’en était-il de Petite Gavotte ? Je ne me suis pas posé la question, sincèrement. Comme je ne me l’étais pas posée pour les deux grands. Je partais du principe que comme dans le cas d’une relation amoureuse, il faut être deux pour faire un couple. C’est ma vision et je ne l’impose à personne mais c’est ma limite pour mes allaitements : continuer à avoir envie ou pas. ça n’est pas discutable, c’est ainsi. Pour moi. Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ce corps trop grand pour moi

photo-219.JPGPhysiquement, je suis dans la moyenne. Bon, Ok, un peu plus petite que la moyenne ave mon 1m61 (pas 1m60, je tiens à mon petit cm de plus). Mon poids de forme, celui où je me trouve vraiment bien, se situe à 57 kg mais j’ai tendance à évoluer entre 58 et 60 kg ce qui me donne une silhouette un poil ronde mais que j’assume plutôt bien et dans laquelle je me sens à l’aise.

ça, c’est entre deux deux grossesses parce qu’enceinte évidemment, je grossis et pas que du ventre. +16 pour Kouign Amann, +9 pour Fleur de Sel (mais j’étais malade et j’ai accouché à 7 mois) et +14 pour Petite Gavotte. Après les deux grands, j’ai retrouvé mon poids de départ sans régime au bout d’un an environ. J’ai dit mon poids, pas ma silhouette car oui, la maternité change le corps. Hanches plus larges, peau moins tonique, petits amas de gras à certains endroits, ma gynéco de Banlieue-sur-Marne m’avait bien dit que je ne retrouverai JAMAIS mon corps de jeune fille. Mais ça ne me dérange pas (même si je ferais bien effacer d’un coup de baguette magique les vergetures apparues lors de ma première grossesse). Mon corps évolue, je ne suis plus une jeune fille, je suis une femme et si je regarde les photos de moi à 18 ans en maillot de bain, c’est avec admiration mais pas avec envie (mais punaise, j’étais canon et je ne le savais même pas !).

En revanche quand j’allaite comme en ce moment, la période est assez critique. Je n’ai plus le gros ventre de la grossesse qui équilibre joliment ma silhouette et je ne perds pas un gramme. Allaiter signifie pour moi stocker alors que ça signifie maigrir à vue d’oeil pour certaines. J’ai des fringalles de dingo, j’enfourne des quantités de nourriture impressionnantes (surtout du sucre quand je suis fatiguée) et ma balance reste désespérément bloquée à 67 kg (mais elle pourrait aussi bien monter une flèche vu ce que je mange finalement, je ne vais pas me plaindre). La peau de mon ventre pend tristement, le flamby-belly dépasse de mon jeans, mes cuisses bloblottent de cellulite (oui, du verbe bloblotter, parfaitement), ma poitrine, elle, est tout simplement impressionnante.

 

J’ai l’impression de vivre dans un corps trop grand pour moi.

Ce corps de femme allaitante est, je le sais, transitionnel. Il n’empêche qu’il ne me ressemble pas et qu’au quotidien, il me pèse (sans mauvais jeu de mots). Quand je croise mon reflet dans un miroir, quand je me vois en photos, je ne me reconnais pas tout de suite. Quand je dévalle les escaliers dans la maison, je tiens ma poitrine pour ne pas avoir mal, quand je fais la course avec Kouign Amann, je suis vite essoufflée, quand je marche sur un petit muret avec les enfants, je n’ose pas sauter de peur que mes chevilles ne vrillent sous mon poids. Je me sens bridée. Bref, dans la vie de tous les jours, je manque de légèreté dans ma silhouette et dans mes actions. D’ailleurs mon IMC à 25,2 me le dit, je suis légèrement en surpoids mais pas besoin de chiffre, j’ai été sportive, je connais mon corps sur le bout des doigts, je sens que ces kilos supplémentaires me fragilisent.

Je sais que quand j’arrêterai d’allaiter, j’aurai moins faim, je perdrai plusieurs kilos (peut-être pas tous) sans y penser, je récupèrerai une poitrine plus petite mais très honnête (90B) et je pourrais ensuite reprendre le sport et retrouver tranquillement un poids qui me correpond. Je sais que je pourrai reprendre possession complètement de mon corps et que je pourrai faire à nouveau l’andouille avec les Pin’s et que j’aurai enfin la possiblité de reprendre le sport après 5 années de jachère ou presque. Enfin, je l’espère parce que c’est ce qui s’est produit après mes deux premières grossesses. Qu’en sera-t-il après une troisième ?

Je sais que cela sera aussi l’occasion de prendre soin de mon corps et de lui dire merci d’avoir porté et nourri 3 enfants en moins de 5 ans. Cela sera aussi le moment où je vais devoir me décider à lui pardonner de m’avoir trahie lors de la grossesse de Fleur de Sel parce que pour le moment, je le boude et le malmène encore un peu.

En attendant, je profite follement de ce dernier allaitement, je rentre mon ventre dans les leggings noirs post-grossesse de Séraphine (suite à un très bon conseil de Chris), je mange de bons goûters bien caloriques (la crêpe, c’est la vie) et je patiente en essayant de ne pas me péter une cheville en faisant le cabri…

Tout en sachant que quand tout cela sera fini, j’y repenserai avec un sourire nostalgique.

Ambivalence, quand tu nous tiens…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Allaiter sans y penser

photo-108Quand on me demande combien de fois Petite Gavotte prend le sein dans la journée, je suis bien incapable de répondre. 6, 8, 10 ou 12 fois ? Aucune idée (bon, va falloir que je compte mercredi car on va voir le médecin pour ses 2 mois jeudi).

En fait, depuis qu’elle est née, je ne compte pas, je ne réfléchis pas, je n’analyse pas. J’allaite, point barre. Evidemment, lors de mon séjour à la maternité, j’écrivais, à la demande du personnel, les heures de tétées et le contenu des couches (ça envoie du rêve mon truc) mais je n’en tirais aucune information utile. Ce que je veux dire, c’est que je ne me disais pas « ça fait moins d’1h30, faut pas que je lui redonne » ou « mince, elle n’a pas mangé depuis 4 heures, il faut que je la réveille ». A chaque signe d’éveil, je proposais le sein et la demoiselle buvait. J’avoue aussi que personne n’est venu regarder cette feuille, on me demandait simplement si elle mangeait bien et comme c’était mon troisième, on me faisait confiance. « On » a bien fait d’ailleurs car au bout de 4 jours, la demoiselle avait repris son poids de naissance, j’avais fait ma montée de lait, essuyé quelques crevasses en serrant les dents (Lansinoh for ever) et l’affaire était pliée. 

Depuis presque deux mois donc, j’allaite sans y penser. Je donne le sein quand Petite Gavotte réclame, parfois plusieurs fois dans la même heure, parfois pas pendant une jolie nuit de 6 heures. Je n’anticipe pas en la réveillant pour lui donner le sein avant d’aller chercher les grands le soir parce que ça fait 4 heures qu’elle n’a pas bu. Non, je la joue freestyle, je pars en croisant les doigts pour qu’elle ne réclame pas (ce qui est le plus souvent le cas) et si elle réclame, on fait une petite pause tétée, voilà tout. La tétée du mercredi matin sur le parking du poney-club est presque devenue un rituel d’ailleurs. Et ça marche, elle grandit comme il faut et s’arrondit parfaitement. Pas besoin de la peser pour ça, il suffit de regarder comme elle remplit ses pyjamas. 

Même si mes deux premiers allaitements avaient été relativement faciles (si l’on excepte la prématurité et la réa), je vis un allaitement sans aucune pression médicale, sans aucune réflexion philosophique. Je me laisse le droit de faire absolument comme je veux. Punaise, quelle liberté…

PS : je me permets tout de même de vous signaler que si je n’ai aucune idée de ses horaires, c’est aussi parce que Petite Gavotte n’a aucune régularité dans sa prise de repas et que le jour où je pourrai répondre « oui » au traditionnel « et elle fait ses nuits ? » ne me semble pas envisageable avant mars 2014. Au mieux.

PS 2 : la photo n’est pas terrible mais je trouve qu’elle montre bien ma décontraction. Et mon sweat à capuche.

PS 3 : si vous en avez l’envie, je vous invite à rejoindre la communauté « Allaiter les Pieds sur Terre »Mother Earth, Mère Bordel, moi et plein d’autres mamans allaitantes discutent autour de l’allaitement.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Appel au don de lait


Je relance ici un appel déjà lancé il y a longtemps. Mamans allaitantes, votre lait est précieux, il peut aider les très grands prématurés. Votre lait est précieux et de nombreux lactariums sont en manque. La pénurie est extrême, notamment en IDF. J’ai donné lors de mes deux allaitements. C’est assez exigeant en terme d’hygiène et de temps mais rien de terrible selon moi car c’est également extrêmement gratifiant. Donner un peu de soi pour aider un préma, c’est un beau cadeau à faire (notamment à soi-même). N’hésitez pas à contacter le lactarium le plus proche des chez vous pour plus de détails sur les protocoles. Dans les archives de « l’allaitement -la crémerie », vous devriez trouver de vieux billet sur le thème et je vous invite à poser toutes les questions à ce sujet en commentaire, j’y répondrai au mieux. Je ne pensais pas donner mon lait lors de cet allaitement-là pour me ménager un peu mais je crois que j’ai changé d’avis… Merci pour les bébés. Pour mémoire, vous pouvez également donner sur ma page de collecte pour la Marche des Bébés http://marchedesbebes2012.alvarum.net/marjolie-maman et rejoindre l’équipe Mums on the city ! Publié depuis mon téléphone dans le TGV vers Paris.

Rendez-vous sur Hellocoton !

La fin d’un bel allaitement

Photo Allaitement-copie-2Voilà, c’est fini comme dit Jean-Louis Aubert. Jeudi, j’ai donné sa dernière tétée à Fleur de Sel. Il était 6h du matin, nous étions au chaud sous la couette pendant que MMM dormait, c’était un joli moment. Je n’ai pas pleuré, j’ai juste eu un petit pincement au coeur en me disant que peut-être, c’était la dernière fois que j’allaitais un enfant. Après 10 mois et demi de bons et loyaux services, mes seins vont retrouver leur usage habituel (je vous laisse imaginer ce que vous voulez).

Cet allaitement a été vital pour nous deux, c’est une certitude.

A la naissance de Fleur de Sel, je n’ai pas pu lui donner de tétée de bienvenue, comme on dit. Elle est partie au bout que quelques minutes voir la pédiatre et je ne l’ai retrouvée que 30 minutes plus tard dans sa couveuse avant qu’elle monte en néonat.

Tout à mal commencé en néonat en ce qui concerne l’allaitement. Dès les premiers jours, je tirais des litres de lait mais ma Fleur de Sel en pouvait en bénéficier dans sa sonde gastrique à cause d’une vilaine bactérie. On ne pouvait conserver mon lait au réfrigérateur car la bactérie se développait trop vite et ça n’était pas bon pour une petite préma (le lait a été donné au lactarium qui pasteurise le lait pour d’autres bébés plus prématurés que Fleur de Sel). En revanche, je lui donnais au sein directement. Elle était tellement fatiguée par sa pneumopathie qu’elle n’avait pas la force de téter et qu’elle se contentait de tirer la langue et de sourire en lappant quelques gouttes. Et puis un jour, elle s’y est mise. Elle prenait de plus en plus si bien qu’à sa sortie de néonat, la boîte de lait préma est restée au fond du placard. Elle avait décidé de boire à 100% au sein. Quel joli cadeau pour moi après avoir tiré mon lait 3/4 fois par jour pour stimuler ma lactation.

Un mois et demi après sa sortie de néonat, Fleur de Sel était hospitalisée en pneumo. Je passais mes journées et mes nuits avec elle mais je m’échappais tout de même quelques heures pour chercher Kouign Amann à la crèche, le baigner, le faire manger et le coucher. Je tirais mon lait la nuit et je l’apportais aux infirmières pour être sûre qu’elle boive mon lait pendant mes 5 heures d’absence.

Et puis le cauchemar a commencé. Un lundi au bout de 10 jours, je suis revenue, elle était trop faible pour boire et elle avait une perfusion… Je tirais mon lait et le jetais. Le jeudi, elle était en réanimation. Soit je continuais à tirer mon lait trois fois par jour, ce qui était fatigant et exigeant alors que j’avais besoin de toute mon énergie à ce moment-là, soit je laissais tomber, ce qui était humain et personne ne m’en aurait voulu. J’ai choisi de continuer à tirer mon lait (et hop, des litrons en plus pour le lactarium), à ce moment-là, c’était vital pour moi de continuer à le faire. Si je tirais mon lait, c’était parce que ma fille allait aller mieux et qu’elle aurait besoin de mon lait et de ses anticorps quand on la sortirait du coma. J’en étais sûre, il fallait que cela soit comme ça, une autre hypothèse n’était pas envisageable. Il le fallait. Si je continuais, c’était parce que je croyais en elle et en sa force de vie. Une semaine après sa mise en coma artificiel, un mercredi, on l’a réveillée et extubée. Dès que j’ai pu la prendre dans mes bras, les choses ont été claires : elle cherchait désespérément le sein. Il a fallu attendre 3 longs jours et le samedi suivant. Une interne est entrée dans la chambre « Mahé » en pneumo et m’a demandé : « elle va mieux, vous pensez qu’elle aimerait un biberon ? ». Un biberon, je ne sais pas mais le sein, oui ! Elle nous a laissé toutes les deux en me prévenant que Fleur de Sel allait devoir réapprendre à manger et que ça serait long en pointant la balance pour la peser avant et après le repas. Réapprendre, mon oeil. Fleur de Sel s’est jetée sur le sein avec un appétit de vivre incroyable. J’ai eu la plus belle récompense du monde pour mes efforts. Je lui ai donné sa tétée de bienvenue, la tétée de la renaissance. Elle buvait avec application, avec passion, ses petites mains accrochées à mon sein. Elle fermait les yeux de plaisir et moi, je lui pleurais dessus sans retenue. Ce moment restera gravé sur mon disque dur toute ma vie. Fleur de Sel a bu 80 ml, tout le service à défilé ce jour-là pour constater le petit miracle de « la maman qui a maintenu son allaitement malgré la fatigue et le stress et du bébé qui récupère plus vite que son ombre ». Le repas suivant, on lui enlevait sa sonde gastrique. Quelle victoire de la vie.

Tout ça pour vous dire que j’ai trouvé grâce à l’allaitement un moyen de croire en ma fille et que ce lien a été vital entre nous. J’arrête plus tôt que ce que j’avais « prévu ». Je pensais arrêter en décembre et stocker au congélateur pour terminer l’hiver mais je n’en ai plus envie et je n’ai plus l’énergie. Je préfère arrêter sur de jolis souvenirs plutôt que d’allaiter de manière médical, juste pour les anticorps. Je tiens à remercier mes seins, mon tire-lait Avent, ma crème lansinoh et MMM pour leur soutien sans faille durant ce bel et long allaitement. Maintenant, à boire, tavernier !

PS : j’espère que vous comprenez que je n’écris pas ce billet pour me faire mousser genre « l’allaitement, trop facile pour moi » ou « je suis trop courageuse, kiffe-moi » mais pour passer un message d’espoir et de soutien à celles qui galèrent et laisser une trace de ce joli parcours.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le kit d’allaitement Marjoliemaman en vidéo

3e-annee-1940.jpgVoilà ma nouvelle vidéo chez Graine de Curieux ! Cette vidéo s’inspire d’un de mes plus vieux billets et je suis très contente de vous la présenter. N’hésitez pas à partager vos trucs pour allaiter en toute sérénité dans les commentaires.

PS : je vous conseille vivement la tisane d’allaitement Bébé Nature de L’Ilot Thé (du bon, du breton !) que vous trouverez dans la catégorie « mélanges diététiques ».

IMGA0017.jpg PS 2 : MMM est MMM depuis 3 ans aujourd’hui ! Juste pour le plaisir mon plaisir, je vous remets une petite photo de ma robe sous laquelle se cachait un futur Kouign Amann (18SA). Joyeux anniversaire Mon Mari.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !